S'abonner au bulletin

 

L'Orchestre régional fête la Normandie impressionniste, en ouverture de l'Été musical de Barfleur

 

20 juillet 2013, par Alain Lambert ——

 

église de BarfleurÉglise de Barfleur.

De 1932 à 1935, Paul Signac vint finir sa vie de marin et de peintre néo impressionniste à Barfleur, tout au bout du Cotentin, dans une belle et grande maison (voir les expos du Havre et de Giverny).

Juste sur la gauche de l'église fortifiée cernée par la mer, cet écrin à la superbe acoustique où l'Orchestre Régional de Basse Normandie a ouvert le 9e Été Musical de Barfleur, dans le cadre de Normandie Impressionniste. Ou en accord, s'agissant de musique.

Et pour rendre hommage aussi bien à Boudin, Monet ou Signac qu'à Turner ou Sisley de l'autre côté de la Manche, le programme « Double Manche » mêle des musiciens français et anglais dits impressionnistes, ou contemporains.

Impression, sensation, lumière et couleur. Comment les rendre au delà de la peinture, sinon par un jeu de touches instrumentales colorées appliquées ici et là de façon à créer une harmonie musicale à la fois statique et dynamique, loin de tout académisme.

Ce qui n'était pas forcément le cas de la Petite Symphonie de Joseph Guy Ropartz, un brin rutilante, comme les toiles des Pompiers de la fin XIXe, et aux trop rares échos de mélodies celtiques évoquées par le hautbois et les deux clarinettes. Mais il faut bien faire jouer les 21 musiciens. L'Eté Musical, dédié au piano et aux petites formations, avec pour marraines Brigitte Engerer et Anne Queffelec, n'avait jamais vu ça en 9 ans.

Orchestre double manche

La Sérénade en mi mineur d'Edward Elgar, avec sa superbe Elegy, ou la Suite pour cordes de Frank Bridge, par contre, s'inscrivaient parfaitement dans ce travail par touches orchestrales, tout comme les Six épigraphes antiques de Claude Debussy, un modèle du genre, conçues au départ pour les seules touches du piano, avant d'ëtre réorchestrées par Ernest Ansermet, puis par Jean-François Paillard pour la version de ce soir.

Le grand moment, la Tsigane de Maurice Ravel, qu'un changement de programme fit jouer avant l'entracte, aurait dû être le bouquet musical de ce concert, superbement réorchestrée pour ce bel ensemble par Alain Mabit.

Francine Trachier, au violon, l'a prise à bras le corps pour lui donner toute la fougue rêvée par le compositeur. L'orchestre, conduit par Jean Pierre Wallez, et mené par la harpe et les clarinettes presque klezmer, apportait ses touches colorées et contrastées au jeu mouvant de la soliste. Le public en est resté ébloui, pour ne pas dire impressionné.

En quittant l'église illuminée, le ciel rougeoyant, le vent frais malgré la canicule, la mer remuée, la lune presque ronde prolongeaient l'ambiance de ce très beau concert : Impression soleil couchant.

Une belle soirée, qui sera redonnée :

  • le 26 juillet à 20h30 à Argenton sur Creuse, dans le cadre du festival Debussy
  • le 27 juillet à 21h à Houlgate

Quant au 9e Été Musical de Barfleur, il se poursuit sur quatre samedis à 20h30 avec :

  • le 27 juillet, Ephaïm Laor pour un récital de piano classique et romantique
  • le 3 août, les voix cosaques Kouban pour des chants liturgiques et traditionnels de Russie
  • le 10 août, Anne Queffelec pour un récital de piano « Satie et Compagnie »
  • le 17 août, le duo violoncelle piano Henri Demarquette et Victoria Shereshevskaya pour des œuvres européennes plutôt post impressionnistes.

 

Alain Lambert

À propos      S'abonner au bulletin   Liste musicologie.org   Collaborations éditoriales    

rectangle


Références / musicologie.org 2012

 

musicologie.org

Les derniers articles
d'Alain Lambert

 

 

 

rectangle

rectangle

rectangle