musicologie
A    B    C    D    E    F    G
H
    I     J    K     L    M   N
O    P   Q     R   S    T    U
V     W    X   Y     Z
▉ Actualités musicales
▉ Encyclopédie musicale
▉ Articles et études
▉ Bibliothèque
   ▉ Nouveaux livres
   ▉ Nouveaux disques
   ▉ Agenda
   Flux RSS
          

 

 

 

Ravel Maurice

1875-1937

Né à Ciboure, le 7 mars 1875, mort à Paris, le 28 décembre 1937

Son père, Joseph Ravel (1832-1908) est ingénieur. Après la guerre de 1870, il participe à la construction des voies ferrées en Espagne. Il rencontre Maria Deluarte (1840-1917) à Aranjuez et l'épouse en 1874.

La maison natale de Maurice Ravelà Ciboure


Joseph Ravel et Maria Deluarte

En juin, la famille s'installe à Paris dans le quartier de Montmatre. Selon sa propre esquisse autobiographique, il commence les études de piano à l'âge de six ans, avec Henry Ghys. Il acquiert ensuite ses première notions d'harmonie et de contrepoint avec Charles René.

Il entre au 1889 au Conservatoire de Paris dans la classe de piano d'Anthôme, et en 1891 dans celle de Charles de Bériot

Charles de Bériot

 La classe de Charles de Bériot au Conservatoire.
Ravel est à l'extrême gauche.

Il obtient une première médaille de piano en 1891. Il se lie d'amitié avec Ricardo Viñès, également élève de Charles de Bériot (le 4e à partir de la gauche sur la photo). Ravel et Viñes, à l'époque influencés par Chabrier, travaillent ses Trois valses romantiques de Chabrier et vont les lui jouer.

En 1894, il compose la Sérénade grotesque.  Par l'intermédiare de son père, il rencontre Erik Satie au café de la Nouvelle Athène

Le café de la Nouvelle Athène, place Pigalle à Paris en 1878

L'absinthe ou Dans le café, Degas 1875.
Au Café de la Nouvelle Athène, tréquenté
par les peintres impressionnistes.

Il compose la Ballade de la reine morte d'aimer. Il fréquente Erik Satie, lit Mallarmé, Baudelaire, Poe, Condillac, Villiers de Lisle-Adam. En 1895, il publie le Menuet antique et la Habanera.

En 1897 il entre dans la classe de contrepoint d'André Gédalge et celle de composition de Gabriel Fauré. Le 27 mai 1899 il donne sa première audition publique. Son Ouverture de Shéhérazade est sifflée. Il compose la même année la Pavane pour une infante défunte.

En 1901 il se présente pour la première fois au Prix de Rome. Il obtient un Second Grand Prix. Le Premier Prix revient à André Caplet.

Les candidats au Prix de Rome en 1901. De
gauche à droite : Ravel, Bertelin, Caplet, Kunc,
Dupont

Seconde tentative en 1902 au Prix de Rome. le premier Prix est attribué à Aymé Kunc. En 1903 le Prix est attribué à Raoul Laparra

André Caplet


Raoul Laparra et Aymé Kunc

En 1904, il renonce à se présenter au Prix de Rome. Il compose Shéhérazade pour chant et orchestre sur des poèmes de son ami Tristan Klingsor [Arthur Léon Leclère]

En 1905 il se représente au Prix de Rome, mais l'Institut refuse sa candidature. Un des membres de l'Institut déclare : Monsieur Ravel peut bien nous considérer comme des pompiers : il ne nous prendra pas pour des imbéciles... Cela déclenche un scandale. Romain Rolland s'engage pour la cause de Ravel ainsi que le directeur du Matin , Alfred Edwards qui l'invite à une croisière en Hollande.

L'épouse d'Alfred Edwards, Misia Gobebski et le peintre Paul Sordes sont à l'origine du cercle amical de Maurice Ravel :  

Le peintre et poète  Edouard Benedictus, les critique musicaux Calvocoressi, les compositeurs Maurice Delage et Florent Schmitt, le poète Léon-Paul Fargue, l'éditeur Lucien Garban, le chef d'orchestre Désiré-Emile Inghelbrecht, Pierre Haour, Gomez de Riquet, Tristan Klingsor, poète, peintre et théoricien de l'art

Chez les Schmitt, rue des Girondins à Saint-Clou vers 1910.
De gauche à droite au premier rang : Roger Haour, Maurice
Ravel, Jeanne et Christiane Pivet au second rang : Jane
Haour,«Raton» Schmitt, Léon Pivet au dernier rang : Paul
Sordes, Florent Schmitt, Léon-Paul Fargue, Jeanne Schmitt.

Robert Mortier, l'Abbé Petit, Maurice Ravel, Ricardo Viñes et Mme Jeanne Mortier, vers 1900-1920.

Installé à Levallois-Perret, non loin de l'usine que dirige son frère Édouard, il compose en 1905 Miroirs et la Sonatine pour le piano.

En 1906 il séjourne auprès de son père qui, malade se repose au bord du lac Léman. En 1907 il crée à la salle Érard les Histoires Naturelles sur des poèmes de Jules Renard. La création est chahutée. Pierre Lalo parle de musique pour café-concert. Joseph Ravel meurt en 1908.

En 1911, les Valses nobles et sentimentales sont crées sous les huées. Le 19 mai, après quatre années d'attente, L'heure espagnole est créée à l'Opéra de Paris. Pierre Lalo dans « Le Temps » et Émile Vuillermoz dans la revue de la « Société Internationale de musique » soulignent la raideur et le manque d'humanité de cette œuvre. Le 21 janvier 1912, le ballet tiré de Ma mère l'Oye est créée au Théâtre des Arts.

Costume de la Bête pour Ma Mère l'Oye

Le 8 juin, le ballet Daphnis et Chloé est créé par les Ballets russes au Théâtre du Châtelet, avec Nijinsky et Karsaviba dans les premiers emplois. L'orchestre est sous la direction de Pierre Monteux.

Nijinsky et Ravel au piano à l'époque de Daphnis et Chloé

Costume du chef des Brigands. Daphnis et Chloé (Léon Bakst)

Il rejoint Stravinski à Clarens, près de Montreux, pour travailler une commande de Diaghilev, la révision de la Khoventchina, un opéra inachevé de Moussorgsky, « corrigé » par Rimski Korsakov. A cette occasion il découvre la partition du Pierrot Lunaire de Schönberg et celle du Sacre du printemps qu'il soutient le 29 mai 1913 lors de la création tumultueuse à Paris.

En 1914, il compose le Trio en la pour piano, violon et violoncelle durant un séjour à Saint-Jean-de-Luz. A la déclaration de la guerre il tente en vain de se faire incorporer ; il est enfin accepté à l'armée le  14 mars 1916 comme chauffeur de camion. Il est envoyé à Verdun. Victime de la Dyssentrie, il est opéré et muté au parc automobile de Chalons-sur-Marne. Sa mère décède le 5 janvier 1917. La même année il compose le Tombeau de Couperin, suite dont chaque pièce est dédiée à l'un de ses camarades tombé au front.

En 1919 il séjourne à Mégève puis en Ardèche chez André Ferdinand Hérold à Lapras (Lamastre). La même année L'Heure Espagnole reçoit un triomphe au Covent Garden de Londres, et à Paris, salle gaveau, Marguerite Long crée le Tombeau de Couperin.

Le 16 janvier 1920, peu après la création de La Valse sous la direction de Camille Chevillard, il est proposé à l'ordre de la Légion d'Honneur qu'il refuse.

En le 16 avril 1921 il acquiert « le Belvédère », une petite maison à Montfort l'Amaury.

Un déjeuner à Montfort. De gauche à droite, assis :
Mme Delage, Gil-Marchex, Mme Gil-Marchex, Mme Ibert,
Mme Joachim. Debout : Arthgur Honegger et Roland Manuel.

En 1922, il séjourne chez Roland-Manuel et orchestre les Tableaux d'une exposition de Moussorgsky.

En 1923 il fait une tournée de concerts à Amsterdam, Venise, Londres. En 1924 il est à Barcelone.

En mars 1925, il crée à Monte-Carlo L'enfant et les sortilèges. sur un texte de Colette. La première française à lieu à l'Opéra-Comique de Paris le 1er février 1926. La même année il compose les Chansons de Madécasse.

En 1928 il effectue une longue tourné au Canada et aux États-Unis. Le 20 novembre son Boléro est créé à l'Opéra de Paris. En septembre 1929, sa rue natale de Ciboure est baptisée « Quai Maurice Ravel ».

Le 27 novembre 1931, le pianiste Paul Wittgenstein (amputé du bras droit) crée le Concerto pour la main gauche à Vienne, et le concerto en sol est créé par Marguerite Long le 14 janvier 1932 à la Salle Pleyel de Paris.

En 1933 il ressent les premiers symptômes d'une maladie neurologique qui paralyse certains de ses mouvements. Il ne peut plus écrire. En 1935, Aidé par Ida Rubinstein, accompagné de son ami Léon Leyritz, il effectue un long voyage en Espagne et au Maroc. Les deux années suivantes il séjourne à Saint-Jean-de-Luz, dans sa maison de Montfort, chez son frère à Levallois ou chez Maurice Delage à Paris.

Une opération chirurgicale est tentée le 19 décembre 1937, il meurt le 28.

Catalogue des oeuvres

Bibliographie

Discographie

Correpondances, Corinne Kloska (piano), Brigitte Fossey (comédienne), œuvres musicales et littéraires de Frédéric Chopin, Alexandre Scriabine, Maurice Ravel, Friedrich Heine, Aloysius Bertrand. Éditions Soupir 2015 (S 233).

Lire une présentation plus complète

 

01 /
Maurice Ravel
Daphnis et Chloé (ballet intégral)
La Valse, poème chorégraphique
Alborada del gracioso
Choeur de la Radio Suisse Romande (André Charlet)
Orchestre de la Suisse Romande, Ernest ansermat, dir
DECCA 433717 (1965, 1960 stéréo) 

 

02 / Maurice Ravel
Boléro
Rapsodie espagnole
Pavane
Ma mère l'oye
Valses nobles et sentimentales

Orchestre de la Suisse Romande Erneste Ansermet, dir.

01 / Boléro - 02 / Valses nobles et sentimentales - Rapsodie espagnole : 03 / Prélude à la nuit ; 04 / Malagueña ; 05 / Habanera ; 06 / Feria ; 07 / Pavane pour une infante défunte ; Ma mère l'oye : 08 / Prélude et danse du rouet  ; 09 / Pavane de la Belle-au-bois-dormant ; 10 / Petit Poucet ; 11 / Laideronnette, impératrice des pagodes ; 12 / Les Entretiens de la Belle et de la Bête ; 13 / Le jardin Féerique.
DECCA 433 716

 

03 /
Maurice Ravel
Daphnis et Chloé

Orchestre Symphonique de Montréal
Charles Dutoit dir.

Decca, 400 055

 

 

 

04 /
Maurice Ravel
Concerto en sol pour piano et orchestre
Concerto pour la main gauche
Claude
Debussy
Fantaisie pour piano et orchestre)

Orchestre du Capitole de Toulouse
Michel Plasseon, dir.
François-René Duchable, piano

Concerto pour piano et ochestre en sol majeur : 01 - Allegramente ; 02 - Adagio assai ; 03 - Presto.  04 - Concerto pour piano et ochestre "pour la main gauche". Debussy, Fantaisie pour piano et orchestre : 05 - Andante ma non troppo ; 06 - Lento e molto espressivo ; 07 - Allegro
EMI Classics, 1996, EMI 5 55586

 

05 /
Maurice Ravel
L'heure espagole
Comédie musicale en un acte

Jane Berbié, Conception - Jean Giraudeau, Torquemada  - Gabriel Bacquier, Ramiro - José Van Dam, Don Inigo Gomez  - Michel Sénéchal, Gonzalve

Orchestre National de la R. T. F.
Lorin Maazel, dir.
Deutsche Grammophon

01 - Introduction — 02 - Señor Torquemada, horloger de Tolède ? — 03 - Totor — 04 - Il reste, voilà bien ma chanel — 05 - Il etait temps, voici Gonzalve — 06 - C'est fait, l'horloge est à sa place — 07 - Maintenant pas de temps à perde — 08 - Salut à la belle horlogère — 09 - Voilà... Et maintenant à l'autre — 10 - Evidemment, elle me congédie — 11 - Voilà ce que j'apelle une femme charmante — 12 - Monsieur, ah! Monsieur — 13 - Enfin, il part — 14 - Voilà l'objet — 15 - Ah! vous, n'est-ce pas, preste ! leste ! — 16 - En dépit de cette inhumaine — 17 - Voilà ce que j'appelle une femme charmante — 18 - Oh! la pitoyable aventure — 19 - Voilà !... Et maintenant, Señora — 20 - Mon oeil anxieux —
21 - Adieu, cellule, adieu, donjon — 22 - Il n'est, pour l'horloger — 23 - Pardieu, démenageur, vous venez a propos — 24 - Un financier... Et un poète
Deutsche Grammophon

 

06 /
Maurice Ravel
Boléro
Rapsodie espagnole
Pavane pour une indante défunte
La Valse
Suite de Ma mère l'oye

Boston Symphonie Orchestra
Charles Münch, dir.

Enregistré en 1958 et 1962
RCA 86522   

01 / BoléroRapsodie espagnole : 02 / Préude à la nuit ; 03 / Malaguena ; 04 / Habanera ; 05 / Feria — 06 / Pavane pour une infante défunte — 07 / La ValseMa mère l'oye : 08 / Prélude et danse du rouet ; 09 / Pavane de la Belle-au-bois-dormant ;  10 / Petit Poucet ; 11 / Laideronnette, impératrice des pagodes ; 12 / Les Entretiens de la Belle et de la Bête ; 13 / Le jardin Féerique

07 /
Maurice Ravel

Quatuor de cordes en fa
Quartetto Italiano : Paolo Borciani, violon - Elisa Pegreffi, Violon - Piero Farulli,alto - Franco Rossi, violoncelle

Sonate pour violon en sol
Arthur Grumiaux, violon - István Hadju, piano

Trio en la minieur
Beaux Arts Trio : Menahem Pressler, piano - Daniel Guilet, violon - Bernard Greenhouse, violoncelle

PHILIPS 454 134  

Quatuor de cordes en fa : 01 / Allegro moderato, très doux ; 02 / Assez vif, très rythmé ; 03 / Très lent ; 04 / Vif et agité - Sonate pour violon en sol : 05 / Allegretto ; 06 / Blues (moderato) ; 07 / Perpetuum mobile (allegro) - Trio pour piano en la mineur : 08 / Modéré ; 09 / Pantoum (assez vif) ; 10 / Passacaille (très large) ; 11 / Final (animé)

 

08 /
Maurice Ravel
Bolero
Rapsodie espagnole
La Valse
Alborada del gracioso

Orchestre symphonique de Montréal
Charles Dutoit, dir.

Enregistré en 1981

DECCA 410 010

01 / Bolero - 02 / Alborada del gracioso - 03 / Rapsodie Espagnole - 04 / La Valse

09 /
Maurice Ravel
Le tombeau de Couperin
Georges Bizet
Symphonie en do majeur
Jeux d'enfants
La Jolie fille de Perth (suite)
]

Orchestre de la Suisse romande
Ernest Ansermet dir.

DECCA 433 721
Symphonie en do majeur : Allegro vivo - Adagio - Allegro vivace - Allegro vivace. Jeux d'enfants : Marche (trompette et tambour) - Berceuse (la poupée) - Impromptu (la toupie) - Duo (Petit mari, petite femme) - Galop (le bal). La jolie fille de Perth (suite) : Prélude - Sérénade - Marche - Danse bohémienne - Maurice Ravel (1875-1937) : Le tombeau de Couperin - Prélude - Forlane - Menuet - Rigaudon

 

Jean-Marc Warszawski
5 avril 2005

 

Musicologie.org
56 rue de la Fédération
93100 Montreuil
06 06 61 73 41
▉ À propos - contact
▉ Statistiques du site
▉ S'abonner au Bulletin
▉ Analyses musicales
▉ Cours d'écriture en ligne
▉ Petites annonces
▉ Téléchargements
▉ Presse internationale
▉ Universités françaises
▉ Collaborations éditoriales
▉ Soutenir musicologie.org

 

ISSN 2269-9910

Références / musicologie.org 2016

Lundi 23 Mai, 2016 1:44