S'abonner au bulletin

 

Il Tigrane de Scarlatti
clôt en beauté la saison
lyrique à l'Opéra de Nice

Par jean-Luc Vannier

Le carnaval est pourtant loin. Mais l'Opéra de Nice a souhaité marquer la clôture de la saison lyrique par une remarquable production du répertoire baroque : créé au San Bartolomeo de Naples le 16 février 1715, Il Tigrane, « drama per musica » d'Alessandro Scarlatti était donné pour la dernière mardi 5 juin à l'Opéra de Nice. Une histoire complexe qui mêle, sur fond d'épopées guerrières, nobles sentiments amoureux, désir de vengeance et ambiguïté incestueuse.

Il Tigrane, Opéra de Nice
Olga Pasichnyk (Tomiri), Flavio Ferri-Benedetti (Tigrane),
José Lemos (Policare), Thierry Di Méo (Oronte)
© photographie D. Jaussein

Sous une excellente direction musicale de Gilbert Bezzina que l'on est heureux de retrouver en bien meilleure forme après un passage à vide qui a failli menacer jusqu'à l'existence de l'Ensemble Baroque de Nice, la mise en scène, les décors, les costumes et les éclairages de Gilbert Blin ne peuvent que susciter l'enthousiasme : c'est un époustouflant déluge de vêtements chamarrés, de fantaisies scéniques et de décors raffinés qui correspondent aux traditions de l'époque et aux souhaits exprimés par le compositeur. Ajouté aux objets décoratifs spécifiques à l'histoire de Tigrane, le mouvement mobilier emballe une dynamique qui déploie tous ses facétieux atours devant les yeux du spectateur. Une qualité opératique qui n'est pas sans rappeler celle du Teseo de George Frederich Haendel, donné à Nice en mars 2007 dans le cadre du xxve anniversaire de l'Ensemble Baroque de Nice. Les très nombreuses collaborations (Lubor Cukr à la mise en scène, Rémy-Michel Trotier à la scénographie, Mickaël Bouffard aux costumes, Bernard Barbero aux éclairages, Caroline Constantin aux peintures et Sylvie Lopez assistée de Solenne Parietti, Véronique Begali et Michel Sambo pour la coordination des costumes) montrent l'intense travail des coulisses pour la réussite de cette performance. Sans oublier la belle contribution des figurants : Arlequin (Marie-Nathalie Lacoursière), Pierrot (Sophie Payan), Scapina (Meriem Bahri) et des serviteurs muets (David Carle, Nicolas Payan, Riccado Attilio Pibiri et Rudolphe Pignon).

Opéra de Nice : Il Tigrane
Flavio Ferri-Benedetti (Tigrane), Olga Pasichnyk (Tomiri),
José Lemos (Policare), Mireille Lebel (Dorilla)
© photographie D. Jaussein

Mises à part quelques rares exceptions, la distribution des voix suit le niveau d'excellence de la mise en scène : dans le rôle principal de Tomiri, la reine des Massagètes, Olga Pasichnyk s'affirme aisément comme la colonne vertébrale de l'œuvre et emporte la conviction du public. Pourtant, la soprano ukrainienne donne parfois le sentiment de se restreindre et de ne pas offrir toute la finesse vocale dont elle est capable. La fatigue peut-être pour une partition qui dure plus de trois heures. Elle démontre malgré tout son talent : en témoignent son « Non star dubbioso » de l'acte I, son magnifique « Je te demande silence et fidélité » de l'acte ii ou ses duos tout aussi exigeants et réussis à l'acte iii avec Policare « Quanto fiero » ou avec Meroe en présence de Tigrane « Révèle ton innocence ». L'autre grand caractère féminin ne déçoit pas non plus : incarnée par Yulia van Doren, Meroe, fille du feu Cyrus, joue et chante à merveille cette douloureuse ambivalence d'être tiraillée entre son désir de vengeance et son amour pour Tigrane. Son air solo à l'acte II « Vanne, nemica mia, vanne, ed aspetta » ou celui de l'acte iii « è bello il morire per amor » lui valent des applaudissements nourris de la salle.

Il Tograne de Scarlatti à l'Opéra de Nice
Yulia van Doren (Meroe) entourée de figurants
© photographie D. Jaussein

Dans le personnage de Policare, l'un des rois prétendants au mariage avec la reine Tomiri, le contre-ténor brésilien José Lemos émeut l'assistance par un subtil vibrato et des vocalises justes, souples et sensibles. Sa lamentation à l'acte ii « Se mai… ti punse il cor » ou sa déclaration amoureuse de l'acte iii « Sfoga pur tuo giusto sdegno, poi ricordati del mio amor » suscitent une ovation légitime. L'autre grand rôle-titre masculin appelle davantage de réserve. La voix de Flavio Ferri-Benedetti est marquée par l'instabilité. Au point de rendre ses vocalises sèches, sinon désagréables. Malgré de nombreux airs en solo ou en duo, le contre-ténor italien ne semble pas complètement à l'aise dans le personnage principal de Tigrane.

Il Tigrane Opéra de Nice
Mireille Lebel (Dorilla)
© photographie D. Jaussein

Enfin, et puisque le livret de Domenico Lalli les charge de « divertir » la salle et d'alléger un peu l'intrigue, on félicitera vivement le jeu scénique et vocal de Dorilla et d'Orcone, respectivement incarnés par la mezzo-soprano canadienne Mireille Lebel — une prise de rôle — et par le baryton-basse américain Douglas Williams. Des acteurs et chanteurs à la carrière tout à fait prometteuse. On l'aura compris : ce Il Tigrane niçois place haut la barre en attendant l'annonce de la nouvelle saison lyrique de l'Opéra de Nice vers la fin de ce mois.

 

Nice, le 7 juin 2012
Jean-Luc Vannier

À propos      S'abonner au bulletin   Liste musicologie.org   Collaborations éditoriales    


Références / musicologie.org 2012

 

musicologie.org

 

Les articles
de Jean-Luc Vannier

Turandot mis en espace à l'Opéra de Bucarest

Grâce spirituelle et corps meurtris aux Ballets de Monte-Carlo.

Un Tristan und Isolde de qualité à l'Opéra de Nice

Francesca Da Rimini à l'Opéra de Monte-Carlo

Émouvante Bohème de Puccini à l'Opéra de Nice

Un Mazeppa saisissant de terreur et de beauté à l'Opéra de Monte-Carlo

Densité dramaturgique pour « Il Trovatore » à l'Opéra de Nice

Le hauboïste Marc Lachat et le chef Paul Goodwin jouent Mozart et Haydn à l'Opéra de Monte-Carlo

L'enfant et les sortilèges, fantasmatique — et superbe —  Ravel à l'Opéra de Monte-Carlo

Mozart victime d'un Enlèvement au sérail à l'Opéra de Nice.

La violoniste Arabella Steinbacher et le chef Dima Slobodeniouk magnifient Prokofiev et Tchaïkovski à Monte-Carlo

Les Ballets de Monte-Carlo et ceux du Bolchoï rivalisent de fraternité autour du Lac des cygnes

3 O'Clock In The Afternoon d'Ina Christel Johannessen : l'esthétisme norvégien de la séparation à l'Opéra de Monte-Carlo.

Nathalie Stutzmann et son Ensemble Orfeo 55 envoûtent l'Opéra de Monte-Carlo

La Symphonie « Résurrection » de Gustav Mahler par l'Orchestre philharmonique de Monte-Carlo

Erwin Schrott, diablement Mefistofele à l'Opéra de Monte-Carlo

Le maestro Ion Marin et l'Orchestre philharmonique de Nice jouent l'émotion avec Mendelssohn et Tchaïkovsky

Les Ballets de Monte Carlo et le Ballet Nice Méditerranée ouvrent brillamment leur saison chorégraphique

Poulenc et Bartók réunissent Eros et Thanatos à l'Opéra de Nice

Les concerts-conférences de Matthieu Peyrègne : faire découvrir et aimer le baroque à Nice

Magie wagnérienne à l'Opéra Nice Côte d'Azur

La damnation de Faust  ouvre la saison lyrique à l'Opéra Nice Côte d'Azur

Maillot, Inger, Greco / Scholten :  expériences conceptuelles  aux Ballets de Monte Carlo

Le contre-ténor Matthieu Peyrègne, la relève du Baroque à Nice

Le Ballet Nice Méditerranée danse américain à l'Opéra de Nice

Éblouissant Orlando furioso à l'Opéra de Nice

Un Elixir d'amour sans alcool à l'Opéra de Nice

Jean-Guihen Queyras et deux Concertos de Haydn envoûtent l'Opéra de Nice

Le Batsheva Ensemble d'Ohad Naharim électrifie le Monaco Danse Forum

Boris Godounov à l'Opéra de Nice

Un ballo in maschera à l'Opéra de Monte Carlo

Opéra de Nice : La Cenerentola, plus musicale que vocale

Concert de Noël  en la cathédrale de Strasbourg

L'âme russe d'Eugène Onéguine ouvre la saison à l'Opéra de Monte Carlo.

Opéra de Nice : Philippe Auguin et Christiane Libor ovationnés dans Fidelio.

Tout