S'abonner au bulletin

 

Turandot mis en espace
à l'Opéra de Bucarest

Par Jean-Luc Vannier

 

Opéra en trois actes et cinq tableaux de Giacomo Puccini, créé le 25 avril 1926 à la Scala de Milan sous la direction de Toscanini, Turandot était donné dimanche 3 juin à l'Opéra National de Bucarest dans une version mise en espace par Viorica Petrovici. L'histoire de cette Princesse chinoise à l'éclatante beauté, mais angoissée à l'idée que son mariage puisse, comme pour l'une de ses ancêtres, lui faire perdre la voix, se termine par le sacrifice de l'esclave Liu, détentrice du secret identitaire du « Prince inconnu » et par la révélation de l'amour salvateur entre Turandot et ce prince nommé Calaf. Un scénario puccinien très psychanalytique où le nom prononcé sauve et réconcilie.

Trando, Bucarest, James lee et Silvia Sorina Munteanu
James Lee et Silvia Sorina Munteanu
© Opéra de Bucarest

Malgré quelques poncifs largement éculés comme la projection sur fond d'écran de motifs ou de personnages chinois dignes de Tintin au Tibet, cette production roumaine n'a pas, du point de vue lyrique, manqué d'atouts. Outre le célèbre escalier de marbre que Turandot gravit et descend, les soins apportés à la mise en espace suscitent un engagement dramatique des chanteurs qui mérite d'être salué. Le succès de cette performance revient surtout au prodigieux travail du jeune chef d'orchestre Tiberiu Soare : nommé directeur musical de l'Opéra en 2005, celui qui prendra prochainement la tête de l'Orchestre symphonique de la Radio nationale roumaine, dirige sa phalange avec force exigence et précision qu'il double d'un engouement personnel destiné à guider le jeu des acteurs sur le plateau. Le tout sans sa baguette qui restreint, selon lui, « les possibilités d'expression des mains » pour aiguiller les instrumentistes autant que pour donner l'impulsion aux chanteurs. Une posture dont il raconte volontiers l'origine : il « oublia » un jour sa baguette à l'orchestre de la radio alors qu'il devait jouer le Lac des Cygnes quelques heures plus tard à l'opéra. On ne prendra pas de grands risques en pariant sur la carrière future de celui qui a déjà tâté, comme chef assistant ou invité, du London Philharmonic Orchestra, de l'Orchestre philharmonique d'Essen ou de l'Orchestre national d'Île de France.

Silvia Sorina Munteanu, James Lee, Lulia Isaev
Silvia Sorina Munteanu, James Lee, Lulia Isaev
© Opéra de Bucarest

D'inégale valeur, la distribution des voix ne laisse toutefois pas indifférente. Dans le rôle du prince Calaf, James Lee triomphe aisément dans cette prise de rôle et reçoit une ovation méritée. Habitué des voix puccinienne et verdienne, ce jeune ténor sud-coréen qui déclare « s'intéresser au répertoire allemand » en général et « beethovénien en particulier », séduit par sa puissance vocale stable, son timbre coloré très envoûtant, ses notes charnues et sensuelles. L'air du début de l'acte III « Nessun dorma », difficile d'interprétation à force d'être trop connu, lui offre néanmoins la possibilité de montrer l'étendue d'un talent prometteur. Malgré quelques notes aiguës aussi métalliques que le tranchant personnage de la Princesse Turandot — elle fait décapiter ses prétendants incapables de résoudre l'énigme qu'elle leur soumet — la soprano roumaine Silvia Sorina Munteanu investit ce rôle avec un éclat vocal empreint de toute la maîtrise inhérente au rang impérial : son « Straniero, ascolta ! » à l'acte II ou son duo final avec Calaf « Principessa di morte ! » dans la dernière scène forcent l'admiration.

Liviu Indricau, Florin Simionca, Valentin Racoveanu, Jemes Lee
Liviu Indricau, Florin Simionca, Valentin Racoveanu, James Lee
© Opéra de Bucarest

Si elle déçoit un peu dans les deux premiers actes où sa voix faible semble parfois couverte par l'orchestre, la soprano Iulia Isaev éblouit dans son interprétation très émouvante du grand air de Liu à l'acte III « Tanto amore, segreto… Tu, che di gel sei cinta », air au cours duquel l'esclave se suicide pour ne pas révéler le secret du nom du Prince. L'on ne s'attardera pas sur la piètre performance de la basse Florin Diaconescu dans le personnage de l'Empereur Altoum, même si, comme le faisait remarquer le maestro après le spectacle, Puccini insiste dans sa partition sur la nécessaire « décrépitude » de cette figure. On réservera en revanche une mention particulière pour la très belle prestation des trois ministres Ping, Pang et Pong respectivement incarnés par le baryton Florin Simionca et les ténors Liviu Indricau et Valentin Racoveanu. Des félicitations qui seraient bien incomplètes si elles n'intégraient pas l'excellent travail des chœurs, très sollicités dans cette œuvre, et placés sous la responsabilité de Stelian Olariu.


Le maestro Tiberiu Soare
© Opéra de Bucarest

Une performance applaudie par un public plutôt âgé malgré quelques jeunes mélomanes. Dont une étudiante au premier rang qui profitait de la pause pour continuer sur son ordinateur portable à écrire sa thèse de doctorat en économie : c'est peut-être cela la nouvelle Roumanie.

Turando, Buicarest, scène finale
Scène finale
© Opéra de Bucarest

Nice, le 6 juin 2012
Jean-Luc Vannier

À propos      S'abonner au bulletin   Liste musicologie.org   Collaborations éditoriales    


Références / musicologie.org 2012

 

 

Les articles
de Jean-Luc Vannier

Grâce spirituelle et corps meurtris aux Ballets de Monte-Carlo.

Un Tristan und Isolde de qualité à l'Opéra de Nice

Francesca Da Rimini à l'Opéra de Monte-Carlo

Émouvante Bohème de Puccini à l'Opéra de Nice

Un Mazeppa saisissant de terreur et de beauté à l'Opéra de Monte-Carlo

Densité dramaturgique pour « Il Trovatore » à l'Opéra de Nice

Le hauboïste Marc Lachat et le chef Paul Goodwin jouent Mozart et Haydn à l'Opéra de Monte-Carlo

L'enfant et les sortilèges, fantasmatique — et superbe —  Ravel à l'Opéra de Monte-Carlo

Mozart victime d'un Enlèvement au sérail à l'Opéra de Nice.

La violoniste Arabella Steinbacher et le chef Dima Slobodeniouk magnifient Prokofiev et Tchaïkovski à Monte-Carlo

Les Ballets de Monte-Carlo et ceux du Bolchoï rivalisent de fraternité autour du Lac des cygnes

3 O'Clock In The Afternoon d'Ina Christel Johannessen : l'esthétisme norvégien de la séparation à l'Opéra de Monte-Carlo.

Nathalie Stutzmann et son Ensemble Orfeo 55 envoûtent l'Opéra de Monte-Carlo

La Symphonie « Résurrection » de Gustav Mahlerpar l'Orchestre philharmonique de Monte-Carlo

Erwin Schrott, diablement Mefistofele à l'Opéra de Monte-Carlo

Le maestro Ion Marin et l'Orchestre philharmonique de Nice jouent l'émotion avec Mendelssohn et Tchaïkovsky

Les Ballets de Monte Carlo et le Ballet Nice Méditerranée ouvrent brillamment leur saison chorégraphique

Poulenc et Bartók réunissent Eros et Thanatos à l'Opéra de Nice

Les concerts-conférences de Matthieu Peyrègne : faire découvrir et aimer le baroque à Nice

Magie wagnérienne à l'Opéra Nice Côte d'Azur

La damnation de Faust  ouvre la saison lyrique à l'Opéra Nice Côte d'Azur

Maillot, Inger, Greco / Scholten :  expériences conceptuelles  aux Ballets de Monte Carlo

Le contre-ténor Matthieu Peyrègne, la relève du Baroque à Nice

Le Ballet Nice Méditerranée danse américain à l'Opéra de Nice

Éblouissant Orlando furioso à l'Opéra de Nice

Un Elixir d'amour sans alcool à l'Opéra de Nice

Jean-Guihen Queyras et deux Concertos de Haydn envoûtent l'Opéra de Nice

Le Batsheva Ensemble d'Ohad Naharim électrifie le Monaco Danse Forum

Boris Godounov à l'Opéra de Nice

Un ballo in maschera à l'Opéra de Monte Carlo

Opéra de Nice : La Cenerentola, plus musicale que vocale

Concert de Noël  en la cathédrale de Strasbourg

L'âme russe d'Eugène Onéguine ouvre la saison à l'Opéra de Monte Carlo.

Opéra de Nice : Philippe Auguin et Christiane Libor ovationnés dans Fidelio.

Tout