musicologie
Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Annonces . Agenda . Abonnement au bulletin . Analyses. Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir   rss
24 avril 2019 —— Jean-Marc Warszawski.

La pianiste Hermine Forray dans la lumière méditerranéenne

Hermine Forray, Lumière et Méditerranée, Œuvres pour piano de Debussy, Chopin, Constantinidis, Albéniz, Liszt. Calioppe 2019 (CAL 1962).

Enregistré les 16-18 juillet 2018, Salle Émilien Ventre à Rousset.

Hermine Forray a commencé le piano avec son père, a continué au Conservatoire d’Angers avant d’intégrer le Conservatoire national de Paris où elle est diplômée en 2000, puis se consacre à ses enfants au long de dix années. Un côté vieille France qui rappelle l’époque où les artistes féminines disparaissaient du monde public avec le mariage. Mais Hermine Forray réapparaît, professeure au Conseratoire de Marseille et semble se débrouiller, avec quelques collègues, pour se produire sur scène régulièrement.

En bonne Marseillaise, elle a centré le programme de son premier cédé sur la lumière et la méditerranée, occasion de rappeler au passage tout ce que la diversité culturelle de notre pays doit depuis l’origine au bassin méditerranéen.

Nous n’ajouterons rien ici au débat sur ce que la musique peut exprimer ou évoquer, par ses titres, par sa rhétorique, sa forme, ou ses emprunts musicaux. Mais c’est ici un regard, plutôt une oreille, du Nord sur le Sud dans le cadre de l’académisme de la musique dite « savante occidentale », à travers barcarolle et tarentelles de Liszt, Chopin et Debussy. Avec Albéniz (« Almeria » et « Triana » extraits d’Iberia), ce sont des échos d’Andalousie qui irriguent de leurs mélismes et rythmes, une virtuosité pianistique flamboyante et colorée, mariant avec bonheur les élans modaux à la tonalité.

Au plaisir musical de ce cédé, avec le bel équilibre sonore, le beau son, l’élégance d’Hermine Forraye, le choix de pièces qui font toujours plaisir, s’ajoute celui de la découverte, avec Huit danses des îles grecques (1954) de Iannis Constantidinis. Né au tout début du xxe siècle à Smyrne, il se fixe à Berlin dans les années 1920, où il se forme à l’harmonie, la composition, à la direction d’orchestre, à l’orchestration (avec Kurt Weill), même à la composition dodécaphonique. Il s’installe à Athènes en  1931, où il se consacre avec succès aux musiques populaires, avant de revenir ou de retravailler à des œuvres de concert.

Iannis Constandinidis, Danse des Îles grecques no 1 (extrait) plage 4.

 

1-2. Claude Debussy, Tarentelle ; Les collines d'Anacapri.

3. Frédérique Chopin, Barcarolle.

4-11. Iannis Constandinidis, Huit danses des Îles grecques.

12-13. Isaac Albéniz, Almeria ; Triana.

14. Frédérique Chopin, Tarentelle.

15. Franz Liszt, Tarentelle.

 Jean-Marc Warszawski
24 avril 2019

musicologie.org
 rss

 

 

 

 

Jean-Marc Warszawski, ses derniers articles

Notre-Dame Nation de Paris —— De Franz à Franz, entre Liszt et Schubert, par la pianiste Mūza Rubackyté —— Tanya Gabrielan au Goethe- Institut de Paris : l'énergie pianistique en direct —— Louis Vierne en piano-violon, par Dominique Hofer et Frédérique Troivaux —— L'ensemble Les surprises visite le Nord de l'Allemagne au 17e siècle —— Au Tombeau de Toutankhamon, poème symphonique d'Alexandre Denéréaz —— Le quatuor Zaïde fête ses dix ans, un nouveau cédé et Mozart —— La poétique du rock et le tumulte selon Gérard Le Vott.

Tous les articles de Jean-Marc Warszawski

 

 

À propos - contact | S'abonner au bulletin Biographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil ☎ 06 06 61 73 41

ISNN 2269-9910

© musicologie.org 2018.

bouquetin

Mercredi 24 Avril, 2019 2:51