bandeau texte

S'abonner au bulletin

 

Shauli Einav : « Beam Me Up », du jazz éclairé par Prokoviev

Shauli Einav Quartet, Beam Me Up. Shauli Einav (saxophones), Paul Lay (piano), Florent Nisse (contrebasse), Gautier Garrigue (batterie). Berthold Records 2016.

8 janvier 2016, par Alain Lambert ——

Installé à Paris après un long séjour new-yorkais de sept ans, le saxophoniste a travaillé avec le compositeur Asaf Matityahu pour mieux faire ressortir les correspondances des thèmes de Prokofiev avec les siens, qui prennent ainsi une ampleur presque insolite, avant de glisser dans l'improvisation impétueuse, comme dans les deux premiers morceaux (1415 et Tao Main), directement inspirés de motifs extraits des Visions fugitives.

Du jazz épanoui donc, avec deux solistes éblouissants, Shauli Einav au sax, ténor ou soprano, Paul Lay au piano, et une section rythmique impeccable, Florent Nisse à la contrebasse et Gauthier Garrigue à la batterie, très présents tous deux pour ajouter du volume et de la rondeur. Par exemple dans Assai, en écho à l'Assai moderato no 12 de Prokofiev, où le son lyrique du soprano est comme enluminé.

Dans Dolce Gustav, le principe de variation, mélodique et rythmique, est assumé en profondeur et complexité par le saxophoniste, avant de céder la place à un piano songeur.

Ten Weeks amplifie la gravité du ténor par des accords pesants. Le temps s'écoule de façon irréversible, en même temps qu'il nous fait évoluer dans nos vies comme une succession de solos qui jamais ne seront rejoués.

Le morceau titre, Beam Me Up, change l'ambiance de l'album quand Paul Lay reprend l'amorce de la contrebasse au Rhodes Fender, de façon répétitive et hypnotique, pour d'abord entraîner le sax à s'emballer, avant de finir par s'y soumettre.

Pour le final, la guitare de Pierre Durand tisse des arpèges scintillants à la méditation mélancolique du soprano, hommage à un ami disparu. Par contre, la résurgence d'un thème en quartet, non répertorié sur la pochette, quelques minutes après la fin du disque, me laisse comme toujours dubitatif. Pourquoi ne pas l'avoir inscrit comme tel sur le cédé, d'autant que le son en est très beau ?

Un beau cédé très inspiré à découvrir en priorité. On peut écouter des extraits sur le site du saxophoniste.

Concert de sortie de cédé le 5 février au Duc des Lombards à Paris.

 

 Alain Lambert
8 janvier 2016

 

À propos
Contact

Recherche dans le site
S'abonner au bulletin
Collaborations éditoriales

Biographies
Encyclopédie musicale
Articles et études
La bibliothèque

Analyses musicales
Colloques & conférences
Universités françaises

Soutenir musicologie.org

Actualités musicales
Nouveaux livres
Nouveaux cédés
Agenda

Petites annonces
Téléchargements
Presse internationale


ISSN 2269-9910

Références / musicologie.org 2016

musicologie

Vendredi 15 Janvier, 2016 10:38

rectangle

musicologie

Soutenir musicologie.org

Les derniers articles
d'Alain Lambert
alain@musicologie.org