bandeau actu

Actualités musicales

lundi 23 septembre 2013

 

Training "Early" Musicians in the Age of Recordings

23-24 septembre 20123, Tel Aviv

Conference title: Training "Early" Musicians in the Age of Recordings A conference on the study of performance, past and present.

Conference dates: 23-24 September 2013.

Submission deadline: July 15, 2013.

Conference web site URL.

Conference venue (institution and city): The 4th International Early Music Seminar, The Israel Conservatory of Music, Tel Aviv, Israel

 

Over the past few decades, the professionalization of early music performers created an immense change in the topography of music education. Specialist courses and schools, seminars and workshops, festivals and competitions ­ all demand profound knowledge of both history and style, but whereas history can be studied, style is evasive.

Another major development in recent decades, which has a far-reaching influence on the consumption and dissemination of early music and on the training of "early" musicians, is the increasing significance of recordings and their study, generally referred to as 'performance analysis'. This field of research focuses on the work of specific performers (primarily as documented in sound recordings). Performance practice and performance analysis seem to treat each other with a degree of suspicion (to the limited extent that they refer to each other at all), despite the obvious potentials for mutual, complementary dialogue between the two fields. The proposed study-day aims to encourage such dialogue.

The programme committee encourages submissions within the following areas, although other topics are also welcome:

1.Teaching early temperaments, improvisation and diminution

2. Integrating early treatises within modern syllabuses.

3.Versatility vs. Professionalization.

4. Cultivating students' personal style through the study historical style.

5. Younger students and historically informed performance (when is it right to start?)

6. What can the study of recordings (especially from the early 20th century) teach us on performance practices prior to the age of recordings?

7. The history of the historical performance movement, as documented in sound recordings.

8. What performers can learn from the study of their own recordings (and those of mentors and colleagues).

9. Recordings in the classroom: The didactic and pedagogical use of recordings, both for the study of performance and for the study of music history and literature.

The conference will be held in English

Each proposal should contain:

Name and Institutional Affiliation.
Title of proposed paper
An abstract (up to 400 words)
Short CV (up to 150 words)

Proposals should be submitted electronically to Dr. Uri Golomb (Tel Aviv University) and Dr. Alon Schab (Haifa University). Email: telavivearlymusic at gmail.com.

Hommage à Tino Rossi dans sa ville natale Ajaccio

Ajaccio rend hommage à Tino Rossi (le plus illustre de natifs après Napoléon) qui a vendu plus de 500 millions de disques, dans le monde entier, comme quoi le mauvais goût est une chose pas trop mal parragée.

Spectacles, expositions, publications, visites de sa propriété sur la route des Sanguinaires, marqueront le 30e anniversaire de sa disparition le 26 septembre 1983, à l'âge de 76 ans.

Pendant l'occupation il eut de malencontreuses fréquentations, ce qui ne l'empêcha pas (comme Maurice Papon et d'autres), d'être élevé au grade de chevalier de la Légion d'honneur.

La danse sud-africaine au Festival d'Automne

Le Festival d'Automne invite cette année plus de 120 artistes sud-africains.

Mamela Nyamza, née en 1976 dans le township de Gugulethu au Cap et qui s'est notamment formée au centre Alvin Ailey de New York. Mamela Nyamza a travaillé avec un groupe de jeunes danseurs de la rue, les « Kids de Soweto ». Ils dansent dans la rue le Ishbuja, une danse narrative très corporelle. Ce sera une découverte, venant d'une chorégraphe peu connue, dont le duo cet été avec Faniswa Yisa dans le cadre des « sujets à vif » à Avignon avait impressionné.

Nelisiwe Xaba, née à Soweto, qui a beaucoup travaillé aux États-Unis présente Uncles and Angels un solo, a pour origine une coutume sud-africaine traditionnelle, la Danse du Roseau, sur le respect des jeunes femmes et la préservation de la virginité avant le mariage. L'apparition du sida a relancé cette cérémonie, devenue un important rassemblement annuel (30.000 jeunes filles zouloues). Chaque année des participantes sont agressées et violées. Jouant sur des effets vidéo, Nelisiwe Xaba réinterprète, les 27 et 28 septembre, seule sur le plateau du théâtre des Bouffes du Nord des mouvements de la danse du Roseau mêlés à des simulations de tests de virginité comme autant de cauchemars. Un deuxième solo, créé à Paris, aborde la question de l'excision.

Les 21 novembre et 1er décembre, au Théâtre de la Bastille, Robyn Orlin, dont Mamela Myamza a été l'élève, présente deux solos explorant la notion de chute. La chorégraphe est connue dans le monde entier pour son mélange des genres, matériaux, irruption dans le théâtre ou l'opéra.

Derniers concerts de l'ONJ sous la direction de Daniel Yvinec

L'ONJ jouera The Party, son ultime création entre funk, groove, jazz et électro, le 26 septembre à Dijon. Ce concert sera suivi de trois autres représentations, le 8 novembre à Cenon, le 16 novembre au Blanc-Mesnil et le 21 décembre à Noisiel. Un disque est attendu en janvier.

Il donnera le 28 septembre à l'Institut du Monde Arabe à Paris un concert baptisé Caravan, inspiré par les divers courants de la musique marocaine, avec cinq musiciens de la confrérie soufie des Hamadcha de Fès.

Il rendra hommage à Piazzolla avec 7 concerts du 16 octobre au Havre au 6 décembre à Beauvais.

Le 17 décembre, l'ONJ sera au cinéma Le Balzac, où il jouera Carmen, un film muet de Cecil B. DeMille.

Mélodie et fonction mélodique comme objets d'analyse (Bruno Bossis / éditions Delatour)

Mélodie et fonction mélodique

 

Bossis Bruno (éditeur scientifique), Mélodie et fonction mélodique comme objets d'analyse. « Pensé musicale », Éditions Delatour, Sampzon 2013 [184 p. ; ISBN 978-2-7521-0119-8 ; 20 €]

Présentation de l'éditeur

Dans la plupart des cultures, la fonction mélodique représente indéniablement l'un des éléments les plus fortement structurant de l'art musical. Ses incarnations sont extrêmement diverses, tout en respectant des invariants qui en définissent l'existence même. La mélodie, ou tout au moins la fonction mélodique, est repérable aussi bien à la lecture de la trace écrite de la musique (la partition), qu'à l'écoute de l'œuvre interprétée, de la musique improvisée ou de tradition orale. Les processus de composition, d'interprétation, d'improvisation ainsi que ceux de la perception mettent en jeu cette fonction mélodique qui se déploie temporellement sur l'axe des hauteurs. Elle possède sa propre cohérence interne tout en s'articulant plus largement avec le contexte musical.

Un phénomène aussi riche et complexe place l'analyste face à un défi tout à fait passionnant. Existe-t-il des méthodes d'approche adaptées au style musical étudié ? Sinon, est-il possible d'élaborer des procédures facilitant l'appropriation et la compréhension de la fonction mélodique ? Le colloque qui s'est tenu en 2006 à Paris, et qui réunissait l'Ircam et la Sfam, se proposait de mettre en évidence cette problématique et de présenter quelques pistes à partir de l'analyse d'œuvres issues du répertoire ancien ou contemporain. Dans son introduction, Jean-Michel Bardez positionne la question mélodique dans un contexte élargi à la dimension anthropologique.

Après une approche phénoménologique de la mélodie par Albino Attilio Lanciani, les mécanismes communs à divers niveaux d'expression du processus mélodique sont abordés par Jean-Luc Leroy. L'article de Susanna Pasticci porte sur le rapport de la mélodie à la perception alors que celui de Marc Rigaudière examine les implications phraséologiques de la mélodie tonale. Un premier exemple d'analyse reste dans le contexte tonal avec l'étude des sonates pour violon seul de J. S. Bach par Yizhak Sadaï. Puis, dans la période contemporaine, Bruno Bossis montre l'organisation mélodique en fonctions cycliques dans Wagner Dream de Jonathan Harvey, Jean-Pascal Chaigne considère l'écriture mélodique dans un extrait de Terrain de Brian Ferneyhough, et Philippe Lalitte explore la totalité mélodique chez Varèse.

Lire la critique de Jean-Marc Warszawski

Luc Ferrari, Symphonie déchirée par l'ensemble Ars Nova (L'Empreinte digitale)

 

Luc Ferrari, symphonie déchirée

Luc Ferrari, Symphonie déchirée, Ensemble Ars Nova (Philippe Nahon, direction). L'empreinte digitale 2013 (EDVD733) + un DVD documentaire..

Enregitré le 24 octobre 2007, Hippodrome scène nationale de Douai.

Cette symphonie est une sorte de balancement entre la révolte et la volupté, entre réalisme et abstraction, entre mouvement impulsif et formaliste.

Commencée fin 94, elle a subi plusieurs bouleversements dus aux troubles des remises en questions personnelles et du temps qui passe et qui ne se ressemble pas [...]

Luc Ferrari.

1. Pénétration harmonique.
2. Jeu des objets.
3. Dualité.
4. Parole déchirée.
5. Jeu de timbre.
6. Jeu de reflets.
7. Les cloches de Huddersfield
8. Déchirure

Qui sommes nous ? S'abonner au bulletin Liste de discussion

logo musicologie
©musicologie.org 2013

 septembre 2013

L

M

M

J

V

S

D

 

 

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

29

30

 

 

 

 

 

 

Presse internationale

flux rss

 

rectangle

rectangle

musicologie.org
56 rue de la Fédération
F - 93100 Montreuil