Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Petites annonces . Agenda . Abonnement au bulletin . Analyses musicales . Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir .

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Weinberg Mieczysław
1919-1996

Moisei (Moishei) Samuilovich Vainberg ; Wajnberg ; Мечислав (Моисей) Самуилович Вайнберг.

Né à Varsovie, 8 décembre 1919 ; mort à Moscou, 2 février 1996. Compositeur russe d'origine polonaise.

Il commence à écrire de la musique très jeune, sous l'autorité de son père, Szmul, musicien dans les théâtres de la ville. Sa mère, Sura Dwojra (Sara Débora) Stern, est actrice [dans un document russe on trouve Sarra Kotlitzkaja]. À l'âge de 10 ans, il joue du piano dans le théâtre où son père travaille.

En 1931, il intègre la Conservatoire de Varsovie où il étudie le piano avec Józef Turczyński. Son talent pianistique est remarqué par le grand virtuose Joseph Hoffman qui organise le séjour de Weinberg aux États-Unis afin qu'il y poursuive ses études. Mais l'invasion de la Pologne par les troupes hitlériennes met un terme à ce projet.

Fuyant le danger nazi vers l'Union soviétique, sa famille est arrêtée à la frontière par la police allemande, ses parents et sa sœur sont assassinés dans le camp de Trawniki près de Lublin. Ayant pu fuir, Weinberg reprend des études en Union soviétique. La mort de ses proches lui est confirmée dans les années 1960.

Mieczysław Weinberg, Fantaisie pour violoncelle et orchestre opus 52, par Claes Gunnarsson et le Gothenburg Symphony Orchestra, sous la direction de Thord Svedlund.

En 1939, il est admis dans la classe de Vassili Andreyevich Zolotarev au Conservatoire de Minsk en Biélorussie. Il est diplômé en juin 1941.

Pendant la guerre, il est envoyé à Tachkent, en Ouzbékistan, où il rencontre et épouse Natalija (Nathalie), la fille de l'acteur et directeur de Théâtre Solomon Mikhoels, mort dans un accident de voiture en 1948, qui serait un assassinat maquillé, commandité par Staline, un bruit qu'il faut entendre avec beaucoup de circonspection, étant là dans un milieu favorable au soviétisme, y compris sous Staline.

Weinberg rencontre alors Chostakovitch dont la musique agit sur lui comme un révélateur : « C'était comme si je naissais à nouveau [...] Bien que je n'aie pas pris de leçons de lui, Dimitri Chostakovitch a été la première personne à laquelle j'ai montré chacune de mes nouvelles œuvres. » Leur amitié a duré jusqu'à la mort de Chostakovitch en 1975.

Mieczysław Weinberg, Quatuor à cordes, en la némol mineur, opus 16, à la mémoire de sa sœur, par le Quatuor Danel.

Chostakovitch aide à l'installation de Weinberg à Moscou, en 1943, qui entame une carrière de musicien et de compositeur indépendant. Ses œuvres sont régulièrement créées par ses amis, Il gagne sa vie en composant pour le cinéma, le théâtre, la radio, et le cirque. Il est parfois soutenu financièrement par Chostakovitch.

En 1948, Andreï Aleksandrovitch Jdanov, au sein du Parti communiste d'Union soviétique, impose des directives esthétiques aux compositeurs, dont les œuvres doivent être accessibles aux classes populaires, mais ses œuvres ne sont pas les plus critiquées.

Il est emprisonné le 6 février 1953, parce que l'oncle de son épouse, Miron Wowsi, est un médecin pris dans le « complot des blouses blanches », neuf médecins du Kremlin accusés de vouloir assassiner des dirigeants politiques. Il est libéré trois mois plus tard, avec son oncle... Staline est mort le 5 mars, ce qui en a peut être plus fait que l'intervention de Chostakovitch.

Mieczysław Weinberg, Requiem, par Elena Kelessidi, le chœur de garçons de Vienne, le chœur philharmonique de Prague, l'Orchesetr symphonique de Vienne, sous la direction de Vladimir Fedoseyev.

Il s'agit d'un « Requiem » profane, sur des textes modernes, dénonçant la guerre et les politiques guerrières.

Si la programmation de ses œuvres ne sont pas encouragées par l'administration, des interprètes s'y intéressent, dont Emil Gilels, Mariya Grinberg, un plus plus tard Mstislav Rostropovitch et les chefs d'orchestre Alexander Gauk et Kurt Sanderling (ayant fui également l'Allemagne nazie), qui créaient souvent ses œuvres peu après leur achèvement.

Au cours des deux dernières décennies de sa vie, sa production n'a cessé de croître, dont de nombreux opéras.

En 1990, il est gratifié du Prix d'État d'Union soviétique.

Mieczysław Weinberg, no 21, opus 152, « Kaddish » I. Largo, Par Gidon Kremer, le City Of Birmingham Symphony Orchestra, la Kremerata Baltica, sous la direction de Mirga Gražinytė-Tyla.

Son œuvre est influencée par Chostakovitch, Prokofiev, Myaskovsky, Bartók et Mahler. Elles suivent souvent le fil d'un programme autobiographique, entre méditation et épisodes radieux. Sa 21e symphonie commémore l'incendie du ghetto de Varsovie où nombre de ses proches sont morts. La tragédie de la Seconde Guerre mondiale et de le l'enfance détruite y côtoie une volonté d'harmonie et d'équilibre classique.

 

 Jean-Marc Warszawski
22 février 2020



Catalogue des œuvres

Mieczysław Weinberg a composé plus de 500 œuvres, dont 65 musiques de films, aussi pour le cirque, un art hautement considéré en Union Soviétique.

1933, Deux Mazurkas pour piano, fa mineur et la mineur.

1934-1935, Trois pièces pour violon et piano, 1. Nocturne, 2. Scherzo, 3. Sen o lalce. (« Rêve d’une poupée »).  

1935 (opus 1),  Berceuse, pour piano.   

1937 (opus 2), Quatuor à cordes no 1 (voir opus 141).

1940 (opus 3), Quatuor à cordes no 2 .

1940 (opus 4), Acacias, 6 romances pour chant et piano sur des poèmes de Julian Tuwim.  

1940 (opus 5), Sonate pour piano no 1, dédicacée à Aleksey Klumov, 1. Adagio, 2. Allegretto, 3. Andantino, 4. Allegro molto.  

1941 (opus 6), Poème symphonique pour orchestre, créé sous la direction d’Ilya Musin.

1941 (opus 7), 3 Romances, pour voix et piano, sur des poèmes de J. Rivina et d'A. Prokofiev.

1942, (opus 8), Sonate pour piano no 2 en la mineur, 1. Allegro,  2. Allegretto, 3. Adagio, 4. Vivace, créée par Emil Gilels, 16 octobre 1943, Conservatoire de Moscou.

1942, L'épée d'Ouzbékistan, opéra composé avec Tohtasyn Dzhalilov, Alexei Klumov et Talib Sadykov.

1942, Camarades en armes, opéretta ?

1942, Bataille pour la patrie, ballet ?

1942, La carrière de Claretta, opéretta d'après P. arman (1940), plutôt de Boris Vladimirovich Asafiev (1884-1949) ?

1942 (opus 9), Aria pour quatuor à cordes, créé par le Quatuor Danel, Université de Manchester, 17 novembre 2009.

1942 (opus 10), Symphonie no 1, en sol mineur, dédicacée l'Armée rouge, 1. Allegro moderato, 2. Lento, 3. Vivace, 4. Allegro con fuoco.

1942-1945, Deux Chansons sans paroles pour violon et piano, 1. Andantino, 2. Larghetto.

1943 (opus11), Capriccio, pour violon et piano, créé par le Quatuor Danel, Université de Manchester, 17 novembre 2009.

1943 (opus 12), Sonate no 1 pour violon et piano, 1. Allegro, 2. Adagietto, 3. Allegro, dédicacée à Solomon Mikhoels, son beau-père.

1943 (opus13), Chants d'enfants, pour voix et piano.

1944 (opus 14), Quatuor à cordes no 3.

1944 (opus 15), Sonate no 2 pour violon et piano : 1. Allegro, 2. Lento, 3. Allegro moderato, créée par David Oïstrakh, dédicataire, 3 janvier 1962, en compagnie de Frieda Bauer.

1944 (opus 16), Livre de piano pour les enfants, 1. Larghetto, 2. Allegro, 3. Moderato maestoso, 4. Tempo di valse, 5. Allegretto, dédicacé  à sa fille Victoria.

1944 (opus 17), Chants juifs, d'après des poèmes de Samuel Galkine (1897-1960), 1. Larghetto, 2. Allegro, 3. Moderato maestoso, 4. Tempo di valse, 5. Allegretto, 6. Presto, 7. Andante tranquillo, 8. Larghetto.

1944 (opus 18), Quintette avec piano.

1944 (opus 19), Livre de piano pour enfants, 1. Largo, 2. Allegretto, 3. Moderato, 4. Lento, 5. Allegro, 6. Andantino, 7. Marziale lugubre, 8. Andante, Dédié à sa fille Victoria.

1945 (opus 20), Quatuor à cordes no 4, 1. Allegro comodo, 2. Moderato assai, 3. Largo marciale, 4. Allegro moderato, dédicacé aux membres du Quatuor du Théâtre du Bolchoï, créateurs, le 19 janvier 1946, au Conservatoire de Moscou.

1945 (opus 21), Sonate no 1 pour violoncelle et piano en ut majeur, 1. Lento ma non troppo, 2. Un poco moderato.

1945 (opus 22), 3 Romances, pour voix et piano.

1945 (opus 23), Livre de piano pour les enfants,1. Allegro marcato, 2. Allegro commodo, 3. Moderato, 4. Prestissmo, 5. Allegretto quasi andantino, 6. Lento funebre, 7. Andantino semplice, dédicacé à sa fille Victoria.

1945 (opus 24),Trio pour piano.

1945 (opus 25), 6 Romances, pour voix et piano.

1939-1945 (opus 6), Suite pour petit orchestre.  

1945 (opus 27), Quatuor à cordes no 5.

1945 (opus 28), Sonate pour clarinette et piano, 1. Allegro, 2. Allegretto, 3. Adagio, créée à Moscou, 20 avril 1946.

1945, Fantaisie sur des thèmes du Chalet, opéra d'Adolphe Adam, pour orchestre.

1946 (opus 29),12 Miniatures pour flûte et piano, 1. Introduction, 2. Ariette, 3. Burlesque, 4. Capriccio, 5. Nocturne, 6. Valse, 7. Ode, 8. Duo, 9. Barcarole, 10. Étude, 11. Adagio, 12. Pastorale. Version orchestrée en 1983.

1946 (opus 30), Symphonie no 2 pour orchestre à cordes.

1946 (opus 31), Sonate pour piano no 3 en sol dièse mineur, 1. Allegro tranquillo, 2. Adagio, 3. Moderato con moto, créée le 5 octobre 1946 par Maria Grinberg, au Conservatoire de Moscou, dédicacée à Lev Abeliovitch.

1946 (opus 32), Élégie pour baryton et piano.

1946 (opus 33), 6 Sonates, pour basse et piano.

1946 (opus 34), 21 Pièces faciles pour piano, 1. Marche joyeuse, 2. Le Rossignol, 3. La Corde à sauter, 4. Baba Yaga, 5. Les camarades de jeu, 6. La poupée malade, 7. Un soldat de plomb, 8. Un conte de grand-mère, 9. Le berger, 10. Cache-cache, 11. Grand-père Gel, 12. Valse mélancolique, 13. Le poisson rouge, 14. La complainte de Petrouchka, 15. Chat perché, 16. La petite balle, 17. Berceuse pour une poupée, 18. Oursons, 19. Petits lapins, 20. Le loup gris, 21. Bonne nuit, dédicacées au compositeur Nikolaï Peïko.

1946 (opus 35), Quatuor à cordes no 6.

1946-1947 (opus 36), Scènes de fête, pour orchestre.

1947 (opus 37), Sonate no 3 pour violon et piano.

1947 (opus 38), 4 Romances, pour voix et piano.

1947 (opus 39), Sonate no 4 pour violon et piano, en trois mouvements liés, 1. Adagio, 2. Allegro ma non troppo, 3. Adagio tenuto molto rubato, création publique en 1968, dédicacée à Leonid Kogan.

1947 (opus 40), 2 Suites de ballet pour orchestre.

1947, 5 Pièces pour flûte et piano, 1. Paysage, 2. Première danse, 3. Seconde danse, 4. mélodie, 5. Troisième danse.

1947, Six chansons enfantines, pour voix et piano.

1847, Deux romances sans paroles, pour violon et piano.

1948 (opus 41), Sinfonietta no 1, sur des thèmes juifs, 1. Allegro risoluto, 2. Lento, 3. Allegretto, 4. Vivace, pour « l'amitié entre les peuples de l'URSS », créée le 13 novembre 1948 à Kiev, par l'Orchestre philharmonique de Kiev sous la direction de Natan Rakhline.   

1948 (opus 42), Concertino pour violon et orchestre à cordes, 1. Allegretto cantabile, 2. Cadenza, 3. Allegro moderato poco rubato.

1948 (opus 43), Concerto pour violoncelle et orchestre en ut mineur, 1. Adagio, 2. Moderato, Lento, 3. Allegro, 4. Allegro, créé le 9 janvier 1957, par le dédicataire Mstislav Rostropovitch et l’Orchestre philharmonique de Moscou, sous la direction de Samuel Samossoud.

1948, Deux chœurs pour voix masculines a cappella.

1949 (opus 44), Ouverture de fête pour orchestre.

1949 et 1959-1960 (opus 45), Symphonie no 3 en si mineur, 1. Allegro, 2. Allegro giocoso, 3. Adagio 4. Allegro vivace, créée au Conservatoire de Moscou, 23 mars 1960, par l’Orchestre symphonique de la Radio et de la Télévision soviétique, sous la direction d'Alexandre Gaouk.

1949 (opus 46), Sonatine pour violon et piano en majeur, 1. Allegretto, 2. Lento, 3. Allegro moderato, créée au Conservatoire de Moscou, 9 octobre 1955, par Leonid Kogan et Andrey Mytnik, dédicacée à Boris Tchaïkovski.

1949 (opus 47), 1. Rhapsodie sur des thèmes moldaves, pour orchestre, créée le 30 novembre 1949 à Moscou, sous la direction d'Alexandre Gaouk, révision 1952 ; 2. Airs polonais pour orchestre, créés le 13 décembre 1950, par l'Orchestre Philharmonique de Moscou, sous la direction de Carl Eliasberg ; 3. Rhapsodie moldave pour violon et piano créée le 6 février 1953 par David Oïstrakh et le compositeur au piano, Conservatoire de Moscou ; 4. Sérénade pour orchestre.

1950, Improvisation, pour quatuor à cordes.

1950 opus (48),Trio à cordes.

1950, Portrait d'amis, pour piano, Chostakovitch, Prokofiev, Myaskovsky, Chebalin, Khachatourian.

1951 (opus 49), Sonatine pour piano, 1. Allegro leggiero, 2. Adagietto lugubre, 3. Allegretto, révisée en 1978 (opus 49 bis), dédicacée à Dmitri Chostakovitch, Allegro leggiero, 2. Andantino, 3. Allegretto.

1951 (opus 50), À la source du passé, cycle de chansons pour mezzo-soprano et piano.

1952 (opus 51), Au pays natal, cantate pour alto, chœur d'enfants, chœur mixte et orchestre.

1952, Marche, pour orchestre.

1952, Kujawiak et Oberek, pour 2 xylophones et orchestre.

1951-1953 (opus 52), Fantaisie pour violoncelle et orchestre, en un mouvement, créée dans en version violoncelle-piano, 23 novembre 1953, à Moscou, par Daniil Chafran et Nina Mousinian, dédicacée à Iouri Levitine.

1953 (opus 53), Sonate no 5 pour violon et piano, 1. Andante con moto, 2. Allegro molto, 3. Allegro moderato, 4. Allegro, créée le 30 décembre 1955 par Mikhail Vaiman et Maria Karandashova, dédicacée à Dmitri Chostakovitch.

1953, Ouverture, pour orchestre.

1954 (opus 54), Partita pour piano, en 10 mouvements, Prélude, Chorale, Sérénade, Sarabande, Intermezzo, Marche, Aria, Ostinato, Étude et Canon, dédicacée à Levon Atovmyan.

1954-1955, (opus 55), La Clé d'or, ballet en 3 actes et 6 scènes, sur un argument d'Alexander Gayamov d'après La Petite Clé d'or ou Les Aventures de Bouratino, d'Alexis Nikolaïevitch Tolstoï, inspiré des Aventures de Pinocchio, de Carlo Collodi, créé le 10 juin 1962. Trois suites pour orchestre en sont issues, 1. Danse de Bouratino avec la clef, 2. Élégie. Andante tranquillo, 3. Danse d’Artemon, 4. Danse du grillon, 5. Danse du chat et du renard, 6. Danse de Chouchera le rat, 7. La Leçon, 8. La Poursuite.

1955 (opus 56),Sonate pour piano no 4 en si mineur, 1. Allegro, 2. Allegro, 3. Adagio, 4. Allegro, créée par Emil Gilels, le dédicataire, 19 février 1957.  

1956 (opus 57), La Bible des Gitans, 7 romances pour mezzo-soprano et piano sur des poèmes de Julian Tuwim.

1956 (opus 58), Sonate pour piano no 5, 1. Allegro, 2. Andante, 3. Allegretto, créée le 9 novembre 1958 par Leonid Brumberg, dédicacée à Boris Tchaïkovski.

1957 (opus 59), Quatuor à cordes no 7.

1957 (opus 60), Matin Rouge, poème symphonique.

1957 (opus 61), Symphonie no 4 en la mineur, 1. Allegro, 2. Allegretto, 3. Adagio, Andantino, 4. Vivace, créée le 16 octobre 1961 au Conservatoire de Moscou par Kirill Kondrachine et l’Orchestre symphonique de la Société philharmonique de Moscou, révisée en 1961, dédicacée à Revol Bounine,

1957-1958 (opus 62), Mémoires, sept chansons pour mezzo-soprano et piano sur des poèmes de Julian Tuwim.

1957, Musique du film Quand passent les cigognes de Mikhaïl Kalatozov.

1958-1959 (opus 63), Sonate pour violoncelle et piano no 2 en ut majeur, commande de Mstislav Rostropovitch.

1958 (opus 64), Le Chrysanthème blanc, ballet en 3 actes (contre la bombe atomique).

1958 (opus 65), Dans les montagnes arméniennes, pour voix et piano.

1959 (opus 66), Quatuor à cordes no 8.

1959 (opus 67), Concerto pour violon et orchestre en sol mineur, 1. allegro molto, 2. allegretto, 3. adagio, 4. allegro risoluto, créé le 12 février 1961 à Moscou par Leonid Kogan et l'Orchestre symphonique du philharmonique, sous la direction de Guennadi Rojdestvenski, dédicacé à Leonid Kogan. 

1959(opus 68), Chansons symphoniques.

1959 (opus 69), Sonate pour 2 violons.

1959, Suite, du film Les douze mois.

1960 (opus 70), 7 Romances, sur des poèmes de Sándor Petőfi, pour ténor et piano.

1960 (opus 71), 7 Romances, pour voix et piano.

1960 (opus 72), Sonate no 1 pour violoncelle seul, 1. Adagio, 2. Allegretto, 3. Allegro, dédicacée à Dédiée à Mstislav Rostropovitch. 

1960 (opus 73), Sonate pour piano no 6, 1. Adagio, 2. Allegro molto, créée le 26 février 1964 au Conservatoire de Moscou par Marina Mdivani.

1960 (opus 74), Sinfonietta no 2 en la mineur pour orchestre à cordes et timbales, 1. Allegro, 2. Allegretto, 3. Adagio, 4. Andantino, créée le 19 novembre 1960 au Conservatoire de Moscou, par l’Orchestre de chambre de Moscou, sous la dirtection de Rudolf Barshai.

1961 (opus 75), Concerto pour flûte et orchestre à cordes, 1. Allegro molto, 2. Largo, 3. Allegro comodo, créé le 25 novembre 1961 au Conservatoire de Moscou par Alexandre Korneïev (dédicataire) et l’Orchestre de chambre de Moscou, sous la directrion de Roudolf Barchaï.

1962 (opus 76), Symphonie no 5 en fa mineur, 1. Allegro moderato, 2. Adagio sostenuto, 3. Allegro, 4. Andantino, dédicacée à Kirill Kondrachine.

1962 (opus 77), Lettres anciennes, huit chansons pour soprano et piano sur des poèmes de Julian Tuwim. 

1962 (opus 78), 3 Romances pour chant et piano  

1962/63 (opus 79), Symphonie no 6 pour chœur d'enfants et orchestre, 1. Adagio sostenuto, 2. Allegretto, 3. Allegro molto, 4. Largo, 5. Andantino, créée le 12 novembre 1963 par l'orchestre philharmonique de Moscou, le chœur de garçons de l'école de chorale de Moscou, sous la direction de Kirill Kondrachine. 

1963 (opus 80), Quatuor à cordes no 9.

1964 (opus 81), Symphonie no 7 en ut majeur pour cordes et clavecin, 1. Adagio sostenuto, 2. Allegro, 3. Andante, 4. Adagio sostenuto, 5. Allegro, créée sous la direction de Roudolf Barchaï (dédicataire) et Andrei Volkonski au clavecin.

1964 (opus 82), Sonate no 1 pour violon seul, 1. Adagio, 2. Andante, 3. Allegretto, 4. Lento, 5. Presto, créée le 31 décembre 1965 par Mikhaïl Fikhtengolts.  

1964 (opus 83), Symphonie no 8 « Fleurs polonaises » en sol majeur, pour ténor, chœur mixte et orchestre, sur Kwiaty polskie (Fleurs polonaises), de Julian Tuwim, 1. Podmuch wiosny (Rafale de printemps), 2. Bałuckie dzieci (Enfants de Bałuty), 3. Przed starą chatą (Devant la vieille cabane), 4. Był sad (Il y avait un verger), 5. Bez (Sureau), 6. Lekcja (Leçon), 7. Warszawskie psy (Chiens de Varsovie), 8. Matka (Mère), 9. Sprawiedliwość (Justice), 10. Wisla plynie (La Vistule coule), créée le 6 mars 1966, à Moscou, par le chœur cadémique russe et l'Orchestre philharmonique de Moscou, sous la direction d'Alexander Yurlov.

1964 (opus 84), Oh, brouillard gris, romance pour basse et piano, sur un poème de Julian Tuwim.   

1964 (opus 85), Quatuor à cordes no 10.

1965 (opus 86), Sonate no 2 pour violoncelle seul, dédicacée à Valentin Berlinsky, révisée en 1978, sous le numéro d'opus 121.

1965 (opus 87), Le Journal de l'amour, cantate pour ténor, chœur d'enfants et orchestre de chambre.

1965 (opus 88), Le Profil, cycle de mélodies pour basse et piano  

1965, Can-Can en l'honneur de Rastorguyevo, dédicacé à Olga Reznitskaya [sa future seconde épouse]

1965/66 (opus 89), Quatuor à cordes no 11.

1965 (opus 90), Mots dans le sang, cycle de mélodies pour ténor et piano sur des poèmes de Julian Tuwim.

1965 (opus 91), Piotr Plaksin, cantate pour ténor, contralto et 9 instruments, sur des poèmes de Julian Tuwim.

1966 (opus 92), Hiroshima, cantate pour chœur mixte et orchestre, sur des poèmes de Munetoshi Fukagawa.   

1940-1967 (opus 93), Symphonie no 9 pour récitant, chœur et orchestre, sur des poèmes de Julian Tuwim et Władysław Broniewski.

1966-1967 (opus 94), Concerto pour trompette et orchestre en si bémol majeur, 1. Études, 2. Épisodes, 3. Fanfares, créé le 6 janvier 1968, à Moscou, par Timofei Dokchitser et l'Orchestre philharmonique de Moscou, sous la direction de Kirill Kondrachine, dédicacé à Timofei Dokchitser.

1967 (opus 95), Sonate no 2 pour violon seul, 1. Monodie, 2. Silences, 3. Intervalles, 4. Répliques, 5. Accompagnement, 6. Invocation, 7. Syncopes, dédicacée à Mikhaïl Fikhtengolts.

1965-1967 (opus 96), Requiem, pour chœur d'enfants, chœur mixte et orchestre.

1967/68 (opus 97), La Passagère, opéra en 2 actes et un épilogue, sur un livret d'Alexandre Medvedev, d'après La Passagère de la cabine 45, récit radiophonique de Zofia Posmysz, créée en version de concert au Théâtre de musique Stanislavski et Nemirovich-Danchenko de Moscou, 25 décembre 2006, en version scénique, Festival de Bregenz, été 2010.

1968 (opus 98), Symphonie no 10 en la mineur.

1968 (opus 99),Triptyque, pour basse et orchestre  

1968 (opus 100), 24 Préludes pour violoncelle solo 

1969 (opus 101), Symphonie no 11 pour chœur et orchestre, sur des chants révolutionnaires et traditionnels.

1970 (opus 102), Personne n'a connu..., pour soprano, chœur et orchestre

1970, La Chanson d’Anna, pour mezzo-soprano et orchestre, d’après des poèmes de Julian Tuwim [Anna est le prénom de sa seconde fille].

1969-1970, (opus 103), Quatuor à cordes no 12.

1970 (opus 104), Concerto pour clarinette et orchestre à cordes, 1. Allegro, 2. Andante, 3. Allegretto

1970 (opus 105), La Madone et le soldat, opéra. 

1971 (opus 106), Sonate no 3 pour violoncelle seul, 1. Allegro, 2. Allegretto, 3. Lento, 4. Presto, dédicacée à Mstislav Rostropovitch.

1971 (opus 107), Sonate no 1 pour alto seul.  

1971 (opus 108), Sonate no 1 pour contrebasse seule.

1971 (opus 109), L'Amour de d'Artagnan, opéra.

1973 (opus 110), Lorsque je chante cet enfant endormi, cycle de mélodies pour soprano et piano.

1975 (opus 111), Félicitations ! opéra en deux actes, d'après Mazeltov, pièce de Cholem Aleikhem, crééesle 13 septembre 1983, à l'Opéra de Moscou.

1975 (opus 112), Lady Magnésie, opéra en un acte, d'après Passion, Poison, and Petrifaction de George Bernard Shaw, créée en version de concert, 18 novembre 2009, au festival Weinberg à Liverpool, sous la direction de Clark Rundell, création scénique, 2 février 2012 au Théâtre d'Erfurt, sous la direction de Samuel Bächli, dédicacées à Rodion Chtchedrine.

1973-1975, (opus 113), 6 scènes de ballet pour orchestre.

1975-76 (opus 114), Symphonie no 12, 1. Allegro moderato, 2. Allegretto, 3. Adagio, 4. Allegro, « In Memoriam Dimitri Chostakovitch », créée le 13 octobre 1979, par l'Orchestre symphonique de la radio de Moscou, sous la direction de Maxime Chostakovitch.

1976 (opus 115), Symphonie no 13.

1976 (opus 116), Cycle de mélodies pour basse et piano, sur des poèmes de Vassili Joukovski.

1977 (opus 117), Symphonie no 14 en un mouvement, créée le 8 octobre 1980, au Festival d'automne de Moscou, sous la directrion du dédicataire, Vladimir Fedosseïev.

1977 (opus 118), Quatuor à cordes no 13, dédicacé au au Quatuor Borodine.

1977 (opus 119), Symphonie no 15, « Je crois en cette terre », pour soprano, baryton, chœur de femmes et orchestre.

1977 (opus 120), Trois Palmiers, pour soprano et quatuor à cordes, sur des textes de Mikhaïl Lermontov.

1978 (opus 121), Sonate no 2, pour violoncelle seul (version révisée de l'opus 86).

1978 (opus 122), Quatuor à cordes no 14, dédicacé à Iouri Levitine.

1978 (opus 123), Sonate no 2 pour alto seul.

1979 (opus 124), Quatuor à cordes no 15, dédicacé aux  membres du quatuor, Yevgenia Alikhanova, Valentina Alykova, Galina Kokhanovskaya, Maria Yanusehevskaya.

1979 (opus 125), Cycle de mélodies pour basse et piano, sur de poèmes d'Ievgueni Baratynski.  

1979 (opus 126), Sonate no 3 pour violon seul.

1979 (opus 127), Trio pour flûte, alto et harpe ou piano, en quatre mouvements sans indications.

1980 (opus 128), Le Portrait, opéra en 3 actes sur un livret d'Alexandre Medvedev d'après la nouvelle éponyme de Nicolas Gogol, créé au Théâtre national Janácek de Brno, 20 mai 1983.

1980 (opus 129), La Robe en or, opérette.

1981 (opus 130), Quatuor à cordes no 16, 1. Allegro, 2. Allegro, 3. Lento, 4. Moderato, à lamémoire de sa sœur Ester, née en 1921, déportée et assassinée avec toute sa famille par les Nazis, créé par le Quatuor Borodine, au Conservatoire de Moscou, 8 novembre 1984.

1981 (opus 131), Symphonie no 16, créée en 1982, au Conservatoire de Moscou lors du Festival d'automne, par l'Orchestre symphonique de la Société philharmonique de Moscou sous la direction de Pavel Kogan.

1981 (opus 132), La Relique, récitatif pour basse et piano.

1981 (opus 133), Sonate pour basson seul, dédicacée à Valery Sergeyvich Popov.

1982 (opus 134), Mélodies pour basse et piano, sur des poèmes d'Afanasy Fet.

1982 (opus 135), Sonate no 3 pour alto seul.

1982 (opus 136), Sonate no 4 pour alto seul.

1982 (opus 136 bis),   Sonate pour violon et piano no 6, à la mémoire de sa mère.

1983, Deux fugues pour Ludmila Berlinskaïa.

1984 (opus 137), Symphonie no 17, « Souvenir », 1. Allegro sostenuto, 2. Allegro molto, 3. Allegro moderato, 4. Andante, part de la trilogie des symphonie 17, 18, 19, « Aux portes de la guerre ».

1986 (opus 138), Symphonie no 18 « Guerre : Il n'y a pas de mot plus cruel », pour chœur mixte et orchestre, sur des textes de Sergeï Orlov, Alexandre Tvardoski et une chanson populaire, à la mémoire de ceux qui sont tombés lors de la Grande Guerre patriotique, créée en octobre 1985 au festival d' automne de Moscou, par l'Orchestre symphonique de la Radio de l'URSS et le Chœur Académique de Lettonie, sous la direction de Vladimir Fedosseïev.

1986 (opus 139), 6 chansons pour enfants, pour voix et piano.

1986 (opus 140), Sonate no 4 pour violoncelle seul, dédicacé à à Valentin Berlinsky.

1986 (opus 141), Quatuor no 1 (version révisée de l'opus 23).  

1986 (opus 142), Symphonie no 19, « Mai radieux », en un mouvement, créée le 23 novembre 1986, Festival Automne de Moscou, par l'Orchestre Symphonique de la Radio de l'URSS, sous la direction de Vladimir Fedosseïev (voir symphonies 17 et 18).

1986 (opus 143), Les Bannières de la paix, poème symphonique sur des chants révolutionnaires et traditionnels, au 27e congrès du parti communiste, créé à Moscou, 23 février 1986, par l'Orchestre Symphonique de la Radio de l'URSS, sous la direction de par Vladimir Fedosseïev.

1985 (opus 144), L'Idiot, opéra en quatre actes, sur un livret d'Alexandre Medvedev, d'après le roman éponyme de Fiodor Dostoïevsk, créé en version réduite pour orchestre le 19 décembre 1991, à Moscou par l'Orchestre de chambre du Théâtre de l'Opéra de Moscou, sous la doirectiopn de Boris Pokrovski, en version scénique au théâtre national de Mannheim, 9 mai 2013, sous la direction de Thomas Sanderling, dédicacé à Dimitri Chistakivitch.

1987 (opus 145), Symphonie de chambre no 1.

1987 (opus 146), Quatuor à cordes no 17.

1987 (opus 147), Symphonie de chambre no 2.

1987 (opus 148), Concerto pour flûte no 2, 1. Allegro, 2. Largo, 3. Allegretto, dédicacé à Alexandre Korneïe. Aussi version pour orchestre à cordes.

1988 (opus 149), Paix aux nations, poème symphonique pour chœur de garçons et orchestre.

1988 (opus 150), Symphonie no 20, 1. Adagio, 2. Allegretto, 3. Con moto, 4. Allegro molto, dédicacée à Vladimir Fedosseïev et à l'Orchestre symphonique de la radio de Moscou.

1989, Musique du film de Boris Yermolayev, Notre Père.

1990 (opus 151), Symphonie de chambre no 3, en si bémol majeur, 1. Lento, 2. Allegro molto, 3. Adagio, 4. Andantino, créée le 19 novembre 1991, au Conservatoire de Moscou lors du festival d’automne.

1991 (opus 152), Symphonie no 21, « Kaddish », pour soprano et orchestre, en un mouvement (six sections), 1. Largo, 2. Allegro molto, 3. Largo, 4. Presto, 5. Andantino, 6. Lento,

1992 (opus 153), Symphonie de chambre no 4, en si majeur, en un mouvement, pour clarinette obligato en la, triangle et orchestre à cordes, Dédiée à Boris Tchaïkovski.

1994 (opus 154),    Symphonie no 22 (achevée par Kirill Umanski).

Discographie

Chostakovitch, Weinberg, Dramatic russian legacy, Mûza Rubackyté, Quatuor Mettis, Chostakovitch, Quintette avec piano en sol mineur, opus 57 ; Weinberg, Quintette avec piano en fa mineur, opus 18. Lifia Digital 2019 (Lidi 0302347-19).

Enregistré en juin 2019 au Paliesiaus dvaras, en Lituanie.

Lire la présentation de Jean-Marc Warszawki

 Jean-Marc Warszawski
23 février 2020

© Musicologie.org


À propos - contact | S'abonner au bulletin | Biographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

musicologie.org  rss

Musicologie.org,
56 rue de la Fédération,
93100 Montreuil.
06 06 61 73 41.
ISNN 2269-9910.

 

Lundi 24 Février, 2020