Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Petites annonces . Agenda . Abonnement au bulletin . Analyses musicales . Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Tessarini Carlo
1690-1767

Carlo Tessarino

Né à Rimini, vers 1690 ; mort à Amsterdam, après le 12 mars 1767.

Violoniste et compositeur, musicographe.

On ne sait pas s’il a des liens avec les Tessarini de Rimini, actifs dans le commerce maritime et propriétaires immobiliers.

On déduit son lieu de naissance des frontispices de ses publications et de ses dédicaces « Carlo Tessarini da Rimini ». Il en est de même pour sa date de naissance : Jacob Wilhelm Lustig écrit à Groningen, le 25 décembre 1762 : malgré ses cheveux gris et ses 72 ans, il lit et écrit très bien sans lunettes, comme un jeune homme, si bien qu’il pratique quotidiennement et continuellement le style à la mode, de sorte que ses compositions actuelles ne ressemblent en rien aux 12 premiers concertos. En 1761, le diariste Justinus de Beyer, de Nimègue, le décrit comme un violoniste vigoureux d’au moins 70 ans.

On ne sait rien de sa formation musicale.

En 1716, il apparaît à Venise comme maître des concerts à l’Ospedaletto Pio ai Ss. Giovanni e Paolo (appelé dei Derelitti), poste qu’il occupe jusqu’en 1719.

Les hospices de Venise (pour les malades, les indigents, les jeunes filles orphelines...) étaient célèbres dans l'élite européenne, par la qualité de leurs activités musicales et la perfection de leurs concerts.

L'Ospedale dei Derelitti, est aussi nommé Ospedaletto. Il a été fondé en 1517 par Girolamo Miani (1486-1527), des musiciens comme Giovanni Legrenzi (1626-1690), Antonio Porpora (1686-1768), Tomaso Traetta (1727-1779), ou Domenico Cimarosa (1749-1801) y ont été employés.

Il est engagé le 15 décembre 1720 comme violoniste au sein de la chapelle de Saint-Marc de Venise, où sa présence est documentée jusqu’en 1735 (il semble avoir quitté son poste avant).

Entre 1723 et 1730, il est de nouveau maître des concerts à l’Ospedale dei Derelitti, à Venise.

Son mariage avec Elisabetta, peut dater de son séjour vénitien. Ils auront cinq enfants : Francesca (1726), Catterina et Pasqua (1728), Francesco (1730), Angela (1732).

À partir des années 1730, il se lance, avec son frère Giovanni Francesco, dans l’édition musicale.

En 1731, il postule pour un poste à la cathédrale d’Urbino pour des honoraires de 30 scudi romains. Sa présence y est attestée à partir de 1733, avec des interruptions dues à des voyages, de plus, il habite à Pesaro où il est également le musicien de chambre virtuose de Monseigneur Federico Marcello Lante Montefeltro della Rovere, futur cardinal.

Au Carnaval de 1733, il s’absente pour jouer dans un opéra. Au carnaval de l’année suivante, il met en scène La fede ne' tradimenti. Il est peut-être de nouveau actif à Venise en 1734-1735.

De 1736 à environ 1738, il est directeur de la musique instrumentale du prince-évêque d’Olomouc, le cardinal Volfango Hannibal de Schrattenbach, à Brno, où il passe un accord avec l’éditeur Le Cène, qui édite les concertos La stravaganza, opus 4, dédicacés au cardinal.

À partir du 27 décembre 1738, il est de nouveau engagé à la cathédrale d’Urbino, mais s’absente souvent.

De 1740 à 1765, malgré ses nombreuses absences de la ville, il se dit professeur de violon d’Urbino.

En 1740, il est nommé premier violon au Teatro di Valle, à Rome, mais à la suite du décès du pape Clément XII, les théâtres sont fermés le 6 février. De son séjour à Rome, on conserve une caricature de Pierleone Ghezzi.

Carlo Tessarini, Ouverture de La Stravaganza (opus 4), Xenia Löffler (hautbois), Georg Kallweit (violon), Akademie für Alte Musik Berlin.


Carlo Tessarini, Concerto pour violon, opus 1, no 1, en mi mineur, 1. allegro, Ensemble Guidantus, sous la direction de Marco Pedrona, 2012.

Le 13 février, il part pour Naples.

Le 20 février 1741, il est à Rome où il signe la dédicace de la Gramatica di musica au marquis Angelo Gabrielli, « noble patricien romain », il est également en contact avec Giuseppe Tartini.

Il s’installe à Urbino début 1742.

En 1743, à la mort de Le Cène, les troisième et quatrième livres des concertos La stravaganza, prêts à être imprimés, sont restés jusqu’à aujourd’hui introuvables.

Tessarini disparaît des registres de la cathédrale d’Urbino à partir de 1743. La même année, il est nommé directeur perpétuel de l’Accademia filarmonica degli Anarconti de Fano, ville où il ouvre une imprimerie avec son frère Giovanni Francesco, en employant le graveur Ceva de Loreto.

À partir de 1744, l’éditrice parisienne Élisabeth-Catherine Ballard, veuve Boivin édite ses œuvres, dédicacées à des nobles de la ville. En dehors de temoins d’archives, on peut supposer qu’il a séjourné à Paris, lui et son frère fournissant les planches, dont certaines sont signées « à Urbino dans l’imprimerie de Carlo et Giovanni Francesco Tessarini ». Les 29 juillet et 17 novembre 1746, il obtient un privilège royal de douze ans (confirmé le 22 janvier 1747) pour éditer des œuvres de Pasquali, Tartini et de lui-même.

Il se produit Amsterdam, les 1er novembre, 29 juillet et 1er août 1746, il donne un concert au Collegium Musicum S. Caecilia d’Arnhem le 24 février 1747.

Du 24 avril à octobre 1747, il est le chef de l’orchestre de Ruckholt House, un jardin d’agrément dans l’Essex. Il y anime l’heure du petit déjeuner tous les lundis de printemps et d’été. Il est remplacé en octobre par Richard Collet.

Il reste à Londres jusqu’en 1748, il promeut, à partir du 9 mars, une souscription pour les Allettamenti harmoniques opus 13 et pour les sonates opus 14, œuvres qu’on peut entendre tous les vendredis matin « chez Mr Roure, Peruke-maker, in Oxenden-Street, near the Haymarket ». Le 18 avril 1748, il interprète ses compositions dans le 9e concert du cycle organisé par le chanteur John Palma à la salle de Hickford.

À Londres, on le surnomme parfois « Carlo Tessarini il Catelgarreuil », sans qu’on sache ce que peut signifier ce surnom.

Après le mariage de sa fille Pasqua avec Giovan Donati, le 30 septembre 1750, il revient à Urbino.

Carlo Tessarini, Sonate en si bémol majeur, opus 14 no 1, 1. Spiritoso, Marco Montanelli, Ensemble Guidantus, sous la direction de Marco Pedrona.

Le 4 octobre, il joue à S. Francesco à Assisi avec le violoncelliste Antonio Vandini.

Entre 1750 et 1757, son nom apparaît dans les registres de la chapelle d’Urbino, d’où il s’absente pour jouer ou promouvoir ses œuvres dans divers lieux, ce qui, selon des témoignages d’époque, lui assurait de bons revenus : à Apiro (1751), à Francfort-sur-le-Main (6-24 septembre 1752), à Bruxelles (décembre 1752), en France (1753).

Il disparaît définitivement des registres de la cathédrale d’Urbiono en 1757. En 1758, il quitte l’Italie et s’installe peut-être définitivement aux Pays-Bas avant la fin de l’année 1760, à Arnhem ou à Nijmegen.

Le 9 décembre 1760, il donne un concert à Amsterdam avec la chanteuse portugaise Luisa Severino (Louise Saverewein) et à Arnhem le 27 mars 1761, à Nijmegen (1761-1763), à Rotterdam (1765) à Arnhem (15 décembre 1766), là encore avec Severino.

Entre 1762 et 1763, ses compositions sont publiées en Hollande.

Le 12 mars 1767, il donne un concert au Collegium musicum d’Arnheim, toujours avec Luisa Severino. C’est la dernière trace qu’on a de sa vie.

Son épouse Elisabetta décède à Urbino 13 juillet 1768.

Catalogue des œuvres

Carlo Tessarini

Édidions publiées à l'insu du compositeur

carlo tessarini

Écrits relatifs à la musique

Gramatica di musica insegna il modo facile, e breve per bene imparare di sonare il violino sù la parte, diviso in due libri con le sue figure, lezioni, toccate per tutti li tuoni della musica con la misura della tastatura del violino, con tutte le sue voci, che si possono fare in quella [...] da Carlo Tessarini da Rimini [...] Opera prima. Libro I

Nouvelle méthode pour apprendre par théorie dans un mois de tems à jouer du violon, divisée en trois classes, avec des leçons à deux violons par gradation […]. da Carlo Tessarili da Rimini

An accurate method to attain the art of playing ye violin. With graces in all the different keys, how to make proper cadences, and ye nature of all ye shifts, with several duets and lessons for that instrument, ye whole compos'd by Carlo Tessarini

Bibliographie

Grove (Arend Koole & Albert Dunning)

MGG (Albert Dunning)

Pougin Arthur (1834-1921), Le violon, les violonistes et la musique du violon du xvie au xviiie siècle. Fischbacher, Paris 1924.

Ligi Bramante, La cappella musicale del duomo di Urbino. Dans « Note d'archivio per la storia musicale » (ii) 1925, p. 1-369.

Dunning Albert, Some Notes on the Biography of Carlo Tessarini and his Musical Grammar. Dans «  Studien zur Musikwissenschaft » (xxv) 1962, p. 115-22.

Selfridge-Field Eleanor, Venetian Instrumental Music from Gabrieli to Vivaldi. Dover Publications, Oxford, 1975, 1994 (3e édition)

Scarpa Jolando (direction), Arte e musica all'Ospedaletto : schede d'archivio sull'attività musicale degli Ospedali dei Derelitti e dei Mendicanti di Venezia (sec.XVI–XVIII). Stamperia di Venezia 1978.

Malusi Lauro, Carlo Tessarini da Rimini. Dans « La Piè » (xlviii/2), Forli, 1979, p. 70-80.

Discographie

tessariniCarlo Tessarini, Sonates pour violon et clavecin. Marco Pedrona (violon) et Marco Montanelli (clavecin). Calliope records 2013 (CAL 1208).

Lire une description détaillée

Jean-Marc Warszawski
21 février 2013-8 janvier 2022
© Musicologie.org.



À propos - contact |  S'abonner au bulletinBiographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil. ☎ 06 06 61 73 41.

ISNN 2269-9910.

Mardi 18 Janvier, 2022