Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Petites annonces . Agenda . Abonnement au bulletin . Analyses musicales . Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir .

rss

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Neefe Christian Gottlob
1748-1798

Né à Chemnitz le 5 février 1748, mort à Dessau le 26 janvier 1798.

Il naît dans une famille nombreuse dont le père est tailleur. Il fréquente l'école  communale de Chemnitz et prend des cours de chant et de piano avec l'organiste de la ville. Occasionnellement il fréquente le chantre Christian Gotthilf Tag (1735-1811), à Hohenstein, avec lequel, selon son autobiographie, il commence à composer à l'âge de 12 ans. Mais son véritable maître est Johann Adam Hiller (1728-1804).

En 1769, grâce à une bourse des magistrtats de la ville, il s'inscrit en droit à Leipzig et défend sa thèse :  ob ein Vater befugt sei, seinen Sohn zu enterben, weil er sich dem Theater geweihet ? (Mérite-t-on d'être déshérité pour avoir choisi le métier d'acteur ?)

Christian Gottlob Neefe, sonate pour piano no 12, en la majeur, 1773, I. Tempo giusto, II. Minuetto, III. Alla Polacca, par Susan Kagan.

 

Auerbachs Hof pendant la foire de Leipzig, Eau-forte de Johann Rossmäßler (1778)

.

À l'automne 1771, il délaisse le droit au profit de la musique, mais reste à Leipzig où la vie culturelle l'intéresse. Jophann Adam Hiller le prend comme collaborateur pour son Singspiel Der Dorfbalbier. Plusieurs de ses œuvres y sont crées.

C. G. Neefe

Johan Adam Hiller, gravure de G. A. Liebe 

En 1776, Hiller abandonne son poste de directeur musical de la troupe du théâtre Seyler et recommande Neefe pour le remplacer. Ce dernier se marie en 1778 avec Suzanne Zinck, fille adoptive e Benda. En 1779 il rejoint le troupe de théâtre Grossmann-Hellmut à Bonn qu'il accompagne dans ses tournées à Frankfurt, Kassel et Münster.

En 1782, après la mort du titulaire Van der Eeden, il est nommé organiste, puis il remplace la maîtres de chapelle qui est en voyage. Il a Beethoven comme élève. À la mort du prince-électeur Max Friedrich en avril 1784 sa situation financière est mise en péril. Le nouveau prince-électeur, Max Franz,  reduit ses revenus d'organiste de moitié et le théâtre est fermé.

En 1789 le théâtre ouvre à nouveau ses portes, mais la cour fuit Bonn à l'approche des révolutionnaires français en 1794. Il ne reçoit plus qu'un maigre salaire de la municipalité.

 

En 1796, il a un poste de directeur musical dans un théâtre de Dessau.

Il laisse des singspiele, des concertos, des œuvres pour piano, des lieder, de nombreux articles.

Christian Gottlob Neefe, Fantaisie en fa mineur pour clavecin, par Falerno Ducande.

 

 



Catalogue des œuvres (choix)

Écrits

Bibliographie

Jean-Marc Warszawski
18 juillet 2004
© Musicologie.org


À propos - contact | S'abonner au bulletin | Biographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

musicologie.org
 rss

Musicologie.org,
56 rue de la Fédération,
93100 Montreuil.
06 06 61 73 41.
ISNN 2269-9910.

 

Mardi 5 Mai, 2020