Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Petites annonces . Agenda . Abonnement au bulletin . Analyses musicales . Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir .

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Fleury Charles, Sieur de Blancrocher
v. 1605-1652

Blanrocher, Blancheroche

Blancrocher, Gigue, manuscrit Vaudry de Saizenay, bibliothèque de Besançon.

Né vers 1605, mort à Paris en novembre 1652.

Luthiste.

Son père était valet de chambre.

Dans son Harmonie universelle, le père Marin Mersenne évoque son nom parmi les meilleurs musiciens du temps :

En deuxième lieu, que le Luth est très-propres pour exprimer le genre Chromatique, ce qui convient aussi aux autres instrumens dont les touches font les demitons & qu’il est estimé en France le plus noble de tous, soit à raison de la douceur de ses chants, le nombre & l'harmonie de ses chordes, son étendue, son accord, & la difficulté qu’il y a de le toucher aussi parfaitement, que les sieurs l’Enclos, Gautier, Blanc-rocher , Merville, le Vignon, & quelques autres qui vivent maintenant (Marin Mersenne, Harmonie universelle, livre II des Instruments, Pierre Ballard,  Pari 1637, p. 92.).

Selon une note inscrite en latin dans marge d’un manuscrit de Froberger, on peut lire :

Monsieur Blancheroche, fameux luthiste parisien, excellent ami du sieur Froberger, alors qu'après le dîner de la Demoiselle de S. Thomas il se promenait dans le jardin royal avec le sieur Froberger, et qu'ayant quelque chose   à faire, s'en retournant chez lui, il montait un escalier; de là il fit une chute grave au point qu'il dut être transporté dans son lit par sa femme, son fils et d'autres personnes. Le sieur Froberger, voyant le danger courut chercher un médecin ; les chirurgiens arrivent et lui font une saignée au pied. Est présent Monsieur le marquis de Termes à qui M. Blancheroche recommande ses dernières volontés et peu après avoir commencé à « tirer » ses derniers esprits, il rendit l'âme. (Catherine Massip, Froberger et la France, dans « Froberger musicien européen », Klincksieck, Paris 1998 p. 70).

Charles Fleury, Sieur de Blancrocher, L'Offrande, allemande, par Pablo Riva Lentini, 2014.


On ne connaît de lui qu’une seule composition, une allemande L'Offrande (ou gigue), conservée dans le manuscrit G. 618, London, Bodleian Libray,  f° 34v,  et par une copie dans un ensemble réalisée à partir du 4 août  1699 par Jean-Étienne Vaudry, seigneur de Saizenay (1668-1742), conseiller au Parlement de Besançon, luthiste  et théorbiste amateur (manuscrit Vaudry de Saizenay, bibliothèque de Besançon).

En raison de cette rareté de composition, on peut penser qu’il était un musicien amateur.

Par contre, L’inventaire près décès, daté du 1er octobre 1654, révèle qu’il était en possession de nombreux instruments :

Une espinette garnie posée sur son pied de bois de chesne a l'anticque. Dix luths de diverses grandeurs et divers bois dont huict garnis de leurs estuictz. Deux tuorbes et deux guitarres, lesd. tuorbes garnis de leurs estuictz. (Catherine Massip, La vie des musiciens de Paris au temps de Mazarin. Picard, Paris 1976, p. 129.).

François Du Fault, Le Tombeau de Mr. Blancrocher, manuscrit Vaudry de Saizenay, bibliothèque de Besançon.

Plusieurs compositeurs ont écrit des tombeaux à sa mémoire : Denis Gaultier (luth), François Du Fault (luth), Louis Couperin (clavecin) et Johann Froberger (clavecin), montrant qu’il était un personnage apprécié dans le milieu.

 Jean-Marc Warszawski
6 mai 2020
© Musicologie.org



À propos - contact | S'abonner au bulletin | Biographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil, ☎ 06 06 61 73 41.

ISNN 2269-9910.

Dimanche 9 Mai, 2021