Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Petites annonces . Agenda . Abonnement au bulletin . Analyses musicales . Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Bruneau Alfred
1857-1934

|| catalogue des œuvres || œuvres littéraires || bibliographie || discographie

Bruneau Louis Charles Bonaventure Alfred, né le 3 mars 1857 à Paris (baptisé le 29 avril dans la paroisse de Saint-Laurent), mort à Paris le 15 juin 1934.

Son père, Louis Bruneau (1822-1892), originaire de Niort, violoniste, fonde l'Union Internationale des Compositeurs en 1884 ; il est un temps éditeur de musique (1888). Sa mère, peintre, mais aussi pianiste, fut une élève de Corot.

Dans une notice biographique destinée à l'Académie des Beaus-Arts, Bruneau écrit :

Alfred Bruneau, Requiem, Orchestre Symphonique de La Monnaie, Ludovic Morlot, Mireille Delunsch, Nora Gubisch, Jérôme Varnier, Edgaras Montvidas, 2013.

En réalité, il aurait commencé l'étude du violoncelle à l'âge de 13 ans. Il est admis dans la classe le Franchomme au Conservatoire national de Paris le 28 octobre 1873.

Il obtient, le 29 juillet 1874, le second prix de violoncelle. Arthur Pougin, qui relate le coucours pour « Paris journal » du 31 juillet note :

Il se représente au concours de 1875, mais n'obtient aucun prix. Enfin, il obtient le premier prix au concours de 1876. Il est violoncelliste dans l'orchestre des concerts Pasdeloup, puis range rapidement et définitivement son instrument.

En 1876, il intègre la classe d'harmonie de Savart, suit les cours de compositions de Jules Massenet, il est est également élève de César Franck.

Il se présente une première fois au concours du prix de Rome en 1880, y obtient un accessit en 4e place.

Il se représente l'année suivante, en 1881, où aucun premier prix n'est décerné. Il obtient le second grand prix avec sa cantate Geneviève. Il adhère la même année à la Société des compositeurs.

Il crée son premier opéra, Kérim en 1887 au Théâtre-Lyrique de Paris. Il fait la connaissance d'Émile Zola en 1888, qui marque le début d'une profonde amitié entre les deux hommes.

La même année il est correcteur chez l'éditeur de musique Hartmann. Il assure des chroniques musicales pour la  Revue indépendante (1889-1890) et continuera plus tard dans le Gil Blas (1892-1895) ; Le Figaro (1895-1901) ; La Grande Revue (1902) ; Le Matin (1904-1907 et 1909-1933).

En 1891 il présente Le Rêve et en 1893 L'Attaque du moulin à l'Opéra comique d'après des romans d'Émile Zola et des livrets de Gallet.

En 1897, Zola livre le texte de Messidor créé à l'Opéra de Paris, avec la nouveauté de mélanger poésie et prose non mesurée.

Alfred Bruneau, Messidor, « L'or de l'Ariège » (Extrait), Orchestre Musica d'Oc, sous la direction de Miles Clery-Fox, mise en scène, Ruben Velasquez, Nadia Yermani (Véronique), Laurent Labarbe (Mathias), Alain Chilemme (Guillaume). Enregistré en septembre 2009, Amphitheatre du Carla-Bayle.

De 1903 à 1904 il est directeur musical de l'Opéra-Comique, en 1905 membre du Conseil supérieur du Conservatoire de Paris, en 1909 inspecteur général de l'enseignement musical.

Il voyage en Belgique, en Allemagne, en Angleterre, en Russie où il est envoyé en 1901 par le gouvernement français. Il est élu à l'Académie des Beaux-Arts en 1925 en remplacement de Paul Dukas.

Par le choix de ses livrets, son intimité et collaborations avec Zola, on ne peut douter de l'adhésion de Bruneau au Naturalisme.

Reste à savoir ce que cela peut vouloir signifier en musique. Le choix des personnages populaires pour ses pièces lyriques, leurs apparitions en costume de ville, l'emploi de la prose non mesurée et du parlé-chanté sont des choses nouvelles. Sa musique reste dans la tradition tonale, avec un emploi de la modalité dans des orchestrations rutilantes où bien souvent les emplois traditionnels respectifs des cordes et des cuivres sont inversés.



Catalogue des œuvres musicales

Œuvres littéraires

Discographie

Alfred Bruneau, La Nuit de Mai, Cyrille Dubois (ténor), Jeff Cohen (piano), Vincent Figuri (récitant), Quatuor Varèse, Marie Normant (harpe), Jens MacNamana (cor), Quatuor Anches Antées. Salamandre 2020 (2 CD. 002).

[+...] Lire la présentation de Frédéric Norac

 

Alfred Bruneau
Messidor (ouverture du 4e acte
La Légende de l'or)
Naïs Micoulin (prélude)
L'Attaque du moulin (suite d'orchestre)
Orchestre Philarmonique de Rhénanie-Palatinat
James Lockhart dir.

Enregistré en 1989 et 1991, Naxos 8 550888 (1993)

Messidor : 01 Entr'acte symphonique pour le 4e acte ; 02 La Légende de l'or (ballet, 3e tableau). Naïs Micoulin : 03 Prélude. L'Attaque du moulin (suite d'orchestre) : 04 Prélude et Lied ; 05 La Guerre, la forêt ; 06 Les fiançailles au Moulin

 

Bruneau
Émile Zola
Requiem
Lazare
Orchestre National d'Île de France
Choeur Vittoria d'Île de France (Michel Piquemal)
Jacques Mercier dir.

Françoise Pollet, soprano ; Mary Saint-Palais, soprano ; Sylvie sullé, mezzo-soprano ; Jean-Luc Viala, ténor ; Laurent Naouri, baryton-basse.
Enregistré en 1994, Adès 204512 (1996)

1. Requiem & Kyrie ; 2. Dies Irae & Tuba Mirum ; 3. Quid sum Miser & Rex Tremendae ; 4. Recordare ; 5. Oro Supplex & Lacrymosa ; 6. Hostias ; 7. Sanctus ; 8. Agnus Dei ; 9. Et Lux Perpetua ; 10. Lazare (Poème lyrique d'après Émile Zola).

 

 Jean-Marc Warszawski
2002-2005
© Musicologie.org


À propos - contact |  S'abonner au bulletinBiographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org,
56 rue de la Fédération,
93100 Montreuil.
06 06 61 73 41.
ISNN 2269-9910.

 

Dimanche 24 Janvier, 2021