bandeau texte musicologie

Opéra royal de Versailles, 8 juillet  2021 —— Frédéric Norac.

Opéra de collège : David et Jonathas de Marc Antoine Charpentier

Olivier SchneebeliOlivier Schneebeli. Photographie © CMBV.


Pour célébrer son départ après trente ans à la tête des Pages et des Chantres du Centre de de musique baroque de Versailles, Olivier Schneebeli avait choisi de donner en version de concert David et Jonathas, l’opéra biblique de Marc-Antoine Charpentier dans une version « authentique », c’est-à-dire aussi fidèle que possible aux conditions de sa création au Collège Louis-le-Gand en 1688.

La soirée réunissait donc son ensemble de jeunes chanteurs soutenus par quelques voix adultes et un ensemble orchestral, professionnels. Pour parfaire l’illusion, la tragédie perdue du Père Bretonneau dans laquelle la musique s’enchâssait a été remplacée par des extraits du poème d’Antoine Godeau, Paraphrase de la plainte de David sur la mort de Saül et de Jonathas, dont la déclamation a été confiée aux solistes des pages et des chantres qui s’en sortaient assez bien — à une exception près — et avec une belle conviction.

On est loin ici de la production d’Andreas Homoki au Festival d’Aix-en-Provence 20121 que dirigeait William Christie et où la sensualité des voix d’Anna Quintans et de Paul Charbonneau donnait aux relations des deux héros une connotation nettement moins chaste en s’autorisant d’un livret qui emploie le mot amour pour parler d’amitié. De fait, on ne pourra soupçonner aucune ambiguïté dans cette version de concert mise en espace a minima par Thierry Péteau et qui tente de « recréer » la dimension didactique de cet opéra « biblique » sinon sacré, commandé par les Jésuites pour l’édification de leurs élèves, tant la réalisation paraît austère et aux limites de l’amateurisme, du côté de certaines voix.

Le soprano faiblard, âpre et criard de Natacha Roucher en Jonathas qui ânonne son rôle est un vrai supplice à chacune de ses apparitions. Pourquoi avoir choisi un page féminin quand le chœur offre un large choix de voix de garçons bien plus accomplies et qui satisferaient à n’en pas douter les exigences du rôle ? Quant au David de Clément Debieuvre, sa platitude expressive et sa haute-contre pointue ne donnent qu’un relief limité à ses interventions et aux rencontres entre les deux héros. Concédons-lui tout de même une amélioration sensible au fil de la soirée, au moins en termes de musicalité sinon en puissance dramatique. Des seconds rôles on distinguera le Joabel très investi de Jean-François Novelli et le Saul de David Witczak bien que chez ce dernier la volonté expressive nuise singulièrement à l’intelligibilité du texte. Seule en fait, la basse noble, puissante et bien timbrée d’Edwin Crossley Mercer, à l’articulation parfaite réussit à donner un plein relief aux deux personnages qu’il incarne, L’ombre de Samuel et Achis, le roi philistin.

De son côté l’orchestre, Les Temps présents, après des débuts un peu laborieux, notamment du côté de la trompette, trouve ses marques et son homogénéité dès le deuxième acte. L’ensemble choral quant à lui est au-dessus de tout soupçon, homogène, coloré et expressif, et fait honneur à son chef, malgré des déplacements un peu bruyants et une présence scénique assez gauche que n’arrange guère ce costume de valet noir à grands rabats dont la « tradition » (laquelle ?) les affuble. 

Cette production inégale devrait faire l’objet d’une production discographique du CMBV qui peut-être permettra d’en réévaluer l’intérêt.

1. Reprise à l’Opéra-Comique en 2013

Frédéric Norac
8 juillet 2021


Les précedents articles de Frédéric Norac

Pulcinella Swing ou la découverte de l’amourRetour à Lully : Véronique Gens et les Surprises La Somnambule libérée de Rolando VillazonFellation musicale : Powder Her Face de Thomas AdèsDigest maeterlinckien : Pelléas et Mélisande par le Nouvel Opéra FribourgAmbronay 2021 : « Nouvelles Suites ».

Tous les articles de Frédéric Norac
norac@musicologie.org

À propos - contact |  S'abonner au bulletinBiographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil - ☎ 06 06 61 73 41

ISNN 2269-9910

cul

Mercredi 14 Juillet, 2021 0:28