musicologie

16 avril 2021 —— Michaël Sebaoun.

L'Ensemble Tic-Toc-Choc joue Michel de La Barre

Michel de La Barre, Suites et sonates : le merveilleux don d'attendrir, Ensemble Tic-Toc-Choc, Valérie Balssa (traverso), Jean-Pierre Nicolas (flûte à bec), Emmanuel Balssa (viole de gambe), Michèle Dévérité (clavecin), Miguel Henry (théorbe et guitare baroque), Incises 2021 (2 CD, INCISES 004).

Enregistré à l'église Saint-Lambert-des-Bois, en mai-juin 2017.

Le compositeur Michel de La Barre (1675-1745) fut l’un des premiers grands joueurs de flûte traversière français. « On dit qu’il avait le talent merveilleux d’attendrir en jouant de cet instrument », rapporte l’abbé de Fontenay. Il laisse une oeuvre essentiellement tournée vers son instrument, ainsi qu’une production vocale  conséquente.

Il est l’auteur des premières œuvres pour flûte traversière et basse continue, « pour approcher autant qu’il est possible cet instrument de sa perfection », suivant en cela son modèle, le compositeur et violiste Marin Marin et ses pièces de viole. Sont enregistrées ici la iie suite et la ixe suite du Deuxième livre de pièces pour la flûte avec la basse continue (disque 1) ainsi que la IIe suite et la Ve suite du premier livre (disque 2).

Marin Marais, auteur de pièces en trio, était déjà l’inspirateur des trois livres de Trios pour les violons, flûtes et haubois, mêlés de sonates pour le flûte traversière de Michel De La Barre. Les disques 1 et 2 contiennent la iiie suite, la iiie sonate, la 1re suite du troisième livre, le disque 2, la 1re suite et la Ve suite du premier livre.

Dans ces pièces en trio, et bien que le compositeur ait souhaité promouvoir la flûte traversière, Valérie Balssa et Jean-Pierre Nicolas ont eu à coeur d’unir, « dans une tendre complicité », les symboles du xviiie siècle (la flûte traversière ou flûte allemande) et du xviie siècle (la flûte à bec ou flûte douce) ; une pratique alors répandue dans les œuvres orchestrales ou l’opéra. Leur interprétation exalte cette transition entre monde nouveau et monde ancien, tout en orientant l’écoute vers une douce fusion des timbres.

Thomas Leconte, auteur d’une riche notice, relève quelques caractéristiques de ce corpus : goût pour les tonalités rarement usitées, « peu commodes, voire ingrates, pour la flûte traversière, mais qui révèlent de manière tout à fait singulière et audacieuse toutes les qualités expressives de l’instrument (…) ; prédilection pour le registre grave-médium ; relative simplicité de facture et d’écriture. Intitulée sonate l’« Inconnue », la belle IXe suite pour la flûte traversière avec la basse continue du deuxième livre trahirait un intérêt du compositeur français pour la musique italienne, souligne encore Thomas Leconte.

Instrumentiste « attendrissant », Michel de La Barre se montre un compositeur raffiné, peu démonstratif malgré son souci d’élaborer un répertoire pour son instrument. « Pour La Barre, le souci premier est bien le son », avance le musicologue.

Les coloris du tempérament mésotonique, la haute qualité des interprétations et de la prise de son emportent également l’adhésion.

  Michaël Sebaoun
16 avril 2021.


Les précédents articles de Michaël Sebaoun

Les caprices violon piano d'Henri MarteauBéatrice Bellocq se divertit en compagnie de... Roger BourdinLes chemins de musique de Jean-Philippe Collard Michaël SebaounEntretien avec Philippe EntremontPhilippe Chamouard : Les oiseaux de solitude.

À propos - contact |  S'abonner au bulletinBiographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale| Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil. ☎ 06 06 61 73 41

ISNN 2269-9910

bouquetin

© musicologie.org
Vendredi 16 Avril, 2021 12:45