musicologie

30 août 2021 —— Jean-Marc Warszawski.

Auguste Morel : mélodies, scènes et romances

Auguste Morel, Mélodies, scènes, romances, Philippe Cantor (baryton), Elsa Cantor (piano) + Jérôme Billy (ténor), Jean-François Ballèvre (piano). Forlane 2020 (FOR 16894).

Enregistré les 27-29 février 2020, Studio Anatole à Cheny et le 20 mars 2018, même studio.

Le baryton Philippe Cantor est, en quarante ans de carrière, passé de la cour et des chapelles princières au salon bourgeois, en passant par le théâtre. Pilier de l’art vocal baroque avec les Arts florissants, La grande écurie et la chambre du roy, l’ensemble organum, Les musiciens du Louvre, l’ensemble Clément-Janequin, etc., etc., il s’est également fait remarquer au théâtre, baroque bien entendu, mais aussi dans des rôles tels que Leporello dans le Don Giovanni de Mozart ou Golaud dans Pelléas et Mélisande de Claude Debussy. Il y a une dizaine d’années, il est entré en romances et mélodies avec des œuvres inédites de Jean Cras en compagnie du pianiste Laurent Wagschal et a poussé le bouchon avec d’autres pianistes et un répertoire de divers compositeurs (Debussy, Poulenc, Ravel...).

Pour son septième cédé du genre (sur une discographie totale d’une quarantaine d’albums), et accompagné au piano par Elsa Cantor, il sort de l’inconnu sidéral un compositeur qui eut au xixe siècle une certaine renommée, Auguste Morel, que le baryton a dans son collimateur depuis quelque temps.

Violoniste et compositeur amateur marseillais, destiné à poursuivre la pratique paternelle dans le transport des marchandises, Auguste Morel finit par larguer les amarres pour s’installer à Paris avec la permission et une aide financière familiales. Il a dépassé l’âge d’admission au Conservatoire national et sans reprendre d’études se fait une place de compositeur et de critique musical. Admirateur inconditionnel de l’œuvre d’Hector Berlioz, il en devient un ami intime. Ils s’échangeront, jusqu’à la disparition de Berlioz, conseils, services et critiques élogieuses. Grâce à ses relations dans le milieu maritime, il aidera la carrière de Louis Berlioz (le fils) dans la marine marchande.

Après une quinzaine d’années parisiennes, il est rappelé à Marseille pour des raisons familiales (le décès de sa sœur, peut-être la maladie ou la vieillesse du père qui décède au début des années 1850). Il ne tarde pas à prendre la direction du Conservatoire de Marseille, l’un de ceux qui sont placés sous l’autorité gouvernementale, et réforme l’institution sur le modèle du Conservatoire national de Paris. Après vingt ans, la municipalité décide de reprendre la main et le congédie. Il passe les sept dernières années de sa vie à Paris.

Il a composé de nombreuses romances, scènes, mélodies, sur des textes de qualité, de la musique symphonique, de la musique de scène, un opéra créé à Marseille et à Rouen, mais à l’époque, c’est surtout sa musique de chambre qui fut l’objet d’éloges chaleureux (cinq quatuors à cordes, un quintette, un trio avec piano…). Paradoxalement, c’est par la mélodie qu’il ressuscite pour le cent-quarantième anniversaire de sa mort. Une belle audace de remise à flot avec de magnifiques éclats, et sous cette mélodie française, un petit fond de germanie (plus précisément schubertien), côté hamonie et piano, voire quelques mélismes ou inflexions.

Auguste Morel, L'avalanche (plage 2).

1. L’océan (Eugène de Lonlay)

2. L’avalanche (Louis Astouin)

3. Les adieux dans la nuit (Édouard Thierry)

4. Puisque j’ai mis ma lèvre… (Victor Hugo)

5. Le rendez-vous dans l’île (Joseph Autran)

6. La fille de l’hôtesse (Édouard Thierry)

7. Sonnet sur la mort d’une amie (Poésie du 14e Siècle)

8. Le fils du Corse (Aimé Gourdin)

9. Étoile du soir (Eugène de Lonlay)

10. Comment, disaient-ils… (Victor Hugo)

11. Page et mari (Alexandre Dumas fils)

12. Ma caravelle (M xxx)

13. Si vous n’avez rien à me dire (Victor Hugo)

14. La brune Andalouse (Eugène Borel)

15. Éternité d’amour (Émile Barateau)

16. Le condamné (Aimé Gourdin)

17. Sur le lac (Pierre Clément)

18. La cinquantaine (Léon Gozlan)

19. N’oublions pas qu'ils sont nos frères ! (Delegorgue-Cordier)

20. Le retour (Alphonse de Lamartine)

21. Une nuit dans les lagunes (Édouard Thierry), avec Jérôme Billy (ténor) Philippe Cantor (baryton), Jean-François Ballèvre (piano).

Biographie d'Auguste Morel

 Jean-Marc Warszawski
30 août 2021


Jean-Marc Warszawski, ses précédents articles

Le Quatuor Ellipsos joue Fernande DecruckMatteo Fossi : trois sonates à BeethovenLe noir et le blanc du compositeur Patrick LoiseleurSolistes de l’Orchestre de Paris : c’est du vent !Reflets poétiques de Franz Liszt et Lili Boulanger.

Tous les articles de Jean-Marc Warszawski

À propos - contact |  S'abonner au bulletinBiographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale| Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil. ☎ 06 06 61 73 41

ISNN 2269-9910

bouquetin

Lundi 30 Août, 2021 0:43