bandeau texte musicologie

Église du Val de Grâce, 7 novembre 2021 —— Frédéric Norac.

Ad Majorem Dei Gloriam : « English Voices » par l’Ensemble Aedes

L’ensemble Aedes au Val-de-Grâce. Photographie © D. R.

L’ensemble Aedes est sûrement l’un des meilleurs ensembles chorals français du moment. Ce concert donné dans le cadre du cycle « Musique au Val-de-Gräce », qui réunit la musique religieuse de deux grands compositeurs britanniques, Purcell et Britten, le prouve amplement. N’était la harpe dans la fameuse Ceremony of Carols de Britten, le programme largement a cappella permet d’apprécier la qualité individuelle des voix et l’homogénéité de l’ensemble, sa précision, sa plasticité et sa capacité à passer d’un style à l’autre, dans l’acoustique absolument idéale du Val-de-Grâce.

C’est singulièrement le cas dans la pièce de Britten à laquelle la transposition aux voix féminines (au lieu des voix d’enfants originellement prévues) donne une ampleur et une vibration inédites. La direction de Matthieu Romano en exalte la modernité et la ferveur, lui donnant parfois quelques accents qui ne sont pas sans évoquer la musique chorale de Messiaen.

On regrette en revanche le choix de briser le cycle en deux parties pour y introduire les pièces de la Musique pour les funérailles de la Reine Marie qui laisse l’interlude pour harpe, orphelin au milieu du concert, et même si il donne le choisir de mettre en relief l’élégante harpe de Marion Lenart, il ne permet pas d’apprécier dans sa globalité cette œuvre, si originale dans son apparente simplicité et sa candeur. Le caractère sombre et très polyphonique de la pièce de Purcell où entrent en jeu les voix masculines, est à l’opposé de cet esprit de simplicité et de joie qui l’illumine. Si éventuellement, rapprocher la célébration de la naissance de l’Enfant-Jésus de l’évocation de la mort comme finalité, peut avoir a quelque pertinence intellectuelle, elle ne convainc pas vraiment en termes musicaux.

En revanche, l’alternance des Motets de Purcell avec quatre pièces extraites du recueil « Ad Majorem Dei Gloriam », un cycle de jeunesse pour chœur mixte que Britten retira de son catalogue, se révèle très stimulante par les contrastes qu’elle suscite et la mise en évidence d’une certaine filiation que revendiquait le compositeur lui-même. Entre les deux parties du concert, l’organiste Christophe Durant, donne à entendre un grave Voluntary sur le Psaume 100 et les riches registrations de l’orgue Cavailé-Coll. En bis, pour rester dans la tonalité britannique, l’ensemble interprète la « Michelle » des Beatles avec autant de charme que de fantaisie.

Frédéric Norac
7 novembre 2021


Les précedents articles de Frédéric Norac

La sacrée musique du vieux Rossini Éloge du ténor baroque françaisPassion des baroques selon Véronique GensBenjamin Bernheim aux Grandes VoixLa saison 2021-2022 du CMBV : une activité débordante — Un Fidelio (presque) sans âmeAmbronay 21 : nouvelles suites.

Tous les articles de Frédéric Norac
norac@musicologie.org

À propos - contact |  S'abonner au bulletinBiographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil - ☎ 06 06 61 73 41

ISNN 2269-9910

cul

Mercredi 10 Novembre, 2021 22:48