bandeau texte musicologie

Michel Rusquet, Trois siècles de musique instrumentale : un parcours découverte —— La musique instrumentale de Beethoven à Schubert.

La musique instrumentale d'Adalbert Gyrowetz (1763-1850)

De son vrai nom Vojtech Matyas Jirovec, ce compositeur particulièrement prolifique a eu droit à une des critiques les plus féroces de notre Berlioz national. Après avoir entendu une de ses nombreuses symphonies, celui-ci écrivit :

Je ne crois pas que jamais chaudronnier, marchand de peaux de lapins, épicier romain ou barbier napolitain ait rêvé de pareilles platitudes

Du peu que l’on connaît de ses œuvres (des trios, des quatuors avec flûte, quelques symphonies et œuvres concertantes), ce musicien très cultivé et « urbain » qui, après avoir quitté sa Bohème natale, fit carrière à Vienne mais séjourna aussi en Italie, à Paris et à Londres, ne mérite sûrement pas un tel mépris. Certes, il eut le don de humer l’air du temps et de pratiquer avec talent l’art de plaire.

Surtout, en admirateur zélé de Haydn qu’il était, il imita consciencieusement celui-ci dans ses symphonies, ce qui, comme il devait le reconnaître dans son autobiographie, lui ouvrit les portes du succès. Mais ses imitations devaient être réussies puisque, lors de son séjour à Paris, il eut la surprise de constater que trois de ses symphonies y circulaient sous le nom de Haydn, et on raconte qu’il eut le plus grand mal à prouver qu’il en était l’auteur.

D’autre part, au cours des deux années qu’il passa à Londres, ses œuvres furent souvent à l’honneur lors des fameux concerts Salomon consacrés aux symphonies de Haydn. L’entregent de notre Bohémien y était sans doute pour quelque chose, mais, à défaut d’égaler celle du maître vénéré, sa musique devait quand même être assez bien troussée pour ainsi donner le change.

 

Adalbert Gyrowetz, Symphonie en mi bémol, majeur opus 6, no 2, I. Allegro, II. Andante, III. Minuetto, IV. Finale, par les London Mozart Players, sous la direction de Matthias Bamert.

 

Adalbert Gyrowetz, Symphonie en majeur opus 12 no 1, Adagio, Andante, Minuetto, Presto, par les London Mozart Players, sous la direction de Matthias Bamert.

 

Adalbert Gyrowetz, Sinfonia Concer-tante, opus 34 (1798), par Jiří Mihule (hautbois), Jiří Formáček (basson), Bruno Bělčík (violon), František Host (violoncelle) et František Čech (flûte), l'Orchestre de chambre Dvořák, sous la direction de Vladimír Válek.

 

plumeMichel Rusquet
17 juin 2020
© musicologie.org


À propos - contact |  S'abonner au bulletinBiographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

musicologie.org
 rss

Musicologie.org
56 rue de la Fédération
93100 Montreuil.
☎ 06 06 61 73 41

ISNN 2269-9910.

 

bouquetin

Vendredi 19 Juin, 2020 1:20