musicologie

dimanche 28 décembre 2020

Original Dixieland Jazz Band

Original Dixieland Jazz Band, A historic recording made in 1919-1920. Nick La Rocca (cornet), Emile Christian (trombone), Larry Shields (clarinette), J. Russel Robinson (piano en 1919), Billy Jones (piano en 1920), Tony Sbarbaro (batterie). EMI Mono MFP 5007, 1966.

Face A : 1. Tiger Rag (Original Dixieland Jazz Band), enregistré le 19 mai 1919 ; 2. Barnyard Blues (La Rocca), enregistré le 16 avril 1919 ; 3. Sensation Rag (Edwards), enregistré le 12 mai 1919 ; 4. I've Got My Captain Working For Me Now (Berlin), enregistré le 8 janvier 1920 ; 5. At The Jazz Band Ball (La Rocca-Shields), enregistré le 16 avril 1920 ; 6. Ostrich Walk (Original Dixieland Jazz Band), enregistré le 12 mai 1919.

 

Face B : 1. Satanic Blues (Shields- Christian), enregistré le 13 août 1919 ; 2. Tell Me (Kortlander), enregistré le 8 janvier 1920 ; 3 'Lasses Candy (La Rocca), enregistré le 13 août 1919 ; 4. Mammy O'Mine (Pinkard) enregistré le 10 janvier 1920 : 5. Look At'Em Doing It (Shields) enregistré le 19 mai 1919 ; 6. I've Lost My Heart in Dixieland, enregistré le 10 janvier 1920.


Lire par ailleurs l'article d'Alain Lambert : Jazz et blues, la question de l'origine, quand paraît, il y a 100 ans, le premier disque de jazz.


Comme le blues, le jazz est fondamentalement une forme musicale du Noir américain ; mais des artistes blancs ont joué un rôle dans son développement, presque depuis le début.

Cette musique a pris naissance a la Nouvelle-Orléans et ce sont des musiciens blancs qui I’ont d'abord transporté vers le nord et vers I'est, à Chicago et a New-York, et par la suite en Grande-Bretagne.

Dixieland est le nom qu'on a donne au style adopte par ces pionniers blancs et il désignait aussi le nom du groupe qui le fit connaître dans des villes éloignées de son lieu d'origine, Crescent City, « the Original Dixieland Jazz Band », ou I'O.D.J.B., comme on en vint bientôt à I'appeler.

New-York fut conquise dès les débuts de l'orchestre au Reisenweber's à Colombus Circle, le 26 janvier 1917, et celuici devait se faire acclamer encore plus loin, lorsqu'Albert de Courville l'invita à paraître dans sa revue « Joy Bells » à l'Hippodrome de Londres. Il ne donna là qu'une seule représentation, car un des principaux membres de là troupe lui fit des difficultés ; mais une quantité de gens ne demandaient qu'à accueillir à bras ouverts la nouvelle musique et l'orchestre prit Londres d'assaut.

Après avoir fait la tournée des circuits de variétés, dont le Palladium, il se fixa, le 28 novembre 1919, pour un contrat de neuf mois au Palais de Danse de Hammersmith qui devait laisser une impression durable sur le spectacle musical britannique. Son répertoire comprenait les classiques du jazz, comme q Tiger Rag s et « At the Jazz Band » qui sont devenus le fondement du jazz traditionnel.

Les cinq intelligents jeunes gens correspondaient exactement à ce que l'on attendait d'eux, leur nouveau rythme viril et leurs mélodies étranges, tirées pour la plupart de la musique de danse traditionnelle de la Nouvelle-Orléans, entraînaient les danseurs les plus récalcitrants dans un mouvement effréné et apportaient juste ce qu'il fallait pour exorciser les souvenirs affreux de la Première Guerre mondiale.

Leur musique était improvisée, les numéros changeant et s'améliorant à chaque nouvelle interprétation. Ils refusaient d'être prisonniers d'une partition, ne sachant même pas lire les notes, et se fiaient à leur mémoire pour inciter les gens à danser sur des airs toujours plus entraînants.

Cet album représente les débuts de Dixieland, pourtant la musique qu'il contient, enregistrée il y a plus de quarante ans, ne semble nullement démodée ; car elle est de celles qui ne mourront jamais, puisqu'elle détient la semence de vie éternelle de l'art.

Non signé

Net zoals dit bij de blues het geval is, is jazz oorspronkelijk een vorm van muziek van de Amerikaanse neger, maar blanke kunstenaars hebben vrijwel vanaf het begin een rol in de ontwikkeling ervan gespeeld. De wieg van de muziek stond in New Orleans en het waren blanke musici die deze muziek naar het noorden en oosten tot in Chicago en New York brachten en later near Engeland.

Dixieland was de naam die gegeven werd aan de muziekstijl, zoals de blanke pioniers deze speelden en het gaf ook de naam aan de groep, die de muziek populair wist te maken in andere steden ver van de geboorteplaats in de 'Crescent City' zoals New Orleans vaak wordt genoemd, - de Original Dixieland Jazz Band, of zoals deze al spoedig bekend werd de O.D.J.B.

New York werd veroverd, de band speelde 26 januari 1917 voor het eerst bij Reisenweber op de Columbus Circle en zou ook roem oogsten in verder gelegen gebieden, toen Albert de Courville de band uitnodigde op te treden in zijn revue "Joy Bells" in het Londense Hippodrome theater. Hier werd maar één voorstelling gegeven, want één van de leidende revue-artisten maakte bezwaar, maar er was een talrijk publiek dat de nieuwe muziek met open armen ontving en de band veroverde Londen stormenderhand.

Nadat zij een tournée gemaakt hadden langs variété theaters, trokken de musici op 28 november 1919 in het Hammersmith Palais de Danse, waar zij negen maanden zouden blijven en een blijvende indruk zouden maken op de Britse muziekwereld. Hun jazz repertoire telde standaard nummers als "Tiger Rag" en "At the Jazz Band Ball", die de basis zijn geworden voor het traditionele jazz repertoire.

De vijf elegante jongelui brachten precies datgene waarop men gewacht had; hun mannelijk nieuw ritme en hun vreemde melodieën, die voor het grootste deel gebaseerd waren op de traditionele dansmuziek van New Orleans, brachten zelfs de meest onwillige benen in snelle beweging en gaven net dat wat nodig was om de afschuwelijke herinneringen aan de Eerste Wereld Oorlog uit te bannen.

Hun muziek was spontaan, ieder nummer veranderde en verbeterde met het aantal opvoeringen. Voor hen golden niet de beperkingen van een gedrukte partituur, zij konden zelfs geen muziek lezen, maar vertrouwden op hun geheugen, waarbij zij hun aandacht concentreerden op het voortbrengen van steeds meer opwindende klanken om de mensen aan het dansen te brengen.

In dit album vindt men de geboorte van Dixieland en toch doet de muziek ervan - die meer dan 40 jaar geleden werd opgenomen - helemaal niet ouderwets aan, want dit is onster­felijke muziek, die het zaad van het eeuwige leven in de kunst, in zich bergt.

Ongetekend

 


À propos - contact |  S'abonner au bulletinBiographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org
56 rue de la Fédération
93100 Montreuil
☎ 06 06 61 73 41
ISNN 2269-9910

Dimanche 27 Décembre, 2020