bandeau texte musicologie

2 avril 2020 —— Frédéric Norac.

Les riches heures de l'opéra on line

Trois productions de l'Opéra des Flandres à visionner et quelques  rendez-vous de l'Opéra de Dijon

Russalka de Dvořák, Opéra-Ballet Vlaanderen. Photographie © Filip Van Roe.

Comme toutes les scènes européennes, l'Opéra des Flandres (Opera Vlaanderen) annonce l'annulation des spectacles de sa saison 2019/2020 et notamment de la production de La Chute de la Maison Usher ( l'opéra inachevé de Debussy qu'il devait présenter dans une version complétée par  Annelies Van Parys)  ainsi que d'une double affiche qui devait réunir deux chorégraphies de Sidi Larbi Cherkaoui et Pina Bausch (Noetic et Le Sacre du printemps). La suite de la saison qui devait offrir les Scènes de Faust de Schumann et L'heure espagnole de Ravel reste en suspens.

En compensation, l'opéra met en ligne trois productions remarquables de ses saisons passées : La Juive de Halévy dans une mise en scène de Peter Konwitschny créée à Gand en 2015 et reprise en 2019, un Parsifal  fascinant réalisé par la metteure en scène Tatiana Gürbaca (meilleure production de l'année Wagner en 2013) et un des premiers spectacles de sa saison 2019-2020, Russalka de Dvořák, réalisé par le chorégraphe Alan Lucien Oyen, trois spectacles que j'ai eu le plaisir de voir sur place et que je vous recommande très chaudement.

Les amateurs de ballet pourront aussi visionner Les Bach Studies de Benjamin Millepied et Ma mère l'oye de Jeroen Verbruggen.

L'Opéra des Flandres, basé à Anvers et à Gand, est une des scènes lyriques européennes les plus innovantes tant sur le plan du répertoire que de la politique artistique ce qui lui a valu d'être nommé en 2019 « Meilleure compagnie d'opéra » aux International Opera Awards.

Mariana Flores (Deidamia), Fiona McGown (Vittoria) et Scott Conner (Giove) © Gilles Abegg-Opéra de Dijon.

Dans le même esprit l'Opéra de Dijon  proposera pendant tout le mois d'avril un opéra chaque samedi à 20h, accessible librement pendant 24h. Parmi les titres proposés signalons, et dont je puis me porter garant pour les avoir vues, je vous recommande particulièrement,  le 25 avril, La finta pazza de Sacrati, premier opéra jamais représenté en France et seule œuvre du compositeur à être parvenue jusqu'à nous, dans une production très réussie dirigée par Leonardo Garcia Alarcon et le 2 mai, Les Boréades de Rameau dans une mise en scène de Barrie Kosky dirigée par Emmanuelle Haim qui avait été très justement louée à sa création. Mais l'offre de l'opéra de Dijon ne se limite pas à ses productions lyriques,  n'hésitez pas à la découvrir sur son site.

Frédéric Norac
2 avril 2020

© musicologie.org


musicologie.org
 rss

Les précedents articles de Frédéric Norac

« Ô saisons, ô châteaux... » : les saisons 2020-2021 de l'Opéra de Paris et du Théâtre des Champs-Élysées —— Le Comte Ory : un Rossini à la française —— Belle et bien exécutée, Manon de Massenet —— Schubert rencontre Elfriede Jelinek : Un voyage d’hiver.

Tous les articles de Frédéric Norac
norac@musicologie.org

À propos - contact |  S'abonner au bulletinBiographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org
56 rue de la Fédération
93100 Montreuil
☎ 06 06 61 73 41
ISNN 2269-9910

bouquetin

Mardi 7 Avril, 2020 3:31