musicologie

8 avril 2020 —— Jean-Marc Warszawski.

La miroiterie de Karol Beffa

Karol Beffa, De l'autre côté du miroir, improvisations au piano. Indésens 2019 (INDE 119).

Enregistré en février 2017, Studio Sequenza, Montreuil.

Après Improvisations (2008) et En blanc et noir (2018), De l'autre côté du miroir est le troisième disque d'improvisation de Karol Beffa.

Ça se laisse écouter, vaguement. C’est mieux que du Richard Clayderman, mais encore quelque effort, ce sera à niveau. Comparé un des improvisateurs moyens, organistes (cela fait partie de leur job), jazzmen, rockers, c’est insignifiant. Que dire comparé à Keith Jarret, Thierry Escaich, voire Michel Legrand, Michel Portal… ou le récent et magnifique enregistrement de l’organiste Jean-Baptiste Dupont… Bref.

Ce sont en fait ici de courts exercices qu’on donne parfois en classe d’écriture, avec une contrainte : un thème, un rythme, « dans le style de » (pastiche). Il est égal qu’on les réalise de tête ou sur le papier. Nous avons eu un professeur qui adorait faire ça.

Dans ces petites pièces qui se veulent de genre, on en retrouve dans le style, plus ou moins proche, la virtuosité en moins,  de Bach, Ligeti, Liszt, piano-bar (dilettante tout venant), voire sans style, car il n’y a pas de style Beffa. Pourtant, c’est par l’improvisation que l’interprète affirme sa personnalité, comme dans les cadences des concertos, ou les chorus des guitar-heros.

On semble tirer quelque gloire du fait que ces improvisations soient inspirées par des thèmes à la demande du public, mais elles sont enregistrées en studio (?), dans un des meilleurs de l’hexagone, soit dit en passant, seulement ce sont des thèmes littéraires, pas des thèmes musicaux, la contrainte est quasi inexistante. Un thème musical donné (comme d’ailleurs le pastiche), doit être développé, varié, brodé, discuté, contredit, l’improvisateur doit y apposer sa signature.

Rien de cela ici, sinon du genre variétés (je suppose qu'on vise le dit « grand public »), de jolis petits morceaux lisses, à peine bien ficelés, au mieux de petites inventions, aux saveurs parfois enfantines, qui ne nous emmènent nulle part.

Karol Beffa mérite ses deux victoires de la musique, victoires de l’entre-soi médiatique, il a l’avenir devant lui, l’égocentrisme juvénile intact, nous sommes ravi de constater une fois de plus que les premiers de la classe font rarement les bons artistes.

Karol Beffa, Le somnanbule (plage 1).

1. Le Somnanbule

2. Vestiges d'un clocher

3. De l'autre côté du miroir

4. Voyage d'hiver

5. Une leçon de musique

6. L'Horizon chimérique

7. Bohème noble et sentimentale

8. « Bach romantique »

9. Balafon

10. Victimae paschali

11. Villa d'Este

12. La Malédiction de l'architecte

13. Cotton Club

14. Un dimanche à Combray

15. Selbstportrat

16. Tempus fugit...

17. « Sous de vastes portiques... »

18. Cérémonie de cristal

 Jean-Marc Warszawski
8 avril
2020

© musicologie.org


musicologie.org
 rss

Jean-Marc Warszawski, ses précédents articles

Le son des arbres et de l'orchestre à la Camille Pépin —— L’organiste Jean-Baptiste Dupont : de l’improvisation enregistrée —— Éclats d’orgue, éclats méditerranéens —— L'art de L'art de la fugue de Vincent Grappy —— René Maillard : compositeur un jour, compositeur toujours —— Philippe Hersant en 34 duos.

Tous les articles de Jean-Marc Warszawski

À propos - contact |  S'abonner au bulletinBiographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale| Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org
56 rue de la Fédération
93100 Montreuil
06 06 61 73 41
ISNN 2269-9910

bouquetin

Mardi 7 Avril, 2020 21:49