bandeau texte musicologie

Abbaye de Royaumont, 27 septembre 2020 —— Frédéric Norac.

Inori : les adorations chorégraphiques de Karlheinz Stockhausen

Jamil Attar et Emmanuelle Grach. Photographie © fondation Royaumont.

Dans Inori (adorations en japonais), pièce créée en 1974 au festival de Donaueschingen, Stockhausen associe deux éléments forts de son langage, le son et le geste. Le son, c’est celui d’un ensemble orchestral jouant sur une cellule sonore unique d'une minute que le compositeur développe en treize séquences et dont il varie les hauteurs, les intensités, le rythme, la mélodie, l'harmonie, etc.,  lui associant le geste de deux danseurs qui « interprètent » la partition dans une chorégraphie rituelle inventée et  notée par lui, elle-même basée sur treize gestes combinant en de multiples enchaînements les expressions physiques de la prière empruntées à l’ensemble des religions révélées.

De cette double partition complexe et fascinante, on se souvenait d’avoir vu une splendide production interprétée par l'Ensemble Intercontemporain (en 2002 ?). Dans cette nouvelle version réalisée par Emmanuelle Grach et Jamil Attar, et proposée dans une journée entièrement consacrée à la danse contemporaine, l’ensemble orchestral est remplacé par un enregistrement, renforçant la difficulté pour les danseurs qui normalement, jouent à parties égales avec l’orchestre et qui sont dirigés par le chef au même titre que les musiciens, ce qui est garant pour eux d’une certaine sécurité. 

Jamil Attar et Emmanuelle Grach. Photographie © fondation Royaumont.

Disons-le d’emblée, leur performance est impressionnante de  précision dans l'exécution des gestes et des postures, de perfection dans la fluidité des enchaînements. Si le bas du corps est peu sollicité, les danseurs passant essentiellement de l’agenouillement à la position du lotus, avec quelques stations debout,  les bras et les mains, le torse et la tête sont constamment en mouvement et exigent une concentration de tous les instants. De longs moments d'immobilité totale les mettent également à rude épreuve comme le laissent percevoir quelques légers vacillements chez Jamil Attar. Au fil de la pièce et de l'intensification de la musique, se  créée une dramaturgie de plus en plus captivante qui emmène l’auditeur-spectateur dans une dimension métaphysique où le duo semble figurer de nouveaux Adam et Ève confrontés aux mystères de l’univers.

Si Jamil Attar laisse parfois percevoir une certaine raideur tout au long des 70 minutes que dure la pièce, sa partenaire se révèle d’une souplesse hors du commun avec des courbes qui semblent tout droit sorties de l’enseignement des danses orientales et des mains qui paraissent ciselées dans une matière précieuse. On la sent totalement immergée dans la mystique de cette pièce fascinante, et l'on comprend à la manière dont elle sculpte le mouvement et à son regard intériorisé que son interprétation est pétrie d'une foi totale dans le sens mystique de cette pièce majeure.

Tous deux seront le 24 octobre prochain dans le troisième volet de l'aventure Licht, l'opéra en sept journées de Stockhausen avec l'Ensemble Le Balcon à la Cité de la Musique. Jamil Attar dansait déjà l'extraordinaire solo de Lucifer dans Donnerstag à l'Opéra-Comique en 2018 et Emmanuelle Grach y était Michael enfant. Autant dire qu'ils sont de vrais spécialistes de l'univers du compositeur et qu'après ce moment de haute transcendance, on est très impatient de les y retrouver.

Spectacle enregistré et bientôt disponible sur le site de l'Abbaye de Royaumont.

Frédéric Norac
29 septembre 2020
© musicologie.org


musicologie.org
 rss

Les précedents articles de Frédéric Norac

Lieben Sie Brahms ? Liebesliederwalzer par les Métaboles —— Le Messie universel de Bob Wilson : Der Messias de Händel (version Mozart) au TCE —— La grande saison d'un « petit » théâtre : l'Athénée-Théâtre Louis-Jouvet 2020-2020 —— Menus-Plaisirs d'été au CMBV : le baroque dont vous êtes le héros —— D'une abbaye, l'autre : les festivals d'automne des Centres culturels de rencontre.

Tous les articles de Frédéric Norac
norac@musicologie.org

À propos - contact |  S'abonner au bulletinBiographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org
56 rue de la Fédération
93100 Montreuil
☎ 06 06 61 73 41
ISNN 2269-9910

bouquetin

Mercredi 30 Septembre, 2020 2:48