bandeau texte musicologie

Paris, Théâtre des Champs-Élysées, 7 janvier 2020 —— Frédéric Norac.

Duos d'amour : Vannina Santoni et Saimir Pirgu aux Grandes Voix

Vannina Santoni et Saimir Pirgu en répétition à Liège. Photographie © Opéra Royal de Wallonie.

Dans un couple marié, cinq ans de différence entre le mari et l’épouse, cela paraît normal et peut même être un vecteur d’harmonie. Il n’en va pas tout à fait de même dans un duo d’opéra où il est question d’amour et de jeunesse, surtout lorsque la soprano est dans le plein épanouissement d’une trentaine radieuse et dans la phase ascendante de sa carrière et de ses moyens. 

Dans ce concert qui les réunissait un an après cette Traviata qui a révélé Vannina Santoni au public parisien, Saimir Pirgu avait fort à faire pour ne pas paraître le faire-valoir de la jeune soprano tout en lui offrant galamment la réplique dans La Traviata, le grand air de Cosi fan tutte et les duos de L'Elixir d'amour et La Bohème de Puccini.

Aux abords de la quarantaine, après une carrière déjà longue (il a commencé à 22 ans), la voix du ténor qui fut « di grazia » puis « lyrique léger » paraît désormais élargie et un peu moins souple pour le Mozart de Don Ottavio. Il lui faut tout le secours d’une technique accomplie pour en maîtriser les vocalises de même que les aigus pianissimos de la fameuse « furtiva lagrima » de L’élixir d’amour qui l’oblige à détimbrer dès le haut médium. C’est plutôt au répertoire romantique tardif d’obédience vériste que désormais le meilleur de sa tessiture le destine comme le laissent entendre un superbe « Lamento de Frédéric »  de L'Arlésienne de Cilea et l’air et le duo de La Bohème de Puccini où il peut compter sur son sens du style et du phrasé et un aigu puissant au métal cuivré.

Vannina Santoni en répétition à Liège. Photographie © Opéra Royal de Wallonie.

À Vannina Santoni, tout dans ce programme réussit ou presque, depuis Fiordiligi jusqu’à Mimi, en passant par Violetta, Adina et Juliette (malgré une articulation paradoxalement peu compréhensible). Plus de trace de ces problèmes d’intonation qui déparaient sa Comtesse des Noces de Figaro le mois dernier et, si quelques aigus paraissent un peu forcés dans l’air de Violetta « Ah forse è lui », une fois la voix chauffée, elle gagne extension et en assurance. On ne se lasse pas de ce timbre chaud et sensuel et d’un chant généreux où l’on sent une sensibilité à fleur de peau qui donne toute sa mesure dans les deux extraits de La Bohème. Sa Mimi vibrante, d’un naturel absolu, donne le désir de l’entendre dans un rôle que, sauf erreur, elle n’a pas encore abordé à la scène et qui lui va comme un gant.

Le concert se termine sur le Brindisi de la Traviata valsé par les deux complices et une reprise du duo de La Bohème avec les suraigus en coulisses qui semblent tomber du plafond.  La bonne surprise de ce concert, c’est la qualité de l’orchestre de l’Opéra royal de Wallonie, sous la direction efficiente de Paolo Arrivabeni, un peu épais certes dans l’ouverture de Cosi fan tutte mais impeccable partout ailleurs et singulièrement dans l’intermezzo de Pagliacci qui met en relief l’homogénéité des cordes graves et des vents de toute beauté. Le programme symphonique soigneusement choisi dépasse le simple remplissage et permet d’entendre au moins deux raretés, l’ouverture de Roberto Devereux (un clin d’œil à la programmation 2020 du TCE) et l’intermezzo de L’Arlesienne de Cilea. Au final, un beau concert où l’enthousiasme compense une salle un peu clairsemée.

Saimir Pirgu en répétition à Liège. Photographie © Opéra Royal de Wallonie.

Frédéric Norac
7 janvier 2020

© musicologie.org


musicologie.org
 rss

Les précedents articles de Frédéric Norac

Opérette jazzy : Yes de Maurice Yvain, par Les Brigands —— Programme de secours pour ensemble désarmé : héroïnes au bras armé —— Comédie douce-amère : Fortunio de Messager revivifié —— Divines facéties : Platée par les Ambassadeurs.

Tous les articles de Frédéric Norac
norac@musicologie.org

À propos - contact |  S'abonner au bulletinBiographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org
56 rue de la Fédération
93100 Montreuil
☎ 06 06 61 73 41
ISNN 2269-9910

bouquetin

Jeudi 9 Janvier, 2020 21:10