À propos du site

S'abonner au bulletin
Collaborations éditoriales

Biographies musicales
Encyclopédie musicale
Discographies
Iconographies
Articles et études
Textes de référence

Analyses musicales
Cours d'écriture en ligne

Annonces & annuaires
Téléchargements

Vu et lu sur la Toile
Presse internationale
Forums et listes

Colloques & conférences
Universités françaises
Universités au monde
Quelques bibliothèques
Quelques Institutions
Quelques éditeurs

Nouveaux livres
Périodiques

Bulletin Officiel
Journal Officiel
Bibliothèque de France
Library of Congress
British Library
ICCU (Opac Italie)
München (BSB)
BN Madrid
SUDOC
Pages jaunes
Presse internationale


proposer un texte      s'abonner au bulletin      retour à l'index par auteurs

 Henri-Joseph Rigel
Trois Duos
pour piano-forte et clavecin
œuvre 14

Trois Duos pour piano-forte et clavecin (1778, opus 14). « Musique de chambre », Éditions du Centre de Musique Baroque de Versailles 2008. Les 3 numéros de cet opus peuvent également être joués avec 2 violons et 1 violoncelle à la place du clavecin. L'opus est édité en 6 cahiers séparés, dans les deux versions, sous forme de conducteur (21 29,7), avec une introduction en français.

Né en Allemagne en 2201, Il aurait étudié avec Niccolò Jommelli à Stuttgart (il y est depuis 1754), et aurait été envoyé, en 1767, à Paris, par Franz Xaver Richter, avec lequel il étudie peut-être à Manheim, pour enseigner la musique à Mlle Dupin de Francueil.

À partir de 1774, le succès est au rendez-vous, avec deux oratorios très appréciés du public, sa programmation au Concert Spirituel, où il sera compositeur attitré  et chef d'orchestre, et sa quinzaine d'opéras, créés dans toutes les salles de Paris. En 1795, il est professeur de piano au tout nouveau Conservatoire.

Sa biographie, porte à imaginer qu'il compose, de la « musique italienne » allemande. Ce qui n'est vrai qu'en partie, car il est aussi soucieux, ou partisan, du goût classique français. Sa musique est claire, avec des cadences bien découpées. Il s'agit du style dit de musique accompagnée, ou les dessus sont soutenus par des batteries de croches ou de doubles, des carillons, des unissons ou des parallélismes. C'est-à-dire que, contrairement au style classique viennois de l'époque, qu'on peut entendre au Concert Spiriuel, il n'emploie pas des motifs pris dans le matériel thématique pour l'accompagnement, ni les basses d'Alberti.

Curieusement, la Marquise de Montgeroult, qui est aussi professeur de musique au Conservatoire à Paris, en 1795, virtuose réputée, compose, elle, de la musique viennoise, plus virtuose, pour le piano, que ce qui en est dans ces trois Duos, qui n'offrent pas de grandes difficultés digitales.

Musique à l'apparence plus enjouée, plus légère, moins dramatisée, on dit « moins profonde », en réalité mois dense, que la musique allemande ou viennoise, elle est d'une belle élégance, et si voix qui chante et voix qui accompagnent sont bien hiérarchisés, elle concerte, par le déplacement des motifs, aux différents instruments.

Il est certainement intéressant de nouer l'oreille à cette musique classique française — qui plus est dans une instrumentation très originale, a l'acidité si particulière, et à la pulsion rythmique dansante, qui peut laisser place à des épisodes dramatiques aux harmonies tendues.

Jean-Marc Warszawski
9 mars 2009

Les six cahiers

  • n° 1 en mi bémol majeur, pour forte-piano et clavecin (43 p., CAH 191)
  • n° 1 en mi bémol majeur, pour forte-piano et cordes (45 p., CAH 194)
  • n° 2 en do mineur  pour forte-piano et clavecin (21 p; CAH 192)
  • n° 2 en do mineur  pour forte-piano et cordes (23 p; CAH 195)
  • n° 3 en sol majeur  pour forte-piano et clavecin (21 p.; CAH 193)
  • n° 3 en sol majeur  pour forte-piano et cordes (23 p.; CAH 196)

Biographie de Henri-Joseph Rigel
La boutique en ligne du Centre de Musique Baroque de Versailles


Incipit du n° 1, forte-piano & clavecin

©Références / Musicologie.org 2009