m Hillel Kogan-Adi Boutrous We love Arabs : une conférence chorégraphiée

musicologie

Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Annonces . Agenda rssAbonnement au bulletin . Analyses musicales . Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir

Hillel Kogan-Adi Boutrous We love Arabs : une conférence chorégraphiée

Hillel Kogan-Adi Boutrous We love Arabs

Mondeville le 26 janvier 2018

Tout commence comme une conférence gesticulée, mélange de mots, de réflexion, de théâtre, d'humour et d'auto-dérision, mais faite par le chorégraphe et danseur israélien, Hillel Kogan, auquel s'adjoint bientôt son complice arabe Adi Boutrous, lui-même danseur et chorégraphe de la scène danse de Tel Aviv.

Au-delà des mots, des idées et de l'humour, il y a aussi un véritable spectacle de danse en décalé, qui ne pourrait exister sans la présence forte des deux danseurs, et de leur questionnement.

L'identité, l'identique, la coexistence, le partage de l'espace, celui où l'on se sent bien, celui qui nous rejette, le mur, les clichés, les préjugés ethniques, tout y passe en une heure avec des corps en mouvement et pas mal d'humour.

Aussi le rapport de domination du chorégraphe de gauche agaçant à son danseur quand il essaie à tout prix de lui faire danser ses métaphores embrouillées en lui imposant de revenir au cliché de la danse du ventre, sur fond de mélodie populaire arabe, au nom d'une culture imaginaire, son danseur n'étant même pas musulman mais chrétien, ce qui resurgira par la suite dans une crucifixion mimée et une communion au premier rang des spectateurs avec du houmous et du pita.

Après une traversée périlleuse du cercle du houmous, où chacun son tour, maquillé avec, porte et supporte l'autre, le final dansé met en jeu le proche et le lointain entre juif et arabe mais aussi entre Occident et Orient comme le souligne la partition choisie, le second mouvement de la symphonie 40 de Mozart. Et se clôt par la cérémonie déjà évoquée.
Une façon de ne pas donner de réponses toutes faites et de brouiller souvent les cartes sur ces questions difficiles à trancher (la symbolique du couteau et de la fourchette au milieu du spectacle) et de montrer aussi que l'art peut rapprocher les hommes et qu'il se nourrit de ces rencontres fructueuses, tout en faisant avancer les choses à pas de deux.

Dans le cadre du festival « À partir du réel » au Théâtre de la Renaissance de Mondeville, une rencontre avec les deux artistes suivait, comme sur les autres spectacles. Il se clôt le 1er février avec « Le maniement des larmes » de Nicolas Lambert, une réflexion théâtralisée et en musique sur les ventes d'armes de la France.

La pièce, elle, continue sa tournée en France et en Belgique jusqu'en mai. Ne la ratez pas.

À noter au Centre chorégraphique de Caen mardi 30 janvier « And so you see » de la chorégraphe sud-africaine Robin Orlin, une autre réflexion chorégraphique avec danseur et vidéo.

 

Alain Lambert
26 janvier 2018

 

Alain Lambert : alain@musicologie.org Romain Baret, Naissance de l'horizon : un trio plus que cuivré !Yaël Angel « BopWriter », Sarah Lancman « À Contretemps », Julie Ericssen « Out of Chaos » : trois voix jazz pour trois pianosSamuel Achache, Jeanne Candel, Orfeo : Je suis mort en Arcadie, Théâtre (ou) musical ?The Curious Bards « [Ex]tradition » : du folk baroque chatoyant !PAN l'hiver avec Ciel mes bijoux ! Le Taraf Concentré Sucré, le trio Orbit et April Fishes !Plus sur Alain Lambert, tous ses articles.

 

 

À propos - contact | S'abonner au bulletin Biographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil ☎ 06 06 61 73 41

ISNN 2269-9910

© musicologie.org 2017

bouquetin

Lundi 29 Janvier, 2018 14:44