bandeau texte

S'abonner au bulletin

 

Nils Landgren with Janis Siegel « some other time » bel hommage à Léonard Bernstein

Nils Landgren with Janis Siegel « some other time » : a tribute to Leonard Bernstein. Nils Landgren (trombone, voix), Janis Siegel (voix), Jan Lundgren (piano), Dieter Ilg (bass), Wolfgang Haffner (drums), Bochumer Symphoniker (Vince Mendoza). ACT 2016 (ACT 9813-2).

Enregistré à Cologne, les 1-7 novembre 2015.

7 mars 2015, par Alain Lambert ——

Nils Landgren, le suédois au trombone rouge et à la voix venue du nord, au vibrato léger, qui oscille souvent entre jazz funky et ballades pour crooner (son cédé de standards sur le thème de la lune et des étoiles était un petit bijou) rend hommage au maître de la comédie musicale.

Janis Siegel, de Manhattan Transfer, célèbre quatuor de jazz vocal, lui donne la réplique, et pas seulement (The Story Of My Life, Something's coming, ou le très bluesy Lucky To Be Me). Jan Lundgren, superbe pianiste, qui vient de sortir un joli cédé avec Richard Galliano et Paolo Fresu [voir notre chronique],  est ici en trio avec Dieter Ilg à la basse et Wolfgang Haffner à la batterie. Arrangés et conduits par Vince Mendoza, les cuivres et les bois du réputé Orchestre symphonique de Bochum, dans la Ruhr, viennent sur certains titres donner un peu d'ampleur, presque à la façon d'un big band, toujours avec une grande sobriété, pour retrouver les couleurs de Bernstein, « le son classique avec une tournure jazz » selon Landgren. Un peu dans l'esprit, aussi, du Porgy and Bess d'Ella Fitzgerald et Louis Armstrong, une des rares réussites du jazz « symphonique ».

L'ouverture est très courte, 42 secondes juste pour esquisser le thème d'America au cor, et laisser la place aux deux chanteurs (Some Other Time), dans un montage qui reprend bien sûr beaucoup de West Side Story, mais un peu des autres opus, On The Town ou Wonderfull Town, pour se clore, au trombone, par « A Simple Song », extrait de la Messe de Bernstein. 

Un bel hommage donc, et de la belle ouvrage, pour ce duo vocal et ce trio de jazz, dans leur écrin boisé et cuivré, où le trombone, chatoyant, double souvent la voix de son maître (Somewhere, A Quiet Girl), quand il ne la remplace pas (Maria, Lonely Town).

 Alain Lambert
7 mars 2016

 

 

À propos
Contact

Recherche dans le site
S'abonner au bulletin
Collaborations éditoriales

Biographies
Encyclopédie musicale
Articles et études
La bibliothèque

Analyses musicales
Colloques & conférences
Universités françaises

Soutenir musicologie.org

Actualités musicales
Nouveaux livres
Nouveaux cédés
Agenda

Petites annonces
Téléchargements
Presse internationale


ISSN 2269-9910

Références / musicologie.org 2016

musicologie

Mardi 8 Mars, 2016 2:05

rectangle

musicologie

Soutenir musicologie.org

Les derniers articles
d'Alain Lambert
alain@musicologie.org