bandeau texte

S'abonner au bulletin

 

Nicolas Horvath: le monde piano de Philip Glass

Nicolas Horvath, Philip Glass Glassworlds (3) : Metamorphosis. Grand Piano 2016 (GP 691).

Par Alain Lambert ——

La métamorphose, l'idée même du changement de forme ou de structure qui régit la musique minimaliste répétitive de Philip Glass, jeu de structures sonores et rythmiques ondoyant sur le clavier du pianiste.

Métamorphose aussi les airs des trois grands opéras de Glass devenus trois moments d'une sonate pour piano seul, tout comme les pièces jouées auparavant par l'orgue ou la fanfare. Toutes sont jouées à rebrousse temps de  1988, le morceau titre,  à 1959, la Piano Sonatina no 2 enregistrée ici pour la première fois.

Voici donc le 3e disque de Nicolas Horvath consacré à l'intégrale pour piano du compositeur américain. Et déjà un parti pris de ralentir le jeu, pour le morceau titre, quand on compare celui enregistré par le compositeur, hormis le 3e moment, plus rapide ici. Autre différence notable, la  lente apparition du 1er moment et la longue disparition du dernier. Mais c'est le rôle de l'interprète de recréer, et de ne pas chercher à reproduire ce qui a déjà été donné à entendre.

Et la suite du programme n'est pas celle proposée par Glass, mais va chercher ailleurs, comme The Olympian-Lighting of the Torch, la version pour piano de la cérémonie d'ouverture des jeux olympiques de Los Angeles en 1984, à l'origine pour fanfare. Ou la Trilogie Sonata déjà citée, des extraits d'opéras (Akhnaten, Satyagraha et Einstein on the Beach) transcrits par Paul Barnes en 2000. Superbe.

A Secret Solo, enregistré sur un orgue en 1977, est aussi une première au piano, inspirée, nous dit Nicolas Horvath dans son texte de livret bien documenté, de l'enseignement de Ravi Shankar, tout comme la longue pièce suivante, Two Pages, de  1968. Toutes deux étonnantes.

Enfin, la Sonatina no 2 déjà citée, remonte à la période pré minimaliste, à l'époque où Glass suivait l'enseignement de Darius Milhaud, ce qui surprendra forcément. Mais c'est le principe de l'intégrale de faire découvrir ce qu'on ne connaît pas.

Un cédé riche et dense, pour redécouvrir l'oeuvre (pour piano) de Philip Glass.

 

 

 Alain Lambert
19 février 2016

 

À propos
Contact

Recherche dans le site
S'abonner au bulletin
Collaborations éditoriales

Biographies
Encyclopédie musicale
Articles et études
La bibliothèque

Analyses musicales
Colloques & conférences
Universités françaises

Soutenir musicologie.org

Actualités musicales
Nouveaux livres
Nouveaux cédés
Agenda

Petites annonces
Téléchargements
Presse internationale


ISSN 2269-9910

Références / musicologie.org 2016

musicologie

Lundi 7 Mars, 2016 2:46

rectangle

musicologie

Soutenir musicologie.org

Les derniers articles
d'Alain Lambert
alain@musicologie.org