musicologie.org —— 19e année,   

    Biographies musicales . Encyclopédie . S'abonner au bulletin . Annonces . Textes . Recherche et annuaire

La Gazette musicale

MéphistoFaust revivifié par la musicologie

Par Frédéric Norac —— Si, comme moi, vous pensiez que le Faust de Gounod est l’œuvre emblématique d’un certain académisme pompier du Second Empire, peut-être auriez-vous changé d’avis à l'issue de ce concert où la Fondation Bru Zane (Centre de musique romantique française) en proposait la « version inédite de 1859 », reconstituée à partir de l'édition critique du musicologue Paul Prévost parue chez Bärenreiter.

●(France musique) Le chef d’or-chestre Guennadi Rojdestvenski est mort
●(Est Ensemble) Est Ensemble ouvre une classe de direction d’orchestre au conservatoire de Montreuil
●(Le Figaro) Le manifeste pour un opéra plus audacieux de Stéphane Lissner
●(Journal de Montréal) André Ma-thieu : un hommage à la hauteur
●(Le Parisien) Gennevilliers : l'emblématique directeur du conservatoire fait ses adieux

●(AFP) Décès de la star de l'accordéon Yvette Horner
●(24 heures, suisse) La ballerine qui fit danser le Tout-Lausanne
Spengler Johann Friedrich (1651- 1717)
Tosca Tomás Vicente (1651-1723)
Gelhud Ludovic Gunther (v. 1665-v. 1730)
Bernard Haitink victime d'une lourde chute sur scène
●(La Croix) Vibrer au répertoire fascinant des castrats

Ladies rockJean Claude Gallotta My Ladies Rock : une suite en 220 voltes

Par Alain Lambert —— La suite de My Rock vu au théâtre l'an dernier [voir notre chronique] mais du point de vue féminin dans un monde musical  où les femmes ne pouvaient être que groupies ou choristes au début de la seconde moitié du siècle dernier. L'autobiographie de My Rock  devient sous-entendue et laisse la place  à des biographies sobres et bien tournées, parlées ou projetées, de ces artistes plus ou moins moins maudites qui ont marqué la jeunesse

 

 

 

 

 

Marie Nicole LemieuxSoirée biblique aux Champs-Élysées : Samson et Dalila

Par Frédéric Norac —— Duo de choc pour ce Samson et Dalila proposé par Radio-France et les Grandes Voix en clôture de leur saison d’opéras en version de concert. À 55 ans tout juste sonnés, Roberto Alagna qui vient de triompher dans le rôle-titre au Staatsoper de Vienne semble

●(AFP) Pour son dernier spectacle de danse solo, Akram Khan rend hommage aux soldats coloniaux
●(AFP) Mats Ek: « mes ballets de nouveau sur scène en 2019 »
●(AFP) Pologne: des instruments «endémiques» pour des airs sauvés de l'oubli
●(La Montagne) Le fameux vio-loncelle de Guadagnini adjugé 750.000 € aux enchères à Vichy
●(La Provence) Marseille : la représentation d'Ernani impactée par un mouvement de grève
●(France Info) La musique africaine a le vent en poupe au 52e Midem, marché du disque de Cannes

Première suite sur « La haine de la musique » de Pascal Quignard : en continuant de relire Rousseau

Par Alain Lambert —— En 1996, après avoir écrit Tous les matins du monde en 1991 et La leçon de musique en 1987, l'écrivain Pascal Quignard publiait dix petits traités sous le titre générique de La haine de la musique [folio] . Ce titre est précisément celui du VIIe traité, qui synthétise, avec le IXe: Désenchanter, la trame implicite aux méditations de l'auteur dont voici un florilège extrait de ces deux textes:

La musique est le seul, de tous les arts, qui ait collaboré à l'extermination des Juifs organisée par les Allemands de 1933 à 1945...

Toutes les chroniques

Frédéric Norac
Alain Lambert
Michel Rusquet
Jean-Luc Vannier
Jean-Marc Warszawski

Biographies musicales
Encyclopédie
Articles et études
Annonces

 

demeter no acces

Marjolaine Reymond, Deme-ter No Access. Cristal Records 2018

Le flageolet

Le flageolet, instrument du xviie siècle, est une flûte à perce cylindrique, au bec aplati, qui comporte une chambre d'insufllation. On range dans la famille aussi bien le flageolet à quatre trous sur le dessus, dit flageolet français, que celui à 6 trous sur le dessus, dit anglais. Sur le dessous, il comporte deux perces pour les pouces. Il fut très populaire au xixe siècle. De nos jours, le flageolet en métal est répandu comme jouet.

 

enescoGeorge Enesco (1881-1955)

ll commence à jouer le violon à 4 ans et à composer à 5 ans. De 1888 à 1894, il étudie le violon au conservatoire de la « Gesellschaft der Musikfreunde » de Vienne avec Bachrich, puis Hellmesberger fils. Il suit aussi des cours de contrepoint et de fugue avec Robert Fuchs, de piano avec Ludwig, de musique de chambre avec Hellmesberger.  A partir de 1890 il prend part aux répétitions et représentations du quartette Hellmesberger, et quand ce dernier le dirige, il prend part à l'orchestre de l'Opéra. En 1894 il rencontre Brahms, qui assiste parfois aux répétitions des oeuvres des élèves.
Au Conservatoire de musique de Paris de 1895 à 1899,  il étudie la fugue le contrepoint et l'harmonie avec Ambroise Thomas, Théodore

Scheibe Johann Adolph (1708-1776)

Selon son autobiographie, il perd à l'âge de six ans l'usage de son œil droit, suite à un accident dans l'atelier de son, père. Il écrit également que c'est à cet âge qu'il commencé à recevoir des cours d'instruments à clavier.
En 1719, il entre à l'école de la Nikolaikirche

La musique instrumentale de Johann Adolph Scheibe (1708-1776)

Par Michel Rusquet —— Il s'est fait connaître plus comme théoricien ou critique musical que comme compositeur. « Tant dans son périodique hambourgeois, Der critische Musicus, que dans ses livres théoriques, il passa pour l'un des précurseurs de la réforme classique. Il attaquait violemment l'archaïsme des contrapuntistes, Bach en tête, ou la superficialité de l'opéra italien, pour défendre la clarté et l'équilibre français et préconiser la primauté absolue de la mélodie. »

Florent NagelLe livre pour piano de Florent Nagel

Par Jean-Marc Warszawski —— Nous avons découvert la musique de Florent Nagel et par la même occasion la personne,  sur la scène d'un concert « Cantus Formus », le 16 novembre 2016,  au Conservatoire de Paris, un cycle animé depuis des années par Nicolas Bacri.  Il y joua quelques études de sa composition qui ont enthousiasmé le public.
Le succès rencontré depuis 2012  par son conte musical Alice au pays des merveilles (piano quatre mains récitant), un vrai succès parti de la scène, non de médias, qui a finalement abouti à plus de 200 concerts et à la commande d’une version orchestrale par le Théâtre du Capitole de Toulouse, l’a peut-être placé devant des responsabilités

Iso Pierre ( v. 1715 - v. 1794)

Compositeur et professeur. Son nom apparaît sous la forme « Yzo » jusqu'en 1759, pour ensuite devenir « Izo ». Il n'a aucun lien de parenté avec le bassoniste Étienne Osi.
Venant de Nevers, il se fixe à Moulins en 1736, où il est maître de musique à l'académie de musique et directeur de l'école de musique locale. Il enseigne le chant et le violon. Il est mis à contribution pour des répétitions et des concerts.
Il quitte Moulins en 1742, s'installe probablement à Paris en 1748. En 1752-1754, il prend part

Deux solitudes en un acte : Manga Café ; Trouble in Tahiti

Par Frédéric Norac —— Si l’on en croit la légende, Léonard Bernstein composa Trouble in Tahiti, son premier opéra et le seul dont il écrivit également le livret, en 1952, pendant sa lune de miel avec sa femme Felicia Montealegre. Drôle de cadeau de noces tout de même que cet acte

Les cédés

broken land

Initiative H, Broken Land. Neuklang 2018.

 

Ivan Jevtic, At the turn of the Century, Complete flute works, Vincent Lucas (flûte), Maja Bogdanović (violoncel-le), Natalija Mladenović (piano), Orchestre Stanislav Binički, sous la direction de Stanko Jovanović. Indésens 2017 (INDE 100).

Seisme-Jishin, David Seves-tre (saxophone), Jérôme Da-mien (piano), Nicolas Le Moullec (basse), Adrien Chen-nebault (batterie). Musique et équilibre 2018.

Étienne Ozy (1754-1813)

Peut-être a-t-il appris le basson après d'une institution militaire, comme cela se faisait à l'époque pour les instruments à vent.
Il se serait installé à Paris en 1777, et aurait étudié avec Georg Wenzel Ritter (1748-1808), séjournant alors dans la ville.
En 1777-1778, il fait des débuts remarqués au Concert spirituel dans le concerto pour basson de P. D. Deshayes. Au cours des douze années suivantes, il apparaît trente-six fois dans les programmes dont 19 fois dans ses propres compositions.
En 1783, il est au service du duc d'Orléans, et commence à publier ses trente-deux suites pour deux clarinettes, deux cors et basson, configuration instrumentale usité pour les ensembles maçonniques.

Mikołaj Zieleński Les œuvres de Mikołaj Zieleński par l'ensemble La Tempesta : un événement

Par Jean-Marc Warszawski —— Mikołaj  Zieleński est un compositeur polonais actif au début du 17e siècle, peu connu au-delà de la Pologne, et pratiquement inconnu en France, où l’on est assez ignorant de nos voisins orientaux et de leur histoire.
On connaît d’ailleurs très peu de choses chose quant à sa vie, sinon ce qu’il en a écrit dans la préface de ses œuvres publiées en 1611 à Venise, sur les deniers de son patron, le Primat de Pologne

Zieleński Mikołaj Zieleński Mikołaj (v. 1550-v. 1615)

En 1604 Stanisław Kijewski, un aristocrate lui cède un domaine à Gromino, près de Pułtusk. De cette date à 1606, il est au service du diocèse de Plock, où il apparaît comme organiste dans les archives du chapitre.
Il se marie en 1611, avec Anna Feter. Il est alors, et jusqu'à sa mort, organiste et maître de chapelle de l'archevêque de Gniezno, primat de Pologne depuis 1608, Wojciech Baranowski (1548-1615), à Łowicz.

 Petites annonces 

Stage d'été autour de la messe de Notre-Dame de Guillaume de Machaut à Strasbourg
Groupe de métal symphonique de Saint-Étienne cherche son ou sa claviériste
Le Festival des Fous Chantants d'Alès recherche participantes et participants pour ses scènes ouvertesStage de polyphonies géorgiennes dans les Deux-Sèvres en juillet
Stage vocal en Normandie du 5 au 12 août 2018
Pont Saint-Esprit, stage de musique baroque
Ensemble vocal féminin Paris, recrute tous pupitres
Vrai alto 1, titulaire d'un CA de chant et de prix au CNSM de Paris, cherche à intégrer petit ensemble
3e Académie de Musique Sacrée de Lyon à Pont-Saint-Esprit
Compositeur cherche chœur pour création cantate

recangle_textes

Le rire en musique

Joubert Muriel et Le Touzé Denis (direction), Le rire en musique. « méloto-nia », Presses universitaires de Lyon, Lyon 2017 [328 p. ; ISBN 978-2-7297-0918-1 ; 20 €].

 ⏩

⏪⏪ juin 2018 ⏩⏩

L M M J V S D
01 02 03
04 05 06 07 08 09 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30

      2017                       2019

 Agenda 

rectangle

 

rectangle

 

rectangle_actu

trait Les livres trait

Houbart François-Henri, Histoire de l'orgue en Orléanais et dans le Loiret : inventaire des orgues, fac-teurs, organistes, composi-teurs. Delatour France Samp-zon 2016 [480 p. ; ISBN 978-2-7521-0302-4 ; 59 €]

Feneyrou Laurent, De lave et de fer. Une jeunesse allemande : Helmut Lachen-mann. « Répercussions », Éditions MF, Paris 2017 (286 p. ; ISBN 978-2-915794-97-7 ; 22 €].

Cugny Laurent, Hugues Panassié : l'œuvre panassié-enne et sa réception. « Jazz en France », Outre mesure, Paris 2017 [166 p. ; ISBN 978-2-907891-92-9 ; 17 €]

 

Qui sommes nous ?
Bulletin d'information
Recherchedans le site et +
Presse internationale

Petites annonces
Téléchargements

Biographies de musiciens
Encyclopédie musicale
Analyses musicales
Cours d'harmonie et d'écriture

Articles et documents

Articles et documents
Nouveaux livres
Nouveaux disques

Colloques & conférences
Universités en France

Soutenir musicologie.org

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil.

☎ 06 06 61 73 41

@Contact

SIRET 533 035 408 00012 - Enregistrement à la CNIL no 1122478

ISSN 2269-9910

2017 : 887 548 lecteurs. Classement Alexa ; 7 883 pages publiques indexées dans le moteur de recherche. 3 229 abonnés au bulletin. Les compteurs Xiti sont homologués par Diffusion et Contrôle (OJD)