Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Petites annonces . Agenda . Abonnement au bulletin . Analyses musicales . Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Trichet Pierre
1586 - 1644

Pierre Trichet, eau-forte anonyme de 1744, Cabinet des estampes, , Bibliothèque nationale de France, Paris.

Il est le fils de Nicolas Trichet, procureur au Parlement de Bordeaux et de Blanche d'Avril, issue d'un milieu de magistrats.

Il effectue ses études au célèbre Collège de Guyenne, et devient avocat au Parlement de Bordeaux.

En 1610, il se marie avec Gaillarde de Leys, d'une famille de magistrats. Ils ont trois enfants. Raphaël Trichet du Fresne, le seul survivant, aura la charge de bibliothécaire de Christine de Suède.

Pierre Trichet possède un cabinet de curiosités, et collectionne les instruments de musique et les livres. Il entreteint des relations avec des poètes, des savants, des musiciens dont Jean d'Escobar de Bordeaux et Huges de Fontenay, on conserve un peu de correspondance avec le père Marin Mersenne.

Écrits relatifs à la musique

Traité des instruments

Correspondance avec le père Marin Mersenne

Autres écrits

Bibliographie

Sur le contenu de l'œuvre (citations)

Lettre à Marin Mersenne du 9 janvier 1630, en réponses à des questions

Question : En quel moment se fait le son dans un tuiau d'orgue, ou bien dès que le vent touche la languette, ou bien dès que le vent est parvenu aux extrémités du tuiau ? Réponse : Avec Galen (Galanus) - Analogie avec la voix humaine- Dès que le vent touche la languette- mais les autres organes sont nécessaires.

Question : Pourquoi deux tuiaux qui ne sont pas justes à l'octave ou à l'unisson se font trembler. Réponse : Sur quoy j'ay à respondre que vous présupposés comme véritable une chose qui est grandement doubteuse, qu'il fautdrait avoir premièrement esprouvé avant d'y ajouter foi, et puis, si cela arrive infailliblement, c'est lors qu'il fautdrait rechercher la cause: Que si quelqu'un en a fait l'expérience, il est à craindre que les tuiaux estaient mal posés et qu'ils ont tremblé par quelqu'autre accident. Cela veux-je bien croire que lorsque l'octave et l'unisson ne sont pas en leur juste proportion, que le son qui en résulte est comme chancelant à cause de son inesgalité.

Question : ..Combien le son d'un instrument de musique qui faict la double ou triple octave en bas, est entendu de plus loing et plus tardivement que le son qui est à la double opu à la triple octave en haut. (Pierre Trichet ne peut répondre à cette question).

Jean-Marc Warszawski
Novembre 1995-2004
Révisision 5 février 2011



À propos - contact |  S'abonner au bulletinBiographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil. ☎ 06 06 61 73 41.

ISNN 2269-9910.

Mardi 27 Avril, 2021

musicologie.org