Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Petites annonces . Agenda . Abonnement au bulletin . Analyses musicales . Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir .

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Catalogue des œuvres de Franz Schubert (I)

Biographie de Franz Schubert

[D.1 - D. 499] [D. 500 - fin]

D. 1, Fantaisie, en sol majeur, pour piano à 4 mains.

D. 1a, Gesang, pour basse et piano, (esquisse sans texte).

D. 1b, Fragment de fantaisie, en sol majeur, pour piano à 4 mains.

D. 1c, Sonate, en fa majeur, pour piano à 4 mains (fragment du premier mouvement).

D. 2, fragment de mouvement de quatuor à cordes, en sol majeur.

D. 2f, Esquisse de trio, en do majeur, avec un menuet.

D. 3, Esquisse de mouvement de quatuor, en do majeur.

D. 4, Der Teufel als Hydrolicus, ouverture pour orchestreestre.

D. 5, Hagars Klage: Hier am Hugel heissen Sandes, pour voix et piano.

D. 6, Des Madchens Klage: Der Eichwal brauset, pour voix et piano.

D. 7, Leichenfantasie: Mit erstorbnem Scheinen steht der Mond, pour voix et piano.

D. 8, Ouverture, en do mineur, pour quintette à cordes.

D. 8a, Ouverture, en do mineur, pour quatuor à cordes (adaptation de D 8).

D. 9, Fantaisie, en sol mineur, pour piano à 4 mains.

D. 10, Der Vatermorder: Ein Vater starb von des Sohnes Hand, pour voix et piano.

D. 11, Der Spiegelritter, fragment d'opérette en 3, actes.

D. 12, Ouverture, en majeur, pour orchestreestre.

D. 13, Fugue, en mineur, pour piano.

D. 14, Ouverture pour piano (perdu).

D. 15, Der Geistertanz: Die bretterne Kammer der Toten erbebt, fragment pour voix et piano (fragment).

D. 15a, Der Geistertanz: Die bretterne Kammer der Toten erbebt, fragment pour voix et piano.

D. 16, Exercices de contrepoint.

D. 17, Quell' innocente figlio, exercice de composition pour différentes voix.

D. 18, Quatuor à cordes no 1, en diverses clés.

D. 19, Quatuor à cordes, en diverses clés (perdu).

D. 19a, Quatuor à cordes, en diverses clés (perdu).

D. 19b, Valses et un menuet pour piano (perdus).

D. 20, Ouverture, en si♭majeur, pour quatuor à cordes.

D. 21, Variations [6], en mi♭majeur, pour piano.

D. 22, Menuets [12] avec trios pour piano (perdus).

D. 23, opus 1313, Klag pour voix et piano: Meine Ruh ist dahin, pour voix et piano.

D. 24, Fragment de 7 variations, en fa majeur, pour piano.

D. 24a, Fugue, en do majeur, pour orgue.

D. 24b, Fugue, en sol majeur, pour orgue.

D. 24c, Fugue, en mineur, pour orgue.

D. 24d, Fragment de fugue, en fa majeur, pour orgue.

D. 24e, Fragment de messe, en fa majeur, pour choeur mixte et orchestreestre.

D. 25, Exercices de contrepoint pour Salieri.

D. 25a, Exercices de contrepoint.

D. 25b, Exercices de contrepoint.

D. 25c, Fragment de fugue à deux voix, exercice de contrepoint.

D. 26, Ouverture, en majeur, pour orchestreestre.

D. 27, Salve Regina, motet pour soprano solo et orchestreestre.

D. 28, Mouvement de trio ou de sonate, en si♭majeur, pour piano, violon et violoncelle..

D. 29, Andante, en do majeur, pour piano.

D. 30, Der Jungling am Bache: An der Quelle sass der Knabe, pour voix et piano.

D. 31, Kyrie, pour soprano, ténor, choeur mixte et orchestreestre.

D.32, Quatuor à cordes no 2, en do majeur.

D. 33, 1812, Entra l'uomo allor che nasce (Aria di Abramo), pour soprano et alto, surt un texte de Pietro Metastasio (6 versions).

D. 34, 1812, Te solo adoro, pour soprano, alto, ténor et basse, sur un texte de Pietro Metastasio.

D. 35, 1812, Serbate, o dei custodi, 1812 pour soprano, alto, ténor et basse, sur un texte de Pietro Metastasio (3 versions).

D. 36, 1812-1813, Quatuor à cordes no 3, en si♭majeur.

D. 37, 1982, opus 74, Die Advokaten (Mein Herr, ich komm), pour chœur mixte et piano, sur un texte de Baron Engelhart.

D. 37a, 1813 ?, Esquisse de fugue (D. 967).

D. 38, 1813, Totengräberlied (Grabe, Spaten, grabe!), pour chœur mixte sur un texte de Ludwig Christoph Heinrich Höity (Voir D. 44).

D. 39, 1810, Lebenstraum (Ich sass an einer Tempelhalle), pour voix et piano, sur un texte de Gabriele von Baumberg.

D. 39a, 1810, 3 menuets pour orchestreestre (perdus).

D. 41, 1813, 30 menuets, pour piano (10 sont perdus).

D. 41a, 1813, fragment de fugue, en mi mineur,, pour piano, 1988 fragment

D. 42, 1813, Misero pargoletto, en sol mineur, pour voix et piano (3 verrsion).

D. 43, 1813, Dreifach ist der Schritt der Zeit, pour chœur mixte sur un texte de Friedrich Schiller..

D. 44, 1813, Totengräberlied (Grabe, Spaten, grabe!), en mi mineur, pour voix et piano, sur un texte de Ludwig Christoph Heinrich Höity (voir : D. 38).

D. 45, 1813, Kyrie, en si♭ majeur, pour chœur.

D. 46, 1813, Quatuor à cordes no 4, en do majeur.

D. 47, 1813, Dithyrambe, « Der Besuch » (Nimmer, das glaubt mir), fragment pour ténor, basse, chœur, piano, sur un texte de Friedrich Schiller.

D. 48, 1813, Fantasie (Grande sonate), en do mineur, pour piano à quatre mains, 1871 (2 versions).

D. 49, 1813, Kyrie, en mineur, pour soprano, alto, ténor, basse, chœur, orchestreestre.

D. 50, 1813, Die Schatten (Freunde, deren Grüfte sich), en la majeur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich von Mathisson.

D. 51, 1813, Unendliche Freude (Unendliche Freude durchwallet das Herz), pour chœur mixte, sur un texte de Friedrich Schiller.

D. 52, 1813, Sehnsucht (Ach, aus dieses Tales gründen), en mineur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich Schiller.

D. 53, 1813, Vorüber die stöhnende Klage, pour chœur mixte, sur un texte de Friedrich Schiller.

D. 54, 1813, Unendliche Freude (Unendliche Freude durchwallet das Herz), pour chœur mixte sur un texte de Friedrich Schiller.

D. 55, 1813, Selig durch die Liebe, pour chœur mixte, sur un texte de Friedrich Schiller.

D. 56, 1813, Sanctus, en si♭ majeur, canon à 3 voix.

D. 57, 1813, Hier strecket der wallende Pilger, pour chœur mixte sur un texte de Friedrich Schiller.

D. 58, 1813, Dessen Fahne Donnerstürme wallte, pour chœur mixte sur un texte de Friedrich Schiller.

D. 59, 1813, Verklärung (Lebensfunke, vom Himmel ertglüht), en la mineur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Gottfried Herder, d'après Alexander Pope.

D. 60, 1813, Hier umarmen sich getreue Gatten, pour chœur mixte sur un texte de Friedrich Schiller.

D. 61, 1813, Ein jügendlicher Maienschwung, à 3 voix, sur un texte de Friedrich Schiller.

D. 62, 1813, Thronend auf erhabnem Sitz, pour chœur mixte, sur un texte de Friedrich Schiller.

D. 63, 1813, Wer die steile Sternenbahn, 1813, pour chœur mixte, sur un texte de Friedrich Schiller.

D. 64, 1813, Majestätsche Sonnenrosse, pour chœur mixte, sur un texte de Friedrich Schiller.

D. 65, 1813, Schmerz verzerret ihr Gesicht, esquisse de canon pour chœur mixte, sur un texte de Friedrich Schiller.

D. 66, 1813, Kyrie, en fa majeur, chœur, orgue, orchestre.

D. 67, 1813, Frisch atmet des Morgens lebendiger Hauch, pour choeur mixte.

D. 68, 1813, Quatuor à cordes no 5 (2 mouvements), en si♭ majeur.

D. 69, 1813, 1813, Dreifach ist der Schritt der Zeit, à 3 voix, sur un texte de Friedrich Schiller.

D. 70, 1813, Dreifach ist der Schritt der Zeit (Ewig still steht die Vergangenheit), pour chœur mixte, sur un texte de Friedrich Schiller.

D. 71, 1813, Die zwei Tugendwege (Zwei sind der Wege), pour chœur mixte, sur un texte de Friedrich Schiller.

D. 71a, 1813, Alleluja, en fa majeur, canon à 3 voix.

D. 71b, 1813, Fragment de fugue, en mi mineur, pour piano.

D. 71c, 1813, Frgament de pièce d'orchestre en majeur (D. 966a).

D. 72, 1813, Octuor à vents, en fa majeur (menuet et finale), 2 hautbois, 2 clatinettes, 2 bassons, 2 cors.

D. 72a, 1813, Allegro, en fa majeur (incomplet), 2 hautbois, 2 clatinettes, 2 bassons, 2 cors.

D. 73, 1813, Thekla : « Eine Geisterstimme » (Wo ich sei, und wo mich hingewendet), en sol majeur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich Schiller.

D. 74, 1813, Quatuor à cordes no 6, en ré majeur.

D. 75, 1813, Trinklied (Freunde, sammelt euch im Kriese), basse, chœur mixte, piano, sur un texte de Friedrich Schäffer.

D. 76, 1813, Pensa, che questo istante, pour voix et piano, sur un texte de Pietro Metastasio (2 versions).

D. 77, 1813-1814, Der Taucher (Wer wegt es, Rittersmann), pour voix et piano, sur un texte de Friedrich Schiller (2 versions), voir D. 111.

D. 78, 1813, Son fra l'onde, en do mineur, pour voix et piano, sur un texte de Pietro Metastasio.

D. 79, 1813, Eine kleine Trauermusik (Franz Schuberts Begräbnis-Feyer), en mi♭ mineur, pour octuor à vents, 2 clarinettes, 2 bassons, 2 contre-bassons, 2 trombones.

D. 80, 27 septembre 1813, Zur Namensfeier des Vaters (Ertöne Leier), pour choeur mixte, sur un texte de Franz Schubert. Pour la fête de son père Franz Theodor Florian Schubert (1763-1830).

D. 81, 1813, Auf den Sieg der Deutschen (Verschwunden sind die Schmerzen), en fa majeur, voix, 2 violons, violoncelle, sur un texte anonyme.

D. 82, 1813, Symphonie no 1, en majeur.

D. 83, 1813, Zur Namensfeier des Herrn Andreas Siller (Des Phöbus Strahlen), en sol majeur, violon, hp vn.

D. 84, 30 octobre 1813-5 mai 1814, Des Teufels Lustschloss, opéra, en trois actes et ouverture, sur un livret d'August von Kotzebue (2 versions).

D. 86, 1813, Menuet, en majeur, pour quatuor à cordes.

D. 87, opus 1251, 1813, Quatuor à cordes no 10, en mi♭ majeur.

D. 87a, 1813, Esquisses d'andante, en do majeur, pour quatuor à cordes.

D. 88, 1813, Verschwunden sind die Schmerzen (Auf den Sieg der Deutschen), pour chœur mixte, sur un texte de Franz Schubert.

D. 89, 1813, [5] Menuets, pour quatuor à cordes.

D. 90, 1813, Fünf Deutsche mit Coda und sieben Trios, pour quatuor à cordes.

D. 91, 1813, [4] Menuets, pour piano (2 menuets conservés).

D. 93, 1815, 1. Don Gayseros, en fa majeur ; 2. Nächtens klang die süsse Laute, en fa majeur; 3. An dem jungen Morgenhimmel, en mi♭ majeur, pour voix et piano, sur des textes de Friedrich de la Motte Fouqué (attribution incertaine).

D. 94, 1811-1812 (?), Quatuor à cordes no 7, en majeur.

D. 94a, 1814 (?), Fragment de pièce si♭ majeur.

D. 94b, 1814, Menuets et Allemandes, 2 cors, 2 violons, alto, violoncelle (perdus).

D. 95, 1814, Adelaide (Einsam wandelt dein Freund), en la♭ majeur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich von Mathisson.

D. 96, 1814, Notturno, en sol majeur, flûte, guitare, alto, violoncelle. Arrangment du Notturno pour flûte, alto et guitare opus 21 (1807), de Wenzel Thomas Matiegka.

D. 97, 1814, Trost. an Elisa (Lehnst du deine bleichgehärmte Wange), en la mineur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich von Mathisson.

D. 98, 1814, Erinnerungeny (Am Seegestad), en si♭majeur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich von Mathisson (2 versions).

D. 99, 1814, Andenken (Ich denke dein), en fa majeur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich von Mathisson.

D. 100, 1814, Geisternähe (Der Dämmrung Schein), en mi♭ majeur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich von Mathisson.

D. 101, 1814, Erinnerung (Kein Rosenschimmer leuchtet Totenopfer), en mi mineur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich von Mathisson.

D. 102, 1814, Die Betende (Laura betet!), en si majeur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich von Mathisson.

D. 103, 1814, Quatuor à cordes, en do mineur.

D. 104, 1814, Die Befreier Europas in Paris (Sie sind in Paris!), en sol majeur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Christian Mikan (3 versions).

D. 105, 1814, Messe no 1, en fa majeur, pour soprano, 1814 2 sopranos, alto 2 ténors, basse, chœur, orgue, orchestre (voir : D. 185).

D. 106, 1814, Salve Regina, en si♭ majeur, 1814 ténor, orgue, orchestre.

D. 107, 1814, Lied aus der Ferne (Wenn in des Abends letztem Scheine), en mi majeur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich von Mathisson (2 versions).

D. 108, 1814, Der Abend (Purpur malt die Tannenhügel), en mineur, pour voix et piano.

D. 109, 1814, Lied der Liebe (Durch Fichten am Hügel), en si♭ majeur, , pour voix et piano, sur un texte de Friedrich von Mathisson.

D. 110, 1814, Wer ist gross?, basse, chœur mixte, orchestre.

D. 111, Voir : Der Taucher D. 77 (2e version)

D. 111a, 1814, Trio à cordes, si♭ majeur.

D. 112, opus 168, 1814, Quatuor à cordes no 8, en si♭ majeur.

D. 113, 1814, An Emma (Weit in nebelgrauer ferne), en fa majeur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich Schiller (3 versions, 3e version = opus 582).

D. 114, 1814, Das Fräulein im Turme. Romanze (Ein Fräulein klagt im finstern Turm), en sol mineur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich von Mathisson (2 versions).

D. 115, 1814, An Laura, als sie Klopstocks Auferstehungslied sang (Herzen, die gen Himmel sich erheben), en mi majeur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich von Mathisson.

D. 116, 1814, Der Geistertanz (Die bretterne Kammer der Toten erbebt), en do mineur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich von Mathisson.

D. 117, 1814, Das Mädchen aus der Fremde (In einem Tal bei armen Hirten) en la majeur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich Schiller.

D. 118, 1814, opus 2, Gretchen am Spinnrade (Meine Ruh' ist hin), en mineur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Wolfgang von Goethe.

D. 119, 1814, Nachtgesang (O gib vom weichen Pfühle), en la♭ majeur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Wolfgang von Goethe.

D. 120, 1814, 1814, Trost in Tränen (Wie kommt's, dass du so traurig bist), en fa majeur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Wolfgang von Goethe.

D. 121, 1814, Schäfers Klagelied (Da droben auf jenem Berge), en mi mineur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Wolfgang von Goethe (2 versions, 2e version = opus 31) .

D. 122, 1814, Ammenlied (Am hohen, hohen Turm), en sol mineur, pour voix et piano, sur un texte de Marianna Lubi.

D. 123, 1814, Sehnsucht (Was zieht mir das Herz so?), en sol majeur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Wolfgang von Goethe.

D. 124, 1814, Am See (Sitz' ich im Gras) en sol mineur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Mayrhofer (2 versions).

D. 125, 1814-1815, Symphonie no 2, en si♭ majeur.

D. 126, 1814, Szene aus Goethe's Faust (Wie anders, Gretchen, war dir's), en do mineur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Wolfgang von Goethe 1873 (2 versions).

D. 128, 1815, [12] Wiener Deutsche, pour piano.

D. 129, 1815 (?), Mailied (Grüner wird die Au), pour chœur mixte sur un texte de Ludwig Christoph Heinrich Höity.

D. 130, 1815 (?), Der Schnee zerrinnt, canon à 3 voix, sur un texte de Ludwig Christoph Heinrich Höity.

D. 131, 1815, Lacrimoso son io, canon à 3 voix (2 versions).

D. 132, 1815-1816 (?), Lied beim Rundetanz, pour chœur mixte sur un texte de Johann Gaudenz von Salis-Seewis (inachevé).

D. 133 1815-1816 (?), Lied im Freien, pour chœur mixte sur un texte de Johann Gaudenz von Salis-Seewis (inachevé).

D. 134, opus 126, Ballade (Ein Fräulein schaut vom hohen Turm), pour voix et piano, sur un texte de Josef Kenner.

D. 135, Allemande, en mi majeur (1re version de D. 1463).

D. 136 opus 46, Totus in corde langueo (Offertorium) en do majeur, pour soprano ou ténor, clarinette ou violon, orgue, orchestre.

D. 137, 1819-1820 (?), Adrast, opéra inachevé (voir : D. 648) : 1. Introduction (Dank dir Göttin), 2. récitatif et aria (War einer je der Sterblichen beglückt), 3. Choeur et ensemble (Dem König Heil), 4. Mache funèbre, 5. récitatif et aria (Wie liegst du starr und bleich), 6. Aria (Meine Seele, die dich liebt), 7. récitatif et aira (Ein schlafend Kind!).

D. 138, 1821, opus 51, Rastlose Liebe (Dem Schnee, dem Regen), en mi majeur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Wolfgang von Goethe (2 versions).

D. 139, 1815, Waltz, en do♯ majeur, pour piano.

D. 140, 1815, Klage um Ali Bey (Lasst mich!), pour 2 sopranos, une alto et piano, sur un texte de Matthias Claudius.

D. 141 opus 1311, Der Mondabend (Rhein und freundlich lacht der Himmel) en la majeur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Gottfried Kumpf.

D. 142, Geistes-Gruss (Hoch auf dem allen Turme) en mi♭ majeur-sol ♭ majeur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Wolfgang von Goethe (6 versions), 3e version en majeur-fa majeur, 6e version en mi majeur-sol major.

D. 143, opus 1092, Genügsamkeit (Dort raget ein Berg), en do♯ mineur, pour voix et piano, sur un texte de Franz von Schober.

D. 144, 1816, Romanze (In der Väter Hallen ruhte), en mi majeur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich Leopold zu Stolberg-Stolberg (inachevé).

D. 145, opus 18, 1815-1821, [12] Waltzes, [17] Ländler, [9] Ecossaises, pour piano, D. 1457 = D. 9702 ; D. 14530 = D. 2991 ; D. 14534 = D. 4211 ; D. 14535 = D. 6975.

D. 146, opus 127, 1815-1823, [20] Waltzes (Letzte Walzer), D. 1463 = 2e version de D. 135 .

D. 147, 1816, Bardengesang (Rolle, du strömigter Carun), pour chœur mixte sur un texte d'Edmund von Harold, d'après James Macpherson (Ossian).

D. 148, opus 1312, 1815, Trinklied (Brüder! Unser Erdenwallen), pour ténor, chœur mixte, piano, sur un, texte d'Ignaz Franz Castelli.

D. 149, 1815, Der Sänger (Was hör ich draussen), en majeur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Wolfgang von Goethe (2 versions, 2e version = opus 117).

D. 150, 1816, Loda's Gespenst (Der bleiche, kalte Mond) en sol mineur-si♭ majeur, pour voix et piano, sur un texte d'Edmund von Harold, d'après James Macpherson (Ossian).

D. 151, 1815, Auf einen Kirchhof (Sei gegrüsst, geweihte Stille) en la majeur, pour voix et piano, sur un texte de Franz von Schlechta.

D. 152, 1815, Minona (Wie treiben die Wolden so finster), en la mineur, pour voix et piano, sur un texte de Freidrich Anton Franz Bertrand.

D. 153, 1815, Als ich sie erröten sah (All' mein Wirken), en sol majeur, pour voix et piano, sur un texte de Bernhard Ambros Ehrlich.

D. 154, 1815, Allegro en mi majeur, pour piano, esquisse pour D. 157.

D. 155, opus, 1653, 1815, Das Bild (Ein Mädchen ist's), en fa majeur 1815, pour voix et piano

D. 156, 1815, [10] Variations, en fa majeur, pour piano.

D. 157, 1815, Sonate pour piano, no 1, en mi majeur, major, pour piano (inachevé).

D. 158, Ecossaise, en mineur-fa majeur, pour piano.

D. 159, 1816, Die Erwartung (Hör ich das Pförtchen nicht gehen?), en si♭ majeur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich Schiller (2 versions, 2e vezrsion = opus 116).

D. 160, 1815, Am Flusse (Verfliessest, vielgeliebte Lieder), en mineur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Wolfgang von Goethe.

D. 161, 1815, An Mignon (Über Tal und Fluss getragen), en sol♯ mineur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Wolfgang von Goethe (2 versions, 2e version = opus 192.

D. 162, 1815, Nähe des Geliebten (Ich denke dein), en sol♭majeur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Wolfgang von Goethe (2 versions, 2eversion = opus 52).

D. 163, 1815, Sängers Morgenlied (Süsses Licht!), en sol majeur, pour voix et piano, sur un texte de Theodor Körner.

D. 164, 1815, Liebesrausch (Glanz des Guten und des Schönen), en sol majeur, pour voix et piano, fragment sur un texte de Theodor Körner.

D. 165, 1815, Sängers Morgenlied (Süsses Licht!) en do majeur, pour voix et piano, sur un texte de Theodor Körner.

D. 166, 1815, Amphiaraos (Vor Thebens siebenfach gähnenden Toren) en sol mineur, pour voix et piano, sur un texte de Theodor Körner.

D. 167, 1815, Messe no 2, en sol majeur, pour sopra no, ténor, baryton, chœur, orgue, cordes.

D. 168, 1815, Begräbnislied (Begrabt den Leib in seiner Gruft), pour chœur, piano, sur un texte de Friedrich Gottlieb Klopstock.

D. 168a, 1815, Jesus Christus unser Heiland (Osterlied) (Überwunden hat der Herr den Tod!), pour chœur et piano, sur un texte de Friedrich Gottlieb Klopstock (voir : D. 987).

D. 169, 1815, Trinklied vor der Schlacht (Schlacht, du brichst an!) en do majeur, pour chœur et piano, sur un texte de Theodor Körner.

D. 170, 1815, Schwertlied (Du Schwert an meiner Linken) en do majeur, pour ténor, chœur à l'unisson et piano, sur un texte de Theodor Körner.

D. 171, 1815, Gebet während der Schlacht (Vater, ich rufe dich!), en si♭ majeur, pour voix et piano, sur un texte de Theodor Körner.

D. 172, 1815, Der Morgenstern (Stern der Liebe), en sol♭majeur, pour voix et piano, fragment sur un texte de Theodor Körner.

D. 173, 1815, Quatuor à cordes no 9, en sol mineur.

D. 174, 1815, Das war ich (Jüngst träumte mir), en sol majeur, pour voix et piano, sur un texte de Theodor Körner (2 version, 2e version, fragmentaire).

D. 175, 1815, Stabat Mater, en sol mineur, pour chœur, orgue, orchestre.

D. 176, 1815, Die Sterne (Was funkelt ihr so mild mich an?), en la♭majeur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Georg Fellinger.

D. 177, opus 1733, 1815, Vergebliche Liebe (Ja, ich weiss es), en do mineur, pour voix et piano, sur un texte de Joseph Carl Bernard.

D. 178, 1815, Adagio, en sol majeur, 1815 pour piano (2 versions, 2e version fragmentaire).

D. 179, 1815, Liebesrausch (Dir, Mädchen, schlägt mit leisem Beben), en sol majeur, pour voix et piano, sur un texte de Theodor Körner.

D. 180, 1815, Sehnsucht der Liebe (Wie die Nacht mit heiligem Beben), en sol majeur, 1815pour voix et piano, sur un texte de Theodor Körner (2 versions, 2e version perdue).

D. 181, 1815, Tres sunt, qui testimonium dant in coelo (Offertorium), en la mineur, pour chœur, orgue, orchestre.

D. 182, 1815, Die erste Liebe en do majeur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Georg Fellinger.

D. 183, 12 avril 1815, Trinklied (Ihr Freude und du gold'ner Wein), en sol majeur, pour voix, chœur à l'unisson, piano, sur un texte d'Alois Zettler.

D. 184, 1815, opus 150, Gradual (Benedictus es, Domine) en do majeur 1815, pour chœur mixte, orgue, orchestre (2 hautbois, 2 clarinettes, 2 trompettes, 3 trombones, timpani, cordes).

D. 185, 1815, Dona nobis pacem, en fa majeur, pour basse, chœur, orgue, orchestre (voir : D. 105).

D. 186, 1815, Die Sterbende (Heil! dies ist die letzte Zähre), en la♭ majeur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich von Mathisson.

D. 187, 1815, Stimme der Liebe (Abendgewölke schweben hell), en fa majeur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich von Mathisson.

D. 188, 1815, Naturgenuss (Im Abendschimmer wallt der Quell), en si♭ majeur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich von Mathisson.

D. 189, 1815, opus, 1111, An die Freude (Freude, schöner Götterfunken), en mi majeur, violon, pour chœur et piano, sur un texte de Friedrich Schiller.

D. 190, 1815, Der vierjährige Posten, Singspiel en un acte et ouverture (8 numéros), sur un livret de Theodor Körner.

D. 191, 1815, Des Mädchens Klage (Der Eichwald braust), en do mineur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich Schiller (2 versions, 2e version = opus 533).

D. 192, 1815, Der Jüngling am Bache (An der Quelle sass der Knabe), en fa mineur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich Schiller.

D. 193, 1815, opus 573, An den Mond (Guess, lieber Mond), en fa mineur, pour voix et piano, sur un texte de Ludwig Christoph Heinrich Höity.

D. 194, 1815, Die Mainacht (Wann der silberne Mond), en mineur, pour voix et piano, sur un texte de Ludwig Christoph Heinrich Höity.

D. 195, opus 1731, 1815, Amalia (Schön wie Engel voll Walhalla's Wonne), en la majeur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich Schiller.

D. 196, opus 1723, 1815, An die Nachtigall (Geuss nich to laut), en fa♯ mineur, pour voix et piano, sur un texte de Ludwig Christoph Heinrich Höity.

D. 197, 1815, An die Apfelbäume, wo ich Julien erblickte (Ein heilig Säuseln), en la majeur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich Schiller.

D. 198, 1815, Seufzer (Die Nachtigall singt überall), en sol mineur, pour voix et piano, sur un texte de Ludwig Christoph Heinrich Höity.

D. 199, 1815, Mailied (Grüner wird die Au), pour 2 voix ou 2 cors, sur un texte de Ludwig Christoph Heinrich Höity.

D. 200, 1815, Symphonie no 3, en majeur.

D. 201, 1815, Auf den Tod einer Nachtigall (Sie ist dahin), en fa♯ mineur, pour voix et piano, sur un texte de Ludwig Christoph Heinrich Höity.

D. 202, 26 mai 1815, Mailied (Der Schnee zerrinnt), pour 2 voix ou 2 cors, Ludwig Christoph Heinrich Höity.

D. 203, 1815, Der Morgenstern (Stern der Liebe), pour pour 2 voix ou 2 cors, Theodor Körner.

D. 204, 1815, Jägerlied (Frisch auf, ihr Jäger), pour 2 voix ou 2 cors, Theodor Körner.

D. 204a, 1815, Das Traumbild, 1815, Ludwig Christoph Heinrich Höity lost

D. 205, Lützows wilde Jagd (Was glänzt dort vom Walde), pour 2 voix ou 2 cors, sur un texte de Theodor Körner.

D. 206, 1815, Liebeständelei (Süsses Liebchen! Komm zu mir!), en mi♭ majeur, pour voix et piano, sur un texte de Theodor Körner.

D. 207, 1815, Der Liebende (Beglückt, beglückt, wer dich erblickt) si♭ majeur, pour voix et piano, sur un texte de Ludwig Christoph Heinrich Höity.

D. 208, 1815, Die Nonne (Es liebt' in Welschland), en la♭ majeur, pour voix et piano, sur un texte de Ludwig Christoph Heinrich Höity (2 versions, voir : D. 212).

D. 209, opus 38, 1815, Der Liedler (Gib, Schwester, mir die Harf herab), en la mineur, pour voix et piano, sur un texte de Josef Kenner.

D. 210, 1815, Die Liebe (Klärchens Lied) (Freudvoll und leidvoll), en si♭ majeur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Wolfgang von Goethe.

D. 211, 1815, Adelwold und Emma (Hoch, und ehern schier von Daur), en fa majeur, pour voix et piano, sur un texte de Freidrich Anton Franz Bertrand.

D. 212, voir : D. 208

D. 213, 1815, opus 1721, Der Traum (Mir träumt, ich war ein Vögelein), en la majeur, pour voix et piano, sur un texte de Ludwig Christoph Heinrich Höity.

D. 214, 1815, opus 1722, Die Laube (Nimmer werd’ ich, nimmer dein vergessen), en la♭ majeur, pour voix et piano, sur un texte de Ludwig Christoph Heinrich Höity.

D. 215, 1815, Jägers Abendlied (Im Felde schleich ich still und wild), en fa majeur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Wolfgang von Goethe.

D. 215a, Meeres Stille (Tiefe Stille herrscht im Wasser), en do majeur, sur un texte de Johann Wolfgang von Goethe.

D. 216, opus 32, 1815, Meeres Stille (Tiefe Stille herrscht im Wasser), en do majeur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Wolfgang von Goethe.

D. 217 1815, Kolmas Klage (Rund um mich Nacht), en do mineur, pour voix et piano, sur un texte de James Macpherson (Ossian).

D. 218 1815, Grablied (Er fiel den Tod fürs Vaterland), en fa mineur, pour voix et piano, sur un texte de Josef Kenner.

D. 219, 1815, Das Finden (Ich hab' ein Mädchen funden), en si♭ majeur, pour voix et piano, sur un texte de Ludwig Gotthard Kosegarten.

D. 220, juin-juillet 1815, Fernando, Singpiel en 1 acte, sur un livret d'Albert Stadler.

D. 221, opus 1182, 1815, Der Abend (Der Abend blüht), en si majeur, pour voix et piano, sur un texte de Ludwig Gotthard Kosegarten.

D. 222, 1815, Lieb Minna (Schwüsler Hauchweht weht mir herüber), en fa mineur, pour voix et piano, sur un texte de Albert Stadler

D. 223, 1815, Salve Regina (Offertorium), en fa majeur, pour soprano, orgue, orchestre (2 versions).

D. 224, opus 43, 1815, Wandrers Nachtlied (Der du von dem Himmel bist), en sol♭majeur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Wolfgang von Goethe.

D. 225, 1815, Der Fischer (Das Wasser rauscht), en si♭ majeur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Wolfgang von Goethe (2 versions).

D. 226, opus, 54, 1815, Erster Verlust (Ach, wer bringt die schönen Tage), en fa mineur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Wolfgang von Goethe.

D. 227, 1815, Idens Nachtgesang (Vernimm es, Nacht), en si♭ majeur, pour voix et piano, sur un texte de Ludwig Gotthard Kosegarten.

D. 228, 1815, Von Ida (Der Morgen blüht), en fa mineur, pour voix et piano, sur un texte de Ludwig Gotthard Kosegarten.

D. 229, opus 1083, Die Erscheinung (Ich lag auf grünen Matten Erinnerung), en mi majeur, pour voix et piano, sur un texte de Ludwig Gotthard Kosegarten.

D. 230, opus 1654, 1815, Die Täuschung (Im Erlenbusch, im Tannerhain), en mi majeur, pour voix et piano, sur un texte de Ludwig Gotthard Kosegarten.

D. 231, opus 1724, 1815, Das Sehnen (Wehmut die mich hüllt), en la mineur, pour voix et piano, sur un texte de Ludwig Gotthard Kosegarten.

D. 232, opus 1123, 1815, Hymne an den Unendlichen (Zwischen Himmel und Erd'), pour chœur et piano, Friedrich Schiller.

D. 233, opus 1181, 1815, Geist der Liebe (Wer bist du), en mi majeur, pour voix et piano, sur un texte de Ludwig Gotthard Kosegarten.

D. 234, opus 1183, 1815, Tischlied (Mich ergreift, ich weiss nicht wie), en do majeur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Wolfgang von Goethe.

D. 235, 1815, Abends unter der Linde (Woher, o namenloses Sehnen), en fa majeur, pour voix et piano, sur un texte de Ludwig Gotthard Kosegarten.

D. 236, 1815, Das Abendrot (Der Abend blüht, der Westen glüht), pour chœur mixte et piano, sur un texte de Ludwig Gotthard Kosegarten.

D. 237, 1815, Abends unter der Linde (Woher, o namenloses Sehnen), en fa majeur, pour voix et piano, sur un texte de Ludwig Gotthard Kosegarten.

D. 238, 1815, Die Mondnacht (Siehe, wie die Mondesstrahlen), en fa♯ mineur, pour voix et piano, sur un texte de Ludwig Gotthard Kosegarten.

D. 239, 1815, Claudine von Villa Bella, ouverture et premier acte d'un Singspiel en 3 actes, sur un livret de Johann Wolfgang von Goethe.

D. 240, 1815, Huldigung (Ganz verloren, ganz versunken), en mi majeur, pour voix et piano, sur un texte de Ludwig Gotthard Kosegarten.

D. 241, 1815, Alles um Liebe (Was ist es, das die Seele fühlt?), en mi majeur, pour voix et piano, sur un texte de Ludwig Gotthard Kosegarten.

D. 242, 1815, Trinklied im Winter (Das Glas gefüllt!), pour chœur mixte, sur un texte de Ludwig Christoph Heinrich Höity.

D. 243, 1815, Frühlingslied (Die Luft ist blau), pour chœur mixte, sur un texte de Ludwig Christoph Heinrich Höity.

D. 244, 1815, Wilkommen, lieber schöner Mai, canon à 3 voix, sur un texte de Ludwig Christoph Heinrich Höity (2 versions).

D. 245, voir : D. 587b.

D. 246, 1815, Die Bürgschaft (Zu Dionys, dem Tyrannen), en sol mineur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich Schiller.

D. 247, opus 1186, 1815, Die Spinnerin (Als ich still und ruhig spann), en si mineur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Wolfgang von Goethe.

D. 248 1815, opus 1184, Lob des Tokayers (O köstlicher Tokayer), en si♭ majeur, pour voix et piano, sur un texte de Gabriele von Baumberg.

D. 249, 1815, Die Schlacht, en si mineur, fragment pour voix et piano, sur un texte de Friedrich Schiller.

D. 250, 1815, Das Geheimnis (Sie konnte mir kein Wörtchen sagen), en la♭ majeur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich Schiller.

D. 251, 1815, Hoffnung (Es reden und träumen die Menschen viel), en sol♭ majeur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich Schiller.

D. 252, 1815, Das Mädchen aus der Fremde (In einem Tal bei armen Hirten), en fa majeur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich Schiller.

D. 253, 1815, Punschlied (Im Norden zu singen) (Auf der Berge freien Höhen), en si♭ majeur, pour deux voix, sur un texte de Friedrich Schiller.

D. 254, 1815, Der Gott und die Bajadere (Indische Legende) (Mahadöh, der Herr der Erde), en m)♭ majeur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Wolfgang von Goethe.

D. 255, 1815, Der Rattenfänger (Ich bin der wohlbekannte Sänger), en sol majeur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Wolfgang von Goethe.

D. 256, 1815, Der Schatzgräber (Arm am Beutel, krank am Herzen), en mineur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Wolfgang von Goethe.

D. 257 1815, opus 33, Heidenröslein (Sah ein Knab’ ein Röslein stehn), en sol majeur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Wolfgang von Goethe.

D. 258, 1815, Bundeslied (In allen guten Stunden), en si♭ majeur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Wolfgang von Goethe.

D. 259, 1815, An den Mond (Fullest Wieder Busch und Tal), en mi♭ majeur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Wolfgang von Goethe.

D. 260, opus 1152, 1815, Wonne der Wehmut (Trocknet nicht, trocket nicht), en do mineur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Wolfgang von Goethe.

D. 261, 1815, Wer kauft Liebesgötter? (Von allen schönen Waren) en do majeur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Wolfgang von Goethe.

D. 262, 1815, Die Fröhlichkeit (Wes' Adern leichtes Blut durchspringt), en mi majeur, pour voix et piano, sur un texte de Martin Josef Prandstetter.

D. 263, 1815, Cora an die Sonne (Nach so vielen trüben), en mi♭ majeur, pour voix et piano, sur un texte de Gabriele von Baumberg.

D. 264, 1815, Der Morgenkuss (Durch eine ganze Nacht), en mi♭ majeur, pour voix et piano, sur un texte de Gabriele von Baumberg (2 versions).

D. 265, 1815, Abendständchen (An Lina) (Sei sanft wie ihre Seele), en si♭ majeur, pour voix et piano, sur un texte de Gabriele von Baumberg.

D. 266, Morgenlied (Willkommen, rotes Morgenlicht), en fa majeur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich Leopold zu Stolberg-Stolberg.

D. 267, 1815, Trinklied (Auf! Jeder sei nun froh), pour choeur mixte et piano.

D. 268, 1815, Bergknappenlied (Hinab, ihr Brüder), pour choeur mixte et piano.

D. 269, 1815, Das Leben (Das Leben ist ein Traum), pour chœur mixte et piano, sur un texte de Johann Christoph Wannovius (2 versions).

D. 270, opus 1185, 1815, An die Sonne (Sinke, liebe Sonne), en mi♭ majeur, pour voix et piano, sur un texte de Gabriele von Baumberg.

D. 271, 1815, Der Weiberfreund (Noch fand von Evens Töchterscharen), en la majeur, pour voix et piano, sur un texte de Joseph Franz Ratschky, d'après Abraham Cowley.

D. 272, 1815, An die Sonne (Königliche Morgensonne), en mi♭ majeur, pour voix et piano, sur un texte de Christoph August Tiedge.

D. 273, 1815, Lilla an die Morgenröte (Wie schön bist du, du güldne Morgenröte), en majeur, pour voix et piano.

D. 274, 1815, Tischlerlied (Mein Handwerk geht durch alle Welt), en do majeur, pour voix et piano.

D. 275, 1815, Totenkranz für ein Kind (Sanft wehn, im Hauch der Abendluft), en sol mineur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich von Mathisson.

D. 276, 1815, Abendlied (Gross und rotenflammet) en la majeur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich Leopold zu Stolberg-Stolberg.

D. 277, 1815, Punschlied (Vier Elemente, inning gesellt), pour chœur mixte et piano, sur un texte de Friedrich Schiller.

D. 277a, 1815, Menuet, en la mineur, pour piano, voir : D. 279.

D. 278, 1815, Ossians Lied nach dem Falle Nathos (Beugt euch aus euren Wolken nieder), en mi majeur, pour voix et piano, sur un texte de Edmund von Harold, d'après Ossian de James Macpherson (2 versions; le 1re fragment).

D. 279, 1815, Sonate pour piano, no 2, en do majeur (inachevée), voir : D. 277a, D. 346.

D. 280, 1815, Das Rosenband (Im Frühlingsgarten fand ich sie Cidli), en la♭ majeur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich Gottlieb Klopstock.

D. 281, 1815, Das Mädchen von Inistore (Mädchen Inistores), en do mineur, pour voix et piano, sur un texte de Edmund von Harold, d'après Ossian de James Macpherson.

D. 282, 1815, Cronnan (Ich sitz' bei der moosigten Quelle), en do mineur, pour voix et piano, sur un texte de Edmund von Harold, d'après Ossian de James Macpherson.

D. 283, 1815, opus 1725, An den Frühling (Willkommen, schöner Jüngling!), en fa majeur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich Schiller.

D. 284, 1815, Lied (Es ist so angenehm), en sol majeur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich Schiller.

D. 285, Furcht der Geliebten (Cidli, du Weinest An Cidli), en la♭ majeur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich Gottlieb Klopstock (2 versions).

D. 286, 1815, Selma und Selmar (Weine du nicht), en fa majeur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich Gottlieb Klopstock (2 versions).

D. 287, 1815, Vaterlandslied (Ich bin ein deutsches Mädchen), en do majeur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich Gottlieb Klopstock (2 versions).

D. 288, 1815, An Sie (Zeit, Verkündigerin der besten Freuden), en la♭ majeur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich Gottlieb Klopstock.

D. 289, 1815, Die Sommernacht (Wenn der Schimmer von dem Monde), en do majeur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich Gottlieb Klopstock (2 versions).

D. 290, 1815, Die frühen Gräber (Willkommen, o silberner Mond), en la mineur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich Gottlieb Klopstock.

D. 291, 1815, Dem Unendlichen (Wie erhebt sich das Herz), en fa majeur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich Gottlieb Klopstock (3 versions).

D. 292, voir : D. 371.

D. 293, 1815, Shilric und Vinvela (Mein Geliebter ist ein Sohn des Hügels), en si♭ majeur, pour voix et piano, sur un texte d'Edmund von Harold, d'après Ossian de James Macpherson.

D. 294, 1815, Namensfeier für Franz Michael Vierthaler (Gratulations-Kantate), pour soprano, ténor, basse, chœur, orchestre.

D. 295, 1816 (?), Hoffnung (Schaff, das Tagwerk meiner Hände), en fa majeur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Wolfgang von Goethe (2 versions).

D. 296, 1816 (?), An den Mond (Füllest wieder Busch und Tal), en la♭ majeur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Wolfgang von Goethe.

D. 297, 1817 (?), Augenlied (Süsse Augen, klare Bronnen!), pour voix et piano, sur un texte de Johann Mayrhofer (2 versions).

D. 298, 1815, Liane (Hast du Lianen nicht gesehen?), en do majeur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Mayrhofer.

D. 299, 1815, [12] Ecossaises, pour piano, D. 2991 = D. 14530.

D. 300, 1817 (?), Der Jüngling an der Quelle (Leise, rieseln der Quell), en la majeur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Gaudenz von Salis-Seewis.

D. 301, 1815, Lambertine (O Liebe, die mein Herz erfüllet), en mi♭ majeur, pour voix et piano, sur un texte de Josef Ludwig Stoll.

D. 302, 1815, Labetrank der Liebe (Wenn im Spiele leiser Töne), en fa majeur, pour voix et piano, sur un texte de Josef Ludwig Stoll.

D. 303, 1815, An die Geliebte (O, dass ich dir vom stillen Augen), en sol majeur, 1815pour voix et piano, sur un texte de Josef Ludwig Stoll.

D. 304, 1815, Wiegenlied (Schlumm're sanft!), en fa majeur, pour voix et piano, sur un texte de Theodor Körner.

D. 305, 1815, Mein Gruss an den Mai (Sei mir gegrüsst, o Mai), en si♭ majeur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Gottfried Kumpf.

D. 306, 1815, Skolie (Lasst im Morgenstrahl des Mia'n),en si♭ majeur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Ludwig Deinhardstein.

D. 307, 1815, Die Sternenwelten (Oben drehen sich die grossen), en fa majeur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Georg Fellinger,d'après Urban Jarnik.

D. 308, 1815, Die Macht der Liebe (Überall, wohin mein Auge blicket), en si♭ majeur, pour voix et piano, sur un texte de Johann von Kalchberg.

D. 309, 1815, Das gestörte Glück (Ich hab' ein hiesses junges Blut), en fa majeur, pour voix et piano, sur un texte de Theodor Körner.

D. 310, 1815, Sehnsucht (Nur wer die Sehnsucht kennt), en la♭ majeur, 1815pour voix et piano, sur un texte de Johann Wolfgang von Goethe (2 versions).

D. 311, 1815, An den Mond, fragment en la majeur, pur voix et piano.

D. 312, 1815, Hektors Abschied (Will sich Hektor ewig von mir wenden), en fa mineur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich Schiller (2 versions, 2e version = opus 581).

D. 313, 1815, Die Sterne (Wie wohl ist mir im Dunkeln), en si♭ majeur, pour voix et piano, sur un texte de Ludwig Gotthard Kosegarten.

D. 314, 1815, Nachtgesang (Tiefe Feier schauert um die Welt), en mi♭ majeur, 1815pour voix et piano, sur un texte de Ludwig Gotthard Kosegarten.

D. 315, 1815, An Rosa (Warum bist du nicht hier), en la♭ majeur, pour voix et piano, sur un texte de Ludwig Gotthard Kosegarten.

D. 316, 1815, An Rosa (Rosa, denskt du an mich), en la♭ majeur, pour voix et piano, sur un texte de Ludwig Gotthard Kosegarten (2 versions).

D. 317, 1815, Idens Schwanenlied (Wie schaust du aus dem Nebelflor), en fa mineur, pour voix et piano, sur un texte de Ludwig Gotthard Kosegarten (2 versions).

D. 318, 1815, Schwanengesang (Endlich stehn die Pforten offen), en fa mineur, pour voix et piano, sur un texte de Ludwig Gotthard Kosegarten.

D. 319, 1815, Luisens Antwort (Wohl weinen Gottes Engel), en si♭ mineur, pour voix et piano, sur un texte de Ludwig Gotthard Kosegarten.

D. 320, 1815, Der Zufriedene (Zwar schuf das Glück hinieden), en la majeur, pour voix et piano, sur un texte de Christian Reissig.

D. 321, 1815, Mignon (Kennst du das Land?), en la majeur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Wolfgang von Goethe.

D. 322, 1815, Hermann und Thusnelda (Ha, dort kömmt er), en mi♭ majeur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich Gottlieb Klopstock.

D. 323, 1815, Klage der Ceres (Ist der holde Lenz erschienen?), en sol majeur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich Schiller.

D. 324, opus 141, 1815, Messe no 3, en si♭ majeur, pour soprano, alto, ténor, basse, orgue, orchestre.

D. 325, 1815, Harfenspieler (Wer sich der Einsamkeit ergibt), en la mineur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Wolfgang von Goethe.

D. 326, 1815-1816 (?), Die Freunde von Salamanka, Singspiel en deux actes et une ouverture, créé le 6 mai 1928, sur un livret de Johann Mayrhofer.

D. 327, 1815, Lorma (Lorma sass in der Halle von Aldo), en la mineur, pour voix et piano, fragment sur un texte de Edmund von Harold, d'après James Macpherson (Ossian).

D. 328, 1815, Erlkönig (Wer reitet so spät) en sol mineur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Wolfgang von Goethe 4 versions, 4e version = opus 1).

D. 329, 1815, Die drei Sänger (Der König sass beim frohen Mahle) en la majeur, pour voix et piano, fragùent sur un texte de Friedrich Bobrik.

D. 329a, décembre 1815, Das Grab, pour esquisse de canons pour chœur mixte, sur un texte de Johann Gaudenz von Salis-Seewis, et deux versions, voir: D. 330.

D. 330, voir : D. 229a.

D. 331, 1816 (?), Der Entfernten (Wohl denk' ich allenthalben), pour chœur mixte, sur un texte de Johann Gaudenz von Salis-Seewis.

D. 334, 1815, Menuet en la majeur, pour piano.

D. 335, 1813, Menuet, en mi majeur, pour piano.

D. 337, Die Einsiedelei (Es rieselt klar), pour chœur mixte, sur un texte de Johann Gaudenz von Salis-Seewis.

D. 338, An den Frühling (Willkommen, schöner Jüngling!), pour chœur mixte sur un texte de Friedrich Schiller.

D. 339, 1815-1816, Amors Macht, pour chœur mixte sur un texte de Friedrich von Mathisson (inachevé).

D. 340, 1815-1816, Badelied, pour chœur mixte, sur un texte de Friedrich von Mathisson (inachevé).

D. 341, 1815-1816, Sylphen, pour chœur mixte, sur un texte de Friedrich von Mathisson (inachevé).

D. 342, 1816, An mein Klavier (Seraphine an ihr Klavier) (Sanftes Clavier), en la majeur, pour voix et piano, sur un texte de Christian Friedrich Daniel Schubart.

D. 343, 1816, Am Tage Aller Seelen (Ruhn in Frieden alle Seelen), en mi♭ majeur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Georg Jacobi (2 versions)

D. 344, 1816, Am ersten Maimorgen (Heute will ich fröhlich),pour voix et piano, sur un texte de Matthias Claudius.

D. 345, 1816, Concerto pour violon, en majeur.

D. 346, 1816, All«egretto, en do majeur, fragment pour piano.

D. 347, 1813, Allegretto moderato, en do majeur, fragment pour piano.

D. 348, 1816, Andantino, en do majeur, fragment pour piano.

D. 349, 1816, Adagio, en do majeur, fraagment pour piano.

D. 350, 1816, Der Entfernten (Wohl denk' ich allenthalben), en mi♭ majeur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Gaudenz von Salis-Seewis

D. 351, 1816, Fischerlied (Das Fischer-gewerbe gibt rüstigen Mut!), en majeur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Gaudenz von Salis-Seewis.

D. 352, 1816, Licht und Liebe (Nachtgesang) (Liebe ist ein süsses Licht), en sol majeur, pour soprano, ténor, piano, sur un texte de Matthäus von Collin.

D. 353, 1816, opus 1252, Quatuor à cordes no 11, en mi majeur.

D. 354, 1816, Komische Ländler (4), en majeur, pour 2 violons.

D. 355, 1816, Ländler (8), en fa♯ mineur, pour violon (?).

D. 356, 1816, Trinklied (Funkelnd im Becher so helle, so hold), pour choeur mixte et piano (perdu).

D. 357, 1816, Gold'ner Schein, 1816à 3 voix Friedrich von Mathisson. canon

D. 358, 1816, Die Nacht (Du verstörst uns nicht, o Nacht!), en la♭ majeur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Peter Uz.

D. 359, 1816, Sehnsucht (Nur wer die Sehnsucht kennt), en mineur, pour voix et piano.

D. 360, opus 651, 1816, Lied eines Schiffers an die Dioskuren (Dioskuren, Zwillingssterne), en la♭ majeur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Mayrhofer.

D. 361, opus 1091, 1816, Am Bach im frühling (Du brachst sie nun, die kalte Rinde), en ♭ majeur, pour voix et piano, sur un texte de Franz von Schober.

D. 362, 1815-1816, Zufriedenheit (Ich bin vergnügt) en la majeur, pour voix et piano, sur un texte de Matthias Claudius.

D. 363, 1816, An Chloen (Die Munterkeit ist meinen Wangen), en sol majeur, pour voix et piano, fragment sur un texte de Johann Peter Uz.

D. 364, 1816-1817, Fischerlied (Das Fischergewerbe), pour chœur mixte sur un texte de Johann Gaudenz von Salis-Seewis.

D. 365, opus 9 1816, 1816-1821, [36] Originaltänze (Erste Walzer), pour piano.

D. 366, 1816-1824, [17] Ländler, pour piano, no 14 = arrangemement D. 8141.

D. 367, opus 55, 1816, Der König in Thule (Es war ein König in Thule), en mineur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Wolfgang von Goethe.

D. 368, opus 34, 1816, Jägers Abendlied (Im Felde schleich’ ich still und wild), en ♭ majeur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Wolfgang von Goethe.

D. 369, opus 191, 1816, An Schwager Kronos (Spude dich, Kronos!), en mineur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Wolfgang von Goethe.

D. 370, 1816, [9] Ländler, pour violon (?).

D. 371, 1816, Klage (Trauer umfliesst mein Leben), en si mineur, pour voix et piano, voir : D. 292.

D. 372, 1816, An die Natur (Süsse, heilige Natur), en fa majeur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich Leopold zu Stolberg-Stolberg.

D. 373, 1816, Lied (Mutter geht durch ihre Kammern) en sol mineur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich de la Motte Fouqué.

D. 374, 1816, [11] Ländler, en si♭ majeur, pour violon.

D. 375, 1816, Der Tod Oskars (Warum öffnest du wieder), en do mineur, pour voix et piano, sur un texte d'Edmund von Harold, d'après James Macpherson (Ossian).

D. 376, 1816, Lorma (Lorma sass in der Halle), en la mineur, pour voix et piano, fragment sur un texte d'Edmund von Harold, d'après James Macpherson (Ossian).

D. 377, 1816, Das Grab (Das Grab ist tief und stille), pour chœur mixte et piano, sur un texte de Johann Gaudenz von Salis-Seewis.

D. 378, 1816, [8] Ländler, en si♭ majeur, pour piano.

D. 379, 1816, Deutsches Salve Regina (Sei, Mutter), en fa majeur, pour chœur et orgue.

D. 3801, 1816, Menuet, en mi majeur, pour piano.

D. 3802, 1816, Menuet, en la majeur, pour piano.

D. 3803, 1816, Menuet, en do majeur, pour piano (second trio perdu).

D. 381, 1816, Morgenlied (Die frohe, neubelebte Flur) en do majeur, pour voix et piano.

D. 382, 1816, Abendlied (Sanft glänzt die Abendsonne), en fa majeur, pour voix et piano.

D. 383, 1816, Stabat Mater, en fa majeur–fa mineur, pour soprano, ténor, basse, chœur, orchestre, voir : D. 992.

D. 384, 1816, opus 1371, sonate pour violon et piano (Sonatina no 1), en majeur.

D. 385, opus 1372 1816, sonate pour violon et piano (Sonatina no 2), en la mineur.

D. 386, 1816, Salve Regina, en si♭ majeur, pour chœur.

D. 387, 1816, Die Schlacht, esquisse pour chœur mixte et piano.

D. 388, 1816, Laura am Klavier (Wenn dein Finger durch die Saiten meistert), en mi majeur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich Schiller (2 versions).

D. 389, 1816, Des Mädchens Klage (Der Eichwald braust), en do mineur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich Schiller.

D. 390, 1816, Die Entzückung an Laura (Laura, über diese Welt), en la majeur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich Schiller.

D. 391 opus 1113, 1816, Die vier Weltalter (Wohl perlet im Glase), en sol majeur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich Schiller.

D. 392, 1816, Pflügerlied (Arbeitsam und wacker) en do majeur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Gaudenz von Salis-Seewis.

D. 393, 1816, Die Einseidelei (Es rieselt, klar und wehend), en la majeur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Gaudenz von Salis-Seewis.

D. 394, 1816, An die Harmonie (Schöpferin beseelter Töne!), en la majeur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Gaudenz von Salis-Seewis.

D. 395, opus 1112, 1816, Lebensmelodien (Auf den Wassern wohnt mein stilles Leben), en sol majeur, pour voix et piano, sur un texte d'August Wilhelm von Schlegel.

D. 396, 1816, Gruppe aus dem Tartarus (Horch, wie Murmeln des empörten Meeres), en do mineur, fragment pour voix et piano, sur un texte de Friedrich Schiller.

D. 397, 1816, Ritter Toggenburg (Ritter, treue Schwesterliebe), en fa majeur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich Schiller.

D. 398, 1816, Frühlingslied (Die Luft ist blau), en sol majeur, pour voix et piano, sur un texte de Ludwig Christoph Heinrich Höity.

D. 399, 1816, Auf den Tod einer Nachtigall (Sie ist dahin), en la mineur, pour voix et piano, sur un texte de Ludwig Christoph Heinrich Höity.

D. 400, 1816, Die Knabenzeit (Wie glücklich, wem das Knabenkleid), en la majeur, pour voix et piano, sur un texte de Ludwig Christoph Heinrich Höity.

D. 401, 1816, Winterlied (Keine Blumen blühn), en la mineur, pour voix et piano, sur un texte de Ludwig Christoph Heinrich Höity.

D. 402, 1816, Der Flüchtling (Frisch atmet des Morgens lebendiger Hauch), en si♭ majeur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich Schiller.

D. 403, 1816, Lied (In's stille Land), en sol mineur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Gaudenz von Salis-Seewis (4 versions)

D. 404, 1816, Die Herbstnacht (Mit leisen Harfentönen), en fa majeur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Gaudenz von Salis-Seewis

D. 405, 1816, Der Herbstabend (Abendglockenhalle zittern), en fa mineur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Gaudenz von Salis-Seewis (2 versions).

D. 406, 1816, Abschied von der Harfe (Noch einmal tön, o Harfe), en mi mineur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Gaudenz von Salis-Seewis.

D. 407, 1816, Beitrag zur fünfzigjährigen Jubelfeier des Herrn Salieri, pour ténor, chœur mixte, piano, sur un texte de Franz Schubert. Voir : D 441.

D. 408 opus 1373, sonate pour violon et piano, en sol mineur.

D. 409, 1816, Die verfehlte Stunde (Quälend ungestilltes Sehnen), en fa mineur, pour voix et piano, sur un texte de August Wilhelm von Schlegel.

D. 410 opus 1153, Sprache der Liebe (Lass dich mit gelinden Schlägen rühren), en mi majeur, pour voix et piano, sur un texte de August Wilhelm von Schlegel.

D. 411, 1816, Daphne am Bach (Ich hab ein Bächlein funden), en majeur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich Leopold zu Stolberg-Stolberg.

D. 412, 1816, Stimme der Liebe (Meine Selinde, denn mit Engelstimme), en mi majeur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich Leopold zu Stolberg-Stolberg (2 versions).

D. 413, 1816, Entzückung (Tag voll Himmel!) en do majeur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich von Mathisson.

D. 414, 1816, Geist der Liebe (Der Abend schleiert Flur und Hain), en sol majeur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich von Mathisson.

D. 415, 1816, Klage (Die Sonne steigt) en do majeur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich von Mathisson.

D. 416, 1816, Lied in der Abwesenheit (Ach, mir ist das Herz so schwer), en si mineur, fragment pour voix et piano, sur un texte de Friedrich Leopold zu Stolberg-Stolberg.

D. 417, 1816, Symphonie no 4, « Tragique », en do mineur.

D. 418, 1816, Stimme der Liebe (Abedgewölke schweben hell), en sol majeur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich von Mathisson.

D. 419, 1816, Julius an Theone (Nimmer, nimmer darf ich dir gestehen), en sol mineur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich von Mathisson.

D. 420, 1816, [12] Allemandes, pour piano.

D. 421, 1816, [6] Ecossaises, pour piano, D. 4211 = D. 14534

D. 422 1816-1822 (?), opus 162, Naturgenuss (Im Abendschmmer), pour chœur mixte et piano, sur un texte de Friedrich von Mathisson.

D. 423, 1816, Andenken (Ich denke dein, wenn durch den Hain), pour chœur mixte sur un texte de Friedrich von Mathisson.

D. 424, 1816, Erinnerungen (Am Seegestad), pour chœur mixte sur un texte de Friedrich von Mathisson.

D. 425, 1816, Lebensbild, pour choeur mixte (perdu).

D. 426, 1816, Trinklied (Herr Bacchus ist ein braver Mann), pour choeur mixte (perdu).

D. 427, 1816, Trinklied im Mai (Bekränzet die Tonnen), pour chœur mixte sur un texte de Ludwig Christoph Heinrich Höity.

D. 428, 1816, Widerhall (Auf ewig dein), pour chœur mixte sur un texte de Friedrich von Mathisson.

D. 429, 1816, Minnelied (Holder klingt der Vogelsang), en mi majeur, pour voix et piano, sur un texte de Ludwig Christoph Heinrich Höity.

D. 430, 1816, Die frühe Liebe (Schon im bunten Knabenkleide), en mi majeur, pour voix et piano, sur un texte de Ludwig Christoph Heinrich Höity (2 versions).

D. 431, 1816, Blumenlied (Es ist ein halbes Himmelriech), en mi majeur, pour voix et piano, sur un texte de Ludwig Christoph Heinrich Höity.

D. 432, 1816, Der Leidende (Nimmer trag' ich langer), en si mineur, pour voix et piano (2 versions).

D. 433, 1816, Seligkeit (Freuden sonder Zahl), en mi majeur, pour voix et piano, sur un texte de Ludwig Christoph Heinrich Höity.

D. 434, 1816, Erntelied (Sicheln Schallen, Ähren fallen), en mi majeur, pour voix et piano, sur un texte de Ludwig Christoph Heinrich Höity.

D. 435, 1816, Der Bürgschaft, actes I et II d'un opéra en trois actes inachevé.

D. 436, 1816, 1816, Klage (Dein Silber schien durch Eichengrün), en fa majeur, pour voix et piano, sur un texte de Ludwig Christoph Heinrich Höity. (2 versions).

D. 437, 1816, = D. 436.

D. 438, 1816, Rondo, en la majeur, pour violon et cordes.

D. 439, 1816, An die Sonne (O Sonne, Königin der Welt), pour chœur et piano, sur un texte de Johann Peter Uz.

D. 440, 1816, Chor der Engel (Christ ist erstanden), pour chœur, sur un texte de Johann Wolfgang von Goethe.

D. 441, 1816, Beitrag zur fünfzigjährigen Jubelfeier des Herrn Salieri, pour chœur mixte et piano, sur un texte de Franz Schubert.

D. 442, 1816, Das grosse Halleluja (Ehre sei dem Hocherhabnen), en mi majeur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich Gottlieb Klopstock (2 versions).

D. 443, 1816, Schlachtlied (Schlachtgesang) (Mit unserm Arm ist nichts getan), en mi majeur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich Gottlieb Klopstock (2 versions).

D. 444, 1816, Die Gestirne (Es tönet sein Lob), en fa majeur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich Gottlieb Klopstock.

D. 445, 1816, Edone (Dein süsses Bild, Edone), en mi♭ majeur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich Gottlieb Klopstock.

D. 446, 1816, Die Liebesgötter (Cypris, meiner Phyllis gleich), en do majeur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Peter Uz.

D. 447, 1816, An den Schlaf (Komm, und senke die umflorten Schwingen), en la majeur, pur violon et piano.

D. 448, 1816, Gott im Frühlinge (In seinem schimmernden Gewand), en mi majeur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Peter Uz (2 versions).

D. 449, 1816, Der gute Hirt (Was sorgest du?), en mi majeur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Peter Uz.

D. 450, Fragment aus dem Aeschylus (So wird der Mann, der sonder Zwang), en la♭ majeur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Mayrhofer,d'après Éschyle (2 versions).

D. 451, 1817, Prometheus, Cantate, pour soprano, basse, chœur, orchestre, sur un texte de Philipp Dräxler von Carin (perdu).

D. 452, opus 48, 1816 (révisée en 1825), Messe no 4, en do majeur, pour soprano, alto, ténor, basse, chœur, orgue, orchestre, voir : D. 961(second benedictus ajouté en 1828).

1. Kyrie. Andante con moto (do majeur)
2. Gloria. Allegro vivace (do majeur)
3. Credo. Allegro (do majeur)

Et incarnatus est... Adagio molto ( mineur)
Et resurrexit... Allegro (do majeur)

4. Sanctus. Adagio (do majeur)

Osanna in excelsis... Allegro vivace (do majeur)

5. Benedictus. Andante (fa majeur)

Benedictus qui venit... (la majeur)
Osanna in excelsis... Allegro vivace (do majeur)
Benedictus, D.961. Moderato (la mineur)

6. Agnus Dei. Adagio (do majeur)

Dona nobis pacem..." Allegro vivace (do majeur)

D. 453 1816, Requiem, en do mineur, fragment pour solistes, chœur, orchestre.

D. 454, 1816, Grablied auf einen Soldaten (Zieh hin, du braver Krieger du!), en do mineur, pour voix et piano, sur un texte de Christian Friedrich Daniel Schubart.

D. 455, 1816, Freude der Kinderjahre (Freude, die im frühen Lenze) en do majeur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich von Köpken.

D. 456, 1816, Das Heimweh (Oft in einsam stillen Stunden), en fa majeur, pour voix et piano, sur un texte de Theodor Hell.

D. 457, opus 44, 1817, An die untergehende Sonne (Sonne, du sinkst), en mi♭majeur, pour voix et piano, sur un texte de Ludwig Gotthard Kosegarten.

D. 458, 1816, Aus Diego Manazares (Wo irrst du durch einsame Schatten), en la♭ majeur, pour voix et piano, sur un texte de Franz von Schlechta.

D. 459, 1816, Sonate pour piano, no 3, fragment (2 mouvements) en mi majeur, voir : D. 459a1, 459a2

D. 459a, 1816, [5] Pièces, pour piano. Voir : D. 459.

D. 460, 1816, Tantum ergo en do majeur 1816 soprano, chœur, orgue, orchestre.

D. 461, 1816, Tantum ergo, en do majeur, pour soprano, alto, ténor, basse, chœur, orchestre.

D. 462, 1816, An Chloen (Bei der Liebe reinsten Flammen), en la♭ majeur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Georg Jacobi.

D. 463, 1816, Hochzeitslied (Will singen euch im alten Ton), en mi♭ majeur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Georg Jacobi.

D. 464, 1816, In der Mitternacht (Todesstille deckt das Tal), en do mineur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Georg Jacobi.

D. 465, 1816, Trauer der Liebe (Wo die Taub'in stillen Buchen), en la♭ majeur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Georg Jacobi (2 versions).

D. 466, 1816, Die Perle (Es ging ein Mann zur Frühlingszeit), en mineur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Georg Jacobi.

D. 467, 1816, Pflicht und Liebe (Du, der ewig um mich trauert), en do mineur, pour voix et piano, sur un texte de Friedrich Wilhelm Gotter

D. 468, 1816, An den Mond (Was schauest du so hell und klar?) en la majeur, pour voix et piano, sur un texte de Ludwig Christoph Heinrich Höity.

D. 469, 1816, Mignon (So lasst mich scheinen), 2 fragments en la♭ majeur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Wolfgang von Goethe.

D. 470, 1816, Overture, en si♭ majeur, pour orchestre; Voir D. 601, arrangement pour quatuor à cordes.

D. 471, 1816, Fragment de trio à cordes, en si♭majeur.

D. 472, opus 128, 1816, Kantate zu Ehren von Josef Spendou, pour 2 sopranos, basse, chœur, orchestre, sur un texte de Johann Hoheisel, voir : D. 470.

D. 473, 1816, Liedesend (Auf seinem gold'nen Throne), en do mineur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Mayrhofer (2 versions).

D. 474, 1816, Lied des Orpheus, als er in die Hölle ging (Wälze dich hinweg), en sol♭majeur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Georg Jacobi (2 versions).

D. 475, 1816, Abschied (Über die Berge zieht ihr fort), en sol majeur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Mayrhofer.

D. 476, 1816, Rückweg (Zum Donaustrom, zur Kaiserstadt), en mineur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Mayrhofer.

D. 477, 1816, Alte Liebe rostet nie, en si majeur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Mayrhofer.

D. 478, 1816, Harfenspieler I (Wer sich der Einsamkeit ergibt), en la mineur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Wolfgang von Goethe (2 versions), la vesrion 2 publiée en no 1 de « Gesänge des Harfners aus Wilhelm Meister », opus 12.

D. 479, 1816, Harfenspieler II (An die Türen will ich schleichen), en la mineur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Wolfgang von Goethe (2 versions, version 2 publiée en no 3 de « Gesänge des Harfners aus Wilhelm Meister », opus 12.

D. 480, 1816, Harfenspieler III (Wer nie sein Brot mit Thränen ass), en la mineur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Wolfgang von Goethe (3 versions), la version 3 publiée en no 3 de « Gesänge des Harfners aus Wilhelm Meister », opus 12.

D. 481, 1816, Sehnsucht (Nur wer die Sehnsucht kennt Sehnsucht), en la mineur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Wolfgang von Goethe.

D. 482, 1816, Der Sänger am Felsen (Klage, meine Flöte), en mi mineur, pour voix et piano, sur un texte de Caroline Pichler.

D. 483, 1816, Lied (Ferne von der grossen Stadt), en mi majeur, pour voix et piano, sur un texte de Caroline Pichler.

D. 484, 1816, Gesang der Geister über den Wassern (Des Menschen Seele), en sol majeur, pour voix et piano, fragment sur un texte de Johann Wolfgang von Goethe.

D. 485 1816, , Symphonie no 5 si♭ majeur.

D. 486, 1815, Magnificat, en do majeur, pour soprano, alto, ténor, basse, chœur, orgue, orchestre.

D. 487, 1816, Adagio e Rondo concertante, en fa majeur, pour quatuor avec piano.

D. 488, 1816, Auguste jam coelestium, en sol majeur, pour soprano, ténor, orchestre.

D. 489, 1816, Der Unglückliche (Ich komme vom Gebirge her), en do♯ mineur, pour voix et piano, sur un texte de George Philipp Schmidt (2 versions, 2e version en si mineur, 3e version : opus 41,1816, Der Wanderer)

D. 490, 1816, Der Hirt (Du Turm! zu meinem Leide), en fa majeur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Mayrhofer.

D. 491, 1816, Geheimnis (Sag an, wer lehrt dich Lieder), en si♭majeur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Mayrhofer.

D. 492, 1816, Zum Punsche (Woget brausend, Harmonien), en mineur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Mayrhofer.

D. 493, 1816, = D. 489.

D. 494, 1816, Der Geistertanz (Die bretterne Kammer), pour chœur mixte sur un texte de Friedrich von Mathisson.

D. 495, 1816, Abendlied der Fürstin (Der Abend rötet nun das Tal), en fa majeur, pour voix et piano, sur un texte de Johann Mayrhofer.

D. 496, 1816, Bei dem Grabe meines Vaters (Friede sei um diesen Grabstein), en mi♭ majeur, pour voix et piano, sur un texte de Matthias Claudius.

D. 496a, 1816, Klage um Ali Bey (Lasst mich!) , en mi♭mineur, pour voix et piano, sur un texte de Matthias Claudius.

D. 497, opus 981, 1816, An die Nachtigall (Er liegt und schläft), en sol majeur, pour voix et piano, sur un texte de Matthias Claudius.

D. 498, opus 982,1816, Wiegenlied (Schlafe, schlafe, holder süsser Knabe), en la♭ majeur, pour voix et piano.

D. 499, 1816, Abendlied (Der Mond is aufgegangen) si♭ majeur, pour voix et piano.

[D.1 - D. 499] [D. 500 - fin]

© Musicologie.org


À propos - contact | S'abonner au bulletin | Biographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

 

musicologie.org
 rss

Musicologie.org,
56 rue de la Fédération,
93100 Montreuil.
06 06 61 73 41.
ISNN 2269-9910.

 

Mercredi 29 Avril, 2020