Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Petites annonces . Agenda . Abonnement au bulletin . Analyses musicales . Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Saint-Évremond Charles de Marguentel de Saint-Denis
1614-1703

Né à Saint-Denis-le-Guast 1er avril 1613, mort à Londres 29. septembre 1703.

Saint-Évremond est le modèle de « l'homme de qualité ». Habile aux armes, courageux sur les champs de batailles, raffiné au salon. Il est l'ami des grands, et a la faveur des dames les plus en vue (Ninon de Laclos).

À la suite de la déchéance de son ami Fouquet 1, en 1661, il se réfugie en Hollande, où il rencontre Spinoza et Vossius. Puis est accueilli en Angleterre, où il continue sa vie mondaine, et cultive sa célébrité.

C'est par une abondante correspondance qu'il jouera un rôle essentiel dans la vie intellectuelle parisienne. Épicurien, s'inscrivant dans la tradition athée, il ouvre le XVIII e siècle philosophique.

Voir: Gildon Ch. (v. 1665-v. 1730)

Parmi ses nombreux opuscules, Saint-Évremond en a consacré quelques uns à la musique. Ils étaient destinés à ses amis, l'auteur en refusait la publication. On indique en général deux éditions des « Œuvres meslées. Sur les tragédies. Sur les comédies. De la comédie italienne. De la comédie angloise. Sur les opéra. Avec un discours sur Epicure. » de 1684.

Il s'agit en fait d'éditions anonymes réalisées à l'insu de leur auteur et sans respect pour les originaux manuscrits. L'édition « sérieuse », d'après les manuscrits, a été entreprise après la mort de l'écrivain (parmi ce qui est indiqué comme réédition figurent en fait les éditions originales)

Éditions

La première édition des œuvres date de 1705 (avec la participation de l'auteur), Silvestre et Desmaizeaux, Amsterdam [5 v.]; 1726 (t. III et IV)

Œuvres en prose et Lettres. Édition par René Ternois (avec inédits). Paris 1962-1969 [6 v.]

Bibliographie

Notes

1. Nicolas Fouquet (1615-1680). De naissance bourgeoise, il accumule, grâce aux protections successives de Richelieu, Mazarin et Anne d'Autriche, titres et fonctions (marquis, vicomte, vice-roi d'amérique…) et avant tout, celui de ministre (surintendant) des finances en un temps où la notion de finances publiques est encore, de loin, à naître. Il mène une vie fastueuse. Fait construire à Vaux, ce que l'on à nommé abusivement « le premier Versailles ». Découvre, entretient, fait travailler La Fontaine, Molière, Le Notre. Les jalousies (Mazarin, Colbert), les temps tournés vers l'absolutisme, et qui n'admettent qu'un seigneur, ses spéculations ehontées sur les biens d'état, la colère populaire, le mènent à sa fin. Il est arrêté en 1661 (par d'Artagnan). Son procès durera trois ans, et sera une véritable affaire d'état, à laquelle se mêleront Corneille, Madame de Sévigné, ou La Fontaine. Le roi n'aura pas sa tête, mais il obtiendra le bannissement avec ses amis, dont Saint-Évremont qui ne reviendra pas en France.

Jean-Marc Warszawski
Novembre 1995-25 mars 2008



À propos - contact |  S'abonner au bulletinBiographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil. ☎ 06 06 61 73 41.

ISNN 2269-9910.

 

Mardi 12 Janvier, 2021