Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Petites annonces . Agenda . Abonnement au bulletin . Analyses musicales . Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Rigel Henri-Joseph
1741-1799

Né à Wertheim, le 9 février 1741, mort à Paris le 2 mai 1799.

Chef d'orchestre, compositeur, professeur.

Il est le fils d'un intendant du prince de Löwenstein, Georg Caspar Riegel, et de sa seconde épouse Maria Anna Kallenbach, qui assure l'éducation de ses enfants après la  mort de son mari en 1754.

Il aurait étudié avec Niccolò Jommelli à Stuttgart, et aurait été envoyé à Paris par Franz Xaver Richter, avec lequel il étudia peut-être à Manheim, « pour faire l'éducation d'une jeune personne »

Le Catalogue de l'éditeur de musique Breitkopf, indique, en 1767, des symphonies et un concerto pour violon.

La même année, les périodiques parisiens « Annonces et avis divers » du 9 avril, et « l'Avant Coureur » du 27 avril annoncent : « Six sonates pour le clavecin dédiées à Mademoiselle Dupin de Francueil, composées par H. J. Rigel, [...] œuvre 1er [...] Chez l'auteur, rue S. Marc, maison de M. Dupin de Francueil [...] »

On peut penser que Mademoiselle Dupin de Francueil, est cette « jeune personne » évoquée par Laborde dans son « Essai sur la musique ».

Henri-Joseph Rigel, Symphonie no 4, opus 12, par le Concert de la Loge, sous la direction de Julien Chauvin.

En 1768, il a sa propre résidence à Paris, et se marie vers cette date. Ses fils naissent en 1769 ert 1772.

Une annonce dans le périodique « L'Avant Coureur »  du 8 août 1769, le situe rue d'Ajou.

À partir des années 1770, il compose de nombreuses pièces orchestrales qui sont créées dans les salons parisiens.

En 1772, avec Duni and F.-A. Philidor, il fait partie d'un jury devant choisir la plus belle symphonie et la plus belle symphonie concertante. Cannabich et Eichner en sont les vainqueurs.

Henri-Joseph Rigel, La destruction de Jéricho, 1. Ouverture, 2. récitatif, 3. Trompettes, 4. Chœur, 5. Aria, 6. Recitatif, 7. Chœur, Isabelle Poulenard(dessus), Philippe Do (haute-contre), Alain Buet (basse-taille), chœur Les chantres du Centre de musique baroque de versaille, les Folies francoises, sous la direction d'Olivier Schneebeli.

Le 2 mai 1774, une de ses symphonies est pour la première fois au programme du Concert Spirituel. La même année, son oratorio, La sortie d'Égypte remporte un grand succès, ainsi qu'un autre oratorio, La déstruction de Jéricho quatre ans plus tard. La sortie d'Égypte sera jouée 27 fois entre 1775 et 1786, elle sera encore donnée à paris jusqu'en 1822.

Le 2 mai 1774, l'annonce de Six Simphonies à grand orchestre, dans les « Annonce et avis divers », indiquent une nouvelle adresse, 64 rue de Grenelle Saint-Honoré (vis-à-vis de l'hôtel des fermes). Le 26 juin 1777, L'annonce de sonates pour le clavecin ou le piano, dans le  « Journal de Paris », indique que la partition a été gravée par son épouse, mais son nom n'apparaît plus par la suite, remplacé par ceux d'autres graveuses ou graveurs.

Henri-Joseph Rigel, Quatuor à cordes opus 3, no 10, I. Allegro moderato, II. Adagio, III. Presto, par le Franz Joseph String Quartet.

À partir de 1778, il compose 14 opéras qui sont créés dans toutes les salles parisiennes : Comédie-Italienne, Théâtre Feydeau, Théâtre de l'Ambigu-Comique et l'Opéra

Dans les années 1780, il s'installe rue (Neuve) Saint-Roch, à l'angle de la rue  (neuve) des Petits-Champs (aujourd'hui emplacement coupé par l'avenue de l'Opéra). et son jeune frère, Anton, vient vivre chez lui pendant deux années, avant de s'installer Cul de sac de la Corderie, et devient son éditeur, jusqu'en 1884, où Boyer reprend la publication et la vente de ses œuvres.

le « Mercure de France  », commente son opéra Rosanie, créé à la Comédie-Italienne, le 24 juillet 1780

En 1783, il est dans la liste des compositeurs officiels du Concert spirituel, mais il y apparaît également comme chef d'orchestre,  et de nouveau en 1787-1788. Il est professeur de solfège à l'École Royale de Chant.

Après la création du Conservatoire de musique en 1795, il y est professeur de piano.

Esquisse du premier projet du portail de l'église Saint-Roch en 1736.

Catalogue des œuvres

Écrits

Bibliographie

 

Jean-Marc Warszawski
24 févier 2009
© Musicologie.org



À propos - contact |  S'abonner au bulletinBiographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

musicologie.org
 rss

Musicologie.org,
56 rue de la Fédération,
93100 Montreuil.
06 06 61 73 41.
ISNN 2269-9910.

 

Dimanche 1 Novembre, 2020