bandeau_biomusicologie_840

Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Petites annonces . Agenda . Abonnement au bulletin . Analyses musicales . Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir .

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Paumann Conrad
v. 1410-1473

width="566" height="1064" class="responsive"/>PIerre tombale de Conrad Paumann à la München, dans la cathédrale de Munich.

Né vers 1410 à Nuremberg, mort le 24 janvier 1473, à Munich.

Organiste, professeur. Aveugle, il est protégé par le maire de sa ville natale (Ulrich Grundherr), qui veille à lui faire donner une première formation.

En 1446 il est organiste à Saint-Sebald de Nuremberg, en 1447, de la ville de Nuremberg, en 1450-1467, à la cour des ducs de Bavière (Albbert III de Bavière).

Il parcourt l'Europe. En 1454 il est à Landshut où il joue pour Philippe le Bon, duc de Bourgogne, en 1470 à Mantoue (il reçoit de la part du duc de Ferrare un manteau richement brodé), en 1471 il joue à Ratisbonne en l'honneur de l'empereur Frédéric III qui lui offre un sabre à poignée d'or.

On le surnomme Il Cieco miracoloso. Sa célébrité lui vaut une distinction papale : « Chevalier de l'éperon d'or ».

Conrad Paumann, « Mit Ganczem Willen » (Fundamentum Organisandi), Música Antigua : Cesar Carazo (viole da brassai), Felipe Sánchez Mascuñano (vihuela de mano), Wafir Sheik (lute oriental), Leonardo Luckert (viole de gamba), Alfonso Tomas (flûtel), Eduardo Paniagua (flûte), David Mayoral (dulcimer, percussions).
Extraits des Fondamenta, par Vidas Pinkevicius, orgue de l'église Saint-Jean de Vilnius.

Sébastien Virdung (Musica Getutscht,1511) et Martin Agricola (Musica Instrumentalis Deudsch 1529 ) lui attribuent la paternité du système allemand de tablature de luth : (56 chiffres pour les 56 cases du manche) Ce système fut rapidement abandonné au profit des systèmes français et italiens, qui représentent les six cordes par six lignes. Les cases sont désignées par des chiffres (Italie) ou des lettres (France). La ligne du haut représente la corde grave (Italie), ou aiguë (France).

Ses Fundamenta sont de courts extraits musicaux pour mémoriser des clichés et improviser à plusieurs voix à partir d'un chant donné.

Son portrait, conservé à la Bibliothèque nationale de France, qu'on reproduit parfois, n'est pas pertinent. Il est une réalisation tardive en 1816, de Heinrich E. von Winter (1788-1825).


rectangle acturectangle biorectangle texterectangle encyclo

Catalogue des œuvres musicales

écrits relatifs à lamusique

Fundamentum organisandi (4 fundamenta)

Manuscrits

éditions

Bibliographie

Jean-Marc Warszawski
Les Écrits relatifs à la musique
Novembre 1995 - 5 août 2009


logo grisÀ propos - contact | S'abonner au bulletin Biographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences |  Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

paypal

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil, ☎ 06 06 61 73 41.

ISNN 2269-9910.

Jeudi 18 Janvier, 2024

width="200" height="257" class="cul">