Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Petites annonces . Agenda . Abonnement au bulletin . Analyses musicales . Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir .

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Ornstein Leo
1893-2002

Né à Krémentchouk, le 2 décembre 1893, mort le 24 février 2002.

Compositeur, pianiste.

Né en Ukraine, il étudie au Conservatoire de Pétrograd. Sa famille émigre aux États-Unis en 1907. Il étudie alors le piano à l'Institute of Musical Art, avec Bertha Fiering Tapper, qui s'occupera de sa carrière.

Il fait ses débuts à New York en 1911 dans le répertoire traditionnel, et écrit sa première œuvre « moderniste » en 1913 : Dwarf Suite and Wild Men's Dance ( Danse sauvage).

En 1913, il entreprend une tournée an Europe en compagnie de Berttha Tapper. Il rencontre Busoni et Michel Dimitri Calvocoressi (1877-1944).

Leo Ornstein, Suicide in Airplane, par Yvar Mikhashoff.

 

Leo Ornstein, sonate pour piano no 4, 1918.

Leo Ornstein, Nocturne and Dance of the Fate, 1937, The Louisville Orchestra,sous la direction de Jorge Mester.

Sa première prestation marquante a lieu à Londres le 27 mars 1914, où il joue ses propres compositions, celles de Schönberg, et des transcriptions de Bach par Busoni.

En janvier 1915, il donne une série de quatre concerts au Bandbox Theatre de New York, où il acquiert une image emblématique, particulièrement par son emploi des clusters.

Il cesse brutalement de donner des concerts en 1922, sinon occasionnellement, comme en 1925 avec le Philadelphia Orchestra pour la création de son premier Concerto pour piano  Il se consacre essentiellement à l'enseignement.

En 1924, il dirige les études pianistiques à la Philadelphia Music Academy, quelques années plus tard il fonde sa propre école, la Ornstein School of Music à Philadelphie. Il fait sa dernière apparition publique sur scène au début des années 1930.

Il se retire en 1953, mais continue à composer.

Il est radicalement moderniste, futuriste et atonal dans les années 1910. Il ne théorise pas, mais suit ce qu'il appelle « la logique émotionnelle ». Il intègrera des manières plus conservatrices par la suite. Sa musique est remise à l'honneur dans les années 1970. Il est honoré de la Marjorie Peabody Waite Award du National Institute of Arts and Letters en 1975.

Leo Ornstein, A Long Remembered Sorrow, SO 102a, 1964, par Janice Weber (2002).

 

 



Catalogue partiel des œuvres

Le principal éditeur est Joshua, Poon Hill Press

Bibliographie

Jean-Marc Warswzawski
19 avril 2006

Discographie

1/164 
The Bad Boys
George Antheil
Henry Cowell
Leo Ornstein

Steffen Schleieirmacher, piano

Hat Hut Records 1993

 

© Musicologie.org


À propos - contact | S'abonner au bulletin | Biographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

musicologie.org
 rss

Musicologie.org,
56 rue de la Fédération,
93100 Montreuil.
06 06 61 73 41.
ISNN 2269-9910.

 

Dimanche 5 Avril, 2020