Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Petites annonces . Agenda . Abonnement au bulletin . Analyses musicales . Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Nono Luigi
1924-1990

Catalogue des oeuvres ; discographie ; liens

Né à Venise le 29 janvier 1924 ; mort à Venise le 8 mai 1990.

En 1941 il étudie avec Malipiero au Conservatoire Benedetto Marcello de Venise.

Il suit des études de droit à partir de 1942, et obtient son doctorat en 1946 à l'Université de Padoue.

En 1946, il rencontre Bruno Maderna qui devient son ami et professeur. Il fait la connaissance de Luigi Dallapiccola.

En 1948, il suit avec Maderna un cours de direction d'orchestre de Hermann Scherchen. Il fait la connaissance du pianiste et compositeur brésilien Eunice Catunda qui lui fait découvrir les poésies de Federico Garcie Lorca. Il accompagne Scherchen à Zürich et Rapallo.

En 1950 il prend part aux cours d'été de Darmstadt, ou sa première composition Variazioni canoniche sulla serie dell'op.41 di Arnold Schoenberg, est créée. Il y rencontre Edgar Varèse, Karl Amadeus Hartmann et Rudolf Kolisch, se lie d'amitié avec Wolfgang Steinecke.

Jusqu'en 1960, il prend part aux Cours d'Été de Darmstadt, où ses oeuvres sont jouées

En 1951 il fait la connaissance de Karlheinz Stockhausen. Il compose Polifonica - Monodia - Ritmica ; Composizione per orchestra n° 1 ; Epitaffio per Federico García Lorca n° 1: España en el corazón (sur des textes de Federico García Lorca et de Pablo Neruda)

En 1952 il adhère au Parti Communiste Italien (il sera membre de son Comité Central). Il entre en contact avec Erwin Piscator et Angelo Maria Ripellino à Rome. Il se rend à Paris en compagnie de Scherchen. Il rencontre Pierre Boulez et fréquente le studio de Pierre Schaeffer. La même année et en 1953, avec Maderna et Sotckhausen il suit le cours de musique électronique de Werner Meyer-Eppler à Bonn. Il compose Epitaffio per Federico García Lorca n° 2 : Y su sangre ya viene cantando

En 1954 il séjourne à Turin et fait la connaissance de Giulio Einaudi, Massimo Mila, Giulio Bollati et Italo Calvino. Il assiste à Hambourg au Moses und Aron de Schönberg et fait la connaissance de sa fille, Nuria Schoenberg avec laquelle il se marie en 1955.

En 1956, il anime un séminaire sur les nouvelles techniques de composition au Studio Expérimental d'électro-acoustique à Gravesano, fondé par Scherchen en 1954. Il donne avec Maderna un cours de composition à Darmstadt. Sa cantate Il canto sospeso (pour soliste, chœur et orchestre, sur des textes de lettres de condamnés à mort de la résistance européenne) est jouée à Cologne avec succès.

En 1957, il donne des conférences sur le technique compositionnelle de Schönberg et engage un échange avec Sockhausen sur sa manière de mettre les textes en musique. L'année suivante il est ) Prague et prend part au Festival d'automne de Varsovie. Il a Helmut Lachenmann comme élève

En 1958, année de naissance de sa fille Silvia, il commence une série de cours au «Dartington Summer School of Music» en Angleterre.

En 1961, une de ses oeuvres et pour le première fois crée en Italie à la Biennale de Venise, Intolleranza 1960 (sur des textes de Henri Alleg, Bertold Brecht, Aimé Césaire, Paul Eluard, J. Fucík, W. Majakovski, A. M. Ripellino, Jean-Paul Sartre). Il est l'année suivante en Union Soviétique, continue ses cours à Dartington et enseigne à l'Université d'Helsinki.

En 1965 il est aux États-Unis ou on joue Intolleranza 1960 à Boston. En 1966 il se lie avec Giovanni Pirelli et travaille avec le «Living Theatre» ) Milan. Il est élu membre de l'«Akademie der Künste» de Berlin Est.

En 1967 il voyage avec son épouse et ses deux filles en Amérique du Sud et y donne des cours. En 1968, il prend part aux manifestations contre la Biennale de Venise et effectue un second voyage en Amérique du Sud. A Cuba, il fait la connaissance du poète Carlos Franqui.

En 1971, il fait la connaissance de Luciano Cruz († 1972), le lieder du MIR et du poète argentin Julio Huasi à Santiago du Chili. Avec Claudio Abbado, Maurizio Pollini et Luigi Pestalozza il jette les bases d'un nouveau festival de musique, «Musica / Realtà» à Reggio Emilia.

En 1972, il crée Al gran sole carico d'amore au théâtre de la Taganka à Moscou dans un mise en scène de Juri Ljubimov et des décors de David Borovski, repris en 1978 à Milan sous la direction de Claudio Abbado.

 Al gran sole carico d'amore. Staatstheater Mainz 2022.


En 1979 il édite la revue Laboratorio Musica. En décembre de l'année suivante il commence à travailler au studio expérimental de l'Institut Heinrich Strobel de la Südwetfunk à Freiburg.

En 1983 il rencontre Marta et György Kurtág à Budapest. En 1986 et 1987 il est invité à Berlin. Il voyage en Union Soviétique en 1987 où il rencontre Gidon Kremer. Rencontre Edmond Jabès à Paris et voyage au Japon.

En 1988 il est professeur invité à la «Hochschule der Künste» à Berlin. Mais délaisse ce poste pour des raison d'organisation. En 1989 il voyage à Moscou, Leningrade, Budapest. Du 15 au 30 juillet, il prend part au festival du Centre Acanthes à Avignon qui lui est dédié. Il reçoit l'année suivante le «Berliner Kunstpreis».

Catalogue des œuvres

Discograpphie

Luigi Nono, La lontananza nostalgica
utopica futura
pour violon et bande magnétique ; « Hay que caminar» sonando, pour deux violons, Gidon Kremer (violon), Sofia Gubaidulina ( bandes magnétiques), Tatiana Grindenko, violon. Deutsche Grammophon, 1992 

 

Luigi Nono, Variazioni canoniche A Carlo Scarpa, Architetto No hay caminos, hayque caminar, Sinfonieorchester des Südwestfunk, sous la direction de Michael Gielen, AUVIDIS, ASTREE, 1990; E 8741 

 

 

uigi Nono, Al gran sole carico c'amore Action musicale, Claudia Baraisky (soprano), Stella Kleindienst, Maraile Lichdi,, Melinda Liebermann, Lani Poulsen, Helmut Holzapfel, Peter Kajlinger, Roderic Keating, Markus Marquardt, Mark Munkittrick, Carsten Wittmoser, Staatsoper Stuttgart, Staatsorchester Stuttgart, sous la direction de Lothar Zagrosek. TELDEC, 1999.

Luigi Nono,Polifonica, Monodia, Ritmica, Canti per 13, Canciones a Guiomar, Hay que caminar soñando. Ensemble UnitedBerlin, Enregistré en 1997-1998. wergo 6631 2

 

 

Nono, Como una ola de fuerza y luz, Slavka Tazskova (soprano), Maurizio Pollini (piano), Orchestre symphonique de la radio bavaroise, sous laz direction de Claudio Abbado ; ... sofferte onde serene... pour piano et bande magnétique ; Contrappunto dialettico alla mente, pour bande magnétique Liliana Polli (soprano), Cadigia Bove, Marisa Mazzoni, Elena Vicini, Umberto Troni (voix). Deutsche Grammophon.

 

Nono,Orchestral works & chamber music (05) ; Due espressioni, SWF Symphony Orchestra, sous la direction d'Hans Rosbaud ; A Carlo Scarpa, architetto, ai suoi infiniti possibili, SWF symphony Orchestra, sous la direction de Michael Gielen ; Fragmente - Stille, an Diotima, Pour quatuor à cordes, Moscow String Quartet ; Post-Prae-Ludiuml, Pour tuba et électronique en temps réel, Giancarlo Schiaffini (tuba), Experimentalstudio de la Fondation Heinrich-Strobel de la SWF de Freiburg Collage WWE CD 2005.

Luigi Nono,Intolleranza, Staatsoper Stuttgart, sous la direction de Bernhard Kontarsky. Enregistrement public, Teatro La Fenice, Venise 13 avril 1961. Teldec 4509 97304.

 

 

Jean-Marc Warszawski
Révision 30 mai 2008
Révision 26 février 2022



À propos - contact |  S'abonner au bulletinBiographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil. ☎ 06 06 61 73 41.

ISNN 2269-9910.

Samedi 26 Février, 2022