Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Petites annonces . Agenda . Abonnement au bulletin . Analyses musicales . Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Nelson Rudolf
1878-1960

Rudolf Lewysohn.

Né à Berlin le 8 avril 4 1878, mort à Berlin le 5 février 1960.

Il est issu d'un famille pauvre originaire de Prusse, il naît puis est élevé dans un quartier du nord de Berlin. Il reçoit des leçons de piano très jeune, suit sa scolarité au lycée puis au collège. Mais il doit gagner sa vie comme apprenti puis comme commis.

Il obtient une bourse qui lui permet de suivre les cours du conservatoire Stern'schen tandis que Heinrich  von Herzogenberg (1843-1900) lui offre ses cours gratuitement.

Heinrich  von Herzogenberg.


Il gagne sa vie en écrivant des adresses sur des enveloppes postales et en accompagnant les cours de chant.

À la suite d'un concours de composition organisé par le journal « Die Woche » il gagne le Prix de la meilleure valse.

Il découvre  l'« Überbrettl », le premier cabaret ouvert à Berlin par Ernst von Wolzogens qui, inspiré par une tradition française, lance les cabarets à chansons avec un caractère spécifiquement allemand. Attiré par le genre, Nelson débute au « Roland de Berlin » dans la Potsdamer Straße, en accompagnant au piano ses propres chansons.

En 1904, il s'associe avec Paul Schneider-Duncker à la direction du « Chat noir » ( situé Unter den Linden) qu'il dirige seul de 1907 à 1914. Il y compose sa chanson le plus connue Das Ladenmädel.

Dès 1908  ses operettes, notamment le succès de Miß Dudelsack lui procurent la notoriété.

Il se marie avec la chanteuse Käthe Erlholz (Käte Reinholz))

Käthe Erlholz (à gauche) et Rudolf Nelson, 1928.


Le 23 décembre 1920 il ouvre, toujours à Berlin, au 217 du Kurfürstendamm un célèbre cabaret, le Nelson-Theater associé au restaurant « Sans Soucis », où seront produites des revues légendaires.  Josephine Baker (1906-1975) s'y produit le 14 janvier 1926. Il compose également des revues pour le  Berliner Metropoltheater.

Le Nelson-Theater à Berlin.


Wenn Du meine Tante siehst (Quand tu vois ma tante), Rudolf Nelson et les Weintraub Syncopators, 1929.

Die Lichter von Berlin (extraits de la revue) Rudolf Nelson, Käte Erlholz Trude Lieske, Oskar KarlWeiss. Premier piano, Rudolf Nelson, second piano, Kapellmeister Josef. 1928.


En 1933 il doit fuir le nazisme. Après avoir séjourné à Vienne et Zürich, il fonde une nouvelle troupe à Amsterdam. Après l'occupation de la Hollande par les troupes fascistes, il est interné au camp de concentration de Westerburg.

En 1949 il est de nouveau à Berlin et redonne vie à la Nelson-Revue-Gastspiel. Il est décoré de la croix du mérite national en 1953. En 1959, le « Paul Lincke-Ring » qui récompense tous les deux ans un compositeur de musique légère lui est décerné.

Affiche annonçant une fête pour les 70 ans de Rudolf Neslon, organisée par la RIAS (association radiophonique germano-américaine)


Catalogue des œuvres

Ne nombreuse chansons, des musiques de film, des vaudevilles etc. et entre autres :

Bibliographie

Jean-Marc Warszawski 2004



À propos - contact |  S'abonner au bulletinBiographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil. ☎ 06 06 61 73 41.

ISNN 2269-9910.

 

Mercredi 12 Janvier, 2022

musicologie.org