bandeau_bio_840musicologie_840
Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Petites annonces . Agenda . Abonnement au bulletin . Analyses musicales . Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir .

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Monteverdi Julio Cesare
1573-1630

Baptisé à Cremona, 31 janvier 1573, mort à Salò, en 1630 ou 1631.

Compositeur, organiste, cantor.

Il est le frère cadet de Claudio Monteverdi. Nous ne savons rien de son éducation musicale, si ce n’est qu’il s’est consacré à l’étude de l’orgue.

D’avril à septembre 1600, il est organiste de la cathédrale de Mantova. Puis retourne à Cremona.

Peut-être Au service de Vincent (Gonzaga) Ier de Mantova, depuis août 1602, il est définitivement employé à partir de 1604 pour la somme de 7 scudi par mois. Ses fonctions ne sont pas précisément connues, on peut penser qu’il est employé comme joueur de clavier, accessoirement comme compositeur.

Il compose une canzonetta, publiée dans les Nuovi fioretti musicali (1605) d’Amante Franzoni, deux autres, sur des vers d’Ansaldo Cebà, dans les Scherzi musicali (1607) de Claudio Monteverdi, dont il se charge de l’édition et rédige les Dichiaratione, en réponse aux objections de Giovanni Maria Artusi quant à la « seconde pratique » de son frère Claudio.

Julio Cesare Monteverdi, Deh, chi tace il bel pensero, par Dominique McCormick (soprano), Cecilia Duarte (mezzo-soprano), Brian Shircliffe (baryton), Kurt Johnson (violon), Maria Lin, Baroque (violon), Barrett Sills (violoncelle), Michael Leopold (théorbe), Arash Noori (guitare) Matthew Dirst (clavecin), Houston, Zilkha Hall, 15 février 2019.

Il compose la musique du quatrième intermedio, de L’Idropica, de Battista Guarini (livret de Gabriello Chiabrera), donnée le 2 juin 1608 à l’occasion des fêtes de mariage de Francesco Gonzaga, avec Marguerite de Savoie, à la cour de Mantoue (musique perdue).

Lorsque Francesco Gonzaga devient gouverneur du Monferrato en 1609, est nommé maestro di Capella de Francesco Gonzaga, alors gouverneur du Montferrat. Il compose l’opéra Il rapimento di Proserpina (livret d’Ercole Marigliani), créé à Casale Monferrato en 1611 (musique perdue), pour l’anniversaire de l’épouse de Francesco,

Le 10 juin 1612, Francesco Gonzaga, succède à son père Vincenzo. Peu après, le 28 juillet, il congédie les frères Monteverdi, peut-être en raison de la rumeur portant sur le départ de Claudio et de son remplacement par Giulio Cesare (?).

Il est peut-être un temps au service de la famille Gonzaga de Vescovato, avec laquelle il devait déjà être en relations.

En décembre 1615, il est nommé organiste de l’église paroissiale de Castelleone, un petit village près de Crema. Il est officiellement déclaré le 2 janvier 1616 avec le salaire de 60 ducats par an et le logement gratuit. Il y est aussi maître de chapelle. Il pratique des travaux sur l’orgue qui détériorent l’instrument et doit fournir un autre instrument (un positif ?) qui restera à la disposition de l’église pendant plusieurs années.

Julio Cesare Monteverdi, Affetti musici... (1620), « Lux fulgebit », par l'ensemble Concerto, sous le direction de Roberto Gini, 1996.
Julio Cesare Monteverdi, Affetti musici... (1620), « Adoramus te, Christe » (Motet à 6 voix), Westminster Abbey Choir, 1996.

Au mois d’avril 1622, il participe au concours d’organiste et de maître de chapelle ouvert à la de la cathédrale de Salò. Il remporte celui de maître de chapelle, Giovanni Battista Tonnolini celui d’organiste. Il est officiellement en poste le 10 avril, pour une durée de trois ans.

En juillet 1624, il est invité à reprendre son poste à Castelleone en remplacement de Giovanni Battista Pasino, il répond être prêt à revenir (meilleures conditions financières ?), mais pour des raisons internes au Conseil, cela échoue.

En 1625, il est confirmé à son poste à la cathédrale de Salò, il est à nouveau sollicité par la communauté de Castelleone. On suppose que sa réponse a été négative.

En 1628, il est confirmé à Salò (document perdu).

Il est probablement mort de la peste de 1630-1631.

Dans un acte notarié du 18 janvier 1635, Claudio Monteverdi, ayant été informé de la mort de son frère, tente de faire valoir ses droits héréditaires, en l’absence de testament.

Peu de sa musique nous est parvenu : « Occhi nidi d’amore », à 3 voix et basse continue, dans Amante Franzoni, Nuovi fioretti musicali, Venise 1605 et 1607 ; 25 motets, dans ses Affetti musici, ne quali si contengono motetti a 1-4 et 6 voci, per concertarli nel basso per l’organo, Venise, 1620 ; un madrigal à trois voix et continuo, deux pièces, « Deh, chi tace il bel pensero » et « Dispiegate, guance amate », à 3 voix, 2 violons et basse continue, en do, dans les Scherzi musicali à trois voix de son frère.

Écrits relatifs à la musique

Réponse aux attaques de Artusi (Braccino) contre son frère Claudio Monteverdi dans les Scherzi musicali de ce dernier (1607)

Bibliographie

Guerrini Paolo, La Capella musicale del duomo di Salo. Dans «Rivista Musicale Italiana» (39) 1922, p. 108

Tagmann Pierre M., Archivalische Studien zur Musikpflege am Dom von Mantua (1500-1627). Berne 1967, p. 43, 45, 66, 80.

plume 4 Jean-Marc Warszawski
Dictionnaire des Écrits relatifs à la musique
Novembre 1995-19décembre 2021.


rectangle biographiesrectangle actualités rectangle texterectangle encyclo

logo grisÀ propos - contact |  S'abonner au bulletinBiographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

paypal

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil. ☎ 06 06 61 73 41.

ISNN 2269-9910.

Lundi 20 Décembre, 2021

cul_2112