Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Annonces . Agenda . Abonnement au bulletin . Analyses musicales . Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir .  

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Mompou Federico
1893-1987

 

Mompou Dencause Federico.

|| bibliographie || catalogue des œuvres || discographie ||

Né à Barcelone 16 avril 1893, mort à Barcelone le 30 juin 1987.

Il est issu d'une famille aisée catalane avec des racines françaises. Un de ses grands-parents est propriétaire d'une fonderie de cloches (les cloches Dencausse).

Il reçoit ses premières leçons de piano d'une de ses tantes. Il fréquente l'école française de Barcelone et suit des études musicales à l'Orfeo Barcelonais avec Pedro Serra.

Ricardo Viñes.

Louis Diemer en 1904.

Isidore Philipp.

Émile Pessard.

Il donne son premier concert public le 4 mai 1908 et profite de l'occasion pour abandonner l'école.

Il semble que l'envie de composer lui est venue de l'audition du Quintette pour piano et cordes en fa de Fauré interprété par le compositeur en avril 1909 à la Salle Mozart de Barcelone.

Le début de son recueil les Impressions intimes date de 1911 et fixe définitivement son style d'improvisation notée.

Recommandé par Granados auprès de Fauré alors directeur du Conservatoire de Paris, de Louis Diemer (1843-1919) et d'Isidore Philipp qui y sont professeurs, ainsi qu'auprès de Ricardo Viñes par un violoniste de connaissance, il s'installe à Paris en octobre 1911 dans le but de poursuivre ses études musicales.

Il suit des cours de piano avec Diemer et de composition avec Émile Pessard, mais renonce à entrer au Conservatoire.

Isidore Philipp le recommande à Ferdinand Motte-Lacroix qui fait alors une belle carrière de pianiste et enseigne dans les années 1920 au Conservatoire de Strasbourg. Il suit sans intérêt et sans succès quelques cours d'harmonie avec Samuel Rousseau.

Il passe l'été 1912 à Bercelone, de retour à Paris il s'installe à Montmartre, continue ses études avec Motte-Lacroix, retourne faire son service militaire en Espagne.

Il est rapidement réformé, renonce à la carrière de pianiste, ébauche quelques pages de théorie esthétique et achève les Impressions intimes en 1914.

 

En 1915 il compose Jeux sur la plage et les Scènes d'enfants. La même année il fait la connaissance du compositeur Manuel Blancafort (1897-1987) dont dont le père qui fabrique des rouleaux pour des instruments mécaniques (la firme Victoria), est propriétaire de l'établissement thermal de La Garriga.

Mompou passe une jeunesse dorée. Il rencontre Manuel de Falla ou Prokofiev au cours de réceptions organisées par sa mère dans la grande maison familiale. Il rencontre aussi Arthur Rubinstein avec lequel il fait le tour des cafés et cabarets de la ville.

En 1920, sur l'intervention du pianiste Agustin Quintas, l'Unión Musical Española édite ses Chants magiques dédiés à Motte-Lacroix, qui connaissent un certain succès.

Federico Mompou, Impresiones intimas, par Luis Angel Martínez (piano)

Federico Mompou en 1911.

Federico Mompou en 1920.

En 1920 il revient à Paris, où Motte-Lacroix et Vuillermoz lui assurent une bonne publicité, mais avant de rencontrer Vuillermoz qui a préparé un entretien, il entre précipitamment à Barcelone.

Il est de nouveau à Paris en 1921 pour un concert de Motte-Lacroix qui a mis de ses oeuvres à son programme. C'est un succès qui l'introduit dans les salons parisiens.

En 1923 il a une liaison avec Maria ***, une femme mariée dont il gère les biens. En 1924 il crée une société de chocolats glacés en Espagne qui fait rapidement faillite.

À Paris, il tente sans y réussir d'écrire un quatuor à cordes et transcrit le premier concerto de Paganini pour violon et piano à la demande du violoniste Ramon Borras.

En 1927 il passe l'été à Dinard avec son amante et commence la composition de ses Préludes. Il passe également l'été 1928 à Dinard avec sa famille et une ami de sa mère Lluis Duran I Ventosa..

En 1931 il se joint à quelques compositeurs catalans au sein d'un groupe des « Compositeurs Indépendants de Catalogne » qui ne survit pas à un premier concert à Barcelone.

Jusqu'en 1937, sujet à de nouvelles crises de neurasthénie, il n'e compose plus. Son frère est atteint de Tuberculose, son père décède en mars 1935, et sa mère se remarie avec  Lluis Duran I Ventosa en octobre 1938. Il les accompagne en voyage de noces en Italie, mais reste à Paris, puis gagne Biarritz avec son amante quand la guerre éclate, alors que sa famille rejoint Barcelone, qu'il regagne lui-même en 1941 et s'y fixe définitivement.

La même année, à l'occasion d'un concours de piano, il rencontre une jeune candidate, Carmen Bravo, avec laquelle il lie une longue et fructueuse amitié qui aboutira à un mariage en 1957.

Il compose à nouveau, retrouve la notoriété et reçoit des reconnaissances officielles tant de la France que de l'Espagne. Sa musique a un grand succès en Angleterre.

En 1955, la création d'un ballet sur plusieurs de ses compositions est un triomphe.

Gaspar Cassadó, Andrès Segovia et Federico Mompou en 1960 à Santiago.

Il est invité par Ségovia à donner des conférences à l'Académie d'été de Santiago de Compostelle. En 1962, il compose la Suite Compostelana dédiée à Ségovia.

Une hémorragie cérébrale met fin a ses activités en 1978.

FEDERICO MOMPOU (1895 [sic]), a écrit des pièces de piano d'un raffinement exquis dans leur simplicité et d'une étonnante puissance d'évocation. Ses Chants magiques contiennent des sortilèges inanalysables qui possèdent de mystérieuses vertus incantatoires. Ses Faubourgs, ses Charmes, ses Fêtes lointaines, ses Scènes d'Enfants révèlent chez cet inspiré une aptitude singulière à traduire l'intraduisible et à transposer dans le domaine des sons des sensations et des impressions qui semblaient devoir échapper par définition à toute notation musicale. Ses oeuvres de poète et de visionnaire présentent une élégance et une distinction rares dans une forme dont la concision et la liberté sont très caractéristiques.

ÉMILE VUILLERMOZ, Histoire de la musique. Fayard, Paris 1949, p. 422

 

Catalogue des œuvres

Bibliographie

Discographie

01 / 91
Federico Mompou
Piano music by Federico Mompou

Stephen Hough, piano

Hypérion, GAW 21963

1.  Canzion y Danza 7 — 2.  Prelude 1 — 3.  Cants Magics 1 — 4.  Cants  Magics 2  — 5.  Cants Magics 3 — 6.  Cants Magics 4 — 7.  Cants Magics 5 — 8.  Canzion y Danza 5 — 9.  Prelude 5 — 10.  Charmes 1 —  11.  Charmes 2 —  12.  Charmes 3 —  13.  Charmes 4  —  14.  Charmes 5  —  15.  Charmes 6  —  16.  Canzion y Danza 8 —  17.  Prelude 7 —   18.  Trois Variations 1 —  19.  Trois Variations 2  —  20.  Trois Variations 3 —  21.  Trois Variations 4  —  22.  Canzion y Danza 3  —  23.  Prelude 9 —  24.  Dialogues I — 25.  Dialogues II —  26.  Canzion y Danza 1 —  27.  Prelude 10 —  28.  Paisajes 1 —   29Paisajes 2 — 30.  Paisajes 3 —  31.  Canzion y Danza 9 —  32.  Prelude 6 

 

Jean-Marc Warszawski
Révision 10 janvier 2004
Révision du miroir de page et de l'iconographie

© Musicologie.org 2018.

À propos - contact | S'abonner au bulletin | Biographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil ☎ 06 06 61 73 41

ISNN 2269-9910

Mercredi 29 Août, 2018

musicologie.org