bandeau_biomusicologie_840

Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Petites annonces . Agenda . Abonnement au bulletin . Analyses musicales . Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Liberati Antimo
1617-1692

Né à Foligno, le 3 avril 1617, mort à Rome, le 24 février 1692.

Son père est Pietro Liberati et sa mère Tarquinia (nom de famille inconnu).

Il a probablement reçu sa première formation musicale à Rome, où le 9 février 1628 il est engagé comme soprano dans la chapelle de S. Giovanni in Laterano, dirigée par Antonio Maria Abbatini.

Parallèlement à son apprentissage musical, il a mené des études de droit, et a exercé la profession de notaire à Foligno.

En tant que musicien, il était au service de l’empereur Ferdinand III et de l’archiduc Léopold à la cour de Vienne dans une période située approximativement entre 1637 et 1643.

De retour en Italie, il reçoit sa première tonsure et les ordres mineurs le 6 février 1644 de l’évêque de Foligno où il est encore notaire, avec son frère Pietro, dans les années 1644-1645, mais abandonne cette profession pour se consacrer « entièrement à l’étude de cette très noble science de la musique en théorie & en pratique ».

Il gagne Rome vers les années 1650, où il est l’élève de Gregorio Allegri, puis après la mort de ce dernier, en 1652, de Orazio Benevoli.

Il se porte candidat comme chanteur à la chapelle pontificale, le 27 mai 1646, le 24 octobre 1648 et le 19 mars 1652 date à laquelle il est mentionné comme « contralto della Chiesa Nuova » (S. Maria in Vallicella), poste qu’il occupe jusqu’en mars 1657.

En 1653, il figure sur la liste des chanteurs engagés par A. M. Abbatini pour la fête de S. Maria della Neve à S. Maria Maggiore.

En 1654, il entre comme contralto dans la chapelle Borghese de S. Maria Maggiore, ayant également, de 1659 à 1663, la tâche de diriger la musique de la dévotion solennelle des Quarante Heures, qui s’y déroulait pendant le carnaval.

De mars 1657 à novembre 1661, il est organiste et maître de chapelle à S. Girolamo della Carità (son salaire augmenté après deux mois de service de 7,50 à 10 scudi mensuels).

Il est engagé, le 20 novembre 1661, comme alto dans la chapelle papale, d’abord à demi solde, puis le 15 décembre 1662 à plein salaire, et garde cette fonction jusqu’à sa mort. En 1674 et 1675, il y est maître de chapelle, fait rare, car la règle était que le tour de rôle ne soit que d’une année.

À partir de 1664, il est chargé de la musique pour les occasions spéciales au collegio Urbano de Propaganda Fide,

À partir de 1669, il est maître de chapelle à la Ss. Trinità dei Pellegrini et, à partir de 1678, organiste à l’église S. Maria dell'Anima de la nation allemande, où il est également maître de chapelle les jours de fête

Membre de l’Arciconfraternita delle Ss. Stimmate di S. Francesco, il est chargé en 1673 et 1675 de diriger la musique des grandes fêtes de la congrégation,

Il attaque Monteverdi et l’Opéra vénitien. Partisan de l’école romaine de chant et de l’autorité de Palestrina, soutant les efforts du pape pour revenir à une vérité liturgique ancienne.

Il été enterré dans la tombe des chantres pontificaux à S. Maria in Vallicella. Dans son testament, il lègue à la cathédrale de Foligno toutes les « partitions de musique ecclésiastique latine, oratorii volgari et altri componimenti » qui furent répertoriées par un inventaire dressé le 25 avril 1692.

Œuvres musicales

Peu de ses œuvres nous sont parvenues.

1683, opus 4, Laudate Dominum, in Salmi vespertini a quattro voci concertati e brevi... raccolti da Gio. Battista Caifabri.

s.d., Missa Omnis terra adoret te, pour 16 voix (Bibliotaca Vaticana, Cappella Giulia, V.58, extension de la Missa Ecce sacerdos magnus, à 12 voix d'O. Benevoli).

s.d. Missa Era calma nel mare, à 16 voix (Biblioteca Vaticana, V.59 ; identique à la Missa Si Deus pro nobis qui contra nos, à 16 voix, (sauf le Kyrie), attribuéedans d'autres sources à O. Benevoli. Benevoli).

s.d., 16 cantates profanes pour voix solo et basse continue : Amanti non va così; Amore che cosa sarà, Amor è un laberinto, Con atroce martire, Con rauco mormorio, D’un’ erma spiaggia, Era la notte, Gioite o miei pensieri, Impari ogn’ amante l’amore da me, La mia vita è una canzone, No non mi tenete, Non ve lo posso dire, Ove tra sponde d’oro, Quanto godo e quanto rido, Sentite l’amore, Sò ben io quel che dice.

Écrits relatifs à la musique

Ragguaglio dello stato del coro de'Cantori nella Cappela Pontificia (1663)

Lettera scritta dal signor Antimo Liberati in riposta ad una del signor Ovidio Persapegi che gli fà istanza di voler vedere, ed'essaminare i componimenti di musica fatti dalli cinque concorenti nel con-conrso per il posto di maestro di capepella della Metropolitana di Milano fatto sotto il di 18 agosto 1684

Epitome della musica (1666), manuscrit

Due lettere a G. P. Colonna (1685), manuscrit

Bibliographie

KAST PAUL (1927-....), Antimo Liberati. Dans « Kirchenmusikalisches Jahrbuch » (42) 1959.

 Jean-Marc Warszawski
Dictionnaire des écrits relatifs à la musique
Novembre 1995-4 avril 2008
© musicologie.org
facebbok


rect biorect actu rect texterect encyclo


logo_grisÀ propos - contact |  S'abonner au bulletinBiographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil. ☎ 06 06 61 73 41.

ISNN 2269-9910.

Samedi 11 Juin, 2022

musicologie.org