Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Petites annonces . Agenda . Abonnement au bulletin . Analyses musicales . Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir .

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Kuhnau Johann
1660-1722

Né à Geising, Erzgebirge, le  6 avril 1660, mort à Leipzig, le 5 juin 1722.

La famille Kuhn est originaire de Bohême. Le père, Barthel Kuhn, est menuisier. Il épouse Susanna Schmied, la fille d'un tailleur le 18 février 1656. Ils ont de nombreux enfants, dont trois fils qui deviennent musiciens. Ces derniers transforment leur patronyme en Kuhnau.

La famille protestante fuit la Bohême pendant le mouvement de la contre-réforme, elle s'installe à Leipzig.

En 1671, Johann est envoyé auprès de son frère aîné, qui est choriste dans la maîtrise de la Kreuzkirche de Dresden. Il y étudie un temps avec Salomon Krügner, un musicien de la cour, puis avec Chritoph Kittel, l'organiste de la cour, et l'organiste Alexander Heringk.

Johann Kuhnau, Magnificat en do majeur, Bach Collegium Japan, sous la direction de Masaaki Suzuki.

Il est remarqué par le maître de chapelle de la cour, qui lui permet d'assister aux répétitions de l'orchestre. Il entreprend d'apprendre le français et l'italien, langues pratiquées par les élites.

En 1680, une épidémie de peste contraint les deux frères à revenir à Leipzig.

Fin 1680, il part à Zittau, pour approfondir ses études au Johanneum (un lycée). Quelques mois après son arrivée, l'organiste titulaire décède, suivi en mai 1681, par le chantre Erhard Titius, qu'il a connu à la Kreuzkirche.

Pour les funérailles, Kuhnau compose son 5e motet, Ach Gott wie lästu mich erstarren, et assure en tant que praefectus chori, les deux charges par intérim, jusqu'à la nomination de Johann Krieger, au printemps 1682, comme organiste et Director Chori Musici. Kuhnau compose également des airs pour les drames pédagogiques du Lycée.

En 1682, il s'inscrit en droit à l'université de Leipzig, où son frère Andreas étudie la jurisprudence, concoure sans succès contre Gottfried Kühnel, pour la place d'organiste à la Thomaskirche. Il compose et joue pour l'université.

Johann Kuhnau, Gott sei mir gnädig, Bach Collegium San Diego, sous la direcion de Ruben Valenzuela, 27 septembe 2014, San Diego History Center (Balboa Park).

Leipzig, Thomaskirche en 1700.

En 1684, après le décès de Gottfried Kühnel, il obtient la charge d'organiste de la Thomaskirche. Parallèlement, il continue d'étudier le droit, publie sa thèse De juribus circa musicos ecclesiasticos, en 1688, et commence à pratique le droit en 1689.

Il se marie en 1689, avec Sabine Elisabeth Plattner, la fille d'un artisan de Leipzig. Le couple a huit enfants.

Johann Kuhnau, Magnificat en do majeur, Amsterdam Baroque Ensemble sous la direction de Ton Koopman. 

Jusqu'aux années 1700, il construit une carrière heureuse, tant comme organiste, compositeur qu'avocat. Il étudie en autodidacte l'hébreu, le grec, les mathématiques, traduit en allemand plusieurs livres français et italiens.

Peut-être a-t-il composé de la musique liturgique pour les églises de Leipzig. Johann Schelle, le chantre de la Thomaskirche, originaire comme Kuhnau de Geising, meurt le 10 mars 1701. Johann Kuhnau est immédiatement élu pour son remplacement, et assume la charge dès le mois d'avril.

Sa grande culture aidant, il enseigne dans plusieurs classes, dont le chant. Sa charge comprend la direction de la musique de l'université et de la ville, l'inspection des orgues de la Thomaskirche et de la Nikolaikirche. Il dirige également la musique, à partir de 1711, à la Peterkirche et sporadiquement à la Nikolaikirche.

Avec l'âge, sa santé décline, et les jeunes talents sont plus attirés par l'opéra, et la postérité retient des tentatives, parfois réussies pour empiéter sur ses prérogatives.

Dès son arrivé à Leipzig, en 1701, comme étudiant en droit, Telemann organise son Collegium musicum concurrent, qui attire nombre d'étudiants de Kuhnau ; il obtient de l'administration municipale l'autorisation de composer des œuvres pour la Thomaskirche, diminuant ainsi l'autorité de Kuhnau. Quand Telemann quitte Leipzig en 1705, ses privilèges passent à Melchior Hoffmann.

De son côté l'un des élèves de Kuhnau, Johann Friedrich Fash (1688-1758), tente de constituer un nouveau Collegium musicum, et de prendre la direction de la musique de l'université. En 1703, alors que Kuhnau est malade, les autorités de la ville contactent Telemann, pour lui proposer la charge de cantor de la Thomaskirche, en cas de décès du titulaire.

Écrits relatifs à la musique

Divini numinis assistantia [...] jura circa musicos ecclesiasticos, sub moderamine Dn. Andrea Mylii, J. U. D [...] ad diem 21. décembreembr. M. DC. LXXXVIII publicae eruditorum disquitioni submittit Johannes Kuhnau, autor

Der musikalische Quack-salber, nicht alleine denen verstäntigen Liebhabern der Music, sondern auch allen andern, welche in dieser Kunst keine sonderbahre Wissenschaft haben, in einer kurtzweiligen und angenehmen Historie zur Lust und Ergetzlichkeit beschrieben



Autres écrits

Bibliographie

Catalogue des œuvres

Der todtkranke und wieder gesunde Hiskias, Une des 6 sonates bibliques, Christian Brembeck, orgue.

À propos - contact | S'abonner au bulletin | Biographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

 

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil. ☎ 06 06 61 73 41.

ISNN 2269-9910.

Samedi 26 Décembre, 2020