Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Annonces . Agenda . Abonnement au bulletin . Analyses musicales . Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir .  

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Jean de Garlande
v. 1190- ap. 1252

Johannes de Garlandia
Gerlandus, Hortulanus

Codex 689 (1200), Einsiedeln, Stiftsbibliothek, Italie du Nord, début XVe, Introductio in contrapunctum. fos 45r-45v.

Dans la mesure où l'on peut identifier le « Jean de Garlande musicien » au « Jean de Garlande grammairien ». D'origine anglaise, il étudie à Oxford avec John of London, puis enseigne la musique à Paris.

En 1229 il est appelé à l'Université de Toulouse. Il rédige son Epithalamium Beatae Virginis Mariae, dedicacé au Cardinal Romano Bonaventura occupé à « pacifier » l'Albigeois. Son De triumphis Ecclesiae est une louange à la victoire de la croisade.

Vers 1234 il est à retour à Paris. Il rédige son Accentuarium, long poème de 1426 vers, sur les règles de l'accentuation et une grammaire versifiée.

L'Ars lectoria Ecclesie. Carmen de Ecclesia est un poème sur la liturgie, dédicacé à Fulk, évêque de Londres (1244-1259), avec une Lamentation sur la mort de Alexander of Hales.

Il écrit également un glossaire pour ses propres poèmes, un Distigium à son usage, pour mémoriser les termes latins inusuels, un Dictionarius cum commento,une liste d'homonymes ( Æquivoca ), un traité de rhétorique, un   Exempla de morale ainsi que divers ouvrages liés à son enseignement.

D'autres lui seraient attribués à tort, comme de nombreux poèmes, et le traité d'alchimie

Écrits rlatifs à la musique

Dictionnaire (vers 1230)

De musica mensurabili

De musica mensurabili positio

Habito de ipsa plana musica

Sur le contenu de l'œuvre

Proprius situs

Chaque partie a sa position particulière. Le déchant ou motet immédiatement au-dessus du ténor doit se mouvoir dans la première octave. Le triplum doit s'accorder aux deux autres « ex remoto » au-dessus du déchant ou motet. Le quadriplum doit se situer dans la troi-sième octave. Jean de Garlande remarque que ce principe est à peine respecté. (Les mêmes principes sont énoncés par l'Anonyme du manuscrit du British Museum Add. Msc. 4909. Vers 1270-1280)

Le conduit

Le conduit est un chant à plusieurs parties où sont admises les consonances se-condaires, et où est employée la couleur appelée Florificatis Vocis.

Consonances et dissonances

Consonances parfaites : unisson, octave. Consonances moyen-nes : quarte, quinte. Consonances imparfaites : tierce majeure, tierce mineure. Dissonances par-faites : seconde mineure, triton, septième majeure. Dissonances moyennes : seconde majeure, sixte mineure. Dissonances imparfaites : sixte majeure, septième mineure

Floratures

Les tirades ou groupes de notes dont se composent les périodes mélodiques sont les copules ou floratures. La copule est une partie essentielle de la composition.

Contrepoint double

La répétition d'une voix différente est la même mélodie répétée dans une mesure différente et par des voix différentes, et ce procédé est employé dans les triples, les qua-druples, dans les conduits et dans beaucoup d'autres compositions.

Organum pur

On dispose sur le ténor une partie supérieure en brèves, semi brèves, longues (C'est une composition libre).

Le triplum

Le triplum doit concorder avec les deux autres parties « ex remoto » dans les limites de la deuxième octave supérieure. C'est à partir du triplum que Jean de Garlande enseigne les diverses manières de donner de la couleur à l'harmonie.

Le quadruplum

On emploie 6 consonances et leurs composés avec mélange de dissonances pour donner de la couleur... Le quadruplum est peu usité en musique vocale, il est réservé à la musique instrumentale. Les plus beaux et les meilleurs quadruples sont ceux de Pérotin.

Les modes rythmiques

Il y a six modes rythmiques, (Modus = mesure) fondés sur le rapport de la brève et de la longue (La longue vaut deux brèves). Premier mode : une longue, une brève. Deuxième mode : une brève, une longue. Troisième mode : une longue de trois temps, une brève, une longue.

Jean de Garlande (avec l'anonyme IV de Coussemaker) constitue également une des rares sources sur l'école d'organum dite de Notre Dame, et l'un de ses maîtres, Pérotin, (et ses compositions, qui ont été en partie découvertes) 1

Notes

Manuscrits

Éditions

Le traité d'alchimie attribué à Jean de Garlande

Bibliographie

 

 

 Jean-Marc Warszawski
Dictionnaire des écrits relatifs à la musique
Novembre 1995-
3 novembre 2006.

© Musicologie.org 2018.

À propos - contact | S'abonner au bulletin Biographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil ☎ 06 06 61 73 41

ISNN 2269-9910

Mardi 26 Mars, 2019