pa

Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Petites annonces . Agenda . Abonnement au bulletin . Analyses musicales . Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir .

rss

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Hummel Johann Nepomuk
1778-1837

Né à Preßburg (Bratislava), 14 novembre 1778, mort à Weimar, 17 octobre 1837.

Pianiste, compositeur, chef d’orchestre, enseignant.

Son père, Johannes Hummel est issu d’une famille aisée. Il est un excellent violoniste et chef d’orchestre au Neues Theatre. Sa mère, Margarethe Sommer, est la veuve d’un perruquier. Ils se sont mariés quatre mois avant sa naissance.

En 1779, la famille s'installe à Prague, mais ne trouvant pas un poste à sa mesure,  Johannes prend un  emploi  de directeur musical à Wartburg, près de Preßburg.

Sous l’autorité de son père, Johann commence l’apprentissage du violon à l’âge de quatre ans, l’année suivante, celui du piano, puis toujours avec son père s’initie au chant. Il a la réputation d’avoir été un excellent pianiste dès l’âge de sept ans.

Johann Nepomuk Hummel, Concerto pour piano no 4, opus 110, en mi majeur, « Les Adieux », I. Allegro pomposo e spiritoso, II. Andante con moto, III. Rondo, allegro moderato ma con brio, par les London Mozart Players, Howard Shelley, piano et direction.

Wien, Theater auf der Wieden.

En 1786, Hummel père est nommé au Schikaneder's Theater auf der Wieden à Vienne, capitale musicale et de l'Empire austro-hongrois. Johann Nepomuk est pendant deux années placé chez Wolfgang Amadeus Mozart. À cette époque les élèves logeaient traditionnellement chez leur professeur. En 1787 Mozart déménage, perd son père, Leopold, et son fils, Thomas. Ce qui mit peut-être fin à ses leçons.

En 1788, comme le fit Mozart père vingt-cinq ans plus tôt, ou Beethoven père tout récemment, Johannes décide de partir en tournée avec son fils de neuf ans.  Leur périple durera plus de quatre ans.

Johann Nepomuk Hummel à joué à entre autres à Prague (il y rencontre Jan Ladislav Dussek  et Gašpar Mašek), Dresden, Berlin (en présence de Mozart), Magdebourg, Göttingen, Brunswick, Kassel, Weissenstein,  Hannover, Celle, Hambourg, Kiel, Rensburg, Flensburg, Lübeck, Schleswig, Copenhague, Odense. À partir du  printemps 1790, Hamburg puis Edinburgh, où père et fils séjournent plusieurs mois, ils y enseignent. Ensuite  Durham, Cambridge, Londres où ils résident deux années et y font la connaissance de Joseph Haydn. L’idée  de se produire en Espagne et en France, agitée par la Révolution, est abandonnée. Ils rentrent par les Pays-Bas, résident deux mois à La Haye, passent par Amsterdam, Köln, Bonn, Mainz, Frankfurt. Ils se retrouvent en famille à Linz. Ils sont de nouveau à Vienne début 1793.

Johann Nepomuk prend des leçons de composition auprès d’Antonio Salieri (composition vocale) et de Johann Georg Albrechtsberger (contrepoint) qui a aussi Ludwig van Beethoven comme élève. De retour d’un second voyage à Londres, en 1795, Haydn lui donne quelques cours d’orgue.

Johann Nepomuk Hummel, Sonate no 9, en do majeur, par Constance Keene.

Beethoven et Hummel, les deux grandes figures musicales de Vienne, que des partisans mettent en concurrence quant à la virtuosité pianistique, ont en fait des relations amicales émaillées de fâcheries. Mais Hummel n’a pas les soutiens financiers dont Beethoven bénéficie. Pour assurer son quotidien, il est un professeur très demandé et un pianiste plus à la mode que son génial confrère.

Hummel entretient de bonnes relations avec Haydn qui le recommande, en 1803,en vain,  pour un poste de maître de chapelle à la cour du Wurtemberg à Stuttgart. Haydn le recommande alors auprès de son propre employeur, le prince Nikolaus Esterházy, pour un emploi de premier violon (Konzertmeister), en réalité maître de chapelle pour soutenir Haydn vieillissant, cherchant à se produire au-delà de la cour, et à vendre ses musiques dont il a récupéré les droits.

Le directeur du théâtre de la cour de Vienne lui propose un poste à Hummel, mais le 1er avril 1804, ce dernier signe le contrat avec le prince Nikolaus Esterházy. Il reçoit un salaire de 1200 florins, il est logé à Eisenstadt. Il doit composer, diriger la chapelle, enseigner le piano, le violon et le violoncelle aux enfants de chœur, constituer des archives Haydn.

Johann Nepomuk Hummel, concerto pour trompette, I. Allegro con spirito, II. Andante, III. Rondo, allegro, Håkan Hardenberger (trompette), Academy of St. Martin in the Fields, sous la direction de Neville Marriner, 1986.

En 1804, il y crée une première œuvre, le concerto pour trompette, écrit pour le virtuose Anton Weidinger, dont les lignes mélodiques sont redevables à Mozart et à son propre humour avec l’inclusion  dans le dernier mouvement d’une marche tirée d'un opéra de Chérubini.

Johann Nepomuk Hummel, Messe en si bemol majeur, opus 77 (1804), 1. Kyrie, 2. Gloria, 3. Credo, 4. Sanctus, 5. Benedictus, 6. Agnus Dei, Westchester Oratorio Choir, New Brunswick Chamber Orchestra, sous la direction de John Eric Floreen.

Consacrant trop de temps à ses compositions pour le Théâtre de Vienne et l’Apollosaal (une salle de danse dont son père est directeur musical), à ses élèves, il est une première fois licencié par le prince à Noël 1808. Réintégré grâce à l’intervention de Haydn, il est définitivement renvoyé en 1811.

Il ne reprend pas ses activités de virtuose, mais se consacre à la composition pour le Théâtre de Vienne et l’Apollossal.

Elisabeth Röckel, par Joseph Willibrord Mähler.

En 1813, il épouse la célèbre cantatrice Elisabeth Röckel. Ils auront deux fils. Eduard, né en 1814, deviendra pianiste, Karl, né en 1822, sera peintre.

En décembre 1813, il participe avec d’autres musiciens célèbres, dont Salieri, Spohr, Meyerbeer et Moscheles, à l’orchestre, pour la création de La Victoire de Wellington de Beethoven, fêtant la défaite militaire napoléonienne.

Vers 1814, son épouse le pousse à reprendre les tournées de concerts. Il fait sensation dans les grandes manifestations de Vienne, puis le couple part en tournée de concerts à Trieste, Presburg et Prague où il impressionne Carl Maria von Weber. En janvier 1816, il retourne à Vienne pour la création de son septuor, opus 74.

Johann Nepomuk Hummel, Septuor avec piano, en mineur, opus 74, Nash Ensemble, 1981.

Fin 1816, il est enfin Maître de chapelle à la cour de Stuttgart. Les conditions du contrat, sous le roi Frédéric Ier, lui sont favorables. Mais l’année suivante le roi meurt, son fils Wilhelm lui succède, reconduit le baron von Wächter à la direction du théâtre, et remet en cause les termes contrat.

Le poste lui laisse alors peu de temps pour composer, il lui est difficile d’obtenir l’autorisation de voyager pour se  produire en tournée, son épouse contrairement aux accords, ne peut, dans un premier temps se produire dans les opéras, puis on refuse de la payer, il est en bute aux intrigues à l’Opéra et à l’aversion de sa direction, le baron von Wächter. Il démissionne en novembre 2018, au profit de la charge de maître de chapelle à la cour de Charles-Auguste, grand-duc à Weimar. Le contrat est signé le 5 janvier 1819. Il peut prendre trois mois de congés, notamment au printemps qui est la saison des concerts, d’obédience catholique, il est exempté de la musique des offices de la cour qui est d’obédience protestante.

Comme Wolfgang Goethe, il devient une personnalité incontournable de Weimar, où il dirige le théâtre de la cour, organise de nombreux concerts, compose des cantates pour la cour et la loge maçonnique qu'il a intégrée, la musique pour ses tournées, de nombreuses petites œuvres pour des éditeurs, des arrangements d'ouvertures, des symphonies des concertos pour des éditeurs londoniens, des chansons écossaises pour George Thomson d'Édimbourg, et l'écriture d'un traité en plusieurs volumes sur le jeu du piano.

En 1820, il se produisit à Prague et à Vienne, en 1821, il joue à Berlin et rencontre Spontini, maître de chapelle du roi Frédéric III de Prusse. En 1822, il est en Russie, il se produit notamment à Saint-Pétersbourg et à Moscou, rencontre John Field. En 1823, il est en Hollande, à la cour royale et dans les grandes villes. Il découvre à l’occasion les nombreuses éditions détournées  de ses compositions.

En 1826, il est élu membre de la Gesellschaft der Musikfreunde de Vienne.

Johann Nepomuk Hummel, Thème et variations pour hautbois et orchestre, opus 102 (1824), Jean-Michel Douillard (hautbois), Orchestre de Caen, sous la direction de Vahan Mardirossian.

En 1827, il est à Vienne, auprès de Beethoven mourant, il est l’un des porteurs du cercueil et selon les vœux du défunt, improvise lors du concert commémoratif, sur différents thèmes dont le chœur des prisonniers de Fidelio.

À l’occasion de ce séjour, il rencontre Franz Schubert et improvise pour lui sur Der blinde Knabe. Schubert lui dédie ses trois dernières sonates pour piano, espérant sans doute qu'il les interpréterait.  Mais elles ne furent publiées qu'après la mort des deux musiciens et l'éditeur modifia la dédicace originale au profit de Robert Schumann.

En 1828, il rencontre Frédéric Chopin à Varsovie.

En 1829, son congé est annulé, mais il a six mois l’année suivante. Il se rend à Paris, puis à Londres où il n’est pas retourné depuis quarante ans. Il est au sommet de sa célébrité.

Son séjour londonien de 1831 est bien moins brillant, Paganini monopolise l'attention du public mélomane. Le séjour de 1833 est surtout consacré à la direction de la saison d'opéra allemand, qui n'a pas connu un grand succès. Vienne en 1834, qui n’est pas très chaleureuse est sa dernière tournée.

Jusqu’à sa mort, la maladie réduit considérablement son activité.



Catalogue des œuvres

1789 (S 1), Variations, pour piano.

1790 (S 10), Zwölf italienische Lieder.

1790 (S 14), Chantons L'ami, pour chœur.

1790 (S 7), Die Sehnsucht, romance.

1790 (S 13), Je gut gesinnter Freunde, pour chœur.

1790 (opus 4), Cadences, pour les concertos pour piano de Mozart.

1790 (WoO 24), Concerto pour piano, en la majeur.

1790 (S 3), Quatuor avec piano, en majeur.

1790 (opus 93), Trio avec piano, no 7.

1790 (S 11), Mentre dormi amor, pour chœur.

1790 (S 8), Per pietà bel idol moi, aria

1790 (S 15), Peuplu nacqucres, aria

1790 (S 9), Placa gli sdegni tuoi, pour chœur.

1790 (S 6), Schmauchlied, romance.

1790 (S 12), Se lontan, pour chœur.

1790 (S 2), Variations, pour piano.

1791 (opus 2), Deux variations, pour piano.

1791 (S 17), Beneath the laurel's friendly shade, aria.

1791-1792 (opus 1), Trois variations, pour piano, 1. The Ploughboy, en do majeur, 2. A German Air, en sol majeur, La Belle Catherine, en do majeur.

1791 (WoO 24a), Concerto pour piano, en la majeur.

1791 (S 16), Variations, pour piano,

1792 (opus 3a), Trio avec piano, no 1.

1792 (opus 2a), no 1. Sonate en trio en si bémol majeur, pour violon, ou flûte, violoncelle, et piano ; no 2. Sonate, en sol majeur, pour violon (flûte) et piano ; no 3. Sonate pour piano, no 1, en do majeur.

1794 (opus 3), Trois variations, pour piano.

1794 (S 18), Variations, pour piano.

1795 (S 24), Die eingebildeten Philosophen, aria.

1795 (S 22), Figlio, le femmine son falsissime, aria.

1795, Sonate pour piano, no 7.

1795, Sonate pour piano, no 8.

1795, Sonate pour piano, no 9, en do majeur.

1795 (S 21), Pe te d'eterni allori, aria.

1795 (S 19), Variations, pour piano.

1795, Concerto pour violon, en sol majeur.

1797 (WoO 30), Il viaggiator ridicolo (Le voyageur ridicule), opéra, incomplet.

1798 (S 26), Marche en majeur, pour orchestre.

1798, Rondo en do majeur, pour piano.

1798 (opus 6), Variations, pour piano et orchestre.

1798 (opus 5), Sonate pour violon, en si bémol majeur ; no 2. Sonate pour violon, en fa majeur ; no 3., Sonate pour alto, en mi bémol majeur.

1799 (S 29), Dankgefühl einer Geretteten (Gratitude d’un rescapé), opéra.

1799 (opus 7), Trois fugues dansle syle de Händel, pour piano.

1799 (S 27), Fantaisie, pour piano, en la bémol majeur.

1799 (S 28), Concerto pour mandoline, en sol majeur.

1799 (WoO 3), Trio à cordes, en mi bémol majeur.

1799 (S 20), Variations, pour piano.

1800 (S 23), Sonate pour piano, en fa mineur.

1800 (S 31), Marpha, musique de scène.

1800 (S 32), Irene cantate.

1800 (S 34), Tu me dis refrain, aria.

1800 (S 35), Toute la vie, aria.

1800 (S 36), Couplets d'accazie, romance.

1800 (S 37), L'amore, romance.

1800 (S 38), Deux romances.

1800 (S 39), Pièces pour piano.

1800 (S 40), Trois Pièces pour piano.

1800 (S 41), Demagorgon, opéra, incomplet.

1800 (S 42), Don Anchise Campione, opéra.

1800 (S 43), Ich ward zu Wien, romance.

1800 (S 44), Der Whistspieler, romance

1800 (S 45), Caro adorabile, duo vocal.

1800 (S 53), Sub tuum præsidium, musique liturgique.

1800 (S 54), Salve regina, musique liturgique.

1800 (S 55), Plus non timet, musique liturgique.

1800 (WoO 11), Der Durchzug durchs Rote Meer, oratorio.

1801 (opus 8), Variations, pour piano sur un air populaire autrichien.

1801 (WoO 4), Trio à cordes, en sol majeur.

1802 (opus 9), Variations pour le Clavecin ou Piano-Forte sur la Marche de l'opéra « Les deux Journées » (die Tage der Gefahr) par Cherubini, dédicacées à Maximilien Stadler.

1802 (opus 87), Quintette avec piano, en mi bémol majeur.

1803 (opus 13), Sonate pour piano, no 2

1803 (opus 14), Variations pour flûte et piano.

1803 (S 48), Parthia, octuor pour vents en mi bémol majeur.

1803 (WoO 1), Concerto pour trompette en mi majeur.

1803 (WoO 2), O, du lieber Augustin, variations pour orchestre en do majeur.

1804 (opus 11), Rondo pou rle pianoforte mi bémol majeur, dédicacé à Mademoiselle la Comtesse Josephe Rzyszewska0 Op. 13

1804 (opus 12), Trio avec piano, no 2.

1804 (opus 15), Variations pour Le Forte-Piano sur un Thème de L'opéra « Les deux Savoyards » [Dalayrac], dédicacées à Mademoiselle Christine Eigensatz.

1804 (opus 16), Six allemandes, pour piano : Sei Balli Tedeschi e duodici Trii per il Piano-Forte, dédicacées à Sua Altezza Serssima la Signora Pincipessa Maria d'Esterhazy.

1804 (opus 30, no 1), Quatuors à cordes, no 1. en do majeur ; no 2. en en sol majeur ; no 3. en mi bémol majeur.

1804 (opus 10), Variations, pour piano sur « God Save The King », dédicacées à Mademoiselle Lisette Noble de Zeille.

1804 (opus 77), Messe, no 1, en si bémol majeur, 1. Kyrie, 2. Gloria, 3. Credo, 4. Sanctus, 5. Benedictus, 6. Agnus Dei.

1804 (opus 80), Messe, no 2.

1804 (S 57), Amis connaissez-vous, aria.

1804 (S 58), Wieder seh' ich, pour chœur

1804 (S 59), Des bergers de nos hameaux, pour chœur.

1804 (WoO 14), Dominus Deo, muique liturgique.

1804 (WoO 17), Kyrie, musique liturgique.

1804 (WoO 22), Pro te respiroor, musique liturgique.

1804 (WoO 26), Le vicende d'amore, opéra.

1805 (opus 13), Sonate pour le pianoforte, dédicacée à Joseph Haydn.

1805 (opus 17), Concerto, pour piano, violon et orchestre .

1805 (opus 17a), Cadences pour le concerto no 27 de Mozart.

1805 (opus 18), Fantaisie pour piano forte, en mi bémol majeur, dédicacée à Madame la Comtesse Caroline Chodkiewicz.

1805 (opus 89a), Alma virgo, musique liturgique.

1805 (S 64), Ja, der Himmel, musique liturgique.

1805 (S 65), Die beyden Genies, opéra.

1805 (WoO 13), Messe en mineur.

1805 (WoO 21), Alma virgo mater Dei, musique liturgique

1805 (WoO 23), Grand Concerto pour basson.

1805 (WoO 29), Die Messenier, opéra.

1805 (WoO 33), Pimmalione, opéra.

1806 (opus 24), 12 Deutsche Tänze mit Anhang deiner Bataille aufgeführt im K. K. kleinen Redouten Saale im Carneval 1807 Com-ponirt, fürs Pianoforte eingerichtet, dédicace : den Tanzliebhabern g

1806 (S 69), Das Fest des Dankes und der Freude, cantate.

1806 (WoO 25), Diana ed Endimione, cantate.

1806 (WoO 27), Die vereitelten Ränke, opéra.

1806 (S 74), In æternum jubilantes, musique liturgique.

1806 (WoO 12), Missa solemnis.

1806 (WoO 19), O virgo intemerata, musique liturgique.

1806-1807 (opus 19), Rondo quasi una fantasia, en mi majeur, pour piano : quasi una Fantasia ... da Gni. N. Hummel di Vienna. Maestro di Concerto di Sigr Pce Esterhazy di Galantha, dédicacé à Madamigella Catrina Kozeluch.

1806-1807 (opus 23), Sieben Ungarische Tänze, pour piano [possible original pour orchestre] : Balli Ongaresi Per Pianoforte,dédicacées à Principessa Leopoldina di Liechtenstein nata Princessa d'Esterhazy.

1806 (WoO 15), Tantum ergo, musique liturgique.

1806 (WoO 16), Te Deum, musique liturgique.

1806 (opus 21), Variations pour pianoforte sur une chanson hollandaise, en si bémol majeur, dédicacées à Madame Thérèse Sieber.

1807 (S 76), Zinzendorf-Kantate.

1807 (opus 25), Zwölf Deutsche Tänze mit Coda (Douze allemandes ave coda), orchestre.

1807 (opus 26), Hélène et Paris, ballet.

1807 (opus 20), Sonate pour piano, no 3, en fa mineur, Grande Sonate pour Pianoforte, dédicacée à Mademoiselle Madelain de Kurzbeck.

1807 (opus 22), Trio avec piano, no 3.

1807 (WoO 36), Lob der Freundschaft, cantate.

1808 (opus 29), Zwölf Deutsche Tänze, pour la Redoutensaal [de Vienne], pour orchestre.

1808 (WoO 5), Quatuor avec clarinette, en mi bémol majeur.

1808 (opus38), Sonate pour piano, no 4.

1808 (opus35), Trio avec piano, no 4.

1808 (opus27), Tänze, pour la Apollosaal [de Vienne], no 1, pour orchestre.

1808 (opus 28), Tänze, pour den Apollosaal [de Vienne] no 2, pour orchestre,.

1809 (opus 33), Das belebte Gemälde, ballet.

1809 (opus 41), Quintuor des Negares, du ballet Paul et Virginie.

1809 (WoO 18), Salve Regina, musique liturgique.

1809 (opus 31), Tänze, pour la Apollosaal [de Vienne] no 3, pour orchestre .

1810 (S 80), Contredanses, pour orchestre.

1810 (opus 48), Couplets, avec accompagnement de piano, romance.

1810 (S 83), Trois Militärmärsche, pour orchestre.

1810 (S 84), Trois pièces, pour un ballet ou une pantomime.

1810 (opus 34), Trois variations, pour piano.

1810 (S 81), Fünf Ecossaisen, pour orchestre.

1810 (opus 54), Gluck-Variations, sur un thème d’Armide.

1810 (opus 37a), Grande Sonate, pour mandoline.

1810 (S 87), Hochzeitskantate pour Napoleon und Louise, cantate.

1810 (opus 100), Mathilde von Guise, opéra.

1810 (S 86), O ihr Geliebten, pour chœur.

1810 (opus 53), Potpourri, pour piano et guitare.

1810 (S 82), Sieben Ländler, pour orchestre.

1810 (S 85), Stadt und Land, opéra.

1810 (opus 115), Variations sur un thème du Singspiel « Das Fest der Handwerker », pour piano et orchestre

1811 (opus 40), Zwölf Deutsche Tänze pour den Kaiser, pour orchestre.

1811 (opus 44), Zwölf Deutsche Tänze pour la Redoutensaal [de vienne], pour orchestre.

1811-1815 (opus 49), Caprice, en fa majeur, pour piano.

1811-1812 (opus 37), 8 pièces pour piano : Choix des plus beaux morceaux de Musique Faciles et Agréables tirés des Opéras et Ballets pour le Piano-Forte à l'usage de Commençants suivis de quelques pièces Originales.

1811 (opus 46), Der Zauberring oder Harlekin als Spinne, ballet.

1811 (opus posth. 4), Introduktion und Allegro, pour piano, violon et alto.

1811 (opus 43), Jovan von Finnland, ouverture pour orchestre.

1811 (opus 36), Concerto pour piano, no 1.

1811-1812 (opus 55), Polonaise si bémol majeur (La bella capricciosa), pour piano : Répertoire de Musique pour les Dames Ouvrage périodique et progressif... composé par Jean Nep. Hummel. I. Année Cahier 7 chez l'Auteur, Brandstadt No. 671. Première page de musique : La bella capricciosa, una polacca per il Pianoforte solo.

1811 (opus 47), Potpourri, pour piano (avec des motifs de Der Freischütz.

1811 (opus 42), Six pièces très faciles, pour piano, flûte et violoncelle.

1811 (opus 51), Sonate, pour piano à quatre mains.

1811 (opus 50), Sonate pour violon (flûte) et piano.

1811 (opus 39), Tänze, pour l’Apollosaal no 4 (Quatre allemandes avec coda), pour orchestre.

1811 (opus 45), Tänze, pour l’Apollosaal, no 5 (marche, six menuets, sept allemandes, coda), pour orchestre.

1811-1815 (opus 57), Variations sur un thème de Gluck, en fa majeur, pour piano, dans Répertoire de Musique pour les Dames Ouvrage périodique et progressif. . . composée par Jean Nep. hummel. I Année Cahier 10 chez l'Auteur, Brandstadt No. 671.

1811-1812 (opus 40a), Variations, pour piano sur la marche de « Cendrillon » d’Isouard.

1812 (opus 38), Grande Sonate pour le Forte-Piano ... Œuvre 30 [sic], en do majeur, dédicacée à Madame la Comtesse Lanczynska née Comtesse Zabielska.

1812 (WoO 35), Der Löwe von Kurdistan, musique de scène.

1812 (WoO 34), Der Zauberkampf oder Harlekin in seiner Heimat, ballet.

1811-1815 (opus 52), 6 pièces très faciles, por piano.

1812 (WoO 28), Dies Haus ist zu verkaufen, opéra.

1812 (WoO 38), Euterpens Abschied, cantate.

1812 (W(oO 39), Have! Cantate.

1812 (opus 56), Introduction et Rondo brillante en la majeur, pour piano et orchestre (flûte, 2 hautbois, 2 clarinettes, 2 bassons, 2 cors, cordes).

1812 (opus 68), Sappho von Mitilene oder Die Rache der Venus, ballet.

1812 (opus 32), Variations, pour piano, sur un thème de « La Sentinelle ».

1813 (S 97), Der Junker in der Mühle, opéra.

1813 (S 95), Fünf sind Zwei, opéra.

1813 (WoO 20), Offertorium, musique liturgique.

1814 (S 100), Angelica, musique de scène.

1814 (opus 60), Choix de pièces d'après Eselshaut, pour piano., dans Répertoire de Musique pour les Dames Ouvrage périodique et progressif. . . composée par Jean Ner Hummel. I Année Cahier 12 chez l'Auteur, Brandstadt No. 671 : Second-Potpourri sur differens de la Peau d'âne Eselshaut.

1814-1815 (opus 67), 24 préludes pourpiano, dans Répertoire de Musique pour les Dames Ouvrage périodique et progressif... composée par Jean Nep. Hummel. 2. Année Cahier 9 chez l'Auteur, Brandstadt No. 671 : Vorspiele vor Anfange eines Stückes aus allen 24 Dur und mol Tonarten zum nützlichem Gebrauch für Schüler

1814 (WoO 32), Das Zauberschloss oder Das aufgelöste Rätsel, ballet.

1814 (S 101), Die Eselshaut oder Die blaue Insel, opéra.

1814 (opus 69), Die Rückfahrt des Kaisers, romance, perdu

1814 (S 102), Frohlocket Freunden, romance

1814 (opus 65), Trio avec piano, no 5.

1814 (opus 62), Patriotischer Chor und Canon, pour chœur et orchestre.

1814-1815 (opus 58), Potpourri d'après « Die Eselshaut », no 1, pour piano, dans Répertoire de Musique pour les Dames Ouvrage périodique et progressif... composée par Jean Nep. Hummel. Année Cahier 11 chez l'Auteur, Brandstadt No. 671.

1814-1815 (opus 59), Potpourri « Die Eselshaut », no 2, pour piano, Répertoire de Musique pour les Dames Ouvrage périodique et progressif. . . composée par Jean Ner Hummel. I Année Cahier 12 chez l'Auteur, Brandstadt No. 671 : Second-Potpourri sur differ-ens de la « Peau d'âne Eselshaut ».

1814 (opus 63), Serenade no 1, en sol majeur, pour piano, violon, guitare, clarinette et basson.

1814 (opus 66), Serenade, no 2, en mi bémol majeur, pour piano, violon, guitare, clarinette et basson.

1814 (opus 64), Sonate pour violon (flûte) et piano.

1815 (opus 70), Six polonaises favorites pour le pianoforte.

1815 (opus 72), Arie, Duett und Quartett, sur l’opéra « Jeannot und Colin » de Nicolas Isouard.

1815 (S 148), Freudenfest-Ouvertüren, pour orchestre.

1815 (opus 71a), La Sentinelle, romance pour voix, piano, violon, violoncelle, et guitare.

1816 (opus 73), Concertino, pour piano et orchestre.

1816 (opus 84), Fünf Lieder, 1. An die Entfernte, 2. Der Schiffbruch, 3. Des Jünglings Klage, 4. Bewunderung, 5. Meine Geliebte.

1816 (opus 85), Concerto pour piano, no 2

1816 (opus 74), Septuor no 1.

1817 (opus 75), Adagio, Variationen und rondo, über ein beliebte englisches Lied (The pretty Polly) Für das Piano-Forte.

1817 (S 104), Zwölf Walzer und Coda, pour orchestre.

1817 (S 105), Die Ahnfrau, pour chœur.

1818 (opus 78), Adagio, Variations und Rondo, sur un thème russe, en lamajeur, pour flûte, violoncelle et piano.

1818 (opus 82), Russische Nationallieder, pour chœur et orchestre.

1818 (opus 76), Variations, pour piano.

1819 (opus 79), Grand Potpourri, pour guitare et piano.

1819 (opus 89), Concerto pour piano, no 3

1819 (opus 81), Sonate pour piano, no 5.

1819 (opus 83), Trio avec piano, no 6.

1820 (opus 94), Fantaisie, pour piano en sol mineur.

1820 (opus 96), Trio avec piano, no 8.

1820 (opus 95), Potpourri, fantaisie en sol mineur, pour violoncelle et orchestre (flûte, deux hautbois, 2 cors, 2 trompettes, timbales, cordes.

1820 (S 149), Romanze, romance.

1820 (S 146), Rondino pour harpe et piano

1820 (S 147), Pièces, pour flûte

1820 (opus 91), Tänze, pour l’Apollosaal [de Vienne], no 6, pour orchestre.

1820 (S 145), Variations sur « God save the King ».

1821 (opus 92), Große Sonate, pour piano à quatre mains.

1821 (opus 97), Thema und Variations, pour piano et orchestre (flûte, 2 hautbois, 2 bassons, 2 cors, cordes).

1821,Twelve select overtures, pour orchestre.

1822 (S 157), Ausführlich theoretisch-praktische Anweisung zum Pianoforte-Spiel (Instructions théoriques et pratiques détaillées pour jouer du pianoforte).

1822 (S 158), Kantate zum Geburtstag von Johann Wolfgang von Goethe : Heute lasst in edlem Kreis, cantate pour l’anniversaire de Goethe.

1823 (S 159), Geburtstags-Kantate pour den Prinzen von Weimar-Sachen, cantate pour le prince de Weimar-Sachen.

1823 (S 160), Geburtstags-Kantate pour den Prinzen von Weimar-Sachen (révision)

1824 (S 151), Deux romances.

1824 (opus 104), Sonate pour violoncelle, en la majeur.

1824 (opus 103), Trois valses, pour piano.

1824 (opus 102), Introduktion, Thema und Variations, pour hautbois et orchestre (flûte, 2 hautbois, 2 bassons, 2 cors, cordes).

1824 (opus 98), Introduktion und Rondo brillant auf ein russisches Thema, pour piano et orchestre (flûte, 2 hautbois, 2 clarinettes, 2 bassons, 2 cors, timbales, cordes)

1824 (opus 99), Nocturne, Thema und Variations, pour piano à quatre mains.

1824 (opus 101), Ouverture, si bémol majeur, pour orchestre.

1824 (S 162), Rom-Marsch.

1824 (opus 105), Trois Amusements, pour piano, 1. mi majeur, 2. La bémol majeur, 3. L'Autrichienne ( majeur).

1824 (S 161), Variationen auf Anton Diabellis Walzer, no 16.

1824-1826, (opus 109a), Deux rondoletto en Walse, pour piano.

1825 (opus 108), Amusement, pour violon ou flûte et piano.

1825 (S 163), Attila, opéra.

1825 (S 166), Einmal nur in unserm Leben, romance.

1825 (S 187), Herauf, Gesang, romance.

1825 (opus posth. 1), Concerto pour piano, en fa majeur.

1825 (opus 113), Concerto pour piano, no 5.

1825 (opus 106), Sonate pour piano, no 6.

1825 (WoO 37), Morgenopfer, cantate.

1825 (opus 107), Sechs Bagatellen, pour piano.

1825 (S 164), Variations und Rhapsodie

1825 (opus 109), Rondeau Brillant pour Piano seul, dédicacé à Madame Ad. de Lanneau.

1826, Arrangement von 20 schottischen Volksliedern

1826 (S 172), Geburtstags-Kantate pour den Prinzen von Weimar-Sachen (révision)

1826 (opus 110), Concerto pour piano, no 4.

1826, L. v. Beethoven: Grand septett, arrangement

1826 (S 165), Rondoletto, en do majeur.

1826 (S 171), Strahlen, die aus Osten stammen, romance pour voix et piano, incomplet.

1826, W. A. Mozart: Twelve grand concertos, arrangement.

1827 (S 173), Kehrt der frohe Tag, romance

1827 (opus 88), Quod in orbe, musique liturgique, pour 4 solistes, chœur et orchestre.

1828 (opus 112), Zwölf Walzer, pour piano.

1828 (opus 111a)Trois pièces pour trio avec piano.

1828 (WoO 7), Impromptu en sol mineur, pour piano.

1829 (S 177), Geburtstagslied für Goethe.

1829 (opus 116), Grande Fantasia, pour piano.

1829 (S 179), Kantate zur Hochzeit der Prinzessin Augusta von Weimar-Sachsen.

1829 (opus 114), Septuor, no 2, en do majeur, « militaire », I. Allegro con brio, II. Adagio, III. Menuetto, allegro, IV. Finale.

1829 (S 176), Volkslied aller Deutschen, pour chœur.

1830 (opus 117), Gesellschafts-Rondo, en majeur, pour piano et orchestre.

1830 (opus 126), Introduction et Grand Rondeau Brillant, pour flûte et piano.

1830 (S 189), Kanon zu Trois Stimmen (canon à trois voix).

1830 (S 188), Klavierstück.

1830 (WoO 9), Pièces pour piano.

1830 (S 186), Think on your friend, pour chœur.

1830 (WoO 10), Variations auf « Rule Britannia », pour piano.

1831 (opus 118), Air à la tirolienne, avec variations, pour voix et piano.

1831 (S 191), Étude en si bémol mineur, pour piano.

1831 (S 194), Impromptu, en fa majeur, pour piano.

1831 (S 193), Klarster Stimmen, pour chœur.

1831 (opus 120), La Galante, en mi majeur, pour piano.

1831 (opus 119), Les Charmes de Londres, pour piano.

1831 (S 195), Lieblich war der Traum, romance.

1831 (WoO 8), Paganini-Fantaisie, pour piano.

1831 (opus 122), Rondeau Villageoise, en la bémol majeur, pour piano.

1832 (S 196), Beständiges, pour chœur.

1832 (S 198), Epilog zu Glucks « Armide », arrangement.

1833 (opus 124), Fantaisie, pour piano, sur un thème de « Figaro » de Mozart.

1833 (opus 123), Fantaisie, pour piano, en sol mineur.

1833 (S 200), Finale zum dritten Akt von Errols Zampa, arrangement.

1833 (S 199), The Orphan's Ode to the Patrious, cantate.

1834 (S 201), Der Löwe von Kurdistan, musique de scène.

1834 (S 202), Muntre Gärten, pour chœur.

1835 (opus posth. 9), Deux Rondos, deux Capriccios et deux Impromptus, pour piano.

1835 (S 203), Landestreu, pour chœur.

1836 (S 204), Gustav III, arrangement.

1836 (S 205), Impromptu en do majeur pour piano à quatre mains.

1837 (WoO 31), Das Zauberglöcklein, ballet.

s.d. (opus posth. 7), Deux Präludien und Fuge, pou rorgue, 1. La bémol majeur, 2. Do mineur.

s.d. (opus posth. 6), Capriccio pour piano en mi bémol mineur.

s.d. (opus 61), Die gute Nachricht (La bonne nouvelle), opéra

s.d. (S 192), Doubt, not love, romance

s.d. (opus posth. 5), Introduktion und Rondo, en mi bémol majeur, pour piano à quatre mains.

s.d. (opus 44a), Cadences pour le concerto no 19 de Mozart.

s.d. (opus 46a), Cadences pour le concerto no 26 de Mozart.

s.d. (opus 92a), Sonate pour piano, en la bémol majeur.

s.d. (S 60), Le bonheur de vivre au village, pour chœur.

s.d. (opus 111), Messe, en majeur.

s.d. (opus 86), Potpourri, pour violoncelle et piano, perdu.

s.d. (opus posth. 8), Ricercar, pour orgue.

s.d. (opus posth. 3), Schottisches Rondo, en sol majeur, pour piano

s.d. (opus posth. 2), Variations, pour violon et piano.

s.d. (S 180), Wir steigen fröhlich, romance.

s.d. (opus 127), Le Retour à Londres, Introduction et grand rondeau brillant pour piano et orchestre.

Bibliographie

Joel Sachs, Grove

Willi Kahl, MGG

Rusquet Michel, La musique instrumentale de Johann Napomuk Hummel. Musicologie.org, 2020.

Kroll Mark, Johann Nepomuk Hummel : A Musician's Life and World. Scarecrow Press, Lanham (Maryland) 2007.

 

 Jean-Marc Warszawski
26 mai 2020
© Musicologie.org


À propos - contact | S'abonner au bulletin | Biographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

musicologie.org

 rss

Musicologie.org,

56 rue de la Fédération,

93100 Montreuil.

06 06 61 73 41.

ISNN 2269-9910.

 

Mardi 2 Juin, 2020