Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Annonces . Agenda . Abonnement au bulletin . Analyses musicales . Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir .  

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Fournier Pierre Simon (le Jeune)
1712-1768

Pierre-Simon Fournier, gravure de C.s. Gaucher, d'après un tableau de Bichu de 1748.

Né à Paris, 15 septembre 1712, mort à Paris, 8 octobre 1768.

Il appartient à une dynastie d'imprimeurs et fondeurs de caractères d'imprimerie.

Fils de Jean-Claude Fournier  (....-1730), fondeur de caractères d'imprimerie et directeur de la fonderie de Le Bé.

Dans l'atelier de son père il fait l'apprentissage de graveur et de fondeur de caractères d'imprimerie. Il étudie le dessin et l'aquarelle auprès de J. B. G. Colson. Il étudie également la gravure sur bois.

Il s'intéresse aux techniques typographiques et publie en 1737 son premier ouvrage théorique : Table des proportions qu'il faut observer entre les caractères.

En 1739 il est inscrit à sa chambre syndicale comme graveur et fondeur de caractères d'imprimerie.

En 1942 il publie ses Modèles des caractères de l'imprimerie et des autres choses nécessaires au dit art nouvellement gravés par Simon-Pierre Fournier le jeune dans lequel il se situe dans l'histoire de la gravure depuis le XVIe siècle.

Dans les années 1750, il conseille les cours de Suède et de Sardaigne pour le création d'imprimeries royales, et Madame de Pompadour qui veut installer une imprimerie amateur à Versailles.

Il publie alors un grand nombre d'écrits sur son art et s'en prend à Ballard et à son privilège accordé depuis deux siècles en matière d'imprimerie musicale. Il cherche, comme d'autres avant lui, à contourner le monopole.

En 1756 il crée un nouveau type de caractères musicaux, peut-être avec l'aide et les conseils de  J. G. I. Breitkopf et publie un Essai d'un nouveau caractère de fonte pour l'impression de la musique, inventé et exécuté dans toutes les parties typographiques

Il introduit ainsi les notes rondes, plus élégantes et plus faciles à lire tandis que Ballard utilise encore les notes losangées créées par Haultin en 1525.

En 1762 il dépose un brevet sur son invention. Il tente de légaliser une activité d'imprimeur de musique et obtient par décret l'autorisant à imprimer toutes sortes d'ouvrages de musique. Ce qui n'est pas reconnu par la corporation des imprimeurs.

En 1765 il publie un  Traité historique et critique sur l'origine et les progrès des caractères de fonte pour l'impression de la musique, avec des épreuves de nouveaux caractères de musique, présentés aux imprimeurs de France.

Il s'agit d'une histoire de l'imprimerie musicale, d'une charge contre Ballard et d'un plaidoyer pour sa cause. Deux compositions y sont gravées en gros et petits caractères.

Il se fait rapidement des ennemis et des imitateurs. Il livre ses petits caractères à son imprimeur Bardou qui les utilise pour la réimpression de son Anthologie françoise, ou Chansons choisis de Jean Monnet (1765) et (peut-être un autre imprimeur) un Nouveau Recueil de romances, de chansons et de vaudevilles.

Extrait du livre édité par Joseph Gérard Bardou en 1765 avec les fontes de Fournier.

Dans l'article qu'il rédige pour l'encyclopédie de Diderot et d'Alembert on trouve son goût et sa connaissance de l'histoire de la typographie, la connaissance des techniques mais aussi le désire de voir mettre fin à la séparation entre fonderie et imprimerie, et de voir reconnaître le mérite des fondeurs qui confectionnent les caracactères dont les imprimeurs reçoivent les éloges.

Sa veuve et son fils reprennent son entreprise dont on peut suivre la trace jus'au xixe siècle.

Écrits relatifs à la musique

Essai d'un nouveau caractère de fonte pour l'impression de la musique, inventé et exécuté dans toutes les parties typographiques

Manuel typographique; utile aux gens de lettres, et à ceux qui exercent les différentes parties de l'art de l'imprimerie. Par Fournier le Jeune

Traité historique et critique sur l'origine et les progrès des caractères de fonte pour l'impression de la musique, avec des épreuves de nouveaux caractères de musique, présentes aux imprimeurs de F. Par M. Fournier le Jeune

Autres écrits

Bibliographie

Tostivint Jean-Michel, Notation musicale : signes fondamentaux et spécifiques. Editions JM Tostivint 2016.

Le Pommelet Léna, Pierre Simon Fournier le Jeune, historien, typographe, graveur, fondeur et compositeur de musique. 2013

BEAUJON PAUL, Pierre Simon Fournier and the XVIIIth Century french Typography. London 1926

GANDO NICOLAS & GANDO PIERRE-FRANÇOIS, Observation sur le traité historique et critique de Monsieur Fournier le Jeune sur l'origine et les progrés des caractères de fonte, pour l'impressions de la musique, par MM. Gando père et fils. Berne et Paris, Moreau 1766; Genève, Minkoff 1972

GUÉGAN B., Histoire de l'imprimerie de la musique. Dans « Arts et métiers graphiques » (39), (41) 1934.

Hutt Allen, Fournier the Compleat Typographer. London 1972

© Musicologie.org 2018.

À propos - contact | S'abonner au bulletin | Biographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil ☎ 06 06 61 73 41

ISNN 2269-9910

Lundi 21 Janvier, 2019