Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Petites annonces . Agenda . Abonnement au bulletin . Analyses musicales . Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir .

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Dowland John
1563-1626

Né à Londres ? en 1563, inhumé à Londres le 20 février 1626.

Luthiste, compositeur et chanteur.

On sait peu de choses de son enfance et de sa formation musicale. Dans son quatrième livre d’airs, publié à Londres en 1612, il écrit être entré dans sa cinquantième année.

Dans son premier livre d’airs, en 1597, il écrit avoir étudié la musique dès son enfance.

On peut supposer qu’il était dans la suite du service d’Henry Cobham ambassadeur d’Angleterre en France, de 1579 à 1583, qu’il y est encore en 1584, selon une lettre adressée au nouvel ambassadeur, Edward Stafford.

Dans une lettre autobiographique à Sir Robert Cecil, datée de Nürnberg le 20 novembre 1595, il précise s’être converti au catholicisme en France. Ce qui est contradictoire avec le fait d’avoir été reçu bachelor à Christ Church d’Oxford, le 8 juillet 1588, diplôme qui obligeait à souscrire aux Trente-neuf Articles, fixant la position de l’Église anglaise par rapport au catholicisme. Il semble acquit qu’il ait également obtenu un doctorat.

Au cours de cette période, la notoriété du musicien est attestée par de rares mentions conservées : en 1588, l’universitaire d’Oxford John Case le classe parmi les musiciens anglais dignes d’être honorés, un poème d’Anthony Munday est dédicacé To Dowland’s Galliard (1588). Le 17 novembre 1590, il semble qu’une de ses chansons ait été chantée par Robert Hales devant la reine Elizabeth.

On sait peu de choses de sa vie familiale. Il s’est marié avant 1591, qui semble être l’année de naissance de son fils Robert, dont le parrain, Robert Sidney, gouverneur de Flushing aux Pays-Bas, était à Londres en décembre. Nous ignorons tout de son épouse, sinon, par une série de procès, qu’elle s’est occupée de vendre le manuscrit du second livre d’airs à l’éditeur George Eastland et que Dowland lui envoya de Kassel une bague d’une valeur de 20 £. On ne connaît pas non plus le nombre de leurs enfants. Ils vivaient à Fetter Lane, et il ne semble pas qu’elle le suivait dans ses déplacements à l’étranger.

Après le décès du luthiste de la cour, John Johnson en l’été 1594, le poste n’étant pas renouvelé, il entre au service d’Heinrich Julius, duc de Brunswick-Lüneburg à Wolfenbüttel. À l’automne 1594, il se rend à la cour de Moritz, Landgrave de Hesse, en compagnie du luthiste de Wolfenbüttel Gregorio Huet.

Au printemps 1595, il étudie à Rome sous l’autorité de Luca Marenzio. Il visite Venise, y rencontre Giovanni Croce. Il séjourne entre autres à Padoue, Gênes, Ferrare, enfin à Florence, où il de lie avec un cercle de catholiques anglais dissidents.

Via Bologne, Venise et Nuremberg, il se fixe à Kassel.

Dans sa lettre autobiographique à Robert Cecil, il se repend de ses activités à Florence et réaffirme son attachement à l’Église anglicane.

Le courtisan Henry Noel le soutient et tente de le faire revenir à Londres (lettre du 1er décembre 1596), mais il meurt 26 février 1597. Dowland compose à sa mémoire le Lamentatio Henrici Noel, sept psaumes et cantiques à quatre voix. Mais les portes de la cour ne s’ouvrent pas pour autant.

John Dowland, Mr Henry Noell Lamentations, 7. « Lord hear my prayer », par The Consort of Musicke, sous la direction d'Anthony Rooley, 1979.

Il publie, le 31 octobre 1597, son premier livre d’airs, qui est un succès et lui assure une large notoriété.

Le 9 février de la même année, il est invité à revenir à la cour de Kassel, mais le 18 novembre, il entre au service de Christian IV, roi du Danemark. Son salaire confortable est de de 500 dalers, un des plus élevés parmi les serviteurs de la cour, sans compter les gratifications occasionnelles. Son successeur, Thomas Cutting, touchera 300 dalers.

Il publie son deuxième recueil d’airs en 1600 et le troisième en 1603.

John Dowland, Flow, my tears (2e livre d'airs), Andreas Martin (luth), Andreas Scholl (ténor), 2007.
John Dowland, Weep You No more Sad Fountains (3e livre d'airs), Paul Agnew (ténor), Christopher Wilson (lute), 1996.

Il est autorisé à s’absenter. Il séjourne une première fois à Londres, en 1601-1602, pour acheter des instruments et recruter des musiciens. L’été suivant est selon lui consacré à ses propres affaires, peut-être des démarches pour obtenir un poste à la cour d’Angleterre, Élisabeth étant morte le 24 mars 1603. Dowland dédie son recueil de consorts Lachrimae ou Seaven Teares, en 1604, à la nouvelle reine, Anne de Danemark, la sœur de Christian IV.

John Dowland, Lachrimae or Seven Tears,« Lachrimae Antiquae », par Hespèrion XX, sous la direction de Jordi Savall, 1987.

Il quitte le service de la cour du Danemark 24 février 1606, et reçoit un salaire et des dépenses impayées. On ne possède aucune trace documentaire sur son activité pour les trois années suivantes.

En avril 1610, un poste de luthiste à la cour est vacant, il est attribué à Simon Merson. Son ami et voisin Henry Peacham, publie dans son Minerva Britanna (Londres, 1612), quelques vers opposant sa célébrité internationale à l’indifférence locale. Toutefois, il n’est pas dépourvu de mécènes et d’admirateurs sur le sol anglais.

Un mandat du 28 octobre 1612, lui attribue un poste spécialement créé de luthiste à la cour, qui s’joute aux quatre postes réguliers. Les versements de son salaire s’arrêtent le 26 janvier 1626.

Voir: Besard Jean Baptiste ; Ornithoparchus.

John Dowland, The Frogg Galliard, Paul O'Dette (luth).


Catalogue des œuvres musicales

Ruhe Hildegard, John Dowland, Fantasien (Einrichtung für Gitarristen). Moeck 7006 [+... format PDF].

Nadal David, Lute songs of John Dowland, The original first and second book, including Downland's Original Lute Tablatures, transcribed fir Voice and Guitar. New york, Dover 1996. [+... format PDF].

1592, O God of power omnipotent, 4 voix.

1592, The Whole Book of Psalms, publié par Thomas Est, contient 6 œuvres de Dowland.

1597, Lamentatio Henrici Noel, pour chœur

1597, The Firste Booke of Songes or Ayres of Fowre Partes.

1599, 2 pavanes, 3 gaillardes, pour consort mixte dans Thomas Morley, «  The First Booke of Consort Lessons  »

1600, The Second Booke of Songs or Ayres of 2, 4. and 5. Parts

1603, The Third and Last Booke of Songs or Aires.

1611, Musicall Banquet, trois chansons pour 1 voix, luth, basse de viole, 1. Farre from triumphing Court, 2. Lady if you so spight me, 3. In darknesse let me dwell.

1612, A Pilgrimes Solace.

Arrangements de chansons et airs populaires

1604, Lachrimae or Seaven Teares, pour 5 violes et luth.

s.d., Lord, hear my prayer, hark the plaint (psaume 143), 4 voix.

s.d., Lord, in thy wrath reprove me not (psaume 6), 4 voix.

s.d., O Lord consider my distress (psaume 51), 4 voix.

s.d. O Lord of whom I do depend, 4 voix.

s.d., O Lord, turn not away thy face, 4 voix.

s.d. , Where righteousness doth say, 4voix.

s.d. 10 Fantaisies pour luth, dont Forlorn Hope Fancy, Farwell,  Farwell (an In Nomine)

s.d., 13 pavanes pour luth, 1. A Dream (Lady Leighton Paven), 2. Dr. Case's Pavan, 3. Lachrimæ, 4.Mayster Pypers Pavyn, 5. Mrs. Brigide Fleetwood's Pavan (Solus sine sola), 6. Resolution ou Dowland's Adew for Master Oliver Cromwell, 7. Semper Dowland Semper Dolens, 8. Mr John Langton's Pavan, 9. Solus Cum Sola, 10. The Lady Russell's Pavan, 3 sont sans sans titre.

s.d., 38 Gaillardes pour luth, 1. Can she excuse, 2. Capitain Candishe his Galyard, 3. Captain Digorie Piper, his Galliard, 4. Captayne Pipers Galliard, 5. Dowland' Galliard, 6. Dowland's First Galliard, 7. Galliard to Lachrimæ, 8. Galliard, 9. Giles Hobie's Galliard, 10. Hasellwoods Galliard, 11. Melancholy Galliard, 12. Mignarda, 13. Mr. John Langton's Galliard, 14. Mr. Knight's Galliard, 15. Mrs. Vaux Galliard, 16. My Lord Chamberlain, his Galliard, (pour deux luths), 17. Round Battle Galliard, 18. Sir John Souch's Galliard, 19. Suzanna Galliard, 20. The Earl of Essex Galliard, 21. The Frog Galliard, 22. The Most High and Mighty Christianus The Fourth King of Denmark, His Galliard, 23. The Most Sacred Queen Elizabeth, Her Galliard, 24. The Queenes Galliard, 25. The Right Honourable Ferdinando Earl of Derby, His Galliard, 26.0 The Right Honourable Robert Earl of Essex, His Galliard, 27. The Right Honourable The Lady Clifton's Spirit, 28. The Right Honourable The Lady Rich, Her Galliard, 29. The Right Honourable The Lord Viscount Lisle His Galliard, 9 sont sans titres.

s.d., 10 allemandes pour luth, 1. Lady Hunsdon's Puffe (Lady Hunsdon's Almain), 2. Lady Laiton's Almain, 3. Mr Dowland's Midnight, 4. Mrs Clifton's Almain, 5. Mrs Nichols Almain, 6. Mrs White's Thing (Mrs White's Choice), 7. Sir John Smith, his Almain, 3 sont sans titre.
6 Gigues oour luth, 1. Coranto, 2. Mrs Vaux's Jig, 3. Mrs White's Nothing, 4. Mrs Winter's Jump, 5. Tarleton's Resurrection, 6. The Shoemaker's Wife, a Toy.

s.d., Piper's Pavan, pavane pour 5 violes ou violons (aussi version pour luth).

s.d., Allemande en do majeur, viole de dessus.

s.d., Fuga, pour 2 violes de dessus.

Écrits relatifs à la musique

Traduction anglaise du Micrologus d’Ornithoparchus : Andreas Ornithoparcus his Micrologus, London, 1609.

Necessarie Observations Belonging to the Lute and Lute Playing, by John Baptisto Besardo of Visonti’, Varietie of Lutelessons

Other Necessary Observations Belonging to the Lute (certainement par Robert Dowland).

Bibliographie

Rusquet Michel, John Dowland, dans « Trois siècles de musique instrumentale », musicologie.org 2011-2021.

Barclay Squire, Robert Dowland’s Musical Banquet. Dans « The musical Antiquary » (I) 1909-1910. (Musical Banquet: Recueil pour luth publié à Londres. Fac-similé: F. W. Sternfeld. Dans « English Lute Songs 1597-1632 » (IV), Menston Scolar Press.

Boyd C., Elisabethan Music and musical criticism. Philadelphie 1944
Braun Werner (*1926), dans: « Deutsch-englische Muzikbeziehungen zur Shakespearezeit », M. Schneider, Tützing 1977.

Dowland, the first set of songs. London, Chappel vers 1844
Doughtie Edward, Lyrics from Airs 1596-1622. Cambridge (Mass.) 1970.

—,  N. Breton and two songs of John Dowland. Dans « Renaissance News » 1964.

—,  Poems from the Songbooks of John Dowland (thèse). Harvard 1963

Dowling, The Printing of John Dowland’s second of Ayres. The Library (4, XII) 1932, p. 365.

Fellowes Edmund Horace (1870-1951), The English Madrigal Composers. Oxford 1921; Londres, Oxford University Press 19480.

—,  The English madrigal verse. Oxford 1929 et 1967.

—,  The songs of John Dowland. Dans « Proceeding of the Music Association » (56) 1929-1930.

Goins T., John Dowland and the art song (thèse). Cambridge University 1955; State University of Iowa 1962.

Grattan-Flood, Irish Ancestry. Dans « Music and Letters » 1922.

—,  Luca Morenzio e John Dowland di Dublino. Dans « Note d’Archivio per la Storia Musicale » (I) 1924, p. 284-2860.

Hill C., John Dowland, some New Facts and a Quatercentenary Tribute. Dans « The Musical Times » (CIV) 1963.

Jorgens Elise Bickford, Let Well-Tun’d Words Amaze: Attitudes toward Poetry in English Solo Song from John Dowland to Henry Lawes (thèse). City University of New York 1975 [xvii-372 p., mus., liste des œuvres, bibl., dir. Cyrilla Barr, RILM 75:2923dd].

Klessmann, Die Dreisen John Dowland’s. Dans « Musica », 1957.

Long H., Sneak’s Noyse heard again. Dans « The Musical Quarterly » (44) 1958, p. 76-81.

Lumsden David, The source of the English Lute Music (1540-1620)
Manning J., Lachrymae: A study of John Dowland. Dans « Music and Letters » 1944.

Mies O. H., Dowland Lachrymae tune. Dans « Musica Disciplina » (4) 1950.

Nagel W., John Dowland’s Necessarie Observations. Dans « Monatshefte für Musikgeschichte » (33) 1901.

Newton Richard, English lute of the Golden Age. Dans « Proceeding of the Music Association » (65) 1938-1939, p. 63.

Olshausen Ulrich, Das Lautenbegleitete Sololied in England um 1600 mit einem register der unveröffentlichten Lieder. Frankfurt/M. 1963.

Pattison Bruce, Music and Poetry of the English Renaissance. London, Methuen 1948 [London, Methuen 1970; New York, Da Capo Press 1971; Folkroft (Pa.), Folkroft Library Editions 1971; Norwood (PA), Norwood Editions 1975; Pilladelphia (PA), R. West 1977].

Pilkington Michael, Campion, Dowland and the lutenist songwritters. Bloomington, Indiana University Press; London, Duckworth v. 1989.

Poulton Diana, dans « Complete psalms for S. A. T. B », Londres, Stainer and Bell 1973.

—,  dans « Music and Letters », 1964.

—,  Dowson’s songs and their instrumental forms. Dans: « The Monthly Musical Record » (81) 1951.

—,  John Dowland, Doctor of Music. Dans « The Consort » (20) 1963.

—,  John Dowland. London 1972 et 1982.

—,  The Lute Music of John Dowson. Dans « The Consort » (VIII) 1951.

Richardson, New light on Dowland’s continental movement. Dans « The Monthly Musical Record », 1960.

Rooley Anthony, New light on John Dowland’s songs of Darkness. Dans « Early Music », 1983.

Spink Ian, English songs: Dowland to Purcell. London Batsford; New York, C. Scribner’s Sons 1974.

Sutton Julia, The lute instruction of Jean Baptiste Besard. Dans « The Musical Quarterly » (LI) 1965, p. 345.

Toft Robert, Musicke a sister to poetrie. Rhetorical artifice in the pomanote airs of John Dowland. Dans « Early Music », 1984.

Ward M., dans « Journal of the Lute Society of America » (X) 1977.

Warlock Peter, The English Ayre. London 1926.

Discographie

01 / 161
Dowland, Musicke for the lute, Paul O'Dette, luth, Enregistré en juillet 1983, Astrée / Auvidis E 7715 1984-1986.

1. The schoemaker's wife. A toy — 2. La mia Barbara — 3. The right honourable the lady Cliftons spirit — 4. Mrs. Clifton's almain — 5. Alo — 6. The moste sacred Queene Elizabeth, her galliard — 7. Walsingham* — 8. A galliard (upon Walsingham)* — 9. Semper Dowland semper dolens* — 10. Fantasie* — 11. A fancy — 12. Sir Iohn Langton his pauin — 13. The right honourable the lady Rich, her Galliard — 14. Mrs Winter's jump — 15. Mrs White's thing — 16. Mrs White's nothing — 17. Lachrimae* — 18. Galliard to lachrimae* — 19. Farewell.

02 / 161
John Dowland, Intégrale des œuvres pour luth (volume 2), Paul O'Dette, luth, Enregistré en les 30 juin, 1 et 2 juillet 1994, Harmonia Mundi 907160, 1995.

1. (A Piece Without Title) — 2. Pavana (Mylius, 1622) — 3. Mr Knights Galliard — 4. My lord willobies wellcome home — 5. The frogg galliard — 6. {A Fancy} — 7. My Ladie Riches galyerd — 8. the Lady Laitons Almone — 9. A Dream (Lady Leighton's Paven) — 10. Galliard — 11. Orlando sleepeth — 12. {What if a Day} — 13. Mrs Winters Jumpp — 14. Galliard — 15. M. Giles Hobies Galiard — 16. Dr Cases Pauen — 17. Mellancoly Galliard — 18. {Galliard} — 19. Mistris Whittes thinge — 20. Go from my windowe — 21. {Almain} — 22. Mrs whites Nothing — 23. {Pavan} — 24. {Galliard} — 25. farwell.

03 / 161
John Dowland, Intégrale des œuvres pour luth (volume 2), Paul O'Dette, luth, Enregistré les 20-22 juin 1994, Harmonia Mundi 907161, 1996.

1. My lady hunnsdons puffe —  2. Solus cum sola  — 3. Suzanna Galliard — 4. Sir John Smith his Almain — 5. Sweet Robyne — 6. Dowlands first galliard — 7. Mayster Pypers Pavyn — 8. Captain Digorie Piper his Galliard — 9. Mounsieur's Almaine — 10. As I went to Walsingham — 11. Mrs Brigide fleetwoods paven — 12. Dowlands Galliard — 13. Farwell (An "In Nomine") — 14. Aloe — 15. Capitain Candishe his Galyard — 16. Can she excuse — 17. Mrs vaux Galliarde — 18. A Coye Joye — 19. Mrs vauxes Gigge — 20. Sir Henry Guilforde his Almaine — 21. Mignarda — 22. Lachrimae — 23.Sir John Souch his galliard — 24.Fantasia.

04 / 161
John Dowland, Intégrale des œuvres pour luth (volume 3), Paul O'Dette, luth, Enregistré en juillet et en octobre 1994, Harmonia Mundi 907162, 1996.

1. King of Denmark's Galliard — 2. Sir John Langston his Pavin — 3. Mr Langston's Galliard — 4. A Fancy  — 5. A Pavan  — 6. Queene Elizabeth's Galliard   — 7. Mrs Clifton's Allmaine  — 8. Lady Clifton's Spirit — 9. tarletones riserrectione — 10.     Tarletons Willy  — 11. Fortune my foe — 12. The Queene's Galliard — 13. Wallsingham  — 14. Galliard on Walsingham — 15. Adew for Master Oliver Cromwell  — 16. Earle of Darby's Galliard  — 17. Lord Strang's March  — 18. Mistresse Nichols Almand — 19. Forlorne Hope fancy  — 20. Mr Dowland's Midnight — 21. Semper Dowland semper dolens.

05 / 161
John Dowland, Intégrale des œuvres pour luth (volume 4), Paul O'Dette, luth, Enregistré les 23-25 septembre 1995, Harmonia Mundi 907163, 1996. 

1. Preludium — 2. A Fancy — 3. Lachrimae —4. Galliard to Lachrimae — 5. A Fantasia — 6. An Almand — 7. Pavana — 8. Rt Hon Robert Earl Essex, his Galliard — 9. A Galliard [on a galliard] — 10. My Lord Wilobies Welcom Home — 11. The Shoemakers Wife - A Toy — 12. Rt Hon Viscount Lilse, his Galliard — 13. Coranto — 14. A Galliard — 15. The Lady Russells Paven — 16. Galliard (on "Awake sweet love") — 17. The Frog Galliard — 18. Come Away — 19. La mia Barbara — 20. Loth to Departe  

06 / 161
John Dowland, Intégrale des œuvres pour luth (volume 5), Paul O'Dette, luth, Enregistré les 12-15 septembre 1995, Harmonia Mundi 907164, 1997.

1. A Fancy — 2. Pavana Dowlandi Angli (Mylius #2) — 3. Doulands Rounde Battell Galyarde — 4. Pavin — 5. The Erle Of Darbies Galiard — 6. Mistris Norrishis Delight — 7. A Jig — 8. The Erle Of Essex Galliard — 9. Galliard — 10. Une Jeune Fillette — 11. Gagliarda — 12. Pavana Lachrimae — 13. Squires Galliard — 14. A Fancy — 15. Hasellwoods Galliard — 16. Sir Thomas Monson, His Pavin — 17. Sir Thomas Monson, His Galliard — 18. Almande — 19. Sir Henry Umptons Funerall — 20. Captayne Pipers Galliard — 21. A Fantasie.


À propos - contact |  S'abonner au bulletinBiographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération,
93100 Montreuil. ☎ 06 06 61 73 41.

ISNN 2269-9910.

Lundi 9 Août, 2021