bandeau biomusicologie 840

Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Petites annonces . Agenda . Abonnement au bulletin . Analyses musicales . Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Cecier Jean-François de dit Colony
v. 1572-v. 1637

Cette curieuse pièce [Brieve instruction de musique], qui a pour objet de faciliter l'enseignement de la musique et de la mettre à la portée des intelligences les plus rebelles, a été imprimée en Suisse, probablement à Lausanne. L'auteur dédie son « ouvrage à MM. les nobles syndiques et conseil de la ville de Morges, pour leur témoigner sa gratitude au sujet de l'accueil hospitalier et bienveillant qu'il avoit trouvé dans celte petite ville, où il s'étoit réfugié par suite des malheurs de la guerre. Son séjour à Morges lui avoit porté bonheur; car, malgré tous les tracas qu'il venoil d'éprouver, en s'exilant avec sa femme loin de sa patrie, il étoit devenu père, « comme ainsi soit que durant mon plus grand repos je n'avois point ressenty ce contentement. » Il avoit belle occasion de chanter sa paternité tardive, d’autant plus qu'il aimoit la musique et qu’il la regardoit comme l’auxiliaire de la prière. Voici le sixain qu'il adresse à ses lecteurs :

Ces notes olympiennes.
Ces pauses musiciennes
Et ces faciles leçons,
Sont pour du vray Dieu des anges
Faire sonner les louange
En cantiques et chansons.

André Pilliod, qui lui répond dans un unzain, nous apprend que la méthode musicale du « sieur de Colony et du Boz » avait été introduite dans les églises chrétiennes. L'auteur de la Briève instruction de musique étoit donc protestant, il se nommoit Jean-François de Cecier, dit Colony ; il étoit du pays de Gex, et sa devise, qui figure sur le frontispice de cet opuscule au-dessous de ses armes, De mieux en mieux, semble faire allusion à ses nouvelles croyances religieuses. Néanmoins, en sa qualité de musicien, il recommandoit à ses lecteurs d'arroser la gamme « par le moyen de la quatriesme clef de musique, qui est celle du bon vin : »

Veu que la clef de la cave
Rend la voix douce et suave
.

Jean-François de Cecier, comme on le voit, ne se boenoit pas à être musicien ; il composoit aussi des vers, et la bibliothèque de l'Arsenal possède un recueil de ses œuvres poétiques, petit in-2, auquel manque le titre, qu’il ne nous est pas possible de rétablir, ce volume n'ayant été décrit dans aucun catalogue. Nous avons aussi un autre opuscule de lui, imprimé également en Suisse, mais sans nom et sans date : La Mort ou le dernier et grand sommeil des humains, in-8. Mais il ne faut pas confondre Jean de Colony ou Jean-François de Cecier, dit Colony, avec un Jean-Denis de Colony, Gexien, qui a publié à Berne, en 1601, une Crestienne récréation et le Cavalier français, en vers. L’abbé Goujet ne parle pas de ces deux poètes, et Viollet Le Duc n’en a fait qu’un, sans se préoccuper de la différence de leurs prénoms. La Bibliothèque française de La Croix du Maine ne cite qu'un Jean-Maria Colony, Piémontois, docteur en médecine et mathématicien, lequel florissoit en Romans en Dauphiné, l'an 1576. (P. Lacroix)

Bulletin du bibliophile et du bibliothécaire, revue mensuel publiée par J. Techener. Paris, 1862, p. 1348.

Écrits relatifs à la musique

Brieve instruction de musique

 

plume_4 Jean-Marc Warszawski
Dictionnaire des Écrits relatifs à la musique
Novembre 1995-22 novembre 2021


rectangle biorectangle textes rectangle acturectangle encyclo

logo grisÀ propos - contact |  S'abonner au bulletinBiographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences |  Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil. ☎ 06 06 61 73 41.

ISNN 2269-9910.

Samedi 27 Avril, 2024

cul_2111