Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Petites annonces . Agenda . Abonnement au bulletin . Analyses musicales . Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Alexis de Castillon
1838-1873

Castillon Marie-Alexis de Saint-Victor

Né à Chartres 13 décembre 1838, mort à Paris 5 mars 1873.

Il est le fils de Pierre-Guillaume-Félix de Castillon, marquis de Saint-Victor, d'une ancienne dynastie languedocienne, et de Marie-Anastasie Texier de Montainville. Un frère de sa mère a suivi des cours de violon avec Pierre Baillot (1771-1842).

Il suit sa scolarité à Chartres, il habite rue des Lisses, prend très tôt des cours de piano. Il a accès à l'orgue de la chapelle et réussit à avoir accès à celui de la cathédrale.

Alexis de Castillon, Concerto en re majeur, pour piano et orchestre, opus 12, Aldo Ciccolini (piano), Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo, sous la direction de Georges Prêtre.

Chartres au XIXe siècle.

Á Paris à partir de 1849, il suit les cours d'un institut de la rue des Postes (aujourd'hui rue Lhomond). Il prend des leçons de piano avec le compositeur et pianiste Charles Delioux de Savignac (1830-1880), alors professeur à la mode du tout-Paris (qui aura aussi Albéric Magnard comme élève).

Á partir de l'année scolaire 1853-1854, il doit suivre l'enseignement de Rhétorique au collège de la rue Vaugirard, où César Franck donne des cours à 10 francs la demi-heure. Mais Castillon préfère rester avec Delioux.

Suivant la tradition familiale, il suit à partir de 1856 la formation de l'Académie militaire de Saint-Cyr. Il est ensuite sous-lieutenant au 10e régiment de Cuirassiers, puis aux Lanciers de la Grade Impériale.

Il fréquente le Cercle de l'Union artistique fondé par le prince Poniatowski en mai 1860, pour établir une fusion entre les artistes et les «gens du monde ». Des concerts de musique de chambre y sont donnés, mais encore des opéras ou des concerts d'orchestre. On y fait des premières lectures d'œuvres de Saint-Saëns, Chabrier, de Bizet, de Massenet.

En 1861 il quitte l'armée pour se consacrer à la composition. Il prend des cours auprès de Victor Massé, professeur de composition au Conservatoire. Après deux années et sur le conseil de son ami Henri Duparc, il quitte les cours de Victor Massé pour ceux de César Franck en 1869.

Alexis de Castillon, Quatuor avec piano, en sol mineur, opus 7, Laurent Martin (piano), Quatuor Satie.

Victor Massé.

Il détruit alors toutes ses anciennes compositions, et numérote comme opus no 1 un quintette avec piano composé sous la direction de Franck.

Il séjourne l'hiver près de Pau, chez la marquise Françoise d'Angosse, au château des Angosse.

Il fréquente les lieux musicaux, comme les « lundis » de Saint-Saëns ou les « Concerts Pasdeloup » où il rencontre Henri Duparc, Édouard Lalo et Vincent D'indy.

Il doit rejoindre l'armée pour deux ans à la guerre de 1870, prend part à la bataille du Mans, et tombe malade pendant l'hiver 1870-1871. Démobilisé, il reprend ses activités. Ses musiques sont créées sur les scènes parisiennes.

Alexis de Castillon, Trio avec piano no 1, en re mineur, opus 17, 1. Allegro moderato, 2. Allegretto non vivo, 3. Scherzando vivace, 4 IV. Adagio - Allegro con fuoco, Trio Nuori.

En février 1871, il participe avec Romain Bussine, Camille Saint-Saëns et Henri Duparc à la création de la « Société Nationale de Musique » dont il est le premier secrétaire.

Ses pièces pour piano Dans le style ancien sont données lors du premier concert de la société, le 25 novembre 1871.

Le 10 mars 1872, Camille Saint-Saëns crée aux Concerts Pasdeloup son Concerto pour piano sous les huées. Quelques semaines après le quartette Armingaud-Jacquard crée avec succès le Quatuor opus 7.

De nouveau malade à l'automne, il séjourne de à Pau et revient à Paris au printemps 1873, où il meurt subitement après un refroidissement, dans son appartement de la rue Bayard.

Les obsèques ont lieu à Saint-Pierre-de-Chaillot. Saint-Saëns, à l'orgue, improvise sur le second thème du Concerto pour piano de Castillon.

Alexis de Castillon.



ÉMILE VUILLERMOZ, Histoire de la musique. «Les grandes études historiques», Arthème Fayard, 1949 (8e édition), p. 306-307.

Duparc amena, un jour, à César Franck un officier de cuirassiers mélomane, le vicomte Marie-Alexis de Castillon de Saint-Victor qui avait travaillé sans grand plaisir avec Victor Massé et désirait tenter une autre expérience. Le « père Franck » accueillit ce guerrier avec son indulgence habituelle et ne tarda pas à reconnaître en lui une vraie nature de musicien. Abandonnant casque et cuirasse, le vicomte Alexis se voua tout entier à la composition et détruisit tout ce qu'il avait écrit jusqu'alors pour bien affirmer sa foi dans son nouveau professeur. Mais deux ans s'étaient à peine écoulés que la guerre de 70 l'obligeait à reprendre les armes. Quand

il en revint, sa santé était fort ébranlée mais il se remit courageusement au travail. Nommé secrétaire du comité fondateur de la Société Nationale, il se dévoua corps et âme à cette oeuvre de redressement patriotique. En même temps il abordait le grand public avec un Quintette, deux Quatuors à cordes, un Quatuor avec piano, deux Trios, un Concerto de piano, une Suite d'orchestre, Trois pièces dans le style ancien, l'ouverture de Torquato Tasso, des Esquisses symphoniques et une para-phrase du Psaume LXXXI V. Contact douloureux. La musique de Castillon fut accueillie comme une gageure et un défi. Saint-Saëns qui avait accepté de tenir la partie de piano de son Concerto en ré dut le jouer sous les huées et les sifflets qui l'accompagnèrent pendant toute la durée de l'exécution. Trois ans après son retour à la vie artistique, Castillon mourait à trente-cinq ans. Sa carrière effective n'avait duré que cinq années. Elle fut vouée à une incompréhension totale de la foule pour des raisons qui échappent aux auditeurs d'aujourd'hui lorsqu'ils ont — bien rarement — l'occasion de rendre justice à cet artiste méconnu.

Catalogue des œuvres

Bibliographie

Discographie

Alexis de Castillon, Pensées fugitives, Œuvres pour piano, Laurent Martin Piano, Ligia Digital, lidi 0103161, 2005. Enregistré en 2005.

Pensées figitives : 1. Aveu — 2. Première Mazurka — 3. Causerie —  4. Regrets — 5. Deuxième Mazurka — 6. Feu follet — 7. Bayardière — 8. Exstase — 9. Comombine — 10. Appel du soir — 11. Troisième Mazurka — Suite pour le piano (extrait) : 12. Thème et variations — 13-18. Six valses humoristiquesCinq pièces dans le style ancien (extrait) : 19. Air (n° 4) —  Seconde Suite pour le piano (extraits) : 20. Ballade — 21. Adagietto — 22. fantaisie.

Jean-Marc Warszawski
20 novembre 2005
© Musicologie.org


À propos - contact | S'abonner au bulletin Biographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil. ☎ 06 06 61 73 41.

ISNN 2269-9910.

Mardi 26 Janvier, 2021