bandeau texte musicologie
19 juin 2024 —— Alain Lambert.

Neuf cédés jazzy pour espérer accoster en été

Echoes of Time du Christophe Marguet 4 tet, Mars du Gustave Reichert trio Beauty of Change de KLT avec Jessy Elsa Palma, Jazz Impressions d’Hérvé Sellin, Lennie’s du quintet éponyme , Unexpected Direction d’Alex Madeline, Afofona de Brame de Zéphir, African Roots d’INK et Six Migrant Pièces du septet de Christophe Monniot.

Christophe Marguet

Echoes of Time (Mélodie en sous-sol 2024) est le dixième album du batteur et compositeur Christophe Marguet qui se pose sur la pochette la question de l’utilité d’un album à l’ère des compils numériques. La dimension de concept album en fait une réponse possible, dont l’épilogue reprend le thème introductif, L’immensité, qui donne le ton. Du jazz progressif magnifique au son ample, parfois âpre, très électrique par la guitare de Manu Codjia, et très électronique du côté du violoniste Régis Huby délégué aussi aux effets. La contrebasse d’Héléne Labarrière l’ancre bien dans le jazz et la batterie s’épanouit dans tous ces paysages temporels parcourus.

 

Gustave Reichert

Mars (Jazz family 2024) est le second album du guitariste et compositeur Gustave Reichert. Il explore ici en trio la planète Mars comme la bande-son d’un opéra spatial, avec Luca Fattorini à la contrebasse et Pierre Alain Tocanier à la batterie. Il a aussi invité Matt Chalk au sax alto et aux claviers, ou Simon Moullier au vibraphone. Une guitare électrique très présente, qui adapte ses sonorités aux différents lieux évoqués, les dunes, les monts, les vents, les satellites, les ombres mouvantes et les sables rouges qui se rapprochent inexorablement comme sur la pochette. Pour clore, un blues d’Ornette Coleman, en chouette quintet : When Will the Blues Leave ?

 

Beauty of Change

Beauty of Change (Jazz family 2024), 100album du label, est l’œuvre du trio KLT avec la chanteuse et percussionniste Jessy Elsa Palma à la voix envoûtante. Un trio musical mêlant acoustique et électrique, groove funk, latin, soul et jazz. Kevin Larriveau est au piano et aux claviers, Gabriel Gorr à la contrebasse et aux chœurs, Théo Schirru est à la batterie, aux percus et aux claviers. Un quatuor à cordes est invité en ouverture, des chœurs aussi sur deux titres, la trompette de Daphnis Moglia sur Life is a long road, et des percus aussi. KeY chante en duo sur un titre. Un disque radieux où le présent prime sur les déceptions dépassées du passé.

 

Hervé Sellin.

Jazz Impressions (Indésens calliope records 2024) du pianiste Hervé Sellin. Après Debussy en 2018, le voilà qui recompose cinq pièces de Gabriel Fauré, dont c’est le centenaire de la mort. Et sept de Maurice Ravel. Des rêveries solitaires au piano, sauf sur le Concerto en sol et Le jardin féérique de Ma mère l’Oye où il est en duo avec Claude Egéa au bugle. À noter aussi deux séquences au piano électrique. Un beau travail de recréation et d’improvisation jazz qui débute par trois moments du Requiem en ré mineur, s’attarde sur la Pavane de Fauré, puis ricoche sur la Pavane pour une infante défunte de Ravel après avoir rebondi de Daphnis en Chloé.

 

Jean Christophe Kotsiras

Lennie’s (Soprane records 2024) est un hommage à la musique des Lennie Tristano, Lee Konitz, Billy Bauer ou Warne March dans les années 40 autour du mouvement jazz cool. Avec une pièce du premier, une du troisième et trois du second, Et des compositions du pianiste Jean Christophe Kotsiras en écho humoresque à celles de l’époque. Ludovic Ernault est au sax alto, Pierre Bernier au sax ténor, Blaise Chevalier à la contrebasse et Ariel Tessier à la batterie. Lennie’s de Lee Konitz ouvre l’album et donne l’ambiance, toute en pulsation, contrepoint et entrecroisement des voix, mais avec un son d’aujourd’hui. Un bel et cool album.

 

Unexpected Direction (Lyonhill records 2024) du jeune saxophoniste, compositeur et arrangeur caennais Alex Madeline, aujourd’hui basé à New York, où il a retrouvé deux expatriés, Clovis Nicolas à la contrebasse et Simon Moullier au vibraphone. Mais tous les autres sont de la Grosse Pomme, Sami Stevens au chant grave, Michael Vileanu à la guitare, Chris McCarthy au piano, Clemens Grassmann à la batterie, plus un quatuor à cordes bien intégré à l’ensemble. Un projet ambitieux, et réussi, pour explorer cette direction inattendue, avec ce saxophone qui se promène et improvise parmi toutes ces voix musicales embrassées par le compositeur.

 

Afofona

Afofona (Mazeto Square 2024) comme Hadzidzith, autre titre, est à la fois un cri ancestral et un babil de nouveau né, selon Simon Deslandes, trompettiste et compositeur. C’est aussi le premier album de Brame de Zéphir, quintet caennais singulier puisque Didier Dufour, compositeur en second, et disciple de Ballaké Sissoko, est à la kora, apportant à leur jazz débridé et inventif sa sonorité cristalline et insolite. S’y ajoutent les sax de Raphaël Quenehen, la contrebasse de Nicolas Talbot et la batterie tambourinaire de Philippe Boudot. Un ensemble de jazz très actuel qui se joue de nombreuses influences, y compris les musiques du monde.

 

Christophe Monniot

Six Migrant Pieces (Le Triton 2024) est l’enregistrement en concert d’un projet sur la migration humaine et musicale sur des textes de Sylvie Gasteau. Le saxophoniste et compositeur Christophe Monniot, originaire de Caen lui aussi, mais néanmoins citoyen du monde, a réuni autour de lui Aymeric Avice à la trompette, Josef Dumoulin aux claviers, Nelson Vera à la guitare acoustique, Nguên Lê à la guitare électrique, Bruno Chevillon à la contrebasse et Franck Vaillant à la batterie. De Climax Change à Melting Teapot, du beau jazz sous haute tension pour raconter les malheurs du monde avec les nombreuses voix off parsemées au fil des musiques.

Sortie le 21 juin. À écouter en concert le 29 juin au Triton des Lilas.

 

African Roots

African Roots (Trebim music 2024) est comme son l’indique l’œuvre d’un sextet, INK, fortement influencé par les musiques africaines et caraïbéennes. Avec Drissa Dembele au chant, à la kora, au balafon, au djembé et Losso Keïta au chant et percussions. Ce duo prédominant est joliment accompagné par Léonard Kretz aux saxophones, Pierre Alain Goualch au piano, Lionel Ehrhart à la basse, Victor Gachet à la batterie et parfois Pauline Duprat à la trompette. Sur trois thèmes, l’éponyme, Amazone et Même si, le jazz du quatuor se permet une incursion qui donne à l’album une multiplicité de facettes rythmées par les interludes.

Sortie le 21 juin. À écouter en concert le 18 septembre au Studio de l’Ermitage à Paris.

Alain Lambert
19 juin 2024
© musicologie.org


rect_acturect_biorect_texterectangle encyclo

logo grisÀ propos - contact |  S'abonner au bulletinBiographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

paypal

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil, ☎ 06 06 61 73 41.

ISNN 2269-9910.

cul_2406

Mercredi 19 Juin, 2024 19:39