musicologie

31 octobre 2021 —— Jean-Marc Warszawski.

Maïté Louis et Nicolas Martin Vizcaino : le chant profond

Dans les jardins d'Espagne, Maïté Louis (violon), Nicolas Martin Vizcaino, œuvres de Pablo Sarasate et de Fritz Kreisler. Calliope 2020 (CAL 2080).

Enregistré à l'auditorium du musée de Grenoble.

Originaire de Grenoble, la violoniste Maïté Louis a conclu ses études académiques à la Haute école de musique de Genève, a ramassé une généreuse brassée de concours et a mis à son pupitre œuvres du répertoire et œuvres populaires, particulièrement irlandaises au sein du trio Irish Kind Of, avec lequel elle a enregistré 3 cédés.  Après quelques enregistrements assez confidentiels, notamment avec la pianiste Ariane Saguet, Levée de rideau (Octave), Appasiopnata, des œuvres de Sarasate, Saint-Saëns, Tchaïkovski, Vitali, Pärt, Granados (octave 2008), son cédé de pièces pour violon seul d’Ysaye, Bach, Reger, Inspirations (Continuo 2018), est remarqué. Elle a également écrit un livre de pédagogie violonistique : Le violon du plaisir à l’excellence (Delatour 2018). Après le Conservatoire de Grenoble, elle enseigne actuellement au Conservatoire populaire de Genève.

Nicolas Martin Vizcaino est aussi originaire de Grenoble, est également passé par la Haute école de musique de Genève (aussi le Conservatoire national supérieur de Lyon) et a achevé son parcours à la Haute école de musique de Lausanne, pour l’accompagnement et la musique de chambre. Il est professeur de piano au Conservatoire d’Auxerre.

Le titre de cet album, Dans les jardins d’Espagne, est repris d’une trilogie pour orchestre composée par Emanuel de Falla en 1915, qui annonce, si on peut dire, la couleur des miniatures (ou scènes de genre) annoncées, ce qu’on appelait des espagnolades, fort en vogue fin xixe - début xxe siècle.

Le programme présente des œuvres de Pablo Sarasate, violoniste virtuose et compositeur puisant dans les traditions populaires de son pays l’Espagne, et des œuvres, surtout des arrangements, de Fritz Kreisler, également virtuose du violon, originaire d’Autriche, exilé volontaire après la prise de pouvoir des nazis, naturalisé français, puis américain. Il composait et arrangeait pour ses propres récitals.

C’est un bel enregistrement, on y sent le plaisir du son, la liberté, l'énergie, mais aussi l’authenticité du « chant profond », car quand on parle de musique espagnole, on évoque plutôt l’héritage d’El Andalus, Séville, Málaga… le Flamenco. Des pièces pour briller et de séduction, qui donc séduisent par leurs rythmes entraînants, parfois trépidants, leurs élans sentimentaux, leurs traits de virtuosité.

Fritz Kreisler : 1. Danza Española, no 1 de la « Vida Breve » (Manuel De Falla) ; 2 Sérénade espagnole (Cécile Chaminade) ; 3. Danza Española, « Andaluza », opus 37, no 5 (Enrique Granados) ; 4. Sérénade espagnole, Alexander Glazounov (opus 37, no 5) ; 5. La Gitane (Fritz Kreisler).

Pablo de Sarasate : 6. Playera, 7. Romance andalouse, 8. Zapateado, 9. Malagueña, 10. Introduction et Tarentelle, 11. Nocturne, Sérénade, 12. Zigeunerweisen.

 

 Jean-Marc Warszawski
31 octobre 2021


Jean-Marc Warszawski, ses précédents articles

Raquele Magalhães et Marie Josèphe Jude en mode adaptationSebastian Bohren : Mozart en son avenirWave of Art Maastricht 2021, c'est parti Louis Jambou : La musique entre France et Espagne (xvie-xxe siècles)Schumann - Liszt, les ombres lumineuses de Jean-Claude Vanden Eynden.

Tous les articles de Jean-Marc Warszawski

À propos - contact |  S'abonner au bulletinBiographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale| Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil. ☎ 06 06 61 73 41

ISNN 2269-9910

bouquetin

Lundi 1 Novembre, 2021 12:42