musicologie

25 mars 2021 —— Jean-Marc Warszawski.

Le voyage à Genève de la violoncelliste Estelle Revaz

Journey to Genova, Estelle Revaz (violoncelle), Orchestre de chambre de Genève, sous la direction d'Arie van Beek, œuvres de Frank Martin et de Xavier Dayer. Solo musica 2021 (SM 345).

Enregistré au studio Ansermet de Genève, 9-11 juillet 2020.

La violoncelliste Estelle Revaz partie du vivier musical Suisse, est passée par le Conservatoire de Boulogne Billancourt, sous la direction de Xavier Gagnepain, sous celle de Jérôme Pernoo, par le Conservatoire national supérieur de Paris, par la Hochschule für Musik und Tanz Köln dans la classe de Maria Kliegel, six années durant. Même si avant d’être déclarée non essentielle, elle a bourlingué en compagnie de son instrument et de partenaires de qualité, en bien des lieux à travers océans et continents, elle reste ancrée en son pays natal où elle enseigne à la Haute acole de Musique Kalaidos de Zürich et achève une résidence de trois ans au sein de l’Orchestre de chambre de Genève sous la direction d’Arie van Beek.

Ses trois cédés précédents, aux programmes peu courus, ont été bien accueillis : œuvres orchestrales de Max Reger, Ernest Bloch, Andreas Pflüger (Neos, 2015), les deux premières suites pour violoncelle seul de Johann Sebastian Bach avec, interpolées des pièces de Heinz Holliger, Xavier Dayer, Pascal Dusapin, Karol Penderecki, Isang Yun, Kaija Saariaho, Bernd Alois Zimmermann, Luciano Berio, Sofia Gubaidulina, György Kurtag, Witold Lutoslawski, György Ligeti (Solo Musica 2017), des sonates pour violoncelle et piano de Ludwig van Beethoven, Johannes Brahms, Richard Strauss, avec le pianiste François Killian (Solo Musica 2019).

Ce petit quatrième, avec l’orchestre de chambre de Genève sous la direction d’Arie van Beek, propose des œuvres de deux compositeurs suisses.

Frank Martin, fils de pasteur, immense figure musicale suisse, né en 1890, formé localement, est proche de l'Institut Jacques-Dalcroze. Il est pianiste, compositeur, enseignant, organisateur de la vie musicale. Il quitte son pays pour les Pays-Bas dès la fin la Seconde Guerre mondiale, où il réside jusqu’à sa mort en 1974. Compositeur renommé et joué, il a curieusement disparu des programmes des concerts. Pourtant ses œuvres mêlant des techniques atonales sur l’assise d’une tonalité large, d’un beau lyrisme, sont à la fois ambitieuses, libres, habiles, exigeantes et attrayantes, personnelles et ouvertes au monde au-delà de toute filiation d'école. Son concerto pour violoncelle et orchestre, composé en 1965-1966 (et sa ballade de 1949), a une emphase épique, voire tragique, élégiaque, qui cousine en un quelque chose avec Chostakovitch ou Prokofiev, un je-ne-sais-quoi qui collerait assez aux images d'un film comme Ivan le Terrible d’Eseinstein. Du sublime tragique.

Autre compositeur suisse, Xavier Dayer, né deux ans avant la disparition de Frank Martin, touche au demi-siècle d’existence. Il est à la tête d’une quatre-vingtaine d’œuvres créées en Suisse et en France. Formé à Genève et à l’IRCAM, il enseigne à la Haute école des arts de Berne. Plus téméraire dans l’atonalité que Frank Martin, il s’appuie toutefois sur les résonances harmoniques et développe un orchestre aux sonorités généreuses, opulentes en une grande richesse de variété et une écriture d’une imagination fastueuse, dont les tensions dramatiques s’inscrivent assez naturellement à la suite du concerto de Frank Martin. Lignes d'Est (2020) est dédié à Estelle Revaz.

Espérons que cette artiste restera fermement dans ce monde de haute poésie à grande ambition musicale et ne tombera pas dans la vulgarité commerciale des Capuçon dont elle semble apprécier la proximité. Nous apprécions aussi son courage et sa fermeté dans la dénonciation des mesures politiques extravagantes quant à la fermeture des lieux de culture.

Biographie de Frank Martin

 Jean-Marc Warszawski
25 mars 2021


Jean-Marc Warszawski, ses précédents articles

Le pianiste Vittorio Forte et le pianiste Earl WildFranz Schubert, trois sonates par la pianiste Edda Erlendsdóttir L'art sonore selon Jean-Yves BosseurLes victoires de la défaite musicaleMusiciennes au temps de Maria Szymanowska : un contrepoint d’inégalités et de préjugés Une histoire de la musique finlandaiseL'art de Leopold Godowsky et de Karol Szymanowsky sous les doigts de Mūza Rubackytė.

Tous les articles de Jean-Marc Warszawski

À propos - contact |  S'abonner au bulletinBiographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale| Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil. ☎ 06 06 61 73 41

ISNN 2269-9910

bouquetin

Jeudi 25 Mars, 2021 4:43