musicologie

26 juillet 2021 —— Jean-Marc Warszawski.

Le duo Zassimova - Sirodeau : œuvres d'Antonín Dvořák à deux pianos

Anna Zassimova et Christophe Sirodeau, cycles d'Antonín Dvořák pour deux pianos, Légendes et De la forêt de Bohême, Melism 2020 (MLS CD 027).

Enregistré les 3-4 août 2020, église évangélique Saint-Marcel, Paris.

Anna Zassimova a étudié le piano à l’Insitut Gnessin de Moscou sous la direction de Vladimir Tropp, aussi à la haute école de musique de Karlsruhe sous la direction des pianistes Michael Uhde et Markus Stange. Elle se produit en Allemagne, Russie, Chine, États-Unis, Suisse, Italie, Grande-Bretagne, Tchécoslovaquie. On a pu l’entendre en France à l’occasion de quelques festivals. Elle a enregistré une dizaine de cédés avec une prédilection pour Chopin ou Brahms, mais surtout pour le compositeur russo-français Georges Catoire (1861-1926), sujet de sa thèse de doctorat. Elle enseigne à la haute école de musique de Karlsruhe. Elle est également artiste-peintre.

Le pianiste et compositeur Christophe Sirodeau a quant à lui étudié au Conservatoire Tchaïkovski de Moscou sous la direction d’Yevgeny Malinin et au Conservatoire de Paris, et développe sa carrière de soliste plutôt dans les pays scandinaves. Il met à son répertoire des compositeurs rares tels Samuil Feinberg (1890-1962) ou Hans Winterberg (1901-1991), il a également, parmi sa bonne dizaine de disques, enregistré l’ensemble des œuvres pour piano de Viktor Ullmann (1898-1944).

Anna Zassimova et Christophe Sirodeau ont joint pour ce cédé leurs deux pianos pour deux cycles d’Antonín Dvořák : les dix pièces des Légendes, opus 59, de 1880-1881 (orchestrées fin 1881), et De la forêt de Bohême, opus 68, de 1883-1884.

Ces œuvres à deux pianos sont des commandes de l’éditeur musical Nikolaus Simrock, cherchant à prolonger le succès des Danses slaves de Johannes Brahms. Dvořák livre huit « danses slaves  en 1872, qui deviennent célèbres par leur orchestration.

Huit ans plus tard, Simrock publie les Légendes, dédicacées au critique Eduart Hanslick, qui recueillent les éloges de Brahms, puis les six pièces « caractéristriques » De la forêt de Bohême.

En 1886, Dvořák est mécontent contre Simrock qui lui paie une symphonie 3 000 mark, alors que pour une même œuvre, Brahms en obtient 18 000. Il accepte de livrer huit nouvelles « danses slaves », dans l’espoir de renouveler le succès de 1872 (et qui clôturent ses compositions pour deux pianos), mais l’éditeur doit en contrepartie accepter les conditions du compositeur.

Les thèmes de toutes ces pièces ne sont pas issus des patrimoines populaires slaves, mais sont imaginés. C’est peut-être pour cet art du pastiche que Dvořák est invité en 1891 à diriger le Conservatoire de New York pour poser les fondements d’une musique américaine.

C’est un programme plein de saveurs dansantes et lyriques, dans lequel les deux cycles, interpolés, sont réorganisés en un seul, d’une suave rondeur harmonique bénéficiant de la profondeur qui lui apporte l’ensemble des deux pianos. Ces œuvres « commerciales », mais de belle facture, destinées au plaisir, emplissent aujourd’hui encore leur but en ayant gardé un charme neuf, explorant diverses émotions dominées par un bonheur pastoral serein.

Antonín Dvořák, Légendes, opus 59, no 3, Allegro giusto, plage 3.

1. Opus 68, no 1, Dans la chambre des fileuses [au rouet].

2. Opus 59, no 2, Molto moderato.

3. Opus 59, no 3, Allegro giusto.

4. Opus 68 no 2, Près du lac noir.

5. Opus 59 no 6, Allegro con moto

6. Opus 59 no 4, Molto maestoso.

7. Opus 68 no 3, Nuit de Walpurgis (Nuit de sabbat).

8. Opus 59 no 1, Allegro non troppo, quasi andantino.

9. Opus 59 no 7, Allegretto grazioso.

10. Opus 68 no 4, À l'affût.

11. Opus 59 no 10, Andante.

12. Opus 59 no 9, Allegretto grazioso, andante con moto.

13. Opus 68 no 5, Le calme de la forêt.

14. Opus 59 no 8, Un poco allegretto e grazioso, quasi andantino.

15. Opus 59 no 5, Allegro giusto.

16. Opus 68 no 6, En des temps troublés.

 

 Jean-Marc Warszawski
26 juillet 2021


Jean-Marc Warszawski, ses précédents articles

Pina Napolitano : Tempo et tempi Stéphanie Moraly et Romain David : sonates et leçon de styleFerruccio Busoni compositeur : une énigme ?Madonna della Grazia ou le mélange des ferveursLe festival Bach de Leipzig.

Tous les articles de Jean-Marc Warszawski

À propos - contact |  S'abonner au bulletinBiographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale| Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil. ☎ 06 06 61 73 41

ISNN 2269-9910

bouquetin

Lundi 26 Juillet, 2021 10:39