musicologie

mardi 6 avril 2021

Communiqué des collectifs et ensembles musicaux

Photographie © musicologie.org.

3 avril 2021 —

Le préfet de Paris a interdit le rassemblement devant l'Odéon, qui était prévu aujourd’hui, samedi 3 avril. Selon les arguments avancés par la préfecture pour justifier son interdiction, les spectacles musicaux qui ont lieu sur la place changeraient le caractère revendicatif de la manifestation déclarée pour en faire un rassemblement festif sortant du cadre juridique prévu pour ce type de manifestation.

Toujours selon le préfet, le comportement du public du rassemblement musical du samedi 27 mars dernier ne permettait pas de garder les mesures barrières et mettait en danger la vie de la population. Le risque, selon la préfecture, qu’aujourd'hui se reproduise la même situation ajoutée au contexte de menace terroriste empêcherait la tenue de ce rassemblement.

Ces prétextes témoignent d’une nouvelle tentative de manipulation autoritaire et démagogique.

On peut revendiquer, lutter et défendre des idées avec la musique.

Woody Guthrie disait de sa guitare : « This Machine Kills Fascists ».

Mais l’assassinat du chanteur chilien Victor Jara a aussi montré que le fascisme tue des musiciens en raison de leur musique et de leur engagement.

Quand la musique fait corps avec les luttes, qu’elle s’y inscrit, qu’elle les accompagne, qu’elle les soutient, qu'elle s’y fond, elle dérange considérablement les pouvoirs en place.

La participation du public solidaire devant l'Odéon comme partout ailleurs a toujours lieu dans le respect des mesures barrières.

La préfecture avec des termes méprisants tente de faire passer pour une masse de populace sauvage et abrutie le public présent sur la place pour soutenir la lutte contre la loi sur l’assurance chômage. Nous sommes, contrairement à ce que tente d'insinuer la préfecture, très conscients de la situation sanitaire très tendue et dramatique que nous vivons. Beaucoup plus conscients que ne l’est le pouvoir qui pousse l’inconscience jusqu'à minimiser l’état dans lequel se trouve le service public de santé, par exemple.




Avec quelques musiciens, nous avons joué à la demande des soignants pour le rassemblement devant l'hôpital Bichat jeudi 1er avril.
Le gouvernement a décidé de fermer cet hôpital ainsi que l'hôpital Beaujon pour construire un grand hôpital à Saint-Ouen.

Cette décision entraînera la suppression de 400 lits et de 1 200 postes.

Lors de ce rassemblement, les soignants nous ont remercié de notre participation musicale en insistant sur l’apport bénéfique que sont les concerts en plein air pour le soutien et la santé mentale de la population. Des initiatives de ce type commencent à avoir lieu en France avec le soutien de médecins et de soignants.

Le gouvernement essaye de nous diviser : les artistes contre les soignants, les chômeurs contre les salariés, les Français contre les étrangers, etc.

Il nous impose de faux choix avec ses choix à lui, irresponsables, mais responsables d’une tragédie sanitaire et sociale : la culture ou la santé, les jeunes ou les personnes âgées ou fragiles afin d’essayer d'éviter de poser les bonnes questions et que soient trouvées les réponses collectives, sociales et démocratiques évidentes.

Ce qui est nocif pour la gestion de la crise sanitaire et la santé de tous et toutes, c'est la politique de ce gouvernement : irresponsable et improvisée – sauf pour appliquer le programme du Medef – sans moyens ni anticipation, sans dialogue, dans le mépris monarchique de l’avis pressant et atterré des scientifiques et impassible et imperméable à la réalité de nos vies.

La poursuite de la casse de l’hôpital public, le matraquage des soignants, les mensonges cyniques sur les masques, l’incompétence pitoyable sur la mise en place des tests, le temps perdu qui se chiffre chaque jour par des deuils et des milliers de personnes atteintes par la maladie, le déni de la contagion dans les écoles : qui, dans cette réalité aussi sinistre qu'éclatante, met en danger la vie de la population ?

Oui, la musique est dangereuse, quand elle conteste, quand elle résiste, quand elle revendique, quand elle est solidaire. Alors, comme les manifestations, elle doit être interdite. Comme les manifestant.e.s pacifiques et conscient.e.s de l’enfermement du pays contre la loi sécurité globale, comme les syndicalistes, comme les manifestant.es et militant.e.s antiracistes et antifascistes, elle doit être nassée et mise en garde à vue.

La musique qui plaît au pouvoir, celle qui est en cour, celle qui est autorisée et diffusée par toutes ses antennes-relais, celle-là est soutenue, cajolée, promue. Elle a pour titres : saccage des droits sociaux, anéantissement des libertés, chasse aux étrangers et aux sans-papiers, racisme et répression. Elle est écrite et produite sans demi-mesure par le patronat et interprétée sans trac ni émotion par son soliste, Macron.

PREMIERS SIGNATAIRES :

Le Special Gumbo
Healing Orchestra
Orkestar Gabriella
Les Lapins Superstars
Krakens
Lazcar Volcano
Karine Huet/ Thomas Laurent Trio
Les frères Zeugma
Surnatural orchestra
Collectif veston léger
Dune
Nobi
Utopikcollectif
Collectif Souful People
La Barricada Tropical
Forro de Balkao
Collectif Braséine
Fanfarinha
Valentin Vander
Fanfare Odeon Occupé
Los Milongitas Tango
Grizz-Li
Le Gros Tube
Panama Afrogroove Connection
Pi2r
La Fiancée Du Vent
Montreuil Trombone Gospel Choir
Tripes
Collectif 2035
Abajade
Orchestre Debout
Bloco Verde
Zabumba
Las Flores
Journal Intime
Stepping out
Riquet Jug Band
L'Atelier d'Éveil musical du Centre social Raymond Poulidor
Bonne Humeur Provisoire
PascalPascal


À propos - contact |  S'abonner au bulletinBiographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil. ☎ 06 06 61 73 41

ISNN 2269-9910

Mardi 6 Avril, 2021